Navigation – Plan du site
Traduction

Archive Needs Poetry

Patrick Beurard-Valdoye
Traduction de Phoebe Clarke
p. 103-115
Archives sonores de la poésie
Archives sonores de la poésie

Dijon : Les presses du réel, 2019, 304p. ill. 24 x 17cm, (L'Ecart absolu)

Index

ISBN : 9782378960520. _ 24,00 €

Sous la dir. d’Abigail Lang, Michel Murat, Céline Pardo

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte original extrait de : Patrick Beurard-Valdoye, « L’archive a besoin des arts poétiques », Archives sonores de la poésie, Dijon : Les presses du réel, 2019, (L’écart absolu), p. 77-78 et 85-89

© Les presses du réel, 2019. Avec l’aimable autorisation de Patrick Beurard-Valdoye

/

Original text taken from : Patrick Beurard-Valdoye, « L’archive a besoin des arts poétiques », Archives sonores de la poésie, Dijon : Les presses du réel, 2019, (L’écart absolu), p. 77-78 et 85-89

© Les presses du réel, 2019. With the courtesy of Patrick Beurard-Valdoye

« Echo est bien plus intéressante que Narcisse »2

Comment la lecture poétique défie-t-elle l’archive ? Le recueil Archives sonores de la poésie, dont est issu le texte du poète et critique d’art Patrick Beurard-Valdoye, questionne la création de l’archive à la fois en tant qu’œuvre, document et trace. Œuvre, car toute archive est l’objet d’une création. Document, car l’archive est vouée à recueillir et organiser la production historique autour d’une personne, d’un événement ou d’un fait. Trace, enfin, car en collectant des documents dans des collections identifiables, l’archive les sauvegarde comme marque laissée dans le temps, aspirant à rendre celle-ci indélébile.

Le corpus singulier que constituent les lectures publiques faites par les poètes, le statut évanescent de la déclamation et de l’auralité (dimension sonore de l’écrit) distincte de l’oralité (qui met l’accent sur la respiration, la voix, la parole) nécessitent des méthodes de conservation appropriés. Un constat traverse tout le volume : en Angleterre, en Allemagne et aux Etats-Unis, le renouveau de la lecture publique datant des années 1950 coïncide avec le développement de l’audio criticism et la création de sites et archives dédiées. En France, en revanche, les enregistrements de lectures poétiques restent à ce jour éparpillés et aucun volet spécifique consacré à la poésie n’existe ni dans les Archives de la parole (créées dès 1913), ni sur Gallica, ni dans les archives de l’Ina. A une époque qui connaît l’avènement de l’archive numérique, via des sites expérimentaux tels UbuWeb ou PennSound, les éditeurs et contributeurs aux Archives sonores de la poésie ambitionnent de contrer la privatisation et l’exploitation commerciale des archives. Ils ont ainsi envisagé un site Web qui permettrait de référencer, d’indexer et de situer des enregistrements existants de poètes de langue française, mais aussi de contribuer à la préservation d’enregistrements importants et menacés.3

Au sein de ce projet, Patrick Beurard-Valdoye, artiste de l’écriture, place l’archive du côté d’Echo plutôt que de Narcisse, du côté de la reprise vocale amoureuse, plutôt que de la perte dans l’autocontemplation. Au lieu d’être un événement ponctuel, la poésie partagée à voix haute (hors studio) et son archivage constituent pour lui une vaste interrogation sur les arts poétiques et leur organisation. En retour, les arts poétiques, méditation sur les savoirs et leurs liens, permettent d’affiner les méthodes d’archivage. Patrick Beurard-Valdoye partage une conception élargie de la poésie où le « narré »4 (par opposition à la narration et au récit) est la forme singulière que prend chaque poème dans son rapport au réel, et qui est loin de se limiter à la seule écriture ; où l’exil, bien plus qu’un motif biographique – vécu par le poète aussi bien en Irlande qu’en Allemagne – est « un pôle inhérent de la poésie », exil dans sa langue maternelle et exil structurant la matière poétique même.5 Cette conception, nourrie entre autres de la figure du Dichter allemand, de dada et de musique contemporaine, pousse le poète à parler d’une « urgence d’enregistrer la voix lisant ».6

La lecture publique défie l’archivage car elle est affaire d’espace, de choix de gestes, de textes, de rythmes et de voix, de Sprachlichkeit [plasticité de la langue, selon la traduction qu’en propose Patrick Beurard-Valdoye], mais aussi d’écoute à double sens entre poète et auditoire. Elle a non seulement accompagné les premières expérimentations avec la talking machine d’Edison enregistrant des voix poétiques (Charles Cros, Robert Browning).7 Elle est au cœur de l’émergence des nouvelles prosodies modernes, jusqu’à l’expansion de la poésie dans l’espace, hors-page, au-delà ou en-deçà de l’écriture.

Deux figures tutélaires se démarquent dans le texte que nous traduisons ici : celle de Kurt Schwitters, exilé et modèle de conduite active dans un contexte hostile aux artistes, et celle de Joseph Beuys avec son intérêt pour la plasticité sculpturale du son. Engagé pour la poésie comme acte, enactment (Charles Olson) et pour la poésie action (Boris Pasternak, Ghérasim Luca, Bernard Heidsieck), Patrick Beurard-Valdoye réactive et transmet l’énergie de la parole poétique partagée. Sa recherche de méthodes, espaces, outils et moyens pour en assurer l’archivage est d’autant plus importante à une époque où l’écologie sonore représente un enjeu culturel et social décisif, et où la sortie de la page, la mise en espace et la performance vocale fécondent la pratique littéraire. Echo, la nymphe qui par ses reprises vocales éphémères garde le son vivant en elle, est intéressante en cela qu’elle figure à la fois l’utopie de la restitution de la voix intacte et la nostalgie de sa conservation.

Tania Vladova

/

“Echo is much more interesting than Narcissus”8

How do poetic readings challenge the creation of archives? The edited collection Archives sonores de la poésie, from which the following text by poet and art critic Patrick Beurard-Valdoye was taken, examines the creation of the archive as artwork, as document and as trace. As artwork, firstly, because every archive came into being through creation. As document, because the archive is aimed at collecting and organising historical productions that concern a person, an event, or a fact. And lastly, as trace, because by compiling documents into identifiable collections, the archive safeguards them as an imprint left in time, thus aspiring to make them last.

The unique corpus comprised of public readings performed by poets, and the evanescent status of declamation and aurality (the auditory dimension of writing) – which is different from orality (the latter emphasises breathing, voice and speech) – is a challenge to archival practice, thus requiring appropriate conservation methods. One observation permeates the volume: in the United Kingdom, Germany and the United States, the renewal of public readings in the 1950s coincided with the development of audio criticism and the founding of dedicated venues and archives. In France, however, existing recordings of poetry readings have not been unified and there is no specific section devoted to poetry either at the Archives de la parole [Archives of speech, created in 1913], on Gallica [the Bibliothèque nationale de France’s digital library] or in the Ina’s [Institut national de l’audiovisuel] archives. As digital archives are being developed in English-speaking contexts, via experimental websites such as UbuWeb and PennSound, the editors and contributors of Archives sonores de la poésie considered creating a website that would reference, index and locate the existing recordings of francophone poets, as well as contribute to preserving important and threatened recordings, in order to counter the privatisation and commercial exploitation of archives.9

In this project, Patrick Beurard-Valdoye, a writer-artist, connects archives with Echo rather than Narcissus, that is, with enamoured vocal reproduction rather than loss through self-contemplation. According to him, poetry shared out loud (excluding studio readings) and its archival are not merely a punctual event, but rather a broad exploration of poetic arts and their organisation. In return, poetic arts, as meditations on human knowledge and their interconnections make it possible to refine archival methods. Patrick Beurard-Valdoye shares an expanded concept of poetry. According to him, what is told [le narré]10 is what informs every poem in its relationship with reality. Poetry is far from being limited to the written form. It’s a matter of exile that is more than just a biographical motif, experienced by the author in Ireland and Germany; it’s an exile in one’s native language, that structures the very material of poetry, an “inherent pole of poetry.11 This notion, which derives, amongst others, from the figure of the German Dichter, dada, and contemporary music, has led him to allude to “the importance of recording voices reading poems.”12

Public readings challenge archives because they include space, the choice of gestures, texts, rhythms and voices, Sprachlichkeit [which Patrick Beurard-Valdoye translates as the plasticity of language], as well as listening, on the part of the poet and the audience alike. They took part in pioneering experimentations such as Edison’s talking machine, which recorded the voices of poets (Charles Cros, Robert Browning)13, as well as being crucial for the emergence of new modern prosody, including the expansion of poetry into space, beyond pages, beyond or below writing.

Two tutelar figures stand out in this text: Kurt Schwitters, an exile and an active model of conduct in a context that was hostile to artists, and Joseph Beuys, who was interested in sound’s sculptural plasticity. Committed to poetry as gesture and enactment (Charles Olson) as well as to poetry as action (Boris Pasternak, Ghérasim Luca, Bernard Heidsieck), Patrick Beurard-Valdoye reactivates and transmits the energy of shared poetic speech. His search for methods, spaces, instruments and ways for ensuring its archival is all the more important at a time when the ecology of sound represents a decisive cultural and social issue, and when exit from the page, transposition into space and vocal performance contribute to fertilising literary practices. Echo, the nymph whose ephemeral vocal reproductions kept sound alive inside her, is interesting inasmuch as she represents the utopia of integrally restoring voices and the nostalgia of their conservation.

Tania Vladova

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2021.

Aperçu du texte

No Echo

It is sometimes said that poets are narcissistic.

But often, it is forgotten that Narcissus is as narcissistic as he is deaf to Echo’s call.

Echo is particularly interesting for the art of poe...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Beurard-Valdoye, « Archive Needs Poetry », Critique d’art, 54 | 2020, 103-115.

Référence électronique

Patrick Beurard-Valdoye, « Archive Needs Poetry », Critique d’art [En ligne], 54 | Printemps/été 2020, mis en ligne le 04 juin 2021, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/62108 ; DOI : https://doi.org/10.4000/critiquedart.62108

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals