Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2018Jean-Luc Moulène : dessins 1977-2...

2018

Jean-Luc Moulène : dessins 1977-2016

Yoann Van Parys
Jean-Luc Moulène : dessins 1977-2016
Jean-Luc Moulène : dessins 1977-2016

Dijon : Les Presses du réel, 2018, 152p. ill. en noir et en coul. 25 x 20cm, fre/eng

ISBN : 9782378960445. _ 28,00  €

Texte de Michel Blancsubé

Haut de page

Texte intégral

1Jean-Luc Moulène continue à être une espèce d’énigme de l’art français à lui seul. A peine aurait-on tenté de le cantonner dans une zone de travail définie (par exemple dans une critique sociale à travers sa fameuse série des Objets de grève ou de sa belle et ironique série de photographies dénommée La Vigie documentant la vie des plantes sauvages poussant dans les interstices du béton non loin d’un lieu parisien où se déroulent régulièrement des manifestations porteuses de toutes sortes de revendications) qu’on le retrouverait ailleurs. Il y a ainsi toutes ces sculptures qu’il a pu montrer partout dans le monde, de la Dia:Beacon de New York à la Punta della Dogana de Venise, qui hybrident notamment des fragments de statues anciennes et des matériaux plus contemporains. Œuvres qui semblent plus volontiers parler de l’ère de digestion et de reconfiguration numérique dans laquelle nous sommes dernièrement entrés. Un art du grand écart donc, qui est assez habile dans la mesure où il semble pouvoir résonner autant avec l’imaginaire européen (très porté sur la lutte sociale et l’histoire) qu’anglo-saxon (très porté sur le futur, la candeur de l’invention, le positivisme voire le libéralisme). Versatilité dont sa carrière à l’international est la preuve éclatante. A présent, voici qu’il nous revient avec un livre, publié communément par la Galerie Piétro Spartà de Chagny et Les Presses du réel, qui s’offre comme le catalogue d’une exposition rétrospective de ses dessins, s’étant tenue dans ladite galerie et couvrant près de quarante années de production. De toute évidence, ce ne sont pas non plus les dessins qui vont éclairer l’énigme Jean-Luc Moulène. En vérité, l’énigme est intrinsèque au travail ; elle est « injectée » dans la forme. Il y a même une certaine dépendance à l’énigme. D’où le vœu d’irrésolution. Les dessins reproduits ici jouent de la même logique de relance et de métamorphose vue ailleurs. En les observant, on pourrait voir passer les ombres d’autres dessinateurs/sculpteurs tels que Mark Manders, Joseph Beuys ou Dieter Roth. Mais de telles comparaisons demeureraient de simples repères formels. Il incombe à Michel Blancsubé de rédiger un texte qui accompagne ce catalogue des dessins. Il procède par petites touches, tente quelques rapprochements, comme avec Antonin Artaud, sans se risquer à en faire une thèse. Il rappelle des anecdotes du parcours de l’artiste inscrites peu ou prou dans les dessins, relève quelques allusions plus autobiographiques. Mais toujours se prémunit d’en faire l’unique axe de lecture ; sans doute parce que le travail est ainsi, se dérobe. D’où une écriture critique qui suit ce rythme ondulant, pluriel, changeant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yoann Van Parys, « Jean-Luc Moulène : dessins 1977-2016 », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 27 mai 2020, consulté le 13 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/47287

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search