Navigation – Plan du site

AccueilLa RevueComité scientifique international

Comité scientifique international

Image 10000000000000C8000000D7823A7DF2A95D57EE.jpg

Zeynep Çelik Alexander enseigne l’histoire de l’architecture à l’Université de Columbia (New York) au sein du Département d’histoire de l’art et d’archéologie. Elle est l’auteure de Kinaesthetic Knowing: Aesthetics, Epistemology, Modern Design (University of Chicago Press, 2017). Elle a également codirigé, avec John May, Design Technics: Archaeologies of Architectural Practice (University of Minnesota Press, 2020), ou encore Writing Architectural History: Evidence and Narrative in the Twenty-First Century (University of Pittsburgh Press, 2021), avec Daniel Abramson et Michael Osman. Elle est en train d’écrire un livre intitulé Imperial Data qui s’applique à examiner l’architecture des proto-banques de données sous l’empire britannique du XIXe siècle. Zeynep Çelik Alexander est membre de Aggregate Architectural History Collaborative, ainsi que de la revue Grey Room, et codirectrice du Columbia’s Center for Comparative Media.

Image 100000000000008B000000B1ACEC8D8BDD034455.jpg

Joerg Bader exerce la critique d’art depuis 1996. En 2003, il se voit confier la direction du Centre de la photographie à Genève, où il conçoit entre autres 70 expositions individuelles et une quinzaine d’expositions collectives ou thématiques. De 2002 à 2016, il enseigne à l’école supérieure d’art, devenu la HEART à Perpignan, et à la HEAD de Genève de 2004 à 2009. Il a créé en 2003 la triennale de photographie 50JPG et lancé en 2007 les éditions du Centre de la photographie. Depuis 2008, il vit entre Genève et Belo Horizonte (Brésil). Joerg Bader est membre de l’AICA, de la commission pour le soutien à la photographie documentaire au CNAP et de la commission pour le soutien à la photographie documentaire à Genève. Ses activités d’éditeur et d’auteur l’ont amené à contribuer à 25 publications sur des artistes et une dizaine de contributions dans des livres ou catalogues collectifs.

Image 1000000000000103000000C267ECE0376511210B.jpg

Katia Baudin dirige depuis septembre 2016 les Kunstmuseen Krefeld, qui regroupent le Kaiser Wilhelm Museum ainsi que Haus Lange et Haus Esters (par Mies van der Rohe). D’origine franco-allemande, elle a grandi à New York, d’où elle est diplômée d’un BBA de Hofstra University, suivi d’un DEA d’Histoire de l’art de la Sorbonne-Paris IV. Suite à son passage de deux ans au Centre Pompidou, elle a pris la direction du Fonds régional d’art contemporain Nord-Pas de Calais à Dunkerque (1997-2004). Elle a dirigé l’Ecole supérieure des arts décoratifs de Strasbourg (2004-2007), avant de passer outre-Rhin pour rejoindre le musée Ludwig à Cologne en tant que directrice adjointe (2008-2016). Elle s’est spécialisée dans les pratiques interdisciplinaires, notamment concernant les interstices entre art, design et architecture. Elle a été commissaire d’un grand nombre d’expositions et a publié amplement sur ces questions, ainsi que sur leur inscription socio-culturelle et socio-politique.

Image 10000201000001CC00000305310966B2BF7D740B.png

Vincent Broqua est professeur de littérature et arts nord-américains à l’université de Paris 8 Vincennes Saint-Denis. Il est également traducteur et écrivain. Sa recherche porte sur les écritures et arts expérimentaux et leurs généalogies. Récemment, ses travaux et projets de recherche ont porté sur 1) ce que font les écrits d’artistes à l’écriture littéraire 2) la performance de la traduction et la traduction de la performance 3) les politiques de la recherche-création. Il dirige l’unité de recherche Transferts Critiques Anglophones. En 2021, il publie Malgré la ligne droite : l’écriture américaine de Josef Albers (Les presses du réel), où il étudie un pan peu travaillé de l’œuvre de Josef Albers : sa poésie, ses écrits, et ses conférences. Il est également traducteur de poésie, de philosophie et d’écrits d’artistes. Parmi ses traductions liées à l’art, signalons : Jean-Claude Lebensztejn, 8 propos d’artistes (Ed. du Centre Pompidou, 2020) ;  Jim Dine, Nantes (Joca Seria, 2019) ; Caroline Bergvall, L’Anglais mêlé (traduit avec Abigail Lang et Anne Portugal, Les presses du réel, 2018) ; Claude Rutault, Claude Rutault (traduit avec Cole Swensen, Perrotin and Damiani, 2013) ; Claude Rutault, AMZ (Centre du livre d’artiste) ; David Antin, Ce qu’être d’avant-garde veut dire (avec Abigail Lang et Olivier Brossard, Les presses du réel, 2008).  Ecrivain, il a récemment publié Photocall : projet d’attendrissement (Les Petits Matins, 2021). Il a cofondé le collectif Double Change (doublechange.org).

