Navigation – Plan du site
2013

Cahiers d’art

Patrick Javault
Cahiers d’art

Ed. Cahiers d’art SARL

14, rue du Dragon

75006 Paris

www.cahiersdart.fr

ISSN : 0995-8274

60€ le n°

Dir. de publ. Staffan Ahrenberg

Haut de page

Texte intégral

1Cahiers d'art renaît une cinquantaine d'années après sa disparition sans que les auteurs de ce miracle aient jugé bon de se fendre de quelque chose qui ressemblerait à un avant-propos ou à une présentation. Ce refus de marquer une quelconque forme d'engagement éditorial n'est pas anodin, tant il apparaît au fil des pages que ces Cahiers d'art se refusent à toute idée nouvelle.

2Aussi, plutôt que de renaissance, c'est de restauration qu'il conviendrait de parler. Puisque la figure centrale de ce numéro est Ellsworth Kelly, en tant qu'artiste et collectionneur de pierres préhistoriques nord-américaines, c'est Yve-Alain Bois (maître d'ouvrage du catalogue raisonné de l'œuvre de Kelly annoncé chez le même éditeur) qui se charge dans un texte bref de rappeler que Cahiers d'art avait dès l'origine rapproché art moderne et arts primitifs. La brièveté semble d'ailleurs la règle pour les auteurs au point de donner le sentiment que leur signature a plus d'importance que ce qu'ils pourraient avoir à dire (le texte de Jean-Louis Cohen consacré aux musées est assez symptomatique dans sa forme de synthèse pour classe préparatoire à quelque chose, « L’Architecture et le musée : une relation trouble », p. 82-86). Quant à la conversation entre Hans Ulrich Obrist et Ellsworth Kelly, elle est pour le premier une nouvelle occasion de faire connaître l'état actuel de ses connaissances et de ses intérêts et, pour le second, de faire montre de son exquise courtoisie en variant les formes de l'acquiescement.

3S'agissant de l'objet lui-même, qui est quand même la chose la plus importante, l'éditeur n'a pas voulu imaginer ce que pourrait être un numéro de Cahiers d'art aujourd'hui. S'il l'avait fait, nous aurions échappé à cette succession de Shaped Canvas et de sublimes pierres sculptées détourées et ombrées (un bien mauvais usage de l'outil informatique) et à ces peintures de Sarah Morris reproduites en vignettes comme pour leur donner le charme de l'ancien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Javault, « Cahiers d’art », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/8153

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals