Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2013 Erik Bullot, Renversements 2 : ...

2013

Erik Bullot, Renversements 2 : notes sur le cinéma

Liliane Terrier
Erik Bullot, Renversements 2 : notes sur le cinéma

Paris : Paris Expérimental, 2013, 172p. ill. 18 x 14cm, (Sine qua non)

ISBN : 9782912539465. _ 20,00 €

Haut de page

Texte intégral

1Ce livre est un recueil de cours/conférences d’Erik Bullot, datés de 2000-2011. Il réunit douze textes en trois ensembles de quatre textes. Dans « 1. Récits » (p. 9-69), la pensée du cinéma irrigue la littérature, la radio. Elle déploie les notions d’invisibilité et de photogénie. « 2. Figures » (p. 70-127) introduit la famille des indisciplinés du cinéma dont Erik Bullot se réclame. Elle est composée d’Adolpho Arrietta, de Raúl Ruiz, du duo machinique et burlesque Buster Keaton-Michael Snow et de Serguei Paradjanov. « 3. Méthodes » (p. 128-171) articule quatre conférences sur le propre travail d’Erik Bullot. Elles sont pour lui une manière « d’élucider comment on peut à la fois produire des objets plastiques, et ne pas rougir de les théoriser », même au prix « du bégaiement ».

2On pourrait apposer à certains films dont parle Erik Bullot, et aux siens en particulier, le terme de « renversé », du nom de ce café au lait avec plus de lait que de café, que l’on commande dans les bars de Genève. Un lait au café. Le cinéma qu’il apprécie est de cet ordre, trop de lait (de son-texte) pour noyer le café (l’image). Au final, l’image devient alors comme une page blanche où s’inscrit le texte énoncé sur le mode de la performance par les acteurs. Serguei Paradjanov instaure ce renversement : « Lisez à haute voix pour l’âme du peuple, car beaucoup de gens ne comprennent pas l’écrit. Sayat Nova accomplit la parole suspendue du livre. » Dans une soirée de présentation de ses deux livres, Erik Bullot annonce : « Ce sur quoi je travaille maintenant, c’est la question performative, c’est en filigrane dans le livre, c’est-à-dire les œuvres performatives au sens linguistique, toutes les œuvres qui relèvent d’un énoncé filmique chez les Lettristes, les films qui n’ont pas d’existence autre que leur énoncé, le scénario, le script, ça c’est une façon de sortir du cinéma, de n’utiliser que la stricte voie performative. » Par sa pratique d’artiste, Erik Bullot entraîne le cinéma vers une forme de dispositif double d’un art de la tradition orale, filmée-projetée à l’écran et en live dans l’in situ intime de la salle de projection, lorsque les lumières sont allumées avant (présentation) et après (débat) la projection, une forme de passé-présent-futur du film réconciliés comme dans un rush du Sayat Nova de Paradjanov. Ou encore, à la mode lettriste, il réactualise la pratique du débat de ciné-club, la bave du Traité de bave et d’éternité d’Isidore Isou cité dans Sortir du cinéma, parole proférée par l’auteur après la projection de ses propres films.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Liliane Terrier, «  Erik Bullot, Renversements 2 : notes sur le cinéma », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 05 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/8246 ; DOI : https://doi.org/10.4000/critiquedart.8246

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search