Navigation – Plan du site
Les savoirs et le modèle théâtral à la Renaissance

Les savoirs et le modèle théâtral à la Renaissance

Introduction
Concetta Cavallini et Bruno Méniel
p. 265-270

Texte intégral

  • 1 Roland Barthes, Littérature et signification, Essais critiques (1963), Paris, Le Seuil (Coll. Point (...)

1Il y a plus d’un demi-siècle, Roland Barthes définissait la théâtralité comme une « polyphonie informationnelle » et il ajoutait : « c’est cela la théâtralité : une épaisseur de signes1 ». Les « théâtres » du savoir du XVIe siècle répondent à cette définition ; ce sont des dispositifs très élaborés, qui combinent souvent l’image et le texte, et font donc appel aux sens tout autant qu’à l’intellect.

2Le mot theatrum, qui renvoie à un espace propice à la contemplation et à la compréhension, entretient des rapports avec plusieurs disciplines : non seulement la dramaturgie et l’art du spectacle, mais aussi l’optique, la médecine, la philosophie morale, etc. Les discours scientifique, alchimique, géographique, médical, juridique, de la Renaissance – entendue au sens large, de Pétrarque à Descartes – font une place indéniable à la métaphore du théâtre. Le mot theatrum en vient à remplacer celui de speculum dans les titres d’ouvrages encyclopédiques. L’influence du Policraticus de Jean de Salisbury, à laquelle Curtius attribue l’emploi de la métaphore du theatrum mundi, ne saurait tout expliquer.

3Sans doute l’humanisme n’est-il pas étranger à la présence de cette métaphore : désormais, le monde est de moins en moins observé sub specie aeternitatis, mais à hauteur d’homme. Néanmoins le théâtre n’implique pas seulement un certain type de regard, il suppose la complexité d’un jeu entre l’illusion et le réel.

4Étudiant Le Theatre des bons engins (1540) de Guillaume de La Perrière, Géraldine Cazals rappelle que, pour les hommes de la Renaissance, un spectacle frappe plus vivement l’imagination que le son de paroles. Dans l’emblème, l’image est primordiale : le texte n’est pas illustré par l’image, c’est l’image qui est élucidée par le texte. Or cette image représente des personnages dont les gestes répondent à un code commun à la rhétorique, aux arts plastiques et au jeu dramatique. Comme la tragédie, le Theatre de La Perrière, dédié à Marguerite de Navarre, est un miroir des Princes. Il retient des philosophes antiques, en particulier stoïciens, l’idée que la vie est un théâtre : le sage doit se souvenir que la vie est brève, qu’il doit jouer du mieux qu’il peut le rôle qui lui a été attribué, mais sans s’y attacher. Le dispositif de l’emblème permet de donner forme à cette conception de la condition humaine.

5Hélène Cazes montre que Charles Estienne conçoit sa Dissection des parties du corps humain (1545-1546) comme un théâtre d’anatomie. Il ne livre pas un savoir physiologique qui aurait son ordre théorique propre, mais se donne comme le substitut d’une dissection : son résultat ou sa trace. Non qu’il invitât le lecteur à une découverte progressive du corps humain qui suivrait les étapes de l’examen anatomique ; au contraire, fidèle à l’héritage galénique, il propose dans le premier livre une reconstruction du corps humain, qui part du squelette et qui finit par la peau et les poils ; mais l’objet du livre semble bien être la dissection elle-même, comme le prouvent notamment l’affirmation répétée de sa finalité essentielle, l’émerveillement devant l’œuvre du Créateur, et la présence, dans le troisième livre, de chapitres consacrés aux instruments et au théâtre anatomiques. Voir, c’est savoir : Charles Estienne use du texte et des planches pour exercer l’œil de son lecteur. Il fait de la dissection un spectacle. Or il s’intéresse au théâtre : il a édité et annoté l’Andria de Térence en 1541 et traduit cette pièce en 1542 ; il publiera en 1549 une comédie, Les Abusez, et dont l’épître dédicatoire décrit le dispositif scénique de la comédie grecque. Hélène Cazes montre que l’organisation de l’espace du théâtre anatomique qu’il préconise doit beaucoup aux principes régissant le théâtre antique décrit par Vitruve. De fait, dans les gravures de la Dissection des parties du corps humain, les corps disséqués sont artistement mis en scène.

  • 2 Les aspects multiformes de la métaphore du théâtre ont été analysés dans l’ensemble des activités d (...)

6La métaphore du théâtre renvoie à des dispositifs visant à rendre le savoir assimilable. La gravure et le texte se combinent pour rendre attrayants les objets de connaissance et structurer leur perception. Entre eux, nulle redondance, mais un nécessaire appui mutuel. Le va-et-vient qui s’effectue entre la contemplation d’un spectacle et l’interprétation d’un texte facilite la représentation mentale et la mémorisation. Ne nous laissons pas leurrer, néanmoins, par l’évidence de cette complémentarité, qui ne saurait dissimuler un écart parfois irréductible : entre l’image et le discours, entre l’émotion esthétique et l’investigation intellectuelle existe on ne sait quelle divergence secrète. Le spectaculaire frappe l’imagination et suscite des interrogations, l’explicatif ne comble jamais tout à fait l’entendement. Le livre d’emblèmes et le livre d’anatomie vivent de cette tension, qui enclenche dans l’esprit du lecteur un processus herméneutique ayant ses lois propres, que Géraldine Cazals et Hélène Cazes s’efforcent de dégager2.

Bibliographie

Bibliographie indicative

Andrès, Christian, « La metáfora del “theatrum mundi” en Pierre Boaistuau y Calderón (en la vida es sueño y El gran teatro del mundo) » in Criticón, 91, 2004, p. 67-78.

Baars, Bernard, In the Theater of consciousness. The Workspace of the Mind, NY-Oxford, Oxford Univ. Press, 1997.

Bercé, Yves-Marie, « L’Histoire comme un théâtre », in D. Bohler et C. Magnien-Simonin, dir., Écriture de l’histoire (XIVe -XVIe siècle), Genève, Droz, 2005, p. 351-359.

Blair, Ann, « Historia in Theodor Zwinger’s Theatrum humanae vitae » in Gianna Pomata et Nancy Siraisi, eds., Historia : Empiricism and Erudition in Early Modern Europe, MIT Press, Cambridge (MA), 2005, p. 269-296.

Blair, Ann, « Humanist methods in natural philosophy : The commonplace book », Journal of the History of Ideas 53 (4), 1992, p. 541-551.

Blair, Ann, The Theater of Nature : Jean Bodin and Renaissance Science, Princeton, Princeton U. P., 1997.

Bolzoni, Lina, « Retorica, teatro, iconologia nell’arte della memoria del Della Porta » in Giovan Battista della Porta lell’Europa del suo tempo, éd. M. Torrini, Naples, 1990, p. 337-386.

Bolzoni, Lina, Il teatro della memoria. Studi su Giulio Camillo, Padoue, Liviana, 1984.

Bolzoni, Lina, La stanza della memoria. Modelli letterari e iconografici nell’età della stampa, Torino, Einaudi, 1995.

Brockliss, Laurence W. B. et Jones, Colin, The Medical World of Early Modern France, Oxford, Clarendon Press, 1997.

Cazals, Géraldine, « Les juristes et la naissance de l’emblématique au temps de la Renaissance », Revue d’histoire des facultés de droit et de la culture juridique, 33, 2013, p. 37-124.

Cazes, Hélène, « Théâtres imaginaires du livre et de l’anatomie : La Dissection des parties du corps humain, Charles Estienne, 1545-1546 », Fiction du savoir à la renaissance, sur le site fabula.org.

Chaouche, Sabine, dir., Le théâtral de la France d’Ancien Régime. De la représentation de soi à la représentation scénique, Paris, H. Champion, 2010.

Curtius, Ernst Robert, La littérature européenne et le Moyen Âge latin, PUF, Agora, 1956.

Dolza, Luisa et Vérin, Hélène, « Figurer la mécanique : l’énigme des théâtres de machines de la Renaissance », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 51-2, 2004-2, p. 7-37.

Dolza, Luisa et Vérin, Hélène, Theatrum instrumentorum et machinarum : Lione, 1578 di Jacques Besson, introduction, fac-similé de l’édition de 1578, Rome, Edizioni dell’Elefante, 2001.

