Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2019 Jérémie Gindre, Image Canoë

2019

Jérémie Gindre, Image Canoë

Louise Quentel
Image Canoë
Jérémie Gindre, Image Canoë

Rennes : Sombres torrents, 2019, 56p. ill. en noir et en coul. 19 x12cm

ISBN : 9782490241040. _ 8,00 €

Haut de page

Texte intégral

1Les éditions Sombres torrents publient Image Canoë, court recueil composé de trois récits associés à des illustrations, conçu par l’artiste et écrivain suisse Jérémie Gindre. Les deux premiers textes « Image canoë » (p. 5-13) et « Le Cheval-qui-nage » (p. 17-36) s’apparentent à des essais. L’auteur fait part d’expériences imaginatives, suscitées par des lieux et des objets liés au territoire nord-américain. Plus précisément, c’est la rivière qui constitue le fil directeur de l’écriture. Tout commence en Europe, par une excursion en canot pneumatique sur les rives du Rhône. Dans les premières lignes d’« Image Canoë » (p. 5), Jérémie Gindre relate ce premier voyage qu’il fait au « Canada », ce lieu-dit situé en aval de la rivière franco-suisse. Le jeu intellectuel découlant de l’ambiguïté du toponyme suscite une plus large réflexion sur la puissance d’évocation que peuvent avoir les noms de lieu, à l’occasion d’un véritable voyage au Canada d’abord, aux Etats-Unis ensuite. Quelles images le nom d’un lieu (« Many Berries », « Chimney Coulee », « Hungry Hollow », etc., p. 6) suscite-t-il ? Comment l’imaginaire né du nom prépare-t-il la rencontre réelle avec ce lieu ? Jérémie Gindre appréhende ces enjeux avec sérieux et humour, en allant à la rencontre des toponymes. Il lit aussi avec attention les journaux de l’expédition Lewis & Clark, première traversée officielle du continent nord-américain d’est en ouest et retour (1804-1806). Ce voyage avait notamment pour mission de nommer les cours d’eau rencontrés, exercice qui « s’appuya sur des décisions parfois réfléchies, parfois prises à la va-vite : on utilisa d’abord gracieusement les noms des participants de l’expédition, puis ceux de personnalités politiques, ensuite aussi ceux de parents ou d’amis. […] [Les explorateurs] se fièrent également aux caractéristiques des différentes rivières, mais il arriva qu’à la longue l’inspiration faiblisse, au point de nommer La Théière un endroit où ils en avaient cassé une » (p. 10). « Image Canoë », donnant le titre au recueil, est l’un de ces toponymes élaborés par l’expédition. Il se serait imposé de lui-même lorsque les explorateurs rencontrèrent au croisement d’une île, telle une apparition, des Skilloots navigant sur leurs canoës. Le toponyme dont la « beauté (…) claque comme un drapeau dans le vent » fut finalement délaissé pour « aujourd’hui Hayden Island, une île mi-parc mi-zone industrielle de la banlieue de Portland, Oregon » (p. 11). L’approche archéologique de Jérémie Gindre se déploie également dans l’essai suivant « Le Cheval-qui-nage », enquête sur l’histoire du canoë et de ses représentations. Celles-ci sont d’ailleurs données à voir dans la série de dessins intitulée Connais ton canot (2019). L’ouvrage se clôture sur la nouvelle « Comment peindre une cascade » (p. 39-49) qui offre au lecteur le récit plaisant et métaphorique de l’excursion d’un couple, Tobias et Ilse, au bord des chutes de la Kootenay. Au gré d’une rencontre et de ses souvenirs, les pensées de Tobias dérivent tandis que sa femme, passionnée par la peinture de cascade, prépare un nouveau tableau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Quentel, «  Jérémie Gindre, Image Canoë », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 26 novembre 2020, consulté le 12 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/54422

Haut de page

Auteur

Louise Quentel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search