Navigation – Plan du site

AccueilNuméros59L'Histoire revisitéeHistoires sur le seuil : imaginer...

L'Histoire revisitée

Histoires sur le seuil : imaginer d’autres récits, par-delà l’humain

Yannis Hamilakis
Traduction de Laurent Vannini
p. 138-148
Cet article est une traduction de :
Histories on the Edge: Imagining Other Stories, Beyond the Human
Au commencement était… : une nouvelle histoire de l’humanité
Au commencement était… : une nouvelle histoire de l’humanité

Paris : Les Liens qui libèrent, 2021, 745p. ill. en noir et en coul. 24 x 16cm

Bibliogr. Index

ISBN : ‎9791020910301. _ 29,90 €

Texte de David Graeber, David Wengrow. Trad. d’Elise Roy

lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1A peine un an après sa sortie, Au commencement était… : une nouvelle histoire de l’humanité, fruit d’une conversation au long cours entre l’anthropologue David Graeber – qui, malheureusement, mourut peu de temps après la publication de cet ouvrage – et l’archéologue David Wengrow, est déjà un phénomène d’édition : outre son succès commercial, et pas uniquement dans le monde anglophone, je n’ai pas le souvenir d’une autre occasion dans le passé proche, et moins proche, d’un livre, rédigé principalement pour le grand public, ayant engendré autant de débats au sein de la communauté universitaire. S’il devait être décrit d’une seule manière, je dirais qu’il est une attaque systématique, bien documentée et implacable, portée aux conceptions téléologiques de l’histoire, et à l’évolutionnisme socioculturel. Il est vrai que dans la communauté des archéologues et des anthropologues, ces idées, qui sont démolies par les deux auteurs avec tant d’éloquence, de lucidité et d’esprit, avaient été discréditées, pour la plupart tant sur le plan théorique qu’empirique et factuel, même si leur influence résiduelle se fait encore sentir dans de nombreux cercles. En effet, les termes de « bandes », de « chefferies » et d’« Etats » en tant que stades de l’évolution culturelle de l’histoire de l’humanité, n’ont pas disparu (en particulier dans la tradition de pensée nord-américaine). Ils sont souvent accompagnés de la réserve nuancée soulignant qu’un tel langage est utilisé par commodité. Mais Au commencement était… nous rend un grand service en accumulant une énorme quantité de preuves récentes et moins récentes, et en les employant de manière à porter ce qui sera avec un peu de chance un coup fatal pour de tels récits. En lieu et place de la linéarité, du déterminisme et de la hiérarchie, il nous est proposé l’enjouement, l’expérimentation, la diversité saisonnière, et les liens sociaux hétérarchiques souvent fondés sur le soin, qu’il s’agisse d’évoquer les « révolutions » néolithiques qui n’eurent jamais lieu ou l’apparition des premières villes.

  • 1 NDT, There Is No Alternative, c’est-à-dire « Il n’y a pas d’autre choix »

2Montrer que les choses auraient pu se passer différemment est ce que je considère comme l’un des rôles fondamentaux de l’archéologie et de l’anthropologie aujourd’hui, et cet ouvrage remplit ce rôle admirablement. Dire que les choses auraient pu se passer autrement implique qu’elles peuvent encore se passer différemment. Et ici réside la seconde, plus importante même, contribution de l’ouvrage. A un moment déterminé par des crises multiples à l’échelle mondiale, qu’il s’agisse des urgences climatiques et environnementales, du virus du suprémacisme blanc ou des néofascismes de toutes formes, Au commencement était… nous donne, non seulement à nous autres universitaires, mais également à beaucoup d’autres communautés, la permission d’imaginer. Imaginer des mondes différents, des configurations et des possibilités différentes dans le combat en cours pour la liberté. En effet, si l’obsession des origines en général, et des « origines de l’inégalité » en particulier, caractérise la plupart, si ce n’est tous les grands récits populaires de l’histoire humaine, les auteurs nous font bien comprendre que leur préoccupation principale n’a pas à voir avec l’inégalité, mais avec la liberté. Ils ne pourchassent pas des utopies passées qu’ils pourraient nous offrir comme modèles pour le présent et l’avenir. Ils ne cherchent pas non plus de légitimation anthropologique et archéologique de leurs positions et convictions politiques (Graeber était notoirement connu comme activiste et partisan d’une anthropologie anarchiste), comme certains critiques malavisés ont pu le suggérer. Ils s’efforcent au contraire de nous convaincre que les humains, en tous lieux, ont toujours été des agents politiques et sociaux, des orateurs et des philosophes, constamment en train d’imaginer et d’expérimenter une grande variété de modes de vie en communauté, en dépit de ce que le dogme du déterminisme techno-environnemental, de la téléologie et du TINA1 néolibéral aimerait nous faire croire.

  • 2 The New Nomadic Age: Archaeologies of Forced and Undocumented Migration, Sheffield : Equinox, 2018. (...)

3Pour avoir travaillé ces dernières années avec des personnes-en-mouvement sur la matérialité de la migration contemporaine2, je fus heureux de constater que la liberté de mouvement était défendue dans l’ouvrage comme l’une des trois libertés dont ont joui les humains pendant la majeure partie de leur histoire, et celle qu’ils ont du mal à reprendre aujourd’hui – les deux autres étant la liberté de désobéir, et la liberté d’imaginer et de construire différentes formes d’organisation sociale. En outre, celleux d’entre nous qui ont participé à la déconstruction du récit selon lequel la Grèce antique idéalisée, et sa supposée démocratie, constituaient le moment fondateur de la modernité occidentale, apprécieront la manière dont ce livre a regroupé plusieurs exemples et contextes non européens de prises de décision collectives. Une généalogie alternative de ce qui peut être appelé « démocratie » émerge de ce travail, et il vaudrait sans doute la peine de lui accorder une explication et une analyse plus approfondies. Dans cette généalogie alternative, les auteurs tirent profit de la pensée indigène, et en particulier celle issue des Amériques, affirmant de manière convaincante que les philosophes européens des Lumières ont une dette gigantesque et ignorée aux penseurs indigènes rencontrés durant la colonisation. Les Lumières européennes n’étaient peut-être pas aussi européennes (et aussi blanches) après tout ! Pour cela et plus encore, pour un tel don en cette période de crise et de danger, nous devrions être extrêmement reconnaissants.

4Pourtant, dans le même esprit de liberté que ce livre inspira, nous devons continuer à réfléchir aux intrications, au potentiel et aux formes futures, ainsi qu’aux angles morts de cette entreprise extraordinaire. Les récits globaux concernant l’humanité sont le genre auquel les auteurs veulent répondre. Il semble qu’ils aient opté pour un format proche, s’efforçant dans le même temps de remanier le genre, de montrer des tendances régionales et de mettre en avant l’importance de la comparaison. Mais quel genre d’affirmations tacites proposent-ils lorsqu’ils optent pour un tel format ? Quel type d’autorité invoquent-ils, et quelles sont les implications pour la politique de la connaissance ? Voilà un ouvrage qui met en avant la diversité locale et défend l’importance et l’influence de la pensée indigène, mais qui par ailleurs est écrit et publié depuis le cœur même des pays des Nords, et dont les auteurs servent de médiateurs aux pays des Suds, tandis que les penseurs indigènes contemporains sont rarement évoqués.

5Comme pour toute autre tentative du même ordre, la question épineuse est la suivante : qui a le droit d’invoquer une telle vision panoptique ? Qui est habilité à raconter l’histoire du monde entier ? Comment la prochaine itération de ce projet pourra-t-elle incorporer les voix diverses et directes venant d’ailleurs, venant des communautés indigènes contemporaines qui continuent à produire des orateurs et des intellectuels ? S’il s’agit de sept cents pages de prolégomènes à un projet plus ambitieux, qui, on peut l’espérer, existera un jour, comment cela peut-il devenir une entreprise collective et communautaire impliquant activement les peuples et les populations des pays des Suds ?

  • 3 Edelstein, Dan. Geroulanos, Stefanos. Wheatley, Natasha. « Chronocenosis: An Introduction to Power (...)

6La temporalité et le cadre temporel qui sous-tendent ce livre constituent un autre aspect méritant qu’on s’y arrête. Il s’agit d’un manifeste antiprogressiste, quasi benjaminien, mais d’un manifeste qui va dans le sens d’une logique archiviste, dans le sens où il suit le régime temporel de la modernité et la chronométrie théologique de l’Occident moderne, l’annus domini. Que se passerait-il si ce livre devait abandonner la distinction entre passé, présent et futur comme principe fondateur inébranlable, et évoquer leur fragilité et leur indétermination ? Que se passerait-il si Graeber et Wengrow acceptaient ce que plusieurs anthropologues, archéologues et certains historiens suggèrent désormais, c’est-à-dire que « ce que nous appelons habituellement "le présent" n’est qu’un simple consensus fragile, un conflit mis en sourdine3 » ? Un débat explicite sur la temporalité en tant qu’expérience et perception du temps, et de l’historicité non pas comme facticité – ainsi qu’elle est traitée dans le livre –, mais comme un ensemble de conceptions différentes de l’histoire, aurait donné plus de valeur aux arguments. Il aurait peut-être rendu visibles non seulement les espaces de frottement entre temps et pouvoir, mais aussi la coexistence simultanée de régimes temporels souvent conflictuels dans chaque contexte. En effet, manquent dans la liste des sources du pouvoir et de la domination sociale proposée par Au commencement était… – outre la souveraineté et l’usage de la violence, le charisme et le contrôle du savoir –, les chrono-politiques et le temps comme mémoire et historicité, quoique, çà et là, des exemples d’utilisation de l’histoire sont donnés.

  • 4 Hamilakis, Yannis. Archaeology and the Senses: Human Experience, Memory, and Affect, Cambridge : Ca (...)

7Le temps comme mémoire tangible incarnée est vécu comme expérience et est rendu actif à travers l’attention sensorielle à la matière, par le biais des potentialités sensorielles des choses, lieux et environnements. En dépit de la pléthore d’exemples archéologiques, j’aurais aimé que ce livre soit plus archéologique, dans le sens d’une valorisation et d’une analyse détaillées de la substantialité de la matière, de ses propriétés sensorielles, et peut-être d’une plus grande attention prêtée à quelques cas. Une telle valorisation aurait également donné beaucoup de relief aux expériences inscrites dans la durée et multi-temporelles, donc inscrites dans la matière, au temps comme impression, et à la matière susceptible d’engendrer une durée sensorielle. Certes, il est fait référence à des pratiques sensorielles intenses telles que les festins collectifs ou la consommation de substances hallucinogènes. Mais ces pratiques ont été décrites de bien des manières par d’autres chercheurs et sont souvent placées au sein de récits téléologiques et hiérarchiques sur ce qui est appelé la « complexité sociale ». En lieu et place de cela, une analyse de leur sensorialité aurait montré leur nature ouverte, leur imprévisibilité, les multiples possibilités qu’elles engendrent, leur caractère anarchique4.

  • 5 Sharpe, Christina. In the Wake : On Blackness and Being, Durham NC: Duke University Press, 2016
  • 6 Bennet, Joshua. Being Property Once Myself : Blackness and the End of Man, Cambridge MA : Harvard U (...)

8Enfin, est-ce que ce sont des histoires de l’humanité dont nous avons besoin aujourd’hui ou des histoires d’assemblages pluri-espèces ? En ces temps d’anthropocène et d’urgence climatique, et alors que la suprématie blanche fait la pluie et le beau temps, pour reprendre les termes de Christina Sharpe5, mais également plusieurs décennies après le décentrement du modèle abstrait de l’humain dans la pensée culturelle et sociale, ne devrions-nous pas aller au-delà des récits anthropocentriques fondés sur la blanchité6 ? Le monde tel que nous l’habitons a été coproduit par une multiplicité d’êtres sensibles et non humains, et ce sont ces histoires entremêlées que nous devons commencer à raconter plus énergiquement, plus systématiquement et de manière multimodale, au-delà des seuls travaux universitaires, à travers les images et un art multisensoriel, ou encore la matérialité et les performances. Ce livre exceptionnel contribue à paver le chemin vers de telles entreprises décoloniales et libératrices.

Haut de page

Notes

1 NDT, There Is No Alternative, c’est-à-dire « Il n’y a pas d’autre choix »

2 The New Nomadic Age: Archaeologies of Forced and Undocumented Migration, Sheffield : Equinox, 2018. Sous la dir. d’Yannis Hamilakis

3 Edelstein, Dan. Geroulanos, Stefanos. Wheatley, Natasha. « Chronocenosis: An Introduction to Power and Time », Power and Time: Temporalities in Conflict and the Making of History, Chicago : The University of Chicago Press, 2020, p. 1-49, p. 27

4 Hamilakis, Yannis. Archaeology and the Senses: Human Experience, Memory, and Affect, Cambridge : Cambridge University Press, 2013

5 Sharpe, Christina. In the Wake : On Blackness and Being, Durham NC: Duke University Press, 2016

6 Bennet, Joshua. Being Property Once Myself : Blackness and the End of Man, Cambridge MA : Harvard University Press, 2020

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannis Hamilakis, « Histoires sur le seuil : imaginer d’autres récits, par-delà l’humain », Critique d’art, 59 | 2022, 138-148.

Référence électronique

Yannis Hamilakis, « Histoires sur le seuil : imaginer d’autres récits, par-delà l’humain », Critique d’art [En ligne], 59 | Automne/hiver 2022, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/98021 ; DOI : https://doi.org/10.4000/critiquedart.98021

Haut de page

Auteur

Yannis Hamilakis

Yannis Hamilakis est professeur d’archéologie à la Joukowsky Family Foundation et professeur en études néohelléniques à l’université Brown. Il a beaucoup écrit sur la politique du passé, sur le corps et la sensorialité, sur l’ethnographie archéologique, sur les migrations contemporaines et sur le lien entre le photographique et l’archéologique. Parmi ses publications, on peut citer The Nation and its Ruins: Antiquity, Archaeology and National Imagination in Greece (Oxford University Press, 2007); Camera Kalaureia: An Archaeological Photo-ethnography (Archaeopress, 2016, avec Fotis Ifantidis); et Archaeology, Nation and Race: Confronting the Past, Decolonizing the Future in Greece and Israel (Cambridge University Press, 2022, avec Raphael Greenberg). L’exposition Transient Matter: Assemblages of Migration in the Mediterranean, dont il a été co-organisateur, est consultable sur https://hma.brown.edu/exhibits/current-exhibits/transient-matter

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search