Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2012Stéphanie Cherpin : le paysage ou...

2012

Stéphanie Cherpin : le paysage ouvre à heures fixes

Stéphane Léger
Stéphanie Cherpin : le paysage ouvre à heures fixes

Dijon : Les Presses du réel, 2012, 160p. ill. en noir et en coul. 23 x 17cm, fre/eng

Biogr.

ISBN : 9782840665816. _ 25,00 €

Textes de Paul Bernard, S. Cherpin, Guillaume Condello, Valérie Da Costa

Haut de page

Texte intégral

1C’est là la première monographie consacrée à cette artiste de 34 ans. Son travail pleinement sculptural s’inscrit dans une histoire de l’art de l’assemblage de Dada aux années 1980. Cette dernière période est caractérisée par le travail d’artistes femmes comme Isa Genzken, Nancy Rubins et Anita Molinero, dont elle a suivi l’enseignement à Marseille.

2Dans cette mémoire moderne et contemporaine de la sculpture, elle singularise la présence actuelle d’un art de la « déviation » (p. 19), selon Guillaume Condelo qui signe le premier texte où se déploie, dans une sorte de fiction philosophique, le « devenir-sauvage » ontologique et politique, sans prétention, d’un travail rythmé par la solitude, l’urgence et le stress, pour donner forme à des présences spatiales « monstrueuses ».

3A partir des rebuts industriels et technologiques de la production capitaliste, récoltés durant de longues dérives péri-urbaines puis stockés pour prendre forme sans programme établi à l’avance, Stéphanie Cherpin explique, dans un long entretien avec Paul Bernard, comment son rapport animiste aux objets et celui monomaniaque au cinéma et à la musique guide ses choix et ses gestes tout le long du processus de création.

4Valérie Da Costa, dans un court texte (un peu trop ?), restitue enfin son travail dans l’histoire de l’art et insiste sur l’idée de « spatialisation » à l’œuvre, plutôt que sur celle d’une recherche « d’unité ou d’homogénéité de l’objet sculpté », et ce à partir de « déconstruction et reconstruction des masses et des volumes » (p. 79).

5Ponctué de manière subtile et progressive, l’iconographie transportera la lectrice ou le lecteur dans cette histoire singulière à travers les images d’environnements urbains, de sculptures, de textes, comme des références et des notes de l’artiste, jusqu’à « l’album » conséquent et chronologique de ses pièces, qui conclut l’ouvrage avec une « coda » des sculptures les plus récentes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Léger, « Stéphanie Cherpin : le paysage ouvre à heures fixes », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 24 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/8426

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search