Skip to navigation – Site map

HomeReviewsAll the reviews on line2012ZERO : 4 3 2 1

2012

ZERO : 4 3 2 1

Marion Hohlfeldt
ZERO : 4 3 2 1

Düsseldorf : Richter/Fey : ZERO Foundation, 2012, 552p. ill. en noir et en coul. 20 x 22cm, ger

ISBN : 9783941063464

Sous la dir. de Dirk Pörschmann, Mattijs Visser

Top of page

Full text

1L’importance du groupe Zero n’est plus à prouver et la reconstitution récente à l’exposition Dynamo de leur espace lumière, conçu initialement pour la Documenta 4 (1964), confirme le rôle qu’ont joué les trois artistes de Düsseldorf : Heinz Mack, Otto Piene et Günther Uecker. Après plus d’un demi-siècle, il a semblé utile de rendre plus accessible une de leur production majeure : la revue Zero. Cette dernière est au cœur de la présente publication.

2Le rêve d’une table rase s’exprime dans le nom choisi par le groupe. On y perçoit également la réduction des moyens plastiques, que connaissent d’autres artistes de l’époque. Le tout s’accompagne d’une volonté d’inscrire ce travail dans un réseau international et d’accueillir des artistes partageant cette même sensibilité. Ce qui peut apparaître comme un désir immanent de l’art s’avère cependant être la nécessité d’opposer à l’écho des bottes militaires le silence et à l’obscurantisme la lumière. Ainsi, Heinz Mack et Otto Piene posent-ils, pour le premier numéro de Zero, la question : « La peinture contemporaine, provoque-t-elle une formation éminente du monde ? ».

3Les éditeurs de cette publication ont eu la bonne idée de reposer cette même question aux artistes, critiques, collectionneurs et historiens de l’art en l’appliquant directement à Zero : « Zero a-t-il provoqué une formation éminente du monde ? ». On peut, dans la deuxième partie de la publication, en apprécier les réponses.

4Dans le premier numéro, publié en 1958, avec les contributions d’Arnold Gehlen et de Hans Sedlmayr, d’une bonne vingtaine de pages, Heinz Mack et Otto Piene, les éditeurs des trois numéros, passent à 300 pages pour la dernière livraison, avec des contributions artistiques originales, en 1961. De nombreux documents accompagnent chaque numéro et permettent une vue de l’intérieur de la production qui révèle ainsi les relations entre les participants et les réseaux existants.

5La revue Zero a participé à la reconnaissance de ce nouvel art allemand qui renoue avec les avant-gardes et leurs tissus d’échanges internationaux. Cette lecture est d’une très grande actualité.

Top of page

References

Electronic reference

Marion Hohlfeldt, « ZERO : 4 3 2 1 », Critique d’art [Online], All the reviews on line, Online since 01 June 2014, connection on 26 October 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/8414

Top of page

Copyright

Archives de la critique d’art

Top of page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search