Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55EssaiLa Campagne, le futur : art et ru...

Essai

La Campagne, le futur : art et ruralité au temps des crises

Camille Azaïs
p. 118-137
Traduction(s) :
The Countryside, the Future: Art and Rurality in Times of Crisis
Countryside: A Report: AMO Rem Koolhaas
Countryside: A Report: AMO Rem Koolhaas

Cologne : Taschen, 2020, 352p. ill. en coul. 16 x 10cm, eng

ISBN : 9783836584395

Sous la dir. de Troy Conrad Therrien. Préf. de Richard Armstrong

lire aussi

Haut de page

Notes de la rédaction

Camille Azaïs est la cinquième lauréate de l’aide à l’écriture et à la publication d’un essai critique, créée en 2016 dans le cadre d’une collaboration entre l’Institut français, l’Institut national d’histoire de l’art et la revue Critique d’art. Faisant l’objet d’un appel à candidatures annuel, cette aide permet aux lauréats d’effectuer des voyages pour visiter un ou plusieurs événements artistiques de leur choix et d’en faire l’analyse critique sous forme d’article. Elle s’inscrit dans un programme plus large de soutien à l’écriture sur l’art contemporain et à sa diffusion à l’international initié par l’Institut français dans le secteur des arts visuels, en partenariat avec le ministère de la Culture – Direction générale de la création artistique. Ce programme lui a permis, en partenariat avec l’INHA, de mettre en place plusieurs dispositifs qui favorisent la mobilité des chercheurs et celle des critiques d’art, la circulation de leurs idées et la traduction de leurs écrits.

L’article de Camille Azaïs prend comme point de départ l’intérêt croissant que l’art contemporain et ses acteurs, célèbres ou peu connus, portent à la ruralité. Conçu avant que la crise sanitaire actuelle ne rende patentes les défaillances et les impensés de l’aménagement urbain à grande échelle, son texte gagne en actualité. Mais son originalité n’est pas de circonstance. Camille Azaïs montre, en effet, que la campagne attire les artistes moins comme un lieu de création (différent de la ville, ressourçant, idéalisé) que comme une condition, comme un mode de travail qui affecte durablement les pratiques artistiques jusque dans la définition de leur objet. Les artistes et structures artistiques de différents pays que présente cet article pratiquent au quotidien l’expérience de l’art comme de l’écologie, n’hésitent pas à appeler à un « art utile », repensent le concept d’autonomie, interpellent nos habitudes de consommation artistique. Camille Azaïs leur donne ici une voix critique singulièrement forte, parfois polémique, jamais neutre ni complaisante, ouvrant ainsi un riche champ de réflexion et de débat.

Bonne lecture !

Elitza Dulguerova, conseillère scientifique du domaine Histoire de l’art du XVIIIe au XXIe siècle, INHA,

Adeline Blanchard, chargée de mission Arts Visuels, Département développement et coopération artistiques, Institut français

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2021.

Aperçu du texte

« Libre » © Camille Azaïs, 2020

Je n’apprends rien à personne : avec le Covid-19, la campagne est devenue un sujet d’actualité. Pendant le confinement, les articles sur...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Azaïs, « La Campagne, le futur : art et ruralité au temps des crises », Critique d’art, 55 | 2020, 118-137.

Référence électronique

Camille Azaïs, « La Campagne, le futur : art et ruralité au temps des crises », Critique d’art [En ligne], 55 | Automne/hiver, mis en ligne le 30 novembre 2021, consulté le 17 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/68083 ; DOI : https://doi.org/10.4000/critiquedart.68083

Haut de page

Auteur

Camille Azaïs

Camille Azaïs est critique d’art et autrice de fictions. Ancienne élève de l’Ecole normale supérieure de Lyon, elle collabore régulièrement à des revues spécialisées (ZéroDeux, Revue Profane) et écrit pour des institutions (Centre Pompidou, Collection Pinault, Radio France). Elle a été curatrice d’un certain nombre d’expositions, notamment à la galerie Florence Loewy (Faire des fleurs en 2014, Subterranea en 2017). En 2017, elle fonde la revue Ingmar, dédiée à l’écriture de fiction dans le champ des arts visuels. Son travail critique s’intéresse aux multiples dimensions des rapports entre l’art contemporain et le vivant, et au rôle que peut jouer l’écriture de fiction dans l’invention d’un autre rapport à la nature.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search