Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2021Béatrice Balcou : cérémonies

2021

Béatrice Balcou : cérémonies

Patricia Brignone
Béatrice Balcou : cérémonies
Béatrice Balcou : cérémonies

Gand : MER. Paper Kunsthalle, 2021, 235p. ill. en noir et en coul. 29 x 23cm, fre/eng

ISBN : 9789463933278. _ 39,00 €

Textes de Béatrice Balcou, Vanessa Desclaux, Christophe Gallois, Zoë Gray, Béatrice Gross, Julie Pellegrin, Émilie Renard, Septembre Tiberghien, Eva Wittocx

Haut de page

Texte intégral

1En vertu de l’esprit propre au travail de l’artiste, soucieuse dans son cas de ne pas documenter ses actions, on ne sera guère étonné de découvrir un catalogue dense qui privilégie l’extrême sobriété. En lieu et place de ces images prises sur le vif, le lecteur se voit convié à imaginer, mieux, à revivre par le détail, chacun de ces rituels recensés, relatés, aussi bien par l’artiste elle-même que par des témoins.

  • 1 Tôzai est-il précisé en note est « le premier mot prononcé avant le lever du rideau dans le bunraku (...)

2Baptisées « cérémonies », ces actions se déroulent indistinctement aussi bien dans les lieux les plus anonymes, comme Cérémonie sans titre #01, accueillie au dernier étage de la Brasserie Haecht à Liège (en présence de huit personnes contactées personnellement par l’artiste), qu’à l’inverse dans de nobles institutions, telles que la Villa Kujoyama (s’agissant de Tôzai1 ) ou à Beaubourg, lors du Nouveau Festival de 2015 (Performance sans titre #03). Par l’acte même de déballer, précédant leur furtive présentation, avant de procéder à leur remballage avec un soin similaire, ces rituels silencieux s’attachent, avec la même concentration assortie des mêmes gestes attentifs, à offrir en partage une sorte de vie secrète des œuvres réalisées par d’autres artistes (il peut s’agir aussi bien d’une sculpture du XVIe siècle que d’une pièce de Rodney Graham, mises à la disposition par les musées ou les collectionneurs). A l’heure d’une consommation effrénée des images qui n’épargne pas l’art, l’intention est d’instaurer un rapport d’intimité où la délicatesse prévaut sur la vitesse parfois préjudiciable à notre appréhension du monde. Pour Béatrice Gross, « le geste de Balcou accompagne et restaure la perception patiente qu’exige l’œuvre d’art, dont la part auratique tend à dépérir à l’époque de sa reproductibilité technique généralisée » (p. 31). La notion d’attention et de soin prend ici tout son sens. Julie Pellegrin pointe la prise en compte de ce qu’on nomme le care, défini en paraphrasant Maria Puig de la Bellacasa « comme un impératif éthique et politique de penser dans un monde humain et plus qu’humain » (p. 50), appliqué dans son cas à ce qui serait cette chaîne du vivant qui touche à « la production, la conservation, la diffusion et la réception de l’art » (p. 50). Au-delà du questionnement des protocoles d’exposition exprimé par ses « placebos », l’artiste touche selon Emilie Renard à « un projet plus vaste de destitution de ces critères tacites d’évaluation de l’art » dominants (p. 84).

Haut de page

Notes

1 Tôzai est-il précisé en note est « le premier mot prononcé avant le lever du rideau dans le bunraku, il signifie également « d’Est en Ouest » et « d’Ouest en Est », soit un aller-retour » (p. 70).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patricia Brignone, « Béatrice Balcou : cérémonies », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 30 novembre 2022, consulté le 05 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/85244 ; DOI : https://doi.org/10.4000/critiquedart.85244

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search