Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2021Enfermements

2021

Enfermements

Bruno Nassim Aboudrar
Enfermements
Enfermements

Paris : Jannink, 2021, 229p. ill. en noir et en coul. 24 x 18cm

Biogr.

ISBN : 9782372290487. _ 26,00 €

Sous la dir. d’Hervé Bacquet, Sandrine Morsillo, Diane Watteau

Haut de page

Texte intégral

1On est parfois visionnaire. En 2019 un groupe composé d’historiens, de psychanalystes, de théoricien·ne·s de l’art et d’artistes organise une exposition, puis un colloque, autour du thème de l’enfermement. Comme c’est l’usage dans cette configuration, la question est abordée à partir des recherches, des expériences et des champs disciplinaires propres à chaque intervenant·e. D’où il résulte une publication intéressante, variée et, par définition, hétéroclite. Très bien organisée dans le volume, cette diversité se structure autour de trois axes. Le premier, sur l’enfermement carcéral, offre l’analyse d’une correspondance de prisonnières (p. 18-23), le relevé avant effacement des graffitis de la prison d’Avignon (p. 24-39), un émouvant travail d’Eric Rondepierre (p. 40-49), à la jonction entre art et document, sur les traces, ou plutôt leur absence, de la Petite Roquette, où l’on détenait enfants et adolescents dans des conditions létales d’isolement, un autre, de Jean-Michel Pancin (p. 50-63), sur les restes cette fois-ci matériels recueillis, là encore, à la prison d’Avignon, et exposés comme d’étranges concrétions de l’incarcération. Le second axe, évoque l’enferment dans ses dimensions symboliques, psychologiques, voire psychiques. Christophe Genin évoque « l’enfermement dehors » des artistes du street art sous la surveillance sournoise des caméras (p. 66-87). Diane Watteau consacre une étude sensible et profonde au travail de Julia Scher, lits surveillés par des moniteurs, installations sophistiquées de gardiennage, dont elle montre comment elles constituent « de réelles machines de décadrage pour essayer d’aborder la question de l’intime dans le contexte de la vidéosurveillance et du cyberespace » (p. 95). Geneviève Morel interprète en psychanalyste le syndrome de Stockholm, dont a souffert Patty Hearst, fille de milliardaire enlevée par des ravisseurs un peu gourous (p. 108-123), et David Bernard décrit la structure psychique de l’enfermement (p. 100-107). Enfin, cinq études de critiques d’art se penchent sur l’enfermement en tant que forme plastique ou, dans le cas du marquis de Sade, littéraire. Visionnaire : parce que tout cela a lieu avant le confinement, notre grand renfermement. C’est pourquoi une quatrième partie vient s’ajouter, a posteriori aux travaux antérieurs. Elle est consacrée à des œuvres élaborées par des artistes pendant leur confinement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Nassim Aboudrar, « Enfermements », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 01 juin 2023, consulté le 20 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/92429 ; DOI : https://doi.org/10.4000/critiquedart.92429

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search