Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2018Grand bassin : performances

2018

Grand bassin : performances

Lilian Froger
Grand bassin : performances
Grand bassin : performances

Nantes : Zéro2 éd., 2018, 127p. ill. en noir et en coul. 23 x 17cm, fre/eng

ISBN : 9782916998084

Textes de Sylvie Blocher, Wilson Le Personnic, Chantal Pontbriand, Mickaël Roy

Haut de page

Texte intégral

1Grand bassin documente un programme de performances qui, comme son titre le laisse supposer, s’est déroulé dans une piscine – la piscine municipale Pierre et Marie Curie à Mulhouse –, le temps d’un week-end de juin 2017. Chacune des trois performances annoncées a eu lieu dans les locaux de la piscine pendant les heures d’ouverture, parmi les baigneurs, nageurs ou aqua-gymnastes présents. Avec La Visite, Agathe Berthaux Weil conçoit une conférence-performance qui ressemble de prime abord à une visite guidée des bains municipaux. Habillée d’un tee-shirt siglé « Mulhouse Alsace agglomération », de sandales en plastique et d’un trousseau de clefs autour du cou, elle a tout de l’employée de piscine. Elle promène son groupe de visiteurs dans les couloirs carrelés, distille des informations historiques et présente le système de chauffage de la dernière piscine équipée d’une chaudière au charbon en France. Ce faisant, elle expose à son auditoire de complexes problèmes théoriques sur le vide et le plein, selon des raisonnements logiques qui glissent « vers un usage cocasse voire absurde du langage comme outil de communication » (p. 55). La performance Je m’appelle junky/tout va bien de Yuni Hong est plus politique. En hommage à un ami transgenre aujourd’hui décédé, l’artiste revêt des prothèses en mousse d’attributs masculins ou féminins (une imposante paire de seins, un ventre de femme enceinte, un pénis, des épaulettes de footballeur américain) qui lui servent d’accessoires et qu’elle jette au fur et à mesure dans l’eau, parmi les nageurs. Elle matérialise ainsi une possible fluidité et perméabilité du milieu aquatique, des genres, des corps, des identités. Enfin, Aurélie Ferruel et Florentine Guédon proposent Labeur, une performance évoquant à la fois le travail des porteuses d’eau (de Sardaigne, de Corse, de Bretagne) et celui du personnel municipal pour l’entretien de la piscine (ménage, nettoyage des ferronneries en laiton, lavage des serviettes pour les bains municipaux, alimentation de la chaudière). Habillées de pagnes orange et de colliers violets, elles remplissent d’eau des pots qu’elles versent dans une sculpture anthropomorphe en terre cuite. Ce rituel, réalisé en plein cours d’aquagym, est suivi d’une procession pour accompagner la sculpture vers de grandes graines en bois à arroser. Dans la lignée de leurs œuvres antérieures, Labeur est la réunion d’un rituel, de savoir-faire anciens et de gestes performés. On remarque surtout que même dans la chaleur humide d’une piscine, Aurélie Ferruel et Florentine Guédon éveillent une fois de plus avec allégresse l’imaginaire agricole et son vocabulaire symbolique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Froger, « Grand bassin : performances », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 27 mai 2020, consulté le 16 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/46542

Haut de page

Auteur

Lilian Froger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search