Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2012 Jean-François Lyotard, Ecrits s...

2012

Jean-François Lyotard, Ecrits sur l’art contemporain et les artistes = Writings on Contemporary Art and Artists : Que peindre ? : Adami, Arakawa, Buren = What to Paint ?: Adami, Arakawa, Buren

Damien Delille
Jean-François Lyotard, Ecrits sur l’art contemporain et les artistes = Writings on Contemporary Art and Artists : Que peindre ? : Adami, Arakawa, Buren = What to Paint ?: Adami, Arakawa, Buren

Louvain : Leuven University Press, 2012, 512p. ill. en noir et en coul. 24 x 17cm, fre/eng

ISBN : 9789058677921. _ 69,50 €

Ed. et préf. d’Herman Parret. Postf. de Gérald Sfez. Trad. d’Antony Hudek, Vlad Ionescu, Peter W. Milne

Haut de page

Texte intégral

1La réédition des écrits de Jean-François Lyotard, dont cet ouvrage-ci constitue le cinquième volet, est une bonne entrée en matière pour comprendre la critique philosophique de l’art de cet auteur. La série de textes bilingues consacrés à Valerio Adami, Shusaku Arakawa et Daniel Buren, introduite par une longue préface d’Herman Parret, permet d’envisager cette méthode inspirée de l’expérience phénoménologique contraire à l’approche formaliste de l’art. Jean-François Lyotard impose donc un vocabulaire prédéterminé qu’il développe au contact des échanges avec les artistes. Afin de lier l’esthétique à la neutralisation du désir, une rhétorique du visuel doit permettre de désigner le moment de préhension du sensible. Le rôle du dessin décrit dans les compositions d’Adami ou dans les procédés de mise en vue de Buren détermine à l’inverse le visible, ou ce qui peut se voir. Enfin, l’œuvre comme « évènement » détermine la compréhension des mises en espace de l’œuvre de Buren, que Jean-François Lyotard relie à l’aune d’une dernière opposition entre le perceptuel et le perceptif. Les trois artistes se trouvent pris dans ces séries d’oppositions qui sont autant de prises de positions philosophiques selon Herman Parret : Adami « le dessinateur coloriste », Buren « le conceptualisateur-métaphysicien » et Arakawa « le pragmaticien de l’invisible » (p. 42).

2L’objectif de Jean-François Lyotard est bien de restaurer le lien esthétique déterminé par l’évènement éphémère inhérent au contact avec la peinture. C’est face à cette difficulté qu’il fonde le principe du figural, convaincu d’une autonomie immatérielle (sans prise avec l’épaisseur matérielle de l’histoire) des formes de l’art. Tout en saluant ce dessein philosophique, se pose la question de la fortune critique de ces outils méthodologiques. Leur impact, réduit dans le champ critique de l’art, doit sûrement à ce « charabia de l’indicible » (p. 24) diagnostiqué par la lecture philologique de Michel Onfray : « une même tumeur platonicienne : l’Idée, le Concept, l’Être, l’Essence, autant de fictions pour délirer sur l’Ineffable, l’Indicible, l’Invisible, autrement dit : autant d’occasions de recouvrir de fumée le brouillard déjà manifeste de l’œuvre ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Delille, «  Jean-François Lyotard, Ecrits sur l’art contemporain et les artistes = Writings on Contemporary Art and Artists : Que peindre ? : Adami, Arakawa, Buren = What to Paint ?: Adami, Arakawa, Buren », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/8102

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search