Navigation – Plan du site
2012

Fluxus ! Antikunst ist auch Kunst

Clara Pacquet
Fluxus ! Antikunst ist auch Kunst

Cologne : Snoeck ; Stuttgart : Staatsgalerie Stuttgart, 2012, 154p. ill. En noir et en coul. 30 x 21cm, ger

ISBN : 9783864420320. _ 29,38 €

Textes de Steffen Egle, Werner Esser, Bettina Kunz

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Du 1er décembre 2012 au 28 avril 2013.
  • 2 « Les fous sont partis »… Les événements Fluxus en Europe 1962-1977 (traduit par l’auteure)

1Pour les cinquante ans de Fluxus, la Staatsgalerie de Stuttgart a consacré une exposition1 au fonds d’archives Hanns Sohm qu’elle conserve dans ses murs depuis 1981. Constituée d’objets, de dessins, de sérigraphies, de cartes postales, de lettres, de programmes, de manuscrits, d’affiches, de livres d’artistes, de flyers, de collages, de partitions, de manifestes, de tampons, de vinyles, de photographies, ou d’autres documents encore, il s’agit d’une des plus riches collections vouée à Fluxus. L’exposition était l’occasion de présenter également un certain nombre de pièces issues de la collection de George Maciunas lui-même, et que Thomas Kellein, à l’époque conservateur des archives Sohm, avait placée sous la protection de la Galerie de Stuttgart en 1984. Le commissaire (Werner Esser, curateur des archives Sohm, accompagné de Bettina Kunz et de Steffen Egle) ont choisi de montrer avec le matériel d’archives - plus de 400 pièces, cela restant une petite portion de la totalité des archives Sohm - quelques films, ainsi qu’une installation documentaire conçue par l’historienne de l’art Petra Stegmann : « Die Irren sind los »… Fluxus-Ereignisse in Europa 1962-19772.

2Le propos de l’exposition était organisé autour de deux figures centrales : George Maciunas et Wolf Vostell, tous les deux incontournables dans le réseau Fluxus et en même temps rivaux. Les curateurs ont choisi d’écarter Joseph Beuys et John Cage.

  • 3  George Brecht, Robert Filliou, Al Hansen, Dick Higgins, Alison Knowles, Arthur Köpcke, George Maci (...)

3Le catalogue recense de manière systématique la totalité des objets montrés dans l’exposition et reproduit une partie de ce matériel, classé par auteurs et par ordre alphabétique3. Cette classification peut laisser songeur s’agissant de Fluxus. Vouloir ramener les productions à leurs individus est contraire à l'anti-individualisme de George Maciunas. L’on peut aussi comprendre ce geste dans un souci de clarté, étant ici question d’archives, le classement apparaît comme non seulement approprié mais également comme nécessaire. Les auteurs du catalogue l’écrivent très clairement : ils considèrent que Fluxus est mort avec la disparition de George Maciunas et qu’il est possible de limiter historiquement ce phénomène puisqu’il a été finalement le produit de ce grand concepteur. Cela peut tout de même poser quelques problèmes au sens où George Maciunas a laissé dernière lui quelque chose comme un style, ou même un esprit qui a continué de vivre et d’agir après sa mort, et peut-être encore aujourd’hui. Le sens de sa démarche n’était-il pas justement la remise en cause des bornes d’une individualité clairement localisable et identifiable ? Finalement, on peine à comprendre le positionnement des commissaires de l’exposition : s’agit-il de mettre en avant George Maciunas et de ramener le mouvement à sa personne, ou bien (comme en témoigne l’ordonnancement du catalogue) davantage de venir relativiser l’importance qu’on lui accorde et de mettre ainsi en avant le caractère co-réalisé, co-conçu de la plupart des productions de Fluxus ? Ce dernier argument nous semblerait être le plus fidèle à la démarche de George Maciunas qui voulait justement mettre en place un collectif, par-delà la notion d’individu : avec bien sûr, toutes les contradictions que cela charrie puisque George Maciunas avait une manière assez autoritaire d’imposer ses vues. Pour finir, soulignons quand même l’intérêt évident de cet ouvrage : il souligne avec grande justesse l’importance de l’archive comme format de production, de diffusion et de conservation pour Fluxus. Le matériel présenté est très riche. Le catalogue en rend compte de manière assez partielle, ce qui est dommage, mais son intérêt n’est pas seulement documentaire, car il centre son propos sur la problématique de l’Anti-Kunst (anti-art) et questionne ainsi l’institutionnalisation même du mouvement et la muséification de ses productions.

Haut de page

Notes

1  Du 1er décembre 2012 au 28 avril 2013.

2 « Les fous sont partis »… Les événements Fluxus en Europe 1962-1977 (traduit par l’auteure)

3  George Brecht, Robert Filliou, Al Hansen, Dick Higgins, Alison Knowles, Arthur Köpcke, George Maciunas, Charlotte Moorman, Yoko Ono, Nam June Paik, Benjamin Patterson, Dieter Roth, Takako Saito, Mieko Shiomi, Ben Vautier, Wolf Vostell, Robert Watts, Emmett Williams.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clara Pacquet, « Fluxus ! Antikunst ist auch Kunst », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 12 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/8410

Haut de page

Auteur

Clara Pacquet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals