Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2021L’Art brut : objet inclassable ?

2021

L’Art brut : objet inclassable ?

Marc Décimo
L’Art brut : objet inclassable ?
L’Art brut : objet inclassable ?

Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux ; Bègles : Musée de la Création Franche, 2021, 150p. ill. en coul. 23 x 16cm

ISBN : 9791030005820. _ 30,00 €

Sous la dir. de Raphaël Koenig, Marina Seretti. Préf. de Pascal Rigeade. Textes de Quentin Bazin, Arthur Borgnis, Maximilian Gillessen, Richard Leeman, Claire Margat, Barbara Safarova, Emmanuelle Tron

Haut de page

Texte intégral

1A reprendre son Kant, l’Art brut n’est pas un concept mais répond à ce que décrit « une idée régulatrice », à savoir « une Idée de la Raison à laquelle ne correspond aucun objet dans le champ de l’expérience mais qui fournit à l’entendement l’horizon “salutaire” d’une unité systématique parfaite. L’Idée, en devenant régulatrice, constitue un postulat (un “comme si”), fondamental pour toute entreprise scientifique, visant à unifier la totalité des phénomènes sous une seule et même loi » (p. 8 note 5 ; p. 9-10 ; p. 75-88). « Notion » va très bien aussi (p. 7-8 ; p. 29), puisque le terme rend compte du flou. Que les actes de ce colloque tire un trait définitif sur l’approximation s’avère une illusion (l’imprécision a la vie dure) : on ne s’étonnera donc pas (ou l’on s’étonnera) de voir ressurgir à la fin de l’ouvrage même, et par deux fois, le terme de « concept » (p. 141, p. 142), du reste mis en équivalence synonymique avec le terme d’« idée ». Démontrer combien l’objet est « inclassable » est l’enjeu de l’ouvrage, « ce qui ne veut pas dire qu’il serait inclassable par essence ou de jure, mais plutôt qu’il agirait, sur ceux qui le produisent ou l’accueillent en l’investissant de leurs désirs ou de leurs croyances, comme un objet-limite ». L’Art brut apparaîtrait dès lors comme « une formidable puissance de frayage », « une force disruptive » permettant « d’aborder à nouveaux frais des questions tenant à la nature et à la valeur de l’œuvre d’art, aux mécanismes de sa réception et de sa “validation” par des instances et des discours d’autorité, mais aussi à ceux de la production du savoir, du sens, et du langage » (p. 12). Ainsi fait judicieusement retour dans ce discours la fascination d’Harald Szeemann pour l’obsession et pour « l’intensité de l’expression » (p. 41-54). Et le frayage que constitue la possibilité d’ajouter dans le corpus certains livres surchargés d’annotations marginales, de soulignements parfois colorés et de collages, est bienvenu : l’exemple fourni concerne un livre érotique enrichi d’images repiquées de catalogues, celui des 3 Suisses et celui de la Redoute (p. 127-133).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Décimo, « L’Art brut : objet inclassable ? », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le , consulté le 27 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/78535

Haut de page

Auteur

Marc Décimo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search