Navigation – Plan du site
2012

Marc Quinn: The Littoral Zone

Charlotte Gould
Marc Quinn: The Littoral Zone

Monaco : Musée océanographique de Monaco, 2012, 151p. ill. en noir et en coul. 34 x 27cm, fre/eng

Biogr.

ISBN : 9782726002643

Textes de Jerry Brotton, Robert Calcagno, Olivier Maguet, Patrick Piguet, M. Quinn

Haut de page

Texte intégral

1Après Mark Dion et Damien Hirst, le spectaculaire Musée océanographique de Monaco a invité le Britannique Marc Quinn à installer une soixantaine d’œuvres parmi ses collections. On comprend aisément comment des travaux aux confins de l’art et de la science bénéficient d’une telle juxtaposition. Objets d’étude et objets esthétiques se rejoignent parfois dans The Littoral Zone et certains spécimens aquatiques pourraient facilement être pris pour des œuvres de Marc Quinn. Ce chevauchement témoigne de la réussite d’une entreprise de rencontre(s).

2En ouverture de ce catalogue bilingue, le dialogue entre Marc Quinn et Robert Calcagno, directeur de l’Institut océanographique, se fait sur le mode du tutoiement. Une zone littorale est elle-même un espace de croisement, présenté dans l’essai de Jerry Brotton (« L’œil de l’histoire : Marc Quinn – Une nouvelle cosmographie », p. 20-28) comme faisant coïncider naissance et mort. Dans le tableau éponyme The Littoral Zone, un garçonnet fait face, sur la plage, à un iguane marin. Charles Darwin, lors de son fameux séjour aux Galapagos, n’avait vu dans l’animal qu’un gros lézard maladroit et dégoûtant. Marc Quinn embrasse la figure du scientifique, parfois fou, en faisant se rencontrer ce témoin disgracieux de la vie préhistorique et l’homme en devenir. Or, ceci se fait bien toujours sur un mode artistique, car en page suivante se trouve The Invention of Art (2009), tableau représentant un enfant dessinant sur le sable avec un bâton. Les toiles abondent dans le travail récent de Marc Quinn, pourtant plus connu pour ses matériaux technologiques ou incongrus, tel le sang utilisé dans son célèbre autoportrait Self, présent ici dans une version de 2011.

3L’inclusion d’icônes du présent, Zombie Boy ou un hoodie anonyme, ne détonne pas dans ce contexte, confirmant que Marc Quinn traite de la vie dans toutes ses manifestations, et que son observation de l’animal modeux Kate Moss est aussi la peinture d’histoire de demain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Gould, « Marc Quinn: The Littoral Zone », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/8140

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals