Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2020Lee Friedlander

2020

Lee Friedlander

Lilian Froger
Lee Friedlander
Lee Friedlander

Barcelone : RM : Fundación Mapfre, 2020, 383p. ill. en noir et en coul. 31 x 25cm, eng

Chronol.

ISBN : 9788417975449

Textes de Jeffrey Fraenkel, Maria Friedlander, Carlos Gollonet, Nicholas Nixon, Giancarlo T. Roma

Haut de page

Texte intégral

1Figure essentielle du paysage artistique américain depuis les années 1970, Lee Friedlander a fait l’objet en 2020 d’une importante rétrospective à la Fondation MAPFRE, à Madrid, accompagnée d’un volumineux catalogue. Constitué majoritairement de reproductions, celui-ci retrace en images les jalons importants de la production du photographe : de ses premiers portraits (alors en couleurs) à la fin des années 1960 de chanteurs et de musiciens de jazz jusqu’à ses vues urbaines réalisées récemment à New York dans les années 2010. Le texte de présentation rédigé par Carlos Gollonet Carnicero, le commissaire de l’exposition, présente quant à lui les thèmes favoris du photographe, en s’appuyant chaque fois sur la description de quelques images iconiques : les écrans de télévision de la série The Little Screens, les affiches et panneaux urbains, les vitrines de magasin et les jeux de reflets qu’elles autorisent, les miroirs et les rétroviseurs, les autoportraits, les portraits de sa femme Maria et de leurs enfants, les paysages désertiques (« The World According to Lee Friedlander », p. 9-31). La continuité des thèmes abordés par Lee Friedlander apparaît ainsi comme évidente, de même que l’attention constante qu’il porte à ce qui pourrait sembler négligeable, qu’il photographie avec un détachement feint. Car comme le formule Carlos Gollonet Carnicero, « la magie [de ses clichés] réside non pas dans le “moment exact” mais plutôt dans le “cadrage exact”, dans la manière dont le monde, devant son objectif, est transformé en une photographie » (p. 19). Lee Friedlander maîtrise avec brio l’art du cadrage grâce auquel il compose des images qui semblent toujours naturellement équilibrées malgré le désordre apparent qu’il a sous les yeux au moment de photographier. Le passage au format carré dans les années 1990 n’altère d’ailleurs en rien cette incontestable virtuosité du cadrage. Faisant le lien entre photographie et vie privée et familiale, l’ouvrage contient également un entretien avec sa femme, où l’on croise, au détour des souvenirs de soirées et de dîners à la maison, plusieurs des grands noms de la photographie des années 1970 : William Eggleston, Garry Winnogrand ou encore Diane Arbus (« My Life with Lee », entretien entre Jeffrey Fraenkel et Maria Friedlander, p. 33-51).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Froger, « Lee Friedlander », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 30 novembre 2022, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/85419 ; DOI : https://doi.org/10.4000/critiquedart.85419

Haut de page

Auteur

Lilian Froger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search