Image 100000000000093A00000D11AA45C4933D9C1962.jpg

Commissaire d’expositions et éditeur, Mathieu Copeland (1977, vit et travaille à Londres) cultive une pratique curatoriale cherchant à subvertir le rôle traditionnel des expositions et à en renouveler les perceptions. Il a notamment codirigé les expositions Vides au Centre Pompidou et à la Kunsthalle Bern en 2009, et coédité l’anthologie VIDES. Parmi beaucoup d’autres, il a conçu les expositions Soundtrack for an Exhibition (2006), Alan Vega (2009) et Gustav Metzger (2013) au musée d’Art contemporain de Lyon, Une Mandala Mentale au MUAC de Mexico City (2013), ou encore Une Exposition chorégraphiée à la Kunsthalle de Saint-Gall et à la Ferme du Buisson à Noisiel (2007). Il a également initié les séries « Reprises », « Expositions Parlées », et les « Expositions à être lues » présentées en 2013 au MoMA, New York. Ses prochaines et récentes expositions incluent Une Exposition mise en scène [A Staged Exhibition] à la Ferme du Buisson (septembre 2021), Des Boutures d’expositions [Exhibition Cuttings] à la Fondation Hermès de Tokyo (avril-juillet 2021), L’Exposition d’un Rêve à la Fondation Gulbenkian (2017), Une Rétrospective d’expositions fermées à la Kunsthalle Fribourg (2016). « Curator-at-Large » au Rockbund Art Museum de Shanghai (2020-2021), il a été commissaire invité pour la 9e Biennale d’art contemporain de Lyon (2007), commissaire associé au Musée du Jeu de Paume (Paris, 2013-14), et au Plateau – FRAC Ile-de-France (Paris, 2014-15). Mathieu Copeland a réalisé L’Exposition d’un film, une exposition comme long-métrage en 2015, et édité entre autres Chorégraphier l’exposition (Les presses du réel, 2013), The Anti-Museum (Koenig Books, 2017), et l’anthologie des écrits de Gustav Metzger (JRP Editions, 2019).

Image 10000000000002A0000003804307DCA19F6DAC84.jpg

Tom Holert a étudié l’histoire de l’art, la philosophie et la littérature allemande à Hambourg. A la Goethe University de Francfort en 1995, il a soutenu une thèse de Doctorat sur la notion de savoir artistique en France au XVIIIe siècle. Dans les années 1990, il travailla comme rédacteur pour Texte zur Kunst et Spex à Cologne. Ensuite, il enseigna dans plusieurs universités et écoles d’art telles que Merz Akademie à Stuttgart et Academy of Fine Arts Vienna. Tom Holert a écrit et coécrit plusieurs livres et a conçu de nombreuses expositions (dont, parmi les plus récentes, Neolithic Childhood: Art in a False Present, c. 1930, avec Anselm Franke, et Education Shock: Learning, Politics and Architecture in the 1960s and 1970s à la Haus der Kulturen der Welt, Berlin). En 2015, il cofonda l’Institut Harun Farocki à Berlin (harun-farocki-institut.org). Ses centres d’intérêt, ses recherches actuels et ses projets se rapportent entre autres aux histoires des politiques spatiales et pédagogiques pendant la Guerre froide, aux politiques du savoir de l’art contemporain, à la fonction de la navigation dans les cultures visuelles actuelles, à la performativité et à l’esthétique du drapeau.

