Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2018Ann Veronica Janssens

2018

Ann Veronica Janssens

Christophe Domino
Ann Veronica Janssens
Ann Veronica Janssens

Helsinki : Museum of Contemporary Art Kiasma ; Villeurbanne : Institut d’art contemporain ; Rouen : SHED Centre d’art contemporain de Normandie, 2018, 183p. ill. en coul. 27 x 20cm, eng/fre

Biogr.

ISBN : 9789527067741

Préf. de Nathalie Ergino, Julie Faitot, Leevi Haapala, Jonathan Loppin. Textes de Laura Lindstedt, Marja Sakari, Clélia Zernik

Haut de page

Texte intégral

1La coédition de ce catalogue est le fruit de la collaboration de trois institutions – l’Institut d’art contemporain de Villeurbanne, Le Centre d’art contemporain de Normandie et le Museum of Contemporary Art Kiasma d’Helsinki – qui ont organisé une exposition ambitieuse de l’artiste belge Ann Veronica Janssens de mars 2017 à janvier 2019. Selon chaque lieu, l’artiste a repris, adapté ou produit des pièces majeures, conférant à l’ensemble des expositions la valeur d’une rétrospective et faisant de ce catalogue un livre de référence. La nature phénoménologique du travail rend très précieuses les captations des situations d’exposition, auxquelles le catalogue consacre une iconographie attentive. Les essais (bilingues) de Marja Sakari, « De l’invisible au visible ; du limité à l’illimité » (p. 79-91), Clélia Zernik, « Expérimenter : à perte d’objet » (p. 121-134), et Laura Lindstedt, « Des Inconnus à la faveur de l’art » (p. 147-160), cernent les conditions proposées à la perception de dimensions sensorielles puissantes – permises par une « approche quasi scientifique » des phénomènes sensibles (M. Sakari, p. 88) –, et la place faite à l’interaction dans la création d’Ann Veronica Janssens. La mise à nu de la perception par les dispositifs lumineux, les miroirs, les brouillards invite le spectateur qui « s’y expose au risque de la dissolution de l’objet, de la perte du corps propre et de l’évaporation » (C. Zernik, p. 130). La rigueur élémentaire de l’artiste confine cependant les deux premiers essais à la description des outils et effets perceptifs, non sans justesse bien sûr. Mais la romancière fait de l’invisibilité et de l’immatérialité singulières des œuvres le point d’ouverture vers l’autre. Elle note : « […] la question la plus importante ouverte par les espaces de brouillard de Janssens ne s’enroule pas à moi, à ma corporéité, mais à l’autre existant » (L. Lindstedt, p. 158). Elle introduit une dimension humaniste dans une œuvre qu’il ne faut certainement pas réduire aux moyens mis en œuvre et aux processus de réalisation, à leur rigueur, à leur maîtrise, qui visent en fait à son paradoxal effacement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Domino, « Ann Veronica Janssens », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 27 mai 2020, consulté le 11 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/47129

Haut de page

Auteur

Christophe Domino

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search