Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2018Béatrice Balcou

2018

Béatrice Balcou

Johanna Renard
Béatrice Balcou
Béatrice Balcou

Valence : Captures ; Marne-la-Vallée : La Ferme du Buisson, 2018, 34p. ill. 22 x 14cm, (Digressions), fre/eng

ISBN : 9782955877876. _ 6,00 €

Textes de Béatrice Balcou, Christophe Gallois, Julie Pellerin, Emilie Renard

Haut de page

Texte intégral

1Si la publication des entretiens d’artistes est en plein développement, elle demeure assez marginale. C’est tout le mérite des petits carnets d’entretiens d’artistes édités par les éditions Captures en collaboration avec le Centre d’art contemporain de la Ferme du Buisson que d’offrir un espace éditorial pour des dialogues à bâtons rompus. La présente conversation à quatre voix, menée conjointement par Christophe Gallois, Julie Pellegrin et Emilie Renard, a été publiée à l’occasion de l’exposition monographique de Béatrice Balcou, L’Economie des apostrophes, à la Ferme du Buisson du 11 novembre 2018 au 10 février 2019. Il s’agissait de la première exposition personnelle importante en France de cette artiste qui s’intéresse à la mise en travail de l’art, de la régie à la médiation, à travers des objets répliqués et des rituels d’exposition. Interrogeant la valeur de l’art et la présence matérielle et immatérielle de l’œuvre, l’artiste initie des cérémonies collectives qui explorent la gestualité et la temporalité de tâches techniques encadrées par l’institution : déballer, installer, remballer l’œuvre d’un autre artiste. En l’occurrence, la discussion, ou la « digression », pour reprendre le nom de la collection d’entretiens, se penche sur l’attention aux choses et sur « l’économie de la discrétion » (p. 6) au cœur des protocoles cérémoniels. C’est la calme énergie du rituel japonais de la cérémonie du thé, source d’inspiration principale de Béatrice Balcou, qu’elle envisage comme un « art de la relation », qui prédomine dans ces échanges. Le vide, le « pas grand-chose », la temporalité de la tâche, l’éthique du care et la dimension politique du travail : la conversation aborde le processus de création de manière précise, approfondie et respectueuse. On retrouve d’ailleurs quelque chose de la qualité affective sobre et mesurée de l’œuvre dans les réponses claires, directes et concises de l’artiste : « ne pas être trop présente en tant qu’auteure » (p. 4), ambitionne-t-elle. Avec délicatesse et précision, ce carnet d’entretien représente une belle entrée dans le travail et la méthode de Béatrice Balcou.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Johanna Renard, « Béatrice Balcou », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 27 mai 2020, consulté le 04 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/47432

Haut de page

Auteur

Johanna Renard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search