Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53L'Histoire revisitéeSituation de l’Art brut

L'Histoire revisitée

Situation de l’Art brut

Marc Décimo
p. 156-162
Traduction(s) :
The Art Brut Situation
Art Brut et psychanalyse : une exploration du processus de création
Pascal Roman, Art Brut et psychanalyse : une exploration du processus de création

Lausanne : Collection de l’Art Brut ; Gollion : Infolio, 2018, 112p. ill. en coul. 19 x 13cm, (Contre-courant)

ISBN : 9782884743198. _ 12,50 €

L’Art Brut existe-t-il ?
L’Art Brut existe-t-il ?

Paris : Lienart, 2019, 264p. ill. en noir et en coul. 25 x 19cm

ISBN : 9782359062687. _ 27,00 €

Sous la dir. de Laurence Bertrand Dorléac, Laurent Gervereau

Edith Boissonnas : l’écriture à l’état brut
Edith Boissonnas : l’écriture à l’état brut

Genève : MétisPresses, 2019, 331p. ill. en noir et en coul. 21 x 13cm, (Voltiges)

Bibliogr. Biogr. Index

ISBN : 9782940563517. _ 24,00 €

Sous la dir. de Dominique Kunz Westerhoff, Daniel Maggetti, Muriel Pic

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’Art brut, Paris : Citadelles & Mazenod, 2018. Sous la dir. de Martine Lusardy
  • 2 « Devenir de l’Art brut : de l’anonymat à la notoriété, origines et frontières, éthique et esthétiq (...)
  • 3 Breton, André. La Clé des champs, Paris : Editions du Sagittaire, 1953. Dessins de Joan Miró
  • 4 Mac Gregor, John M. The Discovery of the Art of the Insane, Princeton, N.J., Princeton University P (...)

1Il est remarquable de constater qu’au cours de ces dernières années quelques publications ont tenté de faire le point autour de la notion d’Art brut, dont celle dirigée par Martine Lusardy1 ou le dossier « Devenir de l’Art brut »2 de la revue Ligeia. Sans doute ces tentatives sont-elles dues aux extensions que la notion n’a cessé de subir. L’opportunité de définir mieux l’Art brut s’est donc fait sentir. Jean Dubuffet avait certes déjà, lui-même, contribué à cet élargissement, en créant la collection « Neuve Invention », une zone limitrophe qui lui permettait de resserrer les critères, délicats à établir, autour d’une collection-étalon qu’il élaborait. Tôt, dans La Clé des champs3, André Breton s’était inquiété d’esquisser de quelles traditions aliénistes procédait la pensée dubuffétienne, du moins en France, en éparpillant quelques noms. Les historiens, par la suite, ne pouvaient manquer de préciser ces contextes et il y a fort à parier que, dans les années suivantes, se multiplieraient autour de « l’art des fous » de telles études en poursuivant par exemple l’investigation du côté de pays comme la Russie et l’Europe de l’Est. Lydia Couet doit bientôt soutenir à l’université de Bourgogne Franche-Comté une thèse intitulée Soigner la folie et collectionner « l’art des fous ». L’art asilaire au XIXe siècle : archéologie de l’Art brut. On se souviendra de l’ouvrage fondamental de John M. MacGregor paru en 1989, The Discovery of the Art of the Insane4. Les activités de la figure hégémonique du médecin et criminologue Cesare Lombroso mériteraient aussi certainement une réévaluation, ce à quoi encourage le musée d’anthropologie criminelle de Turin, qui a entrepris de diffuser la documentation conservée.

  • 5 Bargues, Cécile. « Dada et les enfants. Il n’y a pas d’œil innocent », L’Art Brut existe-t-il ?, Pa (...)
  • 6 Gervereau, Laurent. « Pourquoi un "art brut" ? », L’Art Brut existe-t-il ?, op. cit., p. 11

2Cerner les pratiques prétendues « naïves » exige de la précision. A ce titre, L’Art naïf (1994) de Charles Schaettel dans la collection Que sais-je ?, reste un outil nécessaire pour avoir établi une grammaire générale des œuvres qu’il considère comme telles. Les faiseurs n’ont pas fait défaut, ce qui indique l’engouement du public et que des éléments stylistiques sont assignables. Dans les actes du colloque récent L’Art brut existe-t-il ?, certaines études portent sur l’ambiance contextuelle, c’est-à-dire qu’elles établissent comment les œuvres phares de la collection de Jean Dubuffet s’inscrivent nécessairement dans la culture occidentale du milieu du XIXe siècle. Cécile Bargues rappelle la fascination dadaïste pour l’art des enfants5 et Laurent Gervereau, dans la préface à l’ouvrage, l’attrait d’un Maurice de Vlaminck pour « les dessins de gosses »6 : le peintre y voit la vérité à l’œuvre, une sorte de pulsion créatrice qu’on doit supposer « pure ». La tâche n’est pas épuisée. Il y aurait beaucoup à étudier du côté des spirites. Je renvoie à l’exposition actuelle Lesage, Simon, Crépin : peintres, spirites et guérisseurs au LaM (4 octobre 2019-5 janvier 2020). Peut-on caler Auguste Lesage et Victorien Sardou dans le même compartiment ? Il est évident que l’examen au cas par cas est une exigence et que les critères sont à travailler et à affiner toujours.

  • 7 Roman, Pascal. Art brut et psychanalyse : une exploration du processus de création, Lausanne : Coll (...)

3Dans Art brut et psychanalyse, Pascal Roman s’en tient à « une exploration du processus créatif », sans entrer dans l’étude laborieuse d’une psychobiographie pour les cas dont il traite. Là n’est pas son objet. Dans la lignée surtout de Didier Anzieu, lequel séquence dans le laboratoire de la vie psychique le travail du rêve, du deuil et de la création, et dans la lignée de Michel de M’Uzan qui y voit plutôt le traitement de traces traumatiques précises, Pascal Roman entend généraliser et « enrichir une modélisation psychanalytique du processus de symbolisation »7.

  • 8 Pravdová, Anna. Schmitt, Bertrand. « Retour aux limbes de l’Art brut. Jan Křížek et le "sous-sol Ta (...)
  • 9 Brun, Baptiste. Jean Dubuffet et la besogne de l’Art brut : critique du primitivisme, Dijon : Les P (...)
  • 10 Marquette, Isabelle. Brun, Baptiste. « L’Art brut : manie de Jean Dubuffet », L’Art brut existe-t-i (...)
  • 11 Hugo, Daniel. « Histoires exclusives. "Art brut" et "Art psychopathologique" au tournant des années (...)
  • 12 Jakobi, Marianne. « L’Art brut, une invention partagée avec André Breton ? », ibid., p. 68-75

4Le cercle tracé autour de Jean Dubuffet mérite attention, même s’il est probable qu’il ne réserve plus de surprise majeure. Il faut maintenant fouiller les recoins. Ainsi en est-il de ce travail effectué autour d’Edith Boissonnas, une proche méconnue de Jean Dubuffet et de Jean Paulhan, l’un des cofondateurs de la Compagnie de l’Art brut, et figure majeure du paysage culturel des années d’après-guerre. Dans L’Art brut existe-t-il ?, Anna Pravdovà et Bertrand Schmitt attirent l’attention sur Jan Křížek, un sculpteur d’origine tchèque8. Toutes les études du contexte immédiat, ou plus ou moins lointain, tendent à expliciter l’émergence de la notion. Elles sont précautionneusement à fixer. Baptiste Brun s’y est employé, non seulement dans Jean Dubuffet et la besogne de l’Art brut : critique du primitivisme9, mais aussi avec Isabelle Marquette dans L’Art brut existe-t-il ?10 ; Hugo Daniel s’y attèle à propos de l’art psychopathologique des années 195011, ainsi que Marianne Jakobi12, par ailleurs cobiographe de Jean Dubuffet.

  • 13 Del Curto, Mario. « Promenade », ibid., p. 126-131
  • 14 Pizzorni, Florence. « Ballade haïtienne, en toute naïveté ? », ibid., p. 136-145
  • 15 Pascal, Laurent. « Pourquoi la musique brute est-elle invisible ? », ibid., p. 146-149
  • 16 Fiat, Léontine. « Cinémodeste », Ibid., p. 250-255
  • 17 Gérard, Bruno. « Le Centre La Pommeraie et la Fondation Paul Duhem en Belgique », ibid., p. 132-135
  • 18 Dahan, Ariane. « Le Club artistique à la Fondation John Bost », ibid., p. 198-209
  • 19 Pernoud, Emmanuel. « Les Tableaux d’un pâtissier, les sculptures d’un bouchonnier : la double activ (...)

