Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2021Ad Reinhardt : "art is art...and ...

2021

Ad Reinhardt : "art is art...and everything else is everything else"

Maria Stavrinaki
Ad Reinhardt : "art is art...and everything else is everything else"
Ad Reinhardt : "art is art...and everything else is everything else"

Madrid : Fundación Juan March, 2021, 249p. ill. en noir et en coul. 29 x 25cm, eng

Bibliogr.

ISBN : 9788470756689

Sous la dir. de Manuel Fontán del Junco, María Toledo Gutiérrez. Textes d’Alex Bacon, Pepe Karmel, Prudence Pfeiffer, Miguel Peña, Jordi Teixidor, José María Yturralde, Lynn Zelevansky

Haut de page

Texte intégral

1C’est un objet presque tautologique. Sa forme obéit à la logique même d’Ad Reinhardt, lequel a décrété et observé au long de sa vie une stricte séparation entre ce qui est l’art et ce qui ne l’est pas : « Art is art and everything else is everything else. » La couverture reliée se plie et se déplie comme un accordéon dont le soufflet est composé de deux volumes matériellement indépendants et d’une épaisseur et d’une couleur différentes : à l’art qui est art est réservée la part presque noire et réduite ; au reste, nécessairement plus étendu, la part blanche et plus développée. Aucun texte n’accompagne le volume consacré à l’art, serré dans un silence un peu vain et compromis : Ad Reinhardt savait lui-même qu’il était impossible de conjuguer le « presque noir » de ses œuvres ultimes et la reproductibilité. Mais il gardait cette contradiction vivante et insoluble : toute peinture « ultime » devait être créée pour être contemplée dans cet espace au silence de mort qu’était censé être le musée ; mais aussi, à toute peinture « ultime » succéderaient d’autres peintures ultimes, et chacune d’entre elles se rangerait dans le « musée imaginaire », dont la reproductibilité offrirait l’éternel présent en échange de la forme absolue. Le bruit de la vie et de l’histoire dans ses dissonances et dans sa relativité est étudié dans le volume « and everything else is everything else ». Ad Reinhardt s’est jeté à corps perdu dans cette vie confuse et hétérogène. En parcourant les études qui composent ce très riche catalogue, ainsi que la documentation rigoureusement reproduite et répertoriée qu’il nous offre, on reste stupéfait face à l’insatiable activité d’une personne affirmant qu’« on ne peut aller nulle part » : artiste ayant suivi des cours d’histoire de l’art avec Meyer Schapiro et Alfred Salmony, dessinateur de revues trotskistes engagées, illustrateur d’ouvrages consacrés au racisme, concepteur de la série « How to Look » – qui condense en elle-même, avec ironie et savoir, l’historicisme moderniste –, auteur et calligraphe d’un grand nombre de textes, enseignant, parmi les premiers, de l’art global et, pour finir, infatigable voyageur (il a photographié in situ les œuvres de cet art global que, pour la première fois dans l’histoire de l’espèce, on pouvait contempler comme une totalité). L’espace se contractait et l’histoire se repliait sur elle-même : Ad Reinhardt se présentait comme un « artistes post-historique », non pas parce que l’histoire touchait à sa fin – au contraire, bien des luttes à travers le monde prouvaient le contraire –, mais parce que objectivement la donne avait changé pour les artistes, qui ne pouvaient plus se complaire dans l’idée de l’originalité ou s’en contenter, ni faire abstraction de l’histoire de l’art. Ad Reinhardt, le modernisme incarné, arrogant et décrétant ce qui est et ce qui n’est pas, aurait-il encore quelque chose à nous dire ? Ce catalogue nous incite à le penser. D’abord pour ébranler nos propres certitudes, et puis en nous aidant à comprendre que la conception de l’autonomie non négociable de l’art n’est pas forcément conformiste ou réactionnaire, mais peut être conditionnée par un engagement sans faille. Après tout, si les tableaux de Reinhardt demeuraient « presque » noirs, c’était qu’ils étaient saturés de l’histoire du monde et qu’ils laissaient le dernier mot au futur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Stavrinaki, « Ad Reinhardt : "art is art...and everything else is everything else" », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 14 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/97773 ; DOI : https://doi.org/10.4000/critiquedart.97773

Haut de page

Auteur

Maria Stavrinaki

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search