Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55PortraitsHubert Duprat

Portraits

Hubert Duprat

Jean-Marc Huitorel
p. 76-78
Traduction(s) :
Hubert Duprat
Hubert Duprat
Hubert Duprat

Paris : Paris Musées, 2020, 176p. ill. en noir et en coul. 30 x 22cm

Bibliogr.

ISBN : 9782759604791. _ 35,00 €

Préf. de Fabrice Hergott

lire aussi

Marqueterie générale : Hubert Duprat
Bertrand Prévost, Marqueterie générale : Hubert Duprat

Bruxelles : La Part de l’Oeil, 2020, 88p. ill. en coul 26 x 21cm, (Diptyque)

ISBN : 9782930174532. _ 23,00 €

lire aussi

Hubert Duprat : Miroir du Trichoptère = The Caddisfly’s Mirror
Hubert Duprat : Miroir du Trichoptère = The Caddisfly’s Mirror

Lyon : Fage, 2020, 628p. ill. en noir et en coul. 34 x 23cm, fre/eng

Index

ISBN : 9782849756287. _ 45,00 €

lire aussi

Hubert Duprat : les écrits restent 1986-2019
Hubert Duprat : les écrits restent 1986-2019

Paris : MF, 2020, 352p. ill. 24 x 16cm

ISBN : 9782378040208. _ 24,00 €

lire aussi

Haut de page

Texte intégral

Hubert Duprat, 2020 © Frédéric Delpech, avec l’aimable autorisation de l’artiste

1Les Larves aquatiques de trichoptères avec leur étui (1980-1998) ont à la fois servi et desservi la prise en compte de l’œuvre d’Hubert Duprat. Elles l’ont servie en ce qu’elles l’ont fait connaître, tant leur dimension paradoxalement spectaculaire (leur taille n’excédant pas deux centimètres) avait pu impressionner ceux qui découvrirent ces pauvres et insignifiantes créatures produisant, grâce à l’entremise de l’artiste, des objets – fourreaux – d’une insigne beauté. Elles l’ont desservie parce qu’elles firent écran à une vision d’ensemble des pièces qui, sans qu’elles entrent en contradiction avec celles que l’on vient d’évoquer, en élargissent le propos, les intentions et la nature des manifestations.

2L’œuvre de cet artiste rare, dont les premières manifestations connues remontent au début des années 1980, se lisait un peu vite comme une métaphore de l’atelier, tantôt sous la forme de photographies (L’Atelier ou La Montée des images, 1983-1985), tantôt par l’inscription d’un dessin synecdoque, au moyen d’incrustations, dans du contreplaqué ou de tracés dans d’impressionnantes constructions en béton, représentant une plinthe, l’articulation d’un plancher et d’une cloison percée d’une porte (Marqueterie, 1986-1994). D’atelier à proprement parler, Duprat n’en a jamais eu. En revanche, ce qui donne forme à l’énergie de l’origine et du surgissement, à l’émerveillement de la première fois l’intéresse, le fascine et l’attache à l’étude. Cela explique son goût des constructions minérales, moins précieuses qu’éblouissantes, à l’élaboration desquelles il convoque l’ambre et le calcaire, le corail et la pyrite, le grès et la magnétite, toutes pièces qui doivent la force de leur apparition à une science consommée de la jonction et de l’attache. Une autre qualité des œuvres de Duprat réside dans leur monumentalité, des minuscules étuis des phryganes jusqu’aux amples développements du phare de Vassivière (Sans titre, 2008) ou aux Figures de Lyon (1991), quelles que soient leurs dimensions. C’est là une vertu de sculpteur et dans le cas de Duprat, elle provient de cette incroyable densité dont il dote chacune de ses réalisations (il importe peu ici qu’elles soient le fruit de ses mains ou de diverses délégations et collaborations). On retrouve cette qualité dans les œuvres invasives et saturantes, que celles-ci concernent la surface (La Montagne, 1993-1994 ; Sans titre, 2008 – plafond en mica du petit théâtre de Vassivière) ou le volume (Coupé-cloué, 1991-1994 ; A la fois, la racine et le fruit, 1997-1998).

3La recherche opiniâtre d’une première fois, non pas dans le sens historique mais dans celui d’une invention inédite, et où la force immédiate de l’objet n’a d’équivalent que l’ampleur et la durée des recherches qui le précèdent, explique également la généalogie d’une œuvre qui se réfère sans doute davantage à la nuit des temps qu’à l’histoire de l’art de l’époque moderne. En cela, précisément, l’œuvre d’Hubert Duprat est bien de son temps, un présent comme jamais tendu entre les abysses symétriques des origines et du devenir.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Hubert Duprat, 2020 © Frédéric Delpech, avec l’aimable autorisation de l’artiste
URL http://journals.openedition.org/critiquedart/docannexe/image/68046/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Huitorel, « Hubert Duprat », Critique d’art, 55 | 2020, 76-78.

Référence électronique

Jean-Marc Huitorel, « Hubert Duprat », Critique d’art [En ligne], 55 | Automne/hiver, mis en ligne le 30 novembre 2021, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/68046 ; DOI : https://doi.org/10.4000/critiquedart.68046

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search