Navigation – Plan du site

AccueilNuméros59L'Histoire revisitéeCritique indigène et schismogenès...

L'Histoire revisitée

Critique indigène et schismogenèse anticapitaliste

Sven Lütticken
Traduction de Laurent Vannini
p. 150-160
Cet article est une traduction de :
Indigenous Critique and Anticapitalist Schismogenesis
Au commencement était… : une nouvelle histoire de l’humanité
Au commencement était… : une nouvelle histoire de l’humanité

Paris : Les Liens qui libèrent, 2021, 745p. ill. en noir et en coul. 24 x 16cm

Bibliogr. Index

ISBN : ‎9791020910301. _ 29,90 €

Texte de David Graeber, David Wengrow. Trad. d’Elise Roy

lire aussi

Haut de page

Texte intégral

  • 1 NDT, en français dans le texte.
  • 2 Knight, Chris. « In Fundamental Ways Incoherent and Wrong, », l’un des textes composant « ’The Dawn (...)

1Faire la recension critique de l’ouvrage impressionnant et intellectuellement stimulant de David Graeber et David Wengrow Au commencement était… : une nouvelle histoire de l’humanité n’est pas chose immédiatement évidente pour un historien de l’art. Je ne suis pas en position de démontrer dans quelle mesure les thèses de Graeber et Wengrow « se trompent sur l’histoire de l’humanité ». Certaines critiques se résument à un tour d’horizon1 des recherches récentes qui furent ignorées ou déformées par les auteurs – par exemple les récits féministes des premières formations sociales humaines et les travaux récents sur les premiers temps de l’évolution humaine. Graeber – l’anthropologue – et Wengrow – l’archéologue – semblent ne pas avoir pris en compte certaines de ces découvertes sur la base de leur phobie du darwinisme social, les conduisant à situer leur « commencement » assez tard, correspondant plutôt, selon les termes malicieux utilisés par un commentateur, à « l’heure du thé » de l’humanité2. Me tenant à l’écart de ces débats d’experts, j’évaluerai leur projet d’ensemble du point de vue de sa pertinence conceptuelle et analytique, et de ses présuppositions et conséquences politiques.

  • 3 Graeber, David. Dette : 5 000 ans d’histoire, Paris : Les Liens qui libèrent, 2013. Trad. par Franç (...)

2Au commencement était… a en commun avec l’ouvrage désormais classique de Graeber Dette : 5 000 ans d’histoire, un concept structurel fondamental. Ce dernier s’ouvrait sur la démythification du troc – la fable économique moderne selon laquelle l’échange dans les sociétés humaines avait commencé par le troc d’objets contre d’autres objets, un système qui fut rendu obsolète par l’invention des pièces de monnaie en métal, et plus tard par la monnaie virtuelle et le crédit. Graeber avançait l’idée que la monnaie démarra sous la forme d’équivalents de systèmes de comptabilité dans les premiers empires, et que par conséquent la dette a une histoire bien plus ancienne que celle habituellement reconnue3. De la même manière, Au commencement était… s’en prend au récit des Lumières concernant la transition historique de sociétés égalitaires de petite taille vers des Etats inégalitaires. Pour Graeber et Wengrow, le problème n’est pas tant celui de l’égalité que celui de la plasticité sociale. La question n’est pas : « Quelles sont les origines de l’inégalité sociale ? » mais : « Comment se fait-il que nous nous soyons retrouvés bloqués ? » Si la gauche – et en particulier ces courants anarchistes et autonomistes avec lesquels Graeber était lié – aime soutenir l’idée qu’« un autre monde est possible », pourquoi cette croyance a-t-elle si peu d’influence dans le monde réel ?

  • 4 Voir plus particulièrement : Graeber, David. Sahlins, Marshall. On Kings, Chicago : Hau Books, 2017 (...)
  • 5 Bateson, Gregory. La Cérémonie du Naven, Paris : Minuit, 1971. Dépassant le seul cadre des Iatmul, (...)

