Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2019 Pascal Rousse, Le Montage organ...

2019

Pascal Rousse, Le Montage organique : Eisenstein et la synthèse des arts

Yann Ricordel
Le Montage organique : Eisenstein et la synthèse des arts
Pascal Rousse, Le Montage organique : Eisenstein et la synthèse des arts

Genève : MétisPresses, 2019, 305p. ill. 21 x 14cm, (Voltiges)

Bibliogr.

ISBN : 9782940563562. _ 22,00 €

Préf. de Philippe Sers

Haut de page

Texte intégral

1En 2014, je terminais ma recension de l’ouvrage de Vincent Deville Formes du montage dans le cinéma d’avant-garde (Presses universitaires de Rennes, 2014) en écrivant qu’il pouvait constituer « le point de départ d’une reconsidération du montage et de formes apparentées dans tout le champ de la création ». L’ouvrage qui nous occupe ici constitue, à n’en pas douter, un sérieux jalon dans un contexte académique et éditorial où une véritable « école comparatiste » en matière d’histoire, non pas de, mais des arts, peine encore, aujourd’hui en 2020, à s’affirmer. En effet, le montage tel que l’a appréhendé Sergueï Eisenstein n’y est pas simplement envisagé comme moyen strictement formel, mais comme concept proprement moderne ou moderniste, de ce fait proprement avant-gardiste, et donc non pas simplement comme moyen de rendre compte du réel, mais de le faire advenir et de le transformer. On comprend merveilleusement, sous la plume de Pascal Rousse, dans une approche aussi philosophique qu’historienne, que le but pour Sergueï Eisenstein n’était donc pas du tout de réaliser par les moyens du cinéma cette Gesamtkunstwerk wagnérienne, si chère au XIXe en tant que « pseudo-monde à part », pour emprunter une expression à Guy Debord, mais bel et bien de prendre ce réel même à bras-le-corps. Alors que l’exposition L’œil extatique : Sergueï Eisenstein cinéaste à la croisée des arts donnait déjà à apprécier au centre Pompidou-Metz en 2019-2020 (commissariat d’exposition de Philippe-Alain Micahud et Ada Ackermann) l’extrême actualité de l’œuvre du cinéaste en tant que matérialisation d’une pensée visionnaire, l’ouvrage de Pascal Rousse s’inscrit manifestement dans un mouvement de redécouverte qui s’avère nécessaire au temps des écrans omniprésents d’instances politiques et économiques omnipotentes, au temps d’un monde en passe de devenir de bout en bout transparent à lui-même, un monde où, pour citer cette fois Maurice Blanchot, « tout sera oublié, même l’oubli ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Ricordel, «  Pascal Rousse, Le Montage organique : Eisenstein et la synthèse des arts », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 04 juin 2021, consulté le 27 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/62503

Haut de page

Droits d’auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search