Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2020 Henry-Claude Cousseau, Giuseppe...

2020

Henry-Claude Cousseau, Giuseppe Penone : arbres

Elise Louedec
Giuseppe Penone : arbres
Henry-Claude Cousseau, Giuseppe Penone : arbres

Paris : Bernard Chauveau ; Montpellier : Méridianes, 2020, 84p. ill. en noir et en coul. 28 x 22cm, fre/eng

Biogr. Expo

ISBN : 9782363062772. _ 28,00 €

Haut de page

Texte intégral

1Conçu à partir d’un texte d’Henry-Claude Cousseau (né en 1946) écrit à l’occasion de l’inauguration de l’œuvre Croissance et gravité (2011), située devant la Banque centrale européenne à Francfort, cet ouvrage donne une place fondamentale à l’entièreté du travail de l’artiste Giuseppe Penone (né en 1947). Commandé par l’institution à l’artiste qui en fit la demande à l’auteur, ce texte de circonstance, inédit, se cristallise quelques années plus tard dans une publication aux éditions Bernard Chauveau. Hommage à la création de Giuseppe Penone, il est suivi de photographies et de dessins d’arbres. Au cœur du récit, de l’histoire de l’œuvre relatée avec précision, il y a l’arbre « qui a toujours nourri l’imaginaire de l’artiste » (p. 6). Sous le pluriel du titre, Arbres, et à travers cette thématique centrale de l’œuvre, c’est une boîte à souvenirs qui s’ouvre et qui livre une approche sensible de la pratique artistique de Giuseppe Penone, délivrant un parcours aux liens puissants avec la nature et les éléments. Cette approche transversale remonte le temps pour découvrir une photographie de 1968, Alpi Marittime. L’albero ricordera il contatto, une des premières de l’ouvrage, que l’auteur qualifie de « talisman » et qui « annonce et résume l’œuvre à venir » (p. 6). Tout en déroulant ce fil, Henry-Claude Cousseau revient sans cesse au prétexte de cet ouvrage, la sculpture Croissance et gravité, arbre d’hiver dressé nu, habité par une sphère lumineuse et accueillant un globe de granit à son sommet. Faisant allusion au titre de cette œuvre, il rappelle que ces deux termes sont « deux mots clé dans la langue de l’artiste » (p. 5), pour remémorer ensuite que « pour Pénone, la sculpture est tout simplement quelque chose qui se tient » (p. 8), discours où s’opposent les notions de gravité et de verticalité. Empreint d’une infinie considération pour la réflexion de Giuseppe Penone autour de l’arbre, le texte d’Henry-Claude Cousseau, parcouru en marge d’appels d’illustrations, dialogue avec les photographies et les dessins, échange que la conception de l’ouvrage sert avec simplicité, fluidité et transparence. A l’instar de l’arbre, le terme de « métamorphose » revient souvent sous la plume de l’auteur et donne une tonalité particulière au regard qu’il pose sur les sculptures, créant une atmosphère intime et puissante, touchant au tellurique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elise Louedec, «  Henry-Claude Cousseau, Giuseppe Penone : arbres », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 30 novembre 2021, consulté le 26 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/68243

Haut de page

Droits d’auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search