Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2012Yves Bélorgey : anthropologie dan...

2012

Yves Bélorgey : anthropologie dans l’espace

Garance Chabert
Yves Bélorgey : anthropologie dans l’espace

Genève : Mamco ; Paris : Centre national des arts plastiques, 2012, 187p. ill. en coul. 27 x 23cm, fre/eng

Bibliogr. Expo.

ISBN : 9782940159529. _ 32,00 €

Textes de Jean-François Chevrier, Jean-Marc Huitorel

Haut de page

Texte intégral

1La monographie que le Mamco vient de publier sur l’œuvre d’Yves Belorgey fait pendant à l’exposition que l’institution genevoise lui a consacrée à l’automne dernier, notamment par le souci de présenter une vision rétrospective et exhaustive de deux décennies de travail, centrées sur la représentation de l’immeuble d’habitation des années 1950-70.  Comme dans l’exposition, les presque deux cent peintures reproduites dans l’ouvrage traduisent l’ampleur picturale, le systématisme conceptuel et la rigueur documentaire du projet. Quelques vues d’exposition ponctuent le livre, donnant l’échelle des tableaux, et par là même une petite idée de l’effet haptique des peintures d’Yves Belorgey. Précis et passionnant, l’essai de Jean-Marc Huitorel s’attache de près au parcours, aux mots et aux références de l’artiste (notamment le passage par  l’Allemagne des Becher et de Richter, et la Villa Arson à la fin des années 1980). Parmi un certain nombre de tensions dialectiques que Jean-Marc Huitorel relève dans la peinture de Belorgey (le générique universalisant/le particulier vernaculaire, la faillite de l’architecture moderniste/les apories de la peinture etc.), on retiendra ici la première et certainement la plus significative : le parti pris de l’immeuble/l’exigence de la peinture. La référence à Francis Ponge est transparente et clairement assumée, établissant le nécessaire équilibre entre « le parti pris des choses » (l’immeuble) et le « compte tenu des mots » (la peinture) pour faire advenir le sujet. Jean-François Chevrier conclut l’ouvrage par un texte intitulé « le grand écart » qui s’attache à l’analyse de l’une de ces tensions énoncées préalablement par Jean-Marc Huitorel : l’objectivité de la photographie/la subjectivité de la touche peinte. Qualifiant d’emblée Yves Belorgey de « peintre de tableaux », il l’inscrit dans une tradition classique qu’il rapproche de la convention de la veduta vénitienne (donner une actualité picturale à une matière documentaire). L’ambiguïté du projet tient néanmoins selon Jean-François Chevrier à la volonté belorgienne de ne prétendre ni à l’idéal (pictural) de la ville comme œuvre d’art ni au projet documentaire d’un espace englobant, situant ainsi les grands ensembles dans un entre-deux précisément dialectique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Garance Chabert, « Yves Bélorgey : anthropologie dans l’espace », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/8048 ; DOI : https://doi.org/10.4000/critiquedart.8048

Haut de page

Auteur

Garance Chabert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search