Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2018Sexe, race & colonies

2018

Sexe, race & colonies

Adam Evrard
Sexe, race & colonies
Sexe, race & colonies

Paris : La Découverte, 2018, 544p. ill. en noir et en coul. 32 x 30cm

Bibliogr.

ISBN : 9782348036002. _ 65,00 €

Sous la dir. de Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Gilles Boëtsch, Christelle Taraud, Dominic Thomas. Préf. d’Achille Mbembe, Jacques Martial. Postf. de Leïla Slimani.

Haut de page

Texte intégral

1Sexe, race et colonies étudie les rapports de pouvoir et de domination à l’encontre des personnes racisées. Ces rapports s’articulent autour de la construction du corps de « l’autre » et des fantasmes que cela engendre. En pas moins de 543 pages, plus de cent auteurs analysent les rapports entre colonisation/impérialisme, sexualité et « race » sur plus de six siècles, de 1420, époque des grandes explorations, à nos jours. L’étude est divisée en quatre parties – « Fascinations 1420-1830 », « Dominations 1830-1920 », « Décolonisations 1920-1970 », « Métissages depuis 1970 » – dont il faut avant tout retenir la chronologie plutôt que la terminologie. Cette dernière peut être sujette à débat, en particulier concernant les deux premières parties : les XVe et XVIe siècles n’étant pas dénués de domination et inversement, la fascination n’est pas absente au XIXe siècle. De fait, l’ensemble des contributions démontre que la dynamique attraction/aversion est une constante qui aboutit à une violence sur les corps racisés et ce dans l’ensemble des quatre périodes. Si cet « autre » racisé est étudié à partir de deux centres principaux, la France et les Etats-Unis, les empires européens (britannique, portugais, etc.) mais aussi ottoman ou japonais sont évoqués, constituant ainsi une analyse complète sur l’ensemble des continents. Cette histoire de la domination des corps racisés se construit à partir de sources iconographiques : peinture, gravure, affiche, photographie, film et spectacle. Abondamment illustré – plusieurs centaines de reproductions – les images sont convoquées comme preuves avec pour parti pris de montrer ce corpus violent et obligatoirement dérangement de corps caricaturés, objectivés, humiliés, violés. Cette étude ambitieuse est nécessaire à la fois pour éclairer une partie de l’histoire refoulée, taboue, et pour comprendre l’héritage qui en découle et le déconstruire. Jacques Martial le souligne clairement dans sa préface : « […] c’est bien cette histoire-là qu’il me faut, qu’il nous faut regarder en face, pour douloureuse ou dérangeante qu’elle soit. C’est bien elle qu’il nous faut connaître pour mieux comprendre comment certains modèles sociaux et sociétaux se sont construits, nous ont construits et nous animent encore. C’est au prix de cet effort que l’on pourra peut-être les déconstruire et ainsi se libérer des chaînes mentales qui, aujourd’hui encore, entravent notre liberté » (p. 11). En effet, les mêmes codes de domination constatés tout au long de l’ouvrage apparaissent à nouveau sur les photographies issues du scandale de la prison Abou Ghraib en 2004-2005. Ainsi le rapport à « l’autre » au XXIe siècle reste ancré dans un système de pouvoir et de domination hérité de 600 ans de colonisation, d’impérialisme et la déconstruction de ces rapports est loin d’être achevée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adam Evrard, « Sexe, race & colonies », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 27 mai 2020, consulté le 14 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/47156

Haut de page

Auteur

Adam Evrard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search