5La prospection n’est cependant pas que tournée vers le passé. Le succès de la notion est surtout désormais lié aux extensions que les orpailleurs de l’Art brut n’ont cessé d’étendre, sous des prétextes variés, capitalistes, symboliques, anthropologiques. Ce qui se circonscrivait initialement dans une zone restreinte de l’Europe occidentale s’est grossi ces dernières années d’une quête internationale. Cela a eu pour effet de renouveler les approches du phénomène à tous les continents (Mario del Curto13 ; Florence Pizzorni14. L’attention s’est également déplacée vers des supports comme la photographie, la musique (Laurent Pascal15), les sites Internet, (ceux-ci pouvant faire l’objet de pratiques hétéroclites) et le « cinémodeste », forgerie sémillante due à Léontine Fiat16. Ces décentrements ne sont pas que géographiques ou disciplinaires. La notion d’Art brut s’est étendue au handicap, à la déficience physique ou mentale (Bruno Gérard, à propos de la Fondation Paul Duhem17 ; Arianne Dahan, à propos de la Fondation John Bost18). Certains cas, cependant, en relevaient déjà. Judith Scott, par exemple, souffrait d’une trisomie. Un argumentaire humaniste, proche de celui autrefois développé par les aliénistes, inattaquable, a justifié cette ouverture. La question esthétique vient toutefois inévitablement se reposer. Que retenir de ces productions ? Qui – quel œil – saura discerner ce qui serait susceptible d’être « artifié » ou pas ? Qui, en place de Jean Dubuffet, repèrera parmi toutes ces pratiques le discours résolument différent, idiosyncratique ? Si l’œuvre ne doit jamais être déliée de ses conditions d’énonciation et attester de l’origine sociale plutôt modeste du créateur, de son isolement, de son autodidactisme (ce sont des tendances) ou de sa « double activité » (Emmanuel Pernoud19), qui sera autorisé à vérifier la possible falsification ?

  • 20 Georges Focus : la folie d'un peintre de Louis XIV, Paris : Beaux-arts de Paris éditions, 2018 (sou (...)
  • 21 Surlapierre, Nicolas. « Focus se croyant roi », L’Art Brut existe-t-il ?, op. cit., p. 150-159
  • 22 Bouvard, Emilie. « Etre "brute" pour être vue, quelques artistes femmes des années 1960 », ibid., p (...)
  • 23 Moulinié, Véronique. « Les Environnements singuliers : monument historique vs partimoine local », i (...)
  • 24 Rousseau, Valérie. « Reconnaissance de l’Art brut : les enjeux de l’appropriation », ibid., p. 210- (...)

6Enfin, après les dadaïstes, les surréalistes et à l’instar de Jean Dubuffet, le panorama s’est augmenté du fait que quelques artistes contemporains ont trouvé des confirmations parmi certains créateurs d’Art brut pour l’exercice de leur pratique, dans le choix par exemple de matériaux de récupération, dans le bricolage, pour la quête de formes. Ce à quoi, informés par les médias, nombre de créateurs d’Art brut font aujourd’hui écho en s’autoproclamant « artistes ». La donne, la représentation qu’ils se font de leur activité, est changée. De même se trouve en somme majorée par rétromotivation la vision que l’on a d’un Georges Focus – artiste du XVIIe siècle devenu fou –, qu’une récente exposition20 aux Beaux-arts de Paris et un catalogue de 447 pages ont remis au goût du jour (Nicolas Surlapierre21). La vision des femmes de l’Art brut dans les années 1960 est analysée d’après la focale des actuelles théories du genre (Emilie Bouvart22). Corollaire immédiat et inévitable de cet ensemble d’assertions, œuvres et environnements se retrouvent patrimonialisées (Véronique Moulinié23 ; Valérie Rousseau24). Le destin de l’Art brut est ainsi jalonné de temps forts et d’autres plus faibles, syncopes qui le rendent visible, polémique, actuel, changeant, vivant. Telle serait grosso modo la situation de la notion en 2019 dans ses perspectives diverses et ses processus de reconnaissance. L’Art brut ne cesse d’être reconfiguré, dégrossi et repoli, notion à la fois resserrée et élargie.

