Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51L'Histoire revisitéeL’International 68 et les pouvoir...

L'Histoire revisitée

L’International 68 et les pouvoirs de l’image

Paula Barreiro López
p. 158-164
Traduction(s) :
The International 68 and the Powers of the Image
Le Trait 68 : insubordination graphique et contestations politiques 1966-1977
Le Trait 68 : insubordination graphique et contestations politiques 1966-1977

Paris : Citadelles & Mazenod, 2018, 256p. ill. en noir et en coul. 25 x 20cm

Bibliogr.

ISBN : 9782850887529. _ 59,00 €

Textes de Vincent Chambarlhac, Julien Hage, Bertrand Tillier

Flashes of the Future: Die Kunst der 68er oder Die Macht der Ohnmächtigen
Flashes of the Future: Die Kunst der 68er oder Die Macht der Ohnmächtigen

Aix-la-Chapelle : Ludwig Forum für Internationale Kunst ; Bonn : Bundeszentrale für politische Bildung, 2018, 592p. ill. en noir et en coul. 27 x 22cm, ger

Biogr. Chronol.

ISBN : 9783838971728

Sous la dir. d’Andreas Beitin, Eckhart J. Gillen

lire aussi

Les Années 68 et la formation des architectes
Les Années 68 et la formation des architectes

Rouen : Ecole nationale supérieure d’architecture de Normandie : Point de vues, 2018, 320p. ill. en noir et en coul. 28 x 22cm, fre/eng

Index

ISBN : 9782371950238. _ 28,00 €

Sous la dir. de Caroline Maniaque. Préf. de Guy Amsellem.

Figurations ±68 : le monde visuel de la French Theory
Sarah Wilson, Figurations ±68 : le monde visuel de la French Theory

Dijon : Les Presses du réel, 2018, 287p. ill. en noir et en coul. 27 x 20cm

Bibliogr. Index

ISBN : 9782840665182. _ 34,00 €

Fromanger : de toutes les couleurs
Laurent Greilsamer, Fromanger : de toutes les couleurs

Paris : Gallimard, 2018, 231p. ill. en noir et en coul. 23 x 16cm, (Témoins de l’art)

Index

ISBN : 9782072744204. _ 25,00 €

Images en lutte : la culture visuelle de l’extrême-gauche en France (1968-1974)
Images en lutte : la culture visuelle de l’extrême-gauche en France (1968-1974)

Paris : Beaux-Arts de Paris éditions, 2018, 830p. ill. en noir et en coul. 28 x 21cm

Bibliogr.

ISBN : 9782840565161. _ 49,00 €

Sous la dir. de Philippe Artières, Eric de Chassey. Préf. de Jean-Marc Bustamante. Textes d’Anne-Marie Garcia, Pascale Le Thorel

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ross, Kristin. Mai 68 and Its Afterlives, Chicago : The University of Chicago Press, 2002. Traduit (...)

1En 2002, Kristin Ross constatait un processus de mémorialisation de Mai 68, qui avait dépolitisé les révoltes en les transformant en un mouvement culturel, « une quête individualiste et spirituelle annonçant le mot d’ordre des années 1980, "liberté" ».1 En 2018, dans une nouvelle tournante du cycle mémorial (avec la commémoration de ses 50 ans) des nombreuses publications, expositions et débats en France, et ailleurs, participent à la réévaluation de ce marqueur historique à partir du regard actuel.

2Ces approches sont diverses. Elles passent en revue le pouvoir politique des images et leurs producteurs ou productrices, les conséquences de ces événements radicaux sur la configuration des disciplines artistiques, la dimension internationale des soulèvements, ainsi que la compréhension de 68 comme un « moment » long qui relie les années 1960 à celles des années 1970 (les chronologies varient selon les auteurs). Face au processus de dépolitisation que Kristin Ross observait, cette nouvelle vague de publications semble souligner au contraire l’insertion des productions artistiques et visuelles de 68 dans les circuits de l’extrême-gauche. Ce choix renforce l’idée d’une participation du visuel et de l’art dans des mouvements politiques radicaux, identifiant sa production à des structures organisées ou semi-organisées, au risque de minimiser les rapports non structurés entre individus, classes sociales et genres qui ont aussi déterminé le moment 68.

3Le versant de l’extrême-gauche, qui revient à plusieurs reprises dans les études sur le sujet est le point de départ du catalogue Images en lutte (dirigé par Philippe Artières et Eric de Chassey). L’ouvrage étudie précisément « la culture visuelle de l’extrême-gauche » entre 1968 et 1974. Il réunit une impressionnante archive visuelle de la France en révolte, qui connecte la production d’affiches, de tracts et de tableaux avec les différentes familles politiques de Gauche (maoïstes, trotskistes, anarchistes…). Cette corrélation insère ces pratiques dans la praxis politique (montrant des transferts insolites, comme l’arbre généalogique du gauchisme à l’image du célèbre schéma des mouvements modernes d’Alfred Barr). Elle démontre aussi l’enchaînement des faits qui ont alimenté la révolte. Le répertoire d’images produites et en circulation dans le moment 68 dévoile une culture visuelle au service des demandes estudiantines, ouvrières, mais aussi de l’anti-impérialisme, des luttes pour la libération nationale dans le Sud global, pour l’environnement et la justice sociale.

4Images en lutte montre comment le graphisme et la peinture sont devenus un véhicule d’exception pour la construction d’une culture visuelle particulière. Les affiches, tracts, dessins, revues ou fanzines y font objet d’une étude collective fascinante par Vincent Chambarlhac, Julien Hage et Bertrand Tillier. Leur livre Le Trait 68 élargit la chronologie de 1966 à 1977, souligne les élans à visée internationale dans l’imagerie du Mai 68 français et analyse la valeur révolutionnaire de ces images insubordonnées autant dans leur contenu que dans leur forme.

5La production picturale est aussi l’objet d’étude de Sarah Wilson dans Figurations +- 68 (traduction de l’édition anglaise de 2010). Choisissant comme fil narrateur les rapports entre les peintres de la Figuration Narrative et les représentants de la dénommée French Theory (dont Bourdieu-Rancillac/Deleuze-Fromanger/Lyotard-Monory), l’étude réinterprète le moment 68 à travers une riche contextualisation visuelle de la production théorique de ces auteurs. Les échanges dont Sarah Wilson parle peuvent se prolonger à la première personne dans la série d’entretiens recueillis par Laurent Greilsamer avec Gérard Fromanger.

6Parallèlement aux études sur le contexte français et la culture de l’image, le catalogue Flashes of the Future, dirigé par Andreas Beitin et Eckhart J. Gillen, souligne l’importance des gestes et des actions pour comprendre la participation des artistes à la révolte. Le point de départ des commissaires répond aux lectures culturalistes que Kristin Ross décrivait en 2002. Mais le riche ensemble d’études et de témoignages réuni renforce l’idée d’internationalisme et de performativité des pratiques artistiques en Europe et en Amérique latine.

  • 2 Past Disquiet: Artists International Solidarity and Museums in Exile, Varsovie : Muzem (Museum of M (...)

7Le rôle majeur des images – pas exclusivement dans la configuration d’imageries de révoltes, mais aussi au service de la grève et des barricades – et de leurs producteurs est en général abordé à travers une approche relevant de l’histoire de l’art ou des études culturelles et visuelles. L’idée sous-jacente est que les images n’ont pas témoigné de la lutte. Elles ont participé en tant qu’armes au sein d’un mouvement d’envergure mondiale. Autrement dit, le Mai 68 français avec ses spécificités (dont l’impact dans la transformation de la formation des architectes, richement étudiée dans Les Années 68 et la formation des architectes sous la direction de Caroline Maniaque) peut se comprendre comme un épisode de plus à une révolte transnationale et transrégionale. Cette conclusion semble partagée par l’ensemble des auteurs (Le Trait 68 le souligne le plus). Il en découle une évaluation complexe et délicate des rapports avec la lutte armée que cette inscription à visée internationale du 68 français implique. Images en lutte souligne l’appel à la violence et le refus des armes – au moins dans le contexte français et malgré son inscription dans le melting-pot de la Gauche radicale. La ligne rouge qui unit pratique artistique et lutte transparaît timidement dans les autres publications, dont l’essai de Lucas Baden sur Kommune 1 dans Flashes of the Future. Néanmoins, le moment 68, impulsé par les vents des mouvements révolutionnaires du Sud Global, était fortement ancré dans une démarche anti-impérialiste et anticoloniale, qui soutenait la lutte armée et la guérilla. Comment comprendre alors le rôle des images – en tant qu’armes idéologiques – dans la prise du pouvoir armée que le mouvement de la Tricontinentale (bien présente dans les affiches de Mai) préconisait ? Le peintre Claude Lazar parlait d’un « culte à la kalachnikov » dans les cercles artistiques de la Gauche radicale en 1978, quand l’Exposition internationale en solidarité avec la Palestine eut lieu à Beyrouth – cas d’étude du livre Past Disquiet dirigé par Kristine Khouri et Rasha Salti.2 Cet ouvrage propose une analyse des années 68 en situant leur impact à l’échelle mondiale et en montrant que solidarité et lutte allaient encore de pair dans les mondes politique et culturel. Il est évident que comprendre cet héritage et surtout actualiser son message restent encore compliqués aujourd’hui, malgré les intentions d’ancrer les images et les pratiques artistiques dans la cartographie de l’extrême-gauche. La violence, l’anti-impérialisme, le rejet de la division du travail, l’action politique des condamnés de la terre qui faisaient partie des revendications des années 68 sont encore difficiles à placer dans le monde de l’après-11 septembre, du terrorisme global et du turbo-capitalisme de l’ère Trump.

Haut de page

Notes

1 Ross, Kristin. Mai 68 and Its Afterlives, Chicago : The University of Chicago Press, 2002. Traduit en français : Mai 68 et ses vies ultérieures, Bruxelles : Complexe ; Le Monde diplomatique, 2005, « Questions à l’Histoire »

2 Past Disquiet: Artists International Solidarity and Museums in Exile, Varsovie : Muzem (Museum of Modern Art in Warsaw) ; Chicago : The University of Chicago Press, 2018. Sous la dir. de Kristine Khouri et Rasha Salti

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paula Barreiro López, « L’International 68 et les pouvoirs de l’image  », Critique d’art, 51 | 2018, 158-164.

Référence électronique

Paula Barreiro López, « L’International 68 et les pouvoirs de l’image  », Critique d’art [En ligne], 51 | Automne/hiver, mis en ligne le 27 novembre 2019, consulté le 15 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/37206 ; DOI : https://doi.org/10.4000/critiquedart.37206

Haut de page

Droits d’auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search