Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2020Hypnose : art et hypnotisme de Me...

2020

Hypnose : art et hypnotisme de Mesmer à nos jours

Patricia Brignone
Hypnose : art et hypnotisme de Mesmer à nos jours
Hypnose : art et hypnotisme de Mesmer à nos jours

Paris : Beaux-Arts de Paris éditions ; Nantes : Musée d’arts de Nantes, 2020, 365p. ill. en noir et en coul. 31 x 24cm

Bibliogr. Index

ISBN : 9782840567929. _ 39,00 €

Textes de Pascal Rousseau

Haut de page

Texte intégral

1Fin spécialiste des états modifiés de conscience et de leur rapport à l’art du XXe siècle, Pascal Rousseau poursuit ici ses recherches (à l’invitation du musée d’Arts de Nantes) en remontant aux sources de l’hypnose établie comme pratique médicale par le médecin viennois Franz Anton Mesmer vers 1780, selon son approche générale de la maladie fondée sur l’existence d’un fluide universel dit « magnétique » (p. 13). Riche de multiples gravures et reproductions (présentes tout au long de l’ouvrage), la partie introductive relate l’avènement de cette thérapie, véritable théâtre de gestes et d’attitudes (avec sa salle des crises), qui se déroulait dans son somptueux hôtel particulier parisien autour de son fameux baquet (« une terminologie qu’il faut percevoir comme un premier relais entre taxinomie clinique et théorie de l’expression en art », p. 16-17). A l’origine d’un alphabet corporel, « un langage-corps dont la série ordonnée rendrait intelligible l’écriture chiffrées des passions […] » (p. 17), également connu pour son intérêt pour l’impact musical sur le système nerveux (lui-même virtuose à l’harmonica de verre – le Glasharmonica), Mesmer sera aussi celui qui suscitera scepticisme et ironie, et maintes caricatures raillant un magnétisme animal. De la vague du somnambulisme à celle de l’hypnologie, va naître une communion des sens à la faveur d’une unité des arts dont bon nombre d’artistes, écrivains, poètes se feront l’écho dès l’époque romantique (Caspar David Friedrich, Novalis, Gérard de Nerval et bien d’autres). Les dons artistiques sous « accès somnambulique », tout comme ceux qualifiés de « seconde vue » feront désormais l’objet d’analyses et de traités évoqués par Pascal Rousseau, sans négliger pour autant des renvois permanents à des penseurs contemporains tels que Peter Sloterdijk, Eric Michaud, Georges Didi-Huberman ou Raymond Bellour (pour le cinéma). Ce vaste récit, adoptant un découpage par grandes périodes historiques, explore cette rencontre de l’art et de l’hypnose dans ses moindres manifestations et ne saurait omettre les éléments moins connus tels que le décryptage de la dimension hypnotique du dispositif inventé à Bayreuth et ses « technologies wagnériennes » (p. 94), le recours à des modèles sous hypnose par le peintre Mucha ou encore les lectures d’Edward Munch sur le spiritisme. Cela, à côté d’évocations plus familières traitant des fameuses expérimentations psychiatriques menées par le professeur Charcot (à l’hôpital de la Salpêtrière) en lien avec la culture visuelle des aliénistes du XIXe siècle, ou de la figure de Loïe Fuller, incarnation pour l’auteur d’un « paradigme hypnotique de l’art, au croisement de multiples hypothèses sur la plasticité de la pensée » (p. 192). C’est bien là que réside la richesse de cette étude : nous introduire dans les circonvolutions infinies de ce cercle magique et de ses mutations. En témoignent certains signes, dont les écrits du psychothérapeute Milton Erickson (au cours des années 1950-1960), l’usage d’une terminologie en évolution avec l’introduction du terme « sophrologie » ou « programmation neuro-linguistique » (ou tout simplement celui de « nouvelle hypnose », p. 315), observés parallèlement à un paysage artistique toujours en quête de magnétisme. Des Screen Test de Warhol, la Dreamachine de Brion Gysin, via les œuvres optico-cinétiques, cybernétiques et psychédéliques des années 1960, à des artistes actuels comme Larry Miller, Matt Mullican, Tony Oursler (à qui il revient de scander les chapitres de ce livre par des dessins conçus pour l’occasion) ou des chorégraphes comme Catherine Contour et Joris Lacoste, c’est à une plongée fascinante que nous convie cet ouvrage érudit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patricia Brignone, « Hypnose : art et hypnotisme de Mesmer à nos jours », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 04 juin 2022, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/77944 ; DOI : https://doi.org/10.4000/critiquedart.77944

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search