Navigation – Plan du site
2012

Luciano Rigolini: Surrogates

Yoann Van Parys
Luciano Rigolini: Surrogates

Paris : Centre culturel suisse ; Lausanne : Musée de l’Elysée, 2012, non paginé, ill. en coul. 22 x 16cm, fre/eng

ISBN : 9782909230122. _ 20,00 €

Haut de page

Texte intégral

1Dans les ultimes pages du livre d’artiste de Luciano Rigolini, publié en regard de son exposition au Centre Culturel Suisse de Paris et au Musée de l’Elysée à Lausanne, on trouve une courte phrase qui éclaire la nature des 127 images que l’œil incrédule aura survolées du début à la fin de l’ouvrage : « Les documents rassemblés dans ce livre représentent des pièces détachées de voitures et de véhicules industriels d’occasion. Ils ont été trouvés sur des sites de mise en vente en ligne, puis sélectionnés par Luciano Rigolini et n’ont subi aucune retouche ».

2Si à première vue et dans l’ignorance de cette information pince-sans-rire, on parcoure le livre en croyant y trouver la déclinaison d’un travail de peinture abstraite nourri de culture numérique dans le lointain esprit d’un Albert Oelhen - déclinaison suscitant les habituels sentiments contradictoires dans le chef du spectateur impatient, cherchant à se faire une opinion ferme et définitive - la découverte du principe systématique qui préside à la création de la série déporte le propos de quelques encablures vers les territoires du Pop art et de l’appropriationisme. On vogue ici dans les eaux d’Ed Ruscha, mais aussi et surtout d’Allan McCollum, auquel il est difficile de ne pas penser, ne serait-ce que par l’intermédiaire du titre Surrogates, renvoyant littéralement à l’intitulé d’une des séries de son célèbre homologue américain. Mais tant qu’à établir des références (et somme toute c’est un peu l’objet du livre qui fait retour avec humour sur l’Histoire de l’art), il faudrait pour être plus précis se rapprocher dans le cas présent de ce qu’on pourrait appeler « l’école de Genève et de Lausanne », à savoir un groupe d’artistes réunis autour d’une figure telle que John M. Armleder qui continue à s’amuser des tours de pendu que se jouent encore et toujours, mais aussi pour le meilleur et pour le pire, l’art, le design d’objet ou d’environnement et l’industrie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yoann Van Parys, « Luciano Rigolini: Surrogates », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 14 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/8253

Haut de page

Auteur

Yoann Van Parys

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals