Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2019Sculptures infinies : des collect...

2019

Sculptures infinies : des collections de moulages à l’ère digitale = Infinite sculpture: from the antique cast to the 3D scan

Iseult Cahen-Patron
Sculptures infinies : des collections de moulages à l’ère digitale = Infinite sculpture: from the antique cast to the 3D scan
Sculptures infinies : des collections de moulages à l’ère digitale = Infinite sculpture: from the antique cast to the 3D scan

Paris : Beaux-Arts de Paris éditions ; Lisbonne : Musée Calouste Gulbenkian, 2019, 176p. ill. en noir et en coul. 27 x 21cm, fre/eng

Biogr.

ISBN : 9782840566854. _ 39,00 €

Sous la dir. de Penelope Curtis. Textes d’Eduarto Duarte, Rita Fabiana, Elisabeth Lebreton, Thierry Leviez, Eckart Marchand, Armelle Pradalier, Victor dos Reis, Emmanuel Schwartz, Alice Thomine-Berrada

Haut de page

Texte intégral

1Issue d’une collaboration fructueuse entre les équipes des Beaux-Arts de Paris et du Musée Calouste Gulbenkian à Lisbonne, l’exposition Sculptures infinies – Infinite sculpture (4 décembre 2019-16 février 2020 aux Beaux-Arts de Paris ; 18 septembre 2020-25 janvier 2021 au Musée Calouste Gulbenkian de Lisbonne) met en formes, en mots et en œuvres la question du moulage et sa mutation depuis sa création dans l’Antiquité jusqu’à l’ère digitale. Le catalogue d’exposition (bilingue français/anglais) se divise en trois parties. De la page 23 à 64, de nombreux rappels historiques sur l’évolution de cette technique sculpturale balisent la lecture. De grandes notions mises en jeu par le moulage sont ainsi détaillées : la pratique sérielle, les copies des classiques, le moulage comme base d’étude pour les étudiants en art, la maniabilité de la technique : l’agrandissement et la réduction, la création d’un tout ou d’une section, etc. La lecture prend par la suite une tournure plus contemplative des pages 64 à 75 et 88 à 99 : le travail photographique en noir et blanc de Carlos Azevedo, capturant les collections de moulages dans les réserves des Beaux-Arts de Paris et de Lisbonne, témoigne d’une qualité de composition et de la finesse de son regard. Dans un dernier temps, le travail et les œuvres des artistes de l’exposition sont décrits et analysés. Figurent ainsi : David Bestué, Christine Borland, Steven Claydon, Michael Dean, Aleksandra Domanović, Simon Fujiwara, Asta Gröting, Olivier Laric, Jumana Manna, Charlotte Moth, Jean-Luc Moulène, Francisco Tropa, Xavier Veilhan, Marion Verboom, Daphne Wright, Heimo Zobernig. Tous, font pendant avec leurs travaux diversifiés, aux notions inhérentes au moulage cités précédemment. Ainsi les œuvres exposées explorent les thématiques de l’empilement, de la fragmentation, de la série, de l’imitation et de la référence à la statutaire classique, de la destruction, de la réduction ou encore de l’opacité et de la transparence. Sculptures infinies – Infinite sculpture, riche en écrits et en visuels, réinterroge la pratique du moule au sein de la pratique contemporaine. Evincé des lieux d’exposition et de monstration jusqu’au XIXe siècle, le moulage est présenté ici comme un objet d’art à part entière aux codes et enjeux singuliers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Iseult Cahen-Patron, « Sculptures infinies : des collections de moulages à l’ère digitale = Infinite sculpture: from the antique cast to the 3D scan », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 04 juin 2021, consulté le 16 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/62733

Haut de page

Droits d’auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search