3Volume tentaculaire reliant une grande quantité d’études de cas issues de périodes et de régions du monde différentes, Au commencement était… est un monument instable qu’il conviendrait d’utiliser comme une mine de pistes d’analyses brillantes, partiellement explorées, mais jamais pleinement poursuivies par les auteurs. L’une de ces pistes – une ligne de fuite conceptuelle – a trait à leur usage du concept développé par Gregory Bateson de schismogenèse, que Graeber avait déjà mentionné dans ses écrits antérieurs4. Dans son travail sur le peuple Iatmul de Nouvelle-Guinée, Bateson définit la vantardise rituelle entre (groupes d’) hommes, dans laquelle chaque vantardise émise d’un côté nécessite une surenchère de l’autre, comme étant une schismogenèse symétrique, tandis que les relations entre les sexes étaient marquées par une « schismogenèse » complémentaire. Dans ce dernier cas, il existait une distinction entre différents types de comportements, c’est-à-dire entre ceux dominants et ceux soumis, plutôt qu’une rivalité sur la base d’une forme de comportement commun (la vantardise). Jusqu’à présent, le concept de Bateson a été utilisé le plus souvent dans l’étude des cultures tribales ou autochtones, même si Bateson était clairement convaincu que tout type de société est en partie façonnée par cette sorte de « comportement cumulatif5 ».

  • 6 Viveiros de Castro, Eduardo. Politique des multiplicités : Pierre Clastres face à l’Etat, Bellevaux (...)
  • 7 Clastres, Pierre. La Société contre l’Etat, Paris : Minuit, 1974

4Dans son essai sur l’anthropologue anarchiste Pierre Clastres, Eduardo Viveiros de Castro souligne que Castres fait la distinction entre sociétés « complémentaires » et « symétriques » dans le Nord-Ouest amazonien : « Clastres oppose de manière avisée la dynamique verticalisante et centripète – la différenciation par schismogenèse complémentaire, disait Bateson – des peuples Chibcha, Aruaque et Caraïbe de cette zone, à la dynamique horizontalisante et centrifuge – par schismogenèse symétrique, donc – qui mettait en mouvement les peuples Tupi-Guarani, hostiles à la stratification sociale […]6. » Tandis que Viveiros suit ici l’analyse de Bateson en abordant les processus schismogénétiques à l’intérieur des sociétés/tribus individuelles, la célèbre affirmation de Clastres selon laquelle un grand nombre de sociétés tribales ont créé des mécanismes empêchant l’instauration de hiérarchies et de structures de type étatique peut elle-même être lue sous le prisme schismogénétique : ces « sociétés contre l’Etat » ne représentent pas une phase primitive de l’évolution propre aux Aborigènes, mais une forme de schismogenèse symétrique à travers laquelle ces tribus se démarquent elles-mêmes d’Etats plus hiérarchiques dans cette partie du monde7.

  • 8 Graeber, David. Wengrow, David. Au commencement était… : une nouvelle histoire de l’humanité, Paris (...)
  • 9 Ibid., p. 45-104

5Au commencement était… est truffé de références à Clastres, et, dans ce qui peut être vu comme une réponse « clastrienne » à Bateson, Graeber et Wengrow soulignent que ce dernier « s’intéressait aux processus psychologiques à l’œuvre à l’intérieur des sociétés, mais tout porte à croire qu’il s’en produit de comparables entre les sociétés. Chacun tend à se définir par rapport à son voisin » - et cela, affirment-ils, advenait non seulement entre différentes sociétés autochtones dans les Amériques, mais également entre colonisateurs européens et Amérindiens8. Plus précisément, cela eut lieu entre intellectuels amérindiens et européens (des Lumières) ; le premier chapitre du livre sur la critique indigène de la société européenne est peut-être sa partie la plus brillante. Il a longtemps été courant de postuler que les « bons sauvages » et les Autres exotiques proférant des critiques à l’encontre de la société européenne dans les écrits des penseurs du siècle des Lumières n’étaient rien d’autre que de commodes porte-parole fictionnels des opinions des auteurs. Cependant, Graeber et Wendrow fournissent la preuve que la source d’inspiration d’un grand nombre de ces textes, les conversations du Baron de La Hontan avec le chef politique amérindien (Wendat) Kandiaronk, donne au lecteur un véritable aperçu des opinions critiques de ce dernier au sujet de la société et la morale européenne. Confronté à une forme de vie marquée par l’absence de liberté, la propriété privée et l’inégalité, Kandiaronk en vint à définir la société amérindienne en termes diamétralement opposés – un exemple saisissant de schismogenèse complémentaire entre sociétés9.

  • 10 Zomia ou l’Art de ne pas être gouverné, Paris : Le Seuil, 2013. Trad. par Nicolas Guilhot, Frédéric (...)
  • 11 Pour une critique de leur notion de “choix”, voir Nancy Lindisfarne et Jonathan Neale, « All Things (...)
  • 12 Graeber, David. Wengrow, David. Au commencement était..., op. cit., p. 571

6Outre Clastres, Au commencement était… fait référence à un autre éminent anthropologue anarchiste, James C. Scott, et en particulier à son ouvrage Homo domesticus : une histoire profonde des premiers Etats (2017, traduit en 2021). A l’instar de Graeber et Wengrow, Scott s’intéresse à la plasticité sociale et aux alternatives à l’Etat et à l’empire. Scott a produit quelques-uns des comptes-rendus les plus pertinents et subtils sur les relations entre sociétés étatiques et « barbares », affirmant que la période ayant vu l’apparition des premiers Etats était également « l’âge d’or des barbares (sans Etat) » et analysant les hautes terres de Zomia en Asie du Sud-Est comme un royaume de peuples qui étaient « sans Etat à dessein10 ». Scott semble souvent plus désireux et capable de faire apparaître une dialectique subtile de facteurs sociaux et matériels (environnementaux, écologiques), tandis que Graeber et Wengrow semblent bloqués sur une conception abstraite du choix qui a des connotations libertariennes11. Les deux auteurs soulignent que l’impérialisme et l’expansion coloniale européens ont engendré une situation dans laquelle « la planète n’a connu pour ainsi dire qu’un seul système politico-économique », mais quelle est la nature de ce système12 ? Ensemble, les termes « capitalisme » et « capitaliste » apparaissent une vingtaine de fois dans ce livre de plus de 700 pages ; Graeber et Wendrow ne semblent pas supporter beaucoup ce mot tabou, et cela fait obstacle à leur tentative de répondre à leur question principale.

  • 13 Ibid., p. 548
  • 14 Scott, James C. Homo domesticus : une histoire profonde des premiers Etats, Paris : La Découverte, (...)
  • 15 Clifford, James. Returns: Becoming Indigenous in the Twenty-First Century, Cambridge (MA) : Harvard (...)
  • 16 NDT, collectif australien composé d’une trentaine de cinéastes autochtones de toutes générations.

7Graeber et Wendrow, soucieux d’une liberté individuelle difficilement dissociable parfois du libertarianisme, déconnectent souvent l’analyse de l’Etat de toute approche systémique de l’essor du capitalisme. On ne peut pas vraiment répondre à la question « Comment se fait-il que nous nous soyons retrouvés bloqués ? » en traitant la question du choix de manière abstraite, au même titre que celle du mythique consommateur libre dans la théorie du libéralisme économique. Si, comme le soulignent les auteurs, l’Etat-nation moderne (un instrument clé de l’expansion capitaliste) est un « amalgame d’éléments » qui sont désormais « en train de se dissocier de nouveau », dans quelle mesure ce processus de désintégration ouvre-t-il la perspective d’une divergence fondamentale13 ? Si le capital crée ses propres zones d’exception, nous est-il possible de percevoir ou d’initier un mouvement complémentaire en sens opposé ? Les territoires peuvent-ils être libérés du système mondial, et qu’est-ce qui en résulterait ? Dans quelle mesure pouvons-nous réellement parler de sociétés différentes dans le présent ? Mettre cette question à l’ordre du jour n’est pas un mince exploit réalisé par Au commencement était… L’ouvrage de Graeber et Wendrow renvoie de toute évidence à notre présent, placé sous le signe politique et culturel d’une critique indigène du colonialisme de peuplement et de l’extractivisme capitaliste. Dans Homo domesticus, Scott soutenait que les premiers empires contrôlaient des régions de taille relativement modeste, et que les arrière-pays voyaient prospérer les populations « barbares » - Scott s’appropriant là ironiquement le terme « barbare », et lui donnant des connotations positives14. Le vent a, semble-t-il, tourné, et, pourtant, serait-on en train de vivre l’aube d’un second « âge d’or des barbares » ? Pour reprendre les termes de James Clifford, « les peuples indigènes sont apparus dans l’angle mort de l’histoire », ayant refusé de suivre le scénario qui prédéterminait leur disparition, et se trouvant sur la ligne de front de la résistance au capitalisme extractiviste et racialisé15. Du Chiapas à Standing Rock, en passant par le travail du Karrabing Film Collective16 ou celui de Richard Bell et sa tente-ambassade à documenta 15, ou encore les films de la Commune du film du Rojava présentés pendant cette exposition, l’indigénisme contemporain pose comme principe qu’un autre monde est véritablement possible et que l’avenir est indigène – faisant écho à l’idée de Graeber et Wengrow des possibilités protéiformes et de la plasticité du social. Que cela puisse se transformer en alternative systémique reste à voir, mais aujourd’hui le vieux slogan socialisme ou barbarie semble avoir été remplacé par capitalisme ou barbarie.

Haut de page

Notes

1 NDT, en français dans le texte.

2 Knight, Chris. « In Fundamental Ways Incoherent and Wrong, », l’un des textes composant « ’The Dawn of Everything’ Gets Human History Wrong », MR Online, 17 décembre 2021, https://mronline.org/2021/12/20/the-dawn-of-everything-gets-human-history-wrong/

3 Graeber, David. Dette : 5 000 ans d’histoire, Paris : Les Liens qui libèrent, 2013. Trad. par Françoise et Paul Chemla

4 Voir plus particulièrement : Graeber, David. Sahlins, Marshall. On Kings, Chicago : Hau Books, 2017, p. 1-22 [Sur les rois, Paris : La Tempête, à paraître en 2023. Trad. par Marcus Heide, A. Savona]

5 Bateson, Gregory. La Cérémonie du Naven, Paris : Minuit, 1971. Dépassant le seul cadre des Iatmul, Bateson remarque également que « dans la situation politique troublée et instable qui est celle de l’Europe, deux types de schismogenèse ressortent nettement : (a) la schismogenèse symétrique dans les rivalités internationales, et (b) la schismogenèse complémentaire dans la lutte des classes ». (p. 198)

6 Viveiros de Castro, Eduardo. Politique des multiplicités : Pierre Clastres face à l’Etat, Bellevaux : Ed. Dehors, 2019, p. 88

7 Clastres, Pierre. La Société contre l’Etat, Paris : Minuit, 1974

8 Graeber, David. Wengrow, David. Au commencement était… : une nouvelle histoire de l’humanité, Paris : Les Liens qui libèrent, 2021, p. 81

9 Ibid., p. 45-104

10 Zomia ou l’Art de ne pas être gouverné, Paris : Le Seuil, 2013. Trad. par Nicolas Guilhot, Frédéric Joly, Olivier Ruchet

11 Pour une critique de leur notion de “choix”, voir Nancy Lindisfarne et Jonathan Neale, « All Things Being Equal », l’un des textes composant « ‘The Dawn of Everything’ Gets Human History Wrong », MR Online

12 Graeber, David. Wengrow, David. Au commencement était..., op. cit., p. 571

13 Ibid., p. 548

14 Scott, James C. Homo domesticus : une histoire profonde des premiers Etats, Paris : La Découverte, 2019, p. 249-283. Trad. par Marc Saint-Exupéry

15 Clifford, James. Returns: Becoming Indigenous in the Twenty-First Century, Cambridge (MA) : Harvard University Press, 2013, p. 13

16 NDT, collectif australien composé d’une trentaine de cinéastes autochtones de toutes générations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sven Lütticken, « Critique indigène et schismogenèse anticapitaliste », Critique d’art, 59 | 2022, 150-160.

Référence électronique

Sven Lütticken, « Critique indigène et schismogenèse anticapitaliste », Critique d’art [En ligne], 59 | Automne/hiver 2022, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 18 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/98033 ; DOI : https://doi.org/10.4000/critiquedart.98033

Haut de page

Auteur

Sven Lütticken

Sven Lütticken est historien de l’art. Il est maître de conférences au sein de l’Academy of Create and Performing Arts/PhDArts (programme doctoral international en art et design) de l’université de Leiden, et il coordonne le parcours du Master Etudes critiques en art et culture de l’université libre d’Amsterdam. Il a publié récemment Art and Autonomy: A Critical Reader (Afterall, 2022) et Objections: Forms of Abstraction, Volume 1 (Sternberg Press, 2022).

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search