Haut de page

Notes

1 L’Art brut, Paris : Citadelles & Mazenod, 2018. Sous la dir. de Martine Lusardy

2 « Devenir de l’Art brut : de l’anonymat à la notoriété, origines et frontières, éthique et esthétique du regard, Art brut et éducation », Ligeia, n° 53-54-55-56, juillet-décembre 2004, (Dossiers sur l’art). Voir aussi plus récemment, « Art brut y es-tu ? : art et psychopathologie, Art-thérapie en situation, Arts bruts, Art et médiation thérapeutique, Art singulier, Outsider Art », Ligeia, n° 161-164, janvier-juin 2018, (Dossiers sur l’art)

3 Breton, André. La Clé des champs, Paris : Editions du Sagittaire, 1953. Dessins de Joan Miró

4 Mac Gregor, John M. The Discovery of the Art of the Insane, Princeton, N.J., Princeton University Press, 1989

5 Bargues, Cécile. « Dada et les enfants. Il n’y a pas d’œil innocent », L’Art Brut existe-t-il ?, Paris : Lienart, 2019, p. 34-41. Sous la dir. de Laurence Bertrand Dorléac, Laurent Gervereau

6 Gervereau, Laurent. « Pourquoi un "art brut" ? », L’Art Brut existe-t-il ?, op. cit., p. 11

7 Roman, Pascal. Art brut et psychanalyse : une exploration du processus de création, Lausanne : Collection de l’Art brut ; Gollion : Infolio, 2018, p. 37, (Contre-courant)

8 Pravdová, Anna. Schmitt, Bertrand. « Retour aux limbes de l’Art brut. Jan Křížek et le "sous-sol Tapié" », L’Art brut existe-t-il ?, op. cit., p. 94-103

9 Brun, Baptiste. Jean Dubuffet et la besogne de l’Art brut : critique du primitivisme, Dijon : Les Presses du réel, 2019, (Œuvres en sociétés)

10 Marquette, Isabelle. Brun, Baptiste. « L’Art brut : manie de Jean Dubuffet », L’Art brut existe-t-il ?, op. cit., p. 76-81

11 Hugo, Daniel. « Histoires exclusives. "Art brut" et "Art psychopathologique" au tournant des années 1950 », ibid., p. 42-47

12 Jakobi, Marianne. « L’Art brut, une invention partagée avec André Breton ? », ibid., p. 68-75

13 Del Curto, Mario. « Promenade », ibid., p. 126-131

14 Pizzorni, Florence. « Ballade haïtienne, en toute naïveté ? », ibid., p. 136-145

15 Pascal, Laurent. « Pourquoi la musique brute est-elle invisible ? », ibid., p. 146-149

16 Fiat, Léontine. « Cinémodeste », Ibid., p. 250-255

17 Gérard, Bruno. « Le Centre La Pommeraie et la Fondation Paul Duhem en Belgique », ibid., p. 132-135

18 Dahan, Ariane. « Le Club artistique à la Fondation John Bost », ibid., p. 198-209

19 Pernoud, Emmanuel. « Les Tableaux d’un pâtissier, les sculptures d’un bouchonnier : la double activité selon Dubuffet », ibid., p. 82-87

20 Georges Focus : la folie d'un peintre de Louis XIV, Paris : Beaux-arts de Paris éditions, 2018 (sous la dir. d’Emmanuelle Brugerolles)

21 Surlapierre, Nicolas. « Focus se croyant roi », L’Art Brut existe-t-il ?, op. cit., p. 150-159

22 Bouvard, Emilie. « Etre "brute" pour être vue, quelques artistes femmes des années 1960 », ibid., p. 88-93

23 Moulinié, Véronique. « Les Environnements singuliers : monument historique vs partimoine local », ibid., p. 178-187

24 Rousseau, Valérie. « Reconnaissance de l’Art brut : les enjeux de l’appropriation », ibid., p. 210-217

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Décimo, « Situation de l’Art brut », Critique d’art, 53 | 2019, 156-162.

Référence électronique

Marc Décimo, « Situation de l’Art brut », Critique d’art [En ligne], 53 | Automne/hiver, mis en ligne le 26 novembre 2020, consulté le 21 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/53885 ; DOI : https://doi.org/10.4000/critiquedart.53885

Haut de page

Auteur

Marc Décimo

Marc Décimo est professeur d’Histoire de l’art contemporain (Université Paris Nanterre). Ses derniers livres sont Sciences et pataphysique, 2 tomes (2014) ; Les Jocondes à moustaches (2014) ; Des fous et des hommes avant l’Art brut (2017) ; Le Texte à l’épreuve de la folie et de la littérature (avec Tanka G. Tremblay) (2017) ; Coloquintessence (2017).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search