Image 10000000000006740000056C98241A108545B6A3.png

Mingyuan Hu est chercheuse-enseignante en histoire de l’art et des idées. Titulaire d’un Doctorat en histoire (université de Glasgow), elle a été maîtresse de conférences en Histoire de l’art à l’université de Glasgow (2008-2012) et à l’université de Leeds (2015-2017). En 2013-2014, elle a été chercheuse associée au Victoria & Albert Museum de Londres. Depuis 2018, elle est chercheuse associée à l’université de Humboldt à Berlin. Ses recherches portent sur l’historiographie (anglophone, sinophone, francophone, et germanophone) de l’art ; sur l’art et les histoires intellectuelles de la Chine et de l’Europe ; et sur l’histoire de la science. Elle a écrit Fou Lei: An Insistence on Truth (Brill, 2017).

Image 100000000000099000000CC079736EAFEBBFF7CD.jpg

Laura Iamurri est professeure d’histoire de l’art contemporain à l’université Roma Tre, où elle est également membre de l’école doctorale en Histoire, territoire et patrimoine culturel. Elle travaille principalement sur les relations entre œuvres contemporaines et discours de l’histoire et de la critique d’art. En 2018 elle a organisé, avec L. Acquarelli et E. Francesconi, le colloque international Le Fascisme italien au prisme des arts contemporains. Après avoir réédité Autoritratto (Milan 2010), et recueilli, avec L. Conte et V. Martini, les Scritti sull’arte (Milan, 2012), elle a consacré une monographie à Carla Lonzi (Un Margine che sfugge: Carla Lonzi e l’arte in Italia, 1955-1970, Quodlibet, Macerata, 2016). Son dernier livre est consacré à l’œuvre de Giulio Paolini : Teresa nella parte di Giovanna d’Arco in prigione (1969) (Corraini, Mantova, 2018).

Image 10000000000000F5000001474CD90F03E6AC9C8D.jpg

Hélène Jannière est professeur en histoire de l’architecture contemporaine à l’Université Rennes 2. Après plusieurs publications sur les revues d’architecture, ses recherches actuelles portent sur l’histoire de l’urbanisme après 1945 et sur la critique architecturale du XXe siècle, notamment, en France durant les décennies 1950 à 1970. Ses dernières publications sur ce thème sont Architectural Periodicals in the 1960s and the 1970 (Montréal, 2008) avec F. Vanlaethem et A. Sornin ; et, avec Kenneth Frampton, le n°24/25 des Cahiers de la Recherche Architecturale et Urbaine, « La Critique en temps et lieux » (2009).

Image 10000000000000C9000000F03C07B86107DF8C0F.jpg

Klara Kemp-Welch est professeure au Courtauld Institute of Art à Londres en Art moderne (XXe siècle). Elle y enseigne l’histoire culturelle de la Guerre froide, les contre-cultures et l’art expérimental en Europe de l’Est et en Amérique latine. Elle est l’auteure de Antipolitics in Central European Art 1956-1989 (IB Tauris, 2014),de Networking the Bloc: Experimental Art in Eastern Europe 1968-1981 (MIT Press, 2018), et a codirigé la publication en ligne A Reader in East-Central-European Modernism 1918-1956 (Courtauld Books Online, 2019). Elle est actuellement en train d’écrire une monographie sur l’art, le travail et la migration en Europe.

Image 10000000000002BC00000130BC92006D5C86601A.jpg

Jacques Leenhardt est Directeur d’Etudes à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (Paris). Il travaille sur l’art et la littérature, en particulier dans les Amériques latines. Critique d’art et organisateur d’expositions, il se consacre depuis des années au paysage. Il a publié entre autres : Lecture politique du roman (1973), Lire la lecture (1982), Les Amériques latines en France (1992), Dans les Jardins de Roberto Burle Marx (1994), Villette-Amazone (1996), Michel Corajoud paysagiste (2000), Conscience du paysage (2002), A Construção francesa do Brasil (2008), Wifredo Lam, une monographie (2009) et Jean-Baptiste Debret : Voyage pittoresque et historique au Brésil (nouvelle édition, 2014).

Image 10000000000002BC00000189791D26BEB764321E.jpg

Henry Meyric Hughes est commissaire indépendant, conseiller et auteur dans le champ de l’art. De 1968 à 1992, il a travaillé pour le British Council en Allemagne, au Pérou, en France et en Italie. Il assura les postes de Director of Visiting Arts (1994-96) et de Director of Visual Arts (1986-92). Il dirigea ensuite la Hayward Gallery, fut commissaire du Pavillon britannique à la Biennale de Venise et commissaire de la Biennale de São Paulo de 1986 à 1992. Il est l’organisateur des expositions telles que Blast to Freeze: British Art in the Twentieth Century à Wolfsburg et Toulouse (2002-03); du Pavillon chypriote à la Biennale de Venise (2003) ; et d’expositions sur l’art contemporain à Oslo (2005-06). Commissaire associé à la 30ème Exposition d’art et d’histoire du Conseil de l’Europe, on lui doit The Desire for Freedom: Art in Europe since 1945 au Deutsches Historisches Museum Berlin. Président Honoraire de l’Association internationale des critique d’art à Paris, il est aussi co-fondateur de Manifesta à Amsterdam, qu’il présida de 1996 à 2007. Ayant assuré les fonctions de conseiller à l’UNESCO et au Conseil de l’Europe, Henry Meyric Hughes est aujourd’hui membre des Archives de la critique d’art.

Image 100000000000012C00000128392AF1360E47B0FD.jpg

Parallèlement à ses propres activités de critique d’art et de commissaire d’expositions, François Piron a pris part à plusieurs aventures collectives. On peut ainsi citer la revue Trouble de 2002 à 2006 dont il est l’un des fondateurs et qui fut alors un des espaces d’apparition d’une génération d’artistes et de critiques. De 2001 à 2006, il a codirigé Les Laboratoires d’Aubervilliers, qu’il a contribué à concevoir comme un lieu où les artistes sont laissés libres d’inventer la forme de présentation de leurs travaux. Plus récemment, il a cofondé castillo/corrales, une association de curateurs, d’artistes et de graphistes réunis autour d’un espace d’exposition, d’une maison d’édition et d’une librairie. Depuis 2007, ce lieu s’appuie sur une économie alternative en se finançant sans aide publique. Il développe une communication loin de la normalisation des communiqués de presse et propose une programmation exigeante et internationale. Il s’agit pour lui avec ce lieu de repenser le rôle et le fonctionnement des espaces pour l’art, ainsi que d’interroger les possibilités de formes pour l’exposition. En 2020, François Piron a été nommé curateur au Palais de Tokyo.
Pour plus de détails, lire le portrait de François Piron publié dans CRITIQUE D’ART, n°42, p. 80-85 et sa ibliographie en ligne dans le Répertoire des critiques d’art

Image 100000000000006E00000096F1C6EEED72BBF3B8.jpg

Ecrivaine, et historienne d’art de formation, Zahia Rahmani est responsable à l’INHA, du domaine de recherche Arts et architecture dans la mondialisation, récemment renommé Histoire de l’art mondialisée. Inauguré en 2004, il est le premier domaine de recherche dédié aux corpus critiques et aux pratiques artistiques à l’ère de la mondialisation. De 1999 à 2003, Zahia Rahmani a créé et dirigé le Research Program, post-diplôme de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-arts de Paris, sous la direction d’Alfred Pacquement. Elle a travaillé à la Villa Arson/Ecole nationale d’art de Nice, à la Galerie nationale du Jeu de Paume et à la Leo Castelli Gallery, à New-York.  En 2012, elle met en place à l’INHA, « Made in Algeria », un programme dédié à la cartographie et la captation coloniale. Elle a mené le séminaire qui lui a été dédié  et construit avec Jean-Yves Sarazin l’exposition Made in Algeria, généalogie d’un territoire, présentée au Mucem jusqu’en mai 2016, ainsi que le catalogue paru chez Hazan. En 2015, elle inaugure à l’INHA, avec un collectifs de chercheurs et commissaires d’expositions, le programme « Observatoire : Global Art Prospective ». Elle est entre autres l’auteure d’une trilogie consacrée à des figures contemporaines « d’hommes bannis » ; un travail littéraire sur des figures impensées de la théorie postcoloniale : Moze (2003), Musulman (2005) et France récit d’une enfance (2006) aux éditions Sabine Wespieser, Elle est membre du Collège de la Diversité et Chevalier des Arts et Lettres.

Image 10000000000004D7000006DA4BEF30CD1CD17803.jpgAntonio Somaini est Professeur de théorie du cinéma, des médias et de la culture visuelle à l’Université Sorbonne Nouvelle. Parmi ses publications principales, signalons les ouvrages La Glass House de Serguéï Eisenstein : Cinématisme et architecture de verre (Ed. B2, 2017), Cultura visuale: Immagini, sguardi, media, dispositivi (avec A. Pinotti, Einaudi, 2016) et Ejzenštejn: Il cinema, le arti, il montaggio (Einaudi, 2011). Il a par ailleurs dirigé ou codirigé des ouvrages collectifs tels que La Haute et la basse définition des images : cinéma, photographie, art contemporain, culture visuelle (avec F. Casetti, Mimésis 2021), Pandemic Media: Notes Toward an Inventory (avec Ph. D. Keidl, L. Melamed, V. Hediger, Meson Press, 2020). On lui doit les éditions en français, anglais et italien de textes de Dziga Vertov (Le Ciné-Œil de la révolution : écrits sur le cinéma, Les presses du Réel, 2018, avec F. Albera et I. Tcherneva), de Serguéï M. Eisenstein (Notes for a General History of Cinema, Amsterdam University Press, 2016, avec N. Kleiman), de Walter Benjamin (Aura e choc: Saggi sulla teoria dei media, Einaudi, 2012, avec A. Pinotti) et de László Moholy-Nagy (Pittura Fotografia Film, Einaudi, 2010). Il prépare actuellement un livre sur l’histoire du concept de médium, sous contrat avec The University of Minnesota Press. En 2020 il a été le commissaire principal de l’exposition Time Machine: Cinematic Temporalities (Palazzo del Governatore ; Skira ; site web www.timemachineexhibition.com)

Image 10000000000002ED000002E0AED978503D75E14C.jpg

Roberto Tejada est tout aussi bien l’auteur d’histoires de l’art qui incluent National Camera: Photography and Mexico’s Image Environment (Minnesota, 2009) et Celia Alvarez Muñoz (Minnesota, 2009), que d’essais dans des catalogues comme Now Dig This!: Art and Black Los Angeles, 1960-1980 (Hammer Museum, 2011) et The Menil Collection’s Allora & Calzadilla: Specters of Noon (Yale, 2021). Ses écrits poétiques comprennent Why the Assembly Disbanded (Fordham, 2022), Full Foreground (Arizona, 2012) et Exposition Park (Wesleyan, 2010). Son livre Still Nowhere in an Empty Vastness (Noemi, 2019) est une poétique latine sur la colonisation et la contre-culture dans les arts visuels et dans l’écriture des Amériques. Les recherches de Roberto Tejada et ses centres d’intérêt dans le champ de la création portent sur le langage des arts et les mots des images en Amérique latine, tout particulièrement à Mexico, au Brésil, dans les zones frontalières du Mexique et des Etats-Unis, ainsi que sur d’autres sites de production culturelle américano-latine. Il enseigne l’écriture créative en tant que Hugh Roy and Lillie Cranz Cullen Distinguished Professor et l’histoire de l’art à l’Université de Houston.

Image 100000000000012C000000E30E1AEA038C0C9AA7.jpg

Elvan Zabunyan, historienne de l’art contemporain, est professeure à l’Université Rennes 2 et critique d’art. Ses travaux portent sur les problématiques raciales et féministes aux XXe et XXIe siècles, en proposant une historiographie de l’art connectée, articulée autour de l’histoire coloniale, culturelle et politique des Etats-Unis et des Caraïbes. Ses recherches actuelles interrogent la mémoire de l’esclavage dans les Amériques en lien avec les arts contemporains dans une perspective transdisciplinaire. Parmi ses ouvrages : Black is a color, une histoire de l’art africain américain (Dis Voir, 2004 et 2005 pour la version anglaise), Theresa Hak Kyung Cha – Berkeley – 1968 (Les presses du réel, 2013). Elle a codirigé plusieurs livres et publié de nombreux articles dans des ouvrages collectifs, des catalogues d’exposition et des périodiques.

  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search