Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2019L’Art conceptuel

2019

L’Art conceptuel

Emmeline Isaïa
L’Art conceptuel
L’Art conceptuel

Paris : IMEC éditeur : artpress, 2019, 200p. 18 x 13cm, (Les Grands entretiens d’artpress)

ISBN : 9782906705449. _ 10,00 €

Préf. de Catherine Millet

Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage sur l’art conceptuel n’entre pas dans la catégorie des beaux livres. On n’y trouve aucune reproduction des œuvres d’art faisant partie de ce courant artistique. Ce petit livre d’entretiens qui nous éclairent sur cette forme d’art fait partie de la collection Les grands entretiens d’artpress. Dix artistes aux nationalités diverses – John Baldessari, Robert Barry, Victor Burgin, Jan Dibbets, Dan Graham, Hans Haacke, Douglas Huebler, Joseph Kosuth, Bernar Venet, Laurence Weiner et le collectif Art & Langage – nous présentent leur définition de l’art conceptuel. Tous s’entendent pour dire que, plus qu’une simple recherche esthétique, l’art conceptuel essaie avant tout de transmettre une idée. Joseph Kosuth le définit comme « l’art-en-tant-qu’idée » (p. 125). L’artiste, à travers son œuvre, veut avant toute chose diffuser un message. Il utilise alors une association d’éléments visibles (texte, objet, photographie, etc), ou d’éléments implicites (le contexte, le lieu, etc.) pour transmettre l’information souhaitée. Le concept y prend plus d’importance que la dimension esthétique. Cette forme d’art offre un potentiel d’exploration illimitée, si ce n’est par la censure des institutions ou la réception du public. Ce mouvement artistique, peu compris à ses débuts par le public ou les institutions, est une réelle prise de position dans le monde de l’art et au sein de la société. Apparu dans les années 1960, l’art conceptuel a bouleversé les codes. Autrefois simple objet de consommation, l’art devient politique. Les artistes conceptuels se sont engagés dans une rébellion contre les institutions du monde artistique qui décident de ce qui est de l’art et ce qui ne l’est pas. Ils ont remis en cause le lien existant entre œuvre d’art et produit de consommation afin de privilégier le lien entre performance artistique et œuvre d’art. Enfin, ils se sont positionnés en dénonçant la corruption du marché de l’art et son manque d’éthique. L’art intègre ainsi le marché de la conscience. Dans ce nouvel espace artistique, le contexte de l’œuvre et la place du public changent. Parfois déstabilisant, l’art conceptuel cherche à faire réagir le spectateur. Le spectateur devient actif. L’œuvre d’art a besoin du spectateur pour exister. L’œuvre de Victor Burguin, A Lyon (1980), ne prend du sens qu’à travers l’interprétation du public. Le spectateur doit interpréter le sens d’une œuvre à partir de différents éléments (texte, image, contexte). C’est le regard du spectateur qui finalise l’œuvre, puisque plusieurs interprétations sont possibles. Avec l’œuvre de Dan Graham, Children’s Pavilion (1989), le spectateur, grâce à un jeu de miroir, devient partie intégrante de l’œuvre. L’art conceptuel rapproche donc le monde de l’art et la société. Il sort l’art de son milieu élitiste pour mieux le partager. Il s’expose hors des musées, privilégiant parfois les lieux publics. Le lieu de l’exposition de l’œuvre peut se transformer, lui aussi, en un élément constitutif de l’œuvre (Hans Haacke, Shapolsky et al. Manhattan Real Estate Holdings, a real time social system, as of May 1st, 1971). L’art conceptuel est un art parfois mal compris. Pourtant, il fait de l’art un véritable vecteur d’information. Loin des dictats de la société de consommation et de la culture de masse, il semble intéressant de prendre le temps de chercher à comprendre le message des artistes. Le décryptage des nombreuses œuvres présentées dans cet ouvrage vous y aidera.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmeline Isaïa, « L’Art conceptuel », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 26 novembre 2020, consulté le 23 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/54102

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search