Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2020 Geoffroy de Lagasnerie, L’Art i...

2020

Geoffroy de Lagasnerie, L’Art impossible

Christophe Domino
L’Art impossible
Geoffroy de Lagasnerie, L’Art impossible

Paris : PUF, 2020, 73p. 19 x 13cm, (Des mots)

ISBN : 9782130825463. _ 8,00 €

Haut de page

Texte intégral

1Derrière ce titre provocateur – mais finalement bien apophatique –, Geoffroy de Lagasnerie engage, dans la veine de ses essais précédents mais visant cette fois plus exclusivement les arts, sa proposition de radicalité dans le constat de la fausseté politique face à l’état du monde, conforme à l’affirmation qu’« un projet intellectuel n’a de sens que s’il est le plus radical possible », dit-il (p. 37). Mais ici la radicalité ne craint pas d’aller souvent trop vite en besogne, de gauchir ses démonstrations par réduction et raccourcis, noyant la légitimité de ses prémisses. Le thème est repris régulièrement, comme ici : « Est-ce que l’art n’est pas l’une des incarnations que prend dans nos sociétés le discours mystificateur (au même titre que l’économie libérale ou la religion) ? » (p. 43). C’est autour de l’éthique du créateur que l’auteur cherche les réponses, mais aussi des formes produites et de leur inscription dans la culture et les héritages formels. La littérature paraît plus favorable à l’exigence éthico-esthétique de l’auteur, en ce qu’elle saurait mieux dire et objectiver l’écart entre vie et représentation, entre réel et mensonge que produisent les formes de la domination. Les arts se doivent de répondre à une effectivité dans l’action sur le monde, faute de quoi ils se font « complices des forces de l’ordre » (p. 40). Ils participent plus encore aux forces du mensonge quand ils empruntent à la fiction, renonçant ainsi à se faire « confrontationnels ». Quant aux arts plastiques, ne trouvant guère grâce que devant une pièce historique de Hans Haacke (et bien partiellement encore), ils sont définitivement relégués car d’une bien trop partielle capacité de prise sur le réel, étant d’une part excessivement dépendants de la culture des dominants au travers des structures qui conditionnent leur manifestation, et d’autre part en raison de leur mutisme, de leur non-appartenance au discursif, de leur manque de transitivité dont témoigne d’ailleurs leur entière subordination au discours (entre autres critique) pour justifier de leur sens. Les plasticiens y ajoutent souvent leur propension à une « énigmatisation » du monde plus ou moins délibérée, à contrepied d’un art pédagogique, sans implicite, et d’une « esthétique efficace » qui se revendique cynique (p. 71-72). On a connu des retours au réel autrement inspirés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Domino, «  Geoffroy de Lagasnerie, L’Art impossible », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 04 juin 2022, consulté le 19 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/76248

Haut de page

Auteur

Christophe Domino

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search