Friedrich, Markus, « Das Buch als Theater. Überlegungen zu Signifikanz und Dimensionen der Theatrum-Metapher als frühneuzeitlichem Buchtitel » in Wissenssicherung, Wissensordnung un Wissensverarbeitung. Das europäische Modell der Enzyklopädien, éd. Theo Stammen et Wolfgang Weber, Berlin, Akademie, 2004.

Gérard, Simon, Sciences et savoirs aux XVIe et XVIIe siècles, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1996.

Giacomotto-Charra, Violaine et Vons, Jacqueline, dir., Dossier « Les textes scientifiques à la Renaissance », Seizième Siècle, 8, 2012, p. 5-272.

Gorris Camos, Rosanna, Benedettini, Ricardo, Arena, Sara, dir., Le salut par les eaux et par les herbes. Medicina e letteratura tra Italia e Francia nel Cinquecento e nel Seicento, Vérone, Cierre Grafica, 2012.

Grafton, Anthony, Siraisi, Nancy, dir., Natural Particulars : Nature and the Disciplines in Renaissance Europe, Cambridge (MA), MIT Press, 1999.

Gregorian Christian, Lynda, Theatrum mundi : the history of an idea, New York and London, Garland Publishing, 1987.

Hayaert, Valérie, « Mens emblematica » et humanisme juridique : le cas du « Pegma cum narrationibus philosophicis » de Pierre Coustau, 1555, Genève, Droz, 2008.

Hillard, Denise, « Jacques Besson et son Théâtre des instruments mathématiques : recherches complémentaires », Revue française d’histoire du livre, 30, 1981, p. 47-69.

Hillard, Denise, « Jacques Besson et son Théâtre des instruments mathématiques », Revue française d’histoire du livre, 22, 1979, p. 5-38.

Imbroscio, Carmelina, Il testo letterario e il sapere scientifico, Bologna, CLUEB, 2003.

Jacquot, Jean, « Le théâtre du monde de Shakespeare à Calderón », Revue de Littérature comparée, 31, 1957, p. 341-372.

Mandrou, Robert, Des humanistes aux hommes de science (XVIe et XVIIe siècles), Paris, Seuil, 1973.

Navaud, Guillaume, Persona. Le théâtre comme métaphore théorique de Socrate à Shakespeare, Genève, Droz, 2011.

Nobel, Pierre, La Brasca, Frank, Perifano, Alfredo, La transmission des savoirs au Moyen Age et à la Renaissance, sous la direction de P. Nobel, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2005.

Ong, Walter J., « Commonplace Rhapsody : Ravisius Textor, Zwinger and Shakespeare », in R. R. Bolgar, éd., Classical Influences on European Culture 1500-1700, Cambridge, Cambridge U. P., 1976.

Van Delft, Louis, « De l’Humanisme aux neurosciences : avatars de la métaphore du théâtre », in Ecriture et Anatomie. Médecine, art, littérature, a cura di G. Dotoli, Fasano, Schena, 2004, p. 11-35.

Van Delft, Louis, « L’idée de théâtre (XVIe -XVIIIe siècle) » in Revue d’Histoire Littéraire de la France, n° 5, sept-oct. 2001, p. 1349-1365.

Van Delft, Louis, « Le concept de théâtre dans la culture classique » in Cahiers d’Histoire des Littératures Romanes, 2001, p. 73-84.

Vasoli, Cesare, « Note sul Theatrum naturae di Jean Bodin », Rivista di Storia della filosofia, 3, 1990, p. 475-537.

Vilanova, Antonio, « El tema del Gran teatro del Mundo », in Boletín de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, 23, fasc. 2, 1950, p. 1-36.

White, Robert, « Theatrum Mundi : The Theatre Metaphor in Calvin », Australian Journal of French Studies 31, n° 3, 1994, p. 309-325.

Yates, Frances, The Art of memory, Londres, Routledge and Kegan Paul 1966 ; L’Art de la mémoire, trad. Daniel Arasse, Paris, Gallimard, 1975.

Zinguer, Ilana, Martin, Isabelle, éd., Théâtre de l’anatomie et corps en spectacle : fondements