Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2012 Georges Didi-Huberman, Peuples ...

2012

Georges Didi-Huberman, Peuples exposés, peuples figurants : l’œil de l’histoire, 4

Tristan Trémeau
Georges Didi-Huberman, Peuples exposés, peuples figurants : l’œil de l’histoire, 4

Paris : Ed. de Minuit, 2012, 266p. ill. 22 x 14cm, (Paradoxe)

ISBN : 9782707322654. _ 23,00 €

Haut de page

Texte intégral

1Quatrième volet de L'Œil de l'histoire, inauguré en 2009 par Quand les images prennent position, Peuples exposés, peuples figurants reprend le fil de la réflexion esthétique et éthique de Georges Didi-Huberman sur les liens indissolubles entre esthétique et politique dans les représentations (des arts plastiques au cinéma, en passant par la photographie documentaire), là où il l'avait laissé dans un autre livre, parallèle à cet ensemble, Survivance des lucioles (2009). Pier Paolo Pasolini y voyait un désastre dans les représentations des peuples (métaphorisées en lucioles en voie d'extinction) en raison de leur défiguration ou de leur dégradation par les représentations médiatiques, commerciales, spectaculaires et touristiques. « Malgré tout»,Georges Didi-Huberman, inspiré par l'impératif d'optimisme d'un Walter Benjamin, traque dans son nouveau livre les œuvres dans lesquelles résisteraient des « parcelles d'humanité ». Ainsi affirme-t-il que « déclin n'est pas disparition » (p. 223). Au sujet du cinéma de Pier Paolo Pasolini, lorsque ce dernier expose « des gestes immémoriaux et pourtant bien modernes », Georges Didi-Huberman considère que le cinéaste « n'en consacre pas pour autant la perte » mais au contraire « rend [ces gestes] possibles à nouveau, leur accordant une nouvelle actualité, une nouvelle valeur d'usage, une nouvelle nécessité » (ibid.).

2Contre les récits apocalyptiques du déclin et de la dégradation, Georges Didi-Huberman revendique, en pratique, la nécessité de considérer tout ce qui persiste, insiste, survit des peuples, dans des œuvres qui à la fois s'opposent aux représentations médiatiques dominantes et résistent aux discours de la perte irrémédiable ou fatale. Pour cela, il revient sur des œuvres fameuses de la modernité (Francisco de Goya, Gustave Courbet, Walker Evans, August Sander ou Roberto Rosselini), s'inspire à nouveau de Walter Benjamin, Hannah Arendt et Aby Warburg, mais n'ouvre son analyse qu'à deux artistes contemporains : le photographe français Philippe Bazin et le cinéaste chinois Wang Bing.

3Si l'ouvrage, dans son ensemble, est passionnant, de surcroît porté par une écriture fluide - malgré les nombreuses références - qui doit sans doute à ses conditions de production (l'enseignement à l'EHESS), ce peu d'inscription du propos dans la création actuelle le rend en partie inachevé pour penser les conditions esthétiques et politiques de dépassement de l'éternel ressassement mélancolique de Gauche (auquel Georges Didi-Huberman se confronte) quant à la dégradation fatale des conditions d'expérience de l'altérité et des impératifs de représentation et de reconnaissance des peuples.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tristan Trémeau, «  Georges Didi-Huberman, Peuples exposés, peuples figurants : l’œil de l’histoire, 4 », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/8247

Haut de page

Auteur

Tristan Trémeau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search