Navigation – Plan du site
Traduction

A Treasure Hunt”

Denys Riout
Traduction de Phoebe Clarke
p. 100-109
Portes closes et œuvres invisibles
Denys Riout, Portes closes et œuvres invisibles

Paris : Gallimard, 2019, 368p. ill. 22 x 16cm, (Art et artistes)

Index

ISBN : 9782072785689. _ 25,00 €

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte original extrait de : Riout, Denys. « Chasse au trésor », Portes closes et œuvres invisibles, Paris : Gallimard, 2019, (Art et artistes), p. 107-114

© Editions Gallimard, Paris, 2019. Avec l’aimable autorisation de Denys Riout

/

Original text taken from : Riout, Denys. “Chasse au trésor”, Portes closes et œuvres invisibles, Paris : Gallimard, 2019, (Art et artistes), p. 107-114

© Editions Gallimard, Paris, 2019. With the courtesy of Denys Riout

Le monochrome1, la peinture et ses déploiements les plus fascinants sur fond de modernité, « l’ombre des images »2, le faux3 et la valeur de l’art ou encore l’immatériel constituent quelques-uns des sujets favoris abordés par l’historien, critique et essayiste Denys Riout depuis les années 1980 dans le champ de l’art contemporain. Dans la lignée de ses travaux aux confins de l’art, Portes closes et œuvres invisibles propose cette fois d’exercer le regard en misant sur les œuvres « invisibles » (en appelant parfois aux autres sens que la vue, ou bien inaccessibles, dématérialisées, langagières, occultées, etc.). Toutes confirment in fine l’importance du regard. « L’invisible, pourvu qu’il laisse des traces, est l’une des voies d’accès au mythe », conclut Denys Riout à la toute fin de son livre (p. 301). Le dernier exemple qu’il prend à juste titre à l’appui à de sa démonstration est La Joconde. L’auteur en relate la disparition en 1911 et sa valeur d’« icône » de l’art mondial pour « une foule qui se presse en permanence » au Louvre pour voir une œuvre qui n’est plus « guère visible […] sauf de très rares spécialistes » (p. 301). La « Chasse au trésor » que Critique d’art s’est proposé de traduire vers l’anglais pour la faire connaître à un lectorat plus largement européen et international rappelle l’épisode d’un « jeu de cache-cache » devenu tout aussi incontournable dans l’histoire muséale et artistique. Le principe du « tableau-cache » mis en place par Daniel Buren en 1977 avec Les Formes : peintures y retient plus précisément l’attention joueuse d’un Denys Riout attentif aux stratagèmes des artistes conceptuels. « A la différence [des] jeux innocents, les tissus délibérément cachés par Buren ne peuvent pas être vus par les visiteurs du musée », confirme l’auteur (p. 113). Et Denys Riout de nous ramener à l’interrogation majeure : « que convient-il de regarder ? » dès lors que le visible et l’invisible constituent l’œuvre elle-même. L’ouvrage fourmille d’autres exemples d’œuvres invisibles dénichées à la croisée de l’art moderne et contemporain (Gustave Courbet, Yves Klein, Robert Barry, Rirkrit Tiravanija, Jochen Gerz ou Claudio Parmiggiani, etc.). Il n’y a qu’à pousser la porte et ouvrir grands les yeux !

Sylvie Mokhtari

Notes :

1.- Voir par exemple : Riout, Denys. La Peinture monochrome : histoire et archéologie d’un genre, Nîmes : Jacqueline Chambon, 1996, (Rayon Art) ; mais aussi Yves Klein : l’aventure monochrome, Paris : Gallimard, 2004, (Art et artistes)

2.- Riout, Denys. « L’Ombre des images », Eric Rondepierre, Paris : Léo Scheer, 2003, p. 39-45

3.- Voir par exemple : Riout, Denys. « Par-delà le vrai et le faux : Yves Klein, Piero Manzoni », De Main de maître : l’artiste et le faux, Paris : Musée du Louvre ; Hazan, 2009, p. 347-366 ou plus récemment, « Un usage pédagogique du prix », La Valeur de l’art, Paris : Beaux-arts de Paris éditions, 2018, p. 181-213

/

Monochromes1, painting, and the latter’s most fascinating developments against the backdrop of modernity, “the shadow of images”2, falsehood3, the value of art and the immaterial - these are some of the favorite subjects the historian, art critic and essayist Denys Riout has been discussing since the end of the 1980s in the field of contemporary art. In the wake of his work on the limits of art, Portes closes et œuvres invisibles [Closed doors and invisible artworks] offers to exercise the reader’s gaze by considering “invisible” artworks (which either appeal to the other senses, or which are inaccessible, dematerialized, linguistic, obscured, and so on). They all confirm, however, the importance of the eye. “As long as it leaves a trace, the invisible is one of the ways to access the mythical”, concludes Denys Riout at the very end of his book (p. 301). The last example he uses in support of his demonstration is, quite rightly, Mona Lisa. The author evokes its disappearance in 1911 and its “iconic” value for “a crowd that forever throngs” to the Louvre to see a work that “is barely visible […] except for a very few specialists” (p. 301). The “Treasure Hunt” that Critique d’art has decided to translate into English to make it known to a wider European and international audience, evokes a “game of hide-and-seek” that has become just as canonical for art and museum history. The principle of the “cache-painting” created by Daniel Buren in 1977 with Les Formes : peintures focuses Denys Riout’s playful attention on the stratagems of conceptual artists. “Unlike [the] innocent game, the fabric hidden by Buren cannot be seen by the museum’s visitors”, confirms the author (p. 113). Denys Riout takes us back to the major issue: “what should we be looking at?”, when it is given that the visible and the invisible constitute the work itself. The book teems with examples of other invisible artworks unearthed at the crossroads between modern and contemporary art (Gustave Courbet, Yves Klein, Robert Barry, Rirkrit Tiravanija, Jochen Gerz, Claudio Parmiggiani, and so on). All you need to do is to push the door and open your eyes wide!

Sylvie Mokhtari

Notes :

1.- See for example: Riout, Denys. La Peinture monochrome : histoire et archéologie d’un genre, Nîmes: Jacqueline Chambon, 1996, (Rayon Art); as well as Yves Klein : l’aventure monochrome, Paris: Gallimard, 2004, (Art et artistes)

2.- Riout, Denys. « L’Ombre des images », Eric Rondepierre, Paris : Léo Scheer, 2003, p. 39-45

3.- See for example Riout, Denys. « Par-delà le vrai et le faux : Yves Klein, Piero Manzoni », De Main de maître : l’artiste et le faux, Paris: Musée du Louvre; Hazan, 2009, p. 347-366, or more recently, “Un usage pédagogique du prix”, La Valeur de l’art, Paris: Beaux-arts de Paris éditions, 2018, p. 181-213

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2020.

Aperçu du texte

As customs evolve, various Western fine art museums now boldly exhibit paintings which remained modestly hidden when they were privately owned. But in order to encounter artworks which are delibera...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denys Riout, « A Treasure Hunt” », Critique d’art, 52 | 2019, 100-109.

Référence électronique

Denys Riout, « A Treasure Hunt” », Critique d’art [En ligne], 52 | Printemps/été, mis en ligne le 27 mai 2020, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/46275 ; DOI : 10.4000/critiquedart.46275

Haut de page

Auteur

Denys Riout

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals