Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2021 Julio Velasco, L’Artiste comme ...

2021

Julio Velasco, L’Artiste comme stratège : topographie et création plastique contemporaine

Julie Portier
L’Artiste comme stratège : topographie et création plastique contemporaine
Julio Velasco, L’Artiste comme stratège : topographie et création plastique contemporaine

Paris : CTHS, 2021, 347p. ill. en noir et en coul. 22 x 17cm, (Orientations et méthodes)

Bibliogr. Index

ISBN : 9782735509256. _ 26,00 €

Haut de page

Texte intégral

1Issu d’une recherche doctorale en art et sciences de l’art à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, cet ouvrage se propose de mettre au jour les stratégies à l’œuvre dans les parcours individuels des artistes et auteurs du champ de l’art contemporain via une enquête ciblée sur les lieux de résidence de ces derniers. Julio Velasco entend ainsi défier une certaine loi du silence qui se serait instaurée avec la fin du mythe du génie artiste et grâce à une sociologie de l’art attachée à faire de la figure de l’artiste un professionnel comme les autres. L’objet de l’étude est volontairement placé sous le signe du soupçon et l’enquête, elle-même sur un terrain polémique, se signalant par l’emploi insistant de termes controversés comme « hypsterisation », « élite artiste », « art dominant » ou encore « régime vocationnel » que l’auteur hérite des thèses conservatrices de la sociologue de l’art Nathalie Heinich. Pourtant le caractère scientifique de ce qui suit est longuement argumenté dans un exposé méticuleux des termes de la recherche, d’une méthodologie fondée sur la définition de catégories et de sous-catégories puis des différentes disciplines convoquées à mettre au crédit d’une approche inédite dont ne cessera de se féliciter Julio Velasco tout au long de l’ouvrage. Celui-ci se divise en deux parties, « Quartiers d’art » (p. 23-171) et « Les gens de l’art » (p. 173-308). La première passe en revue différents exemples historiques et géographiques de zones habitées par des artistes : La Macarena à Bogotá, San Telmo à Buenos Aires, Belleville, Berlin, Red Hook à New York et le quartier du faubourg Saint-Denis à Paris sur lequel porte l’étude de cas développée dans la deuxième partie. L’on regrette que la première partie, riche en informations, ne permette pas à l’auteur de dégager les mécanismes ni d’analyser ce que produit, après la fin des avant-gardes, la concentration momentanée d’artistes dans une zone géographique. Aussi, cette recherche achevée en 2017 semble-t-elle déjà dépassée, par exemple, par la redéfinition rapide de la géographie berlinoise (qui est de moins en moins vue comme une ville économiquement favorable aux artistes) ou même par le mouvement qui s’observe actuellement en direction des zones rurales. A défaut, l’auteur cherche à démontrer que ces choix de domiciliation dépassent le simple critère économique – cela ne vaudrait-il pas pour toute personne cherchant à se loger ? – pour répondre à une stratégie collective invisible. C’est celle-ci que cherche à déceler l’ensemble de portraits de personnalités reconnues dans le champ de l’art depuis les années 2000 auquel s’attèle l’auteur dans la deuxième partie. Mais alors que les annexes indiquent une centaine d’entretiens réalisés sur le terrain, cette démonstration ne s’appuie sur aucune source de première main (hormis une « liste de gens de l’art ayant habité le quartier ») et ne s’intéresse pas aux divers agencements périphériques favorables à une carrière et à sa visibilité. Au contraire, ces analyses portent sur les œuvres ou écrits eux-mêmes et sur leur réception critique. Quelles conclusions peut-on donc tirer de la mise en rapport des productions de Nicolas Bourriaud, Nathalie Heinich, Jean-Philippe Antoine, Pierre Huyghe ou Olga Kisseleva qui s’avèrent avoir logé dans le même quartier (à l’exemple de bien d’autres artistes, auteurs, travailleurs de l’art moins célèbres mais qui semblent totalement exclus de cette enquête sociologique) ? L’auteur trouve néanmoins l’occasion, en marge de véritables procès pour élitisme, de dresser à l’intérieur de cet échantillon de nouvelles catégories de stratégies – qualifiant maintenant l’évolution d’une pensée ou d’une esthétique – plus ou moins au service d’un art largement partageable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Portier, «  Julio Velasco, L’Artiste comme stratège : topographie et création plastique contemporaine », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 30 novembre 2022, consulté le 21 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/89649 ; DOI : https://doi.org/10.4000/critiquedart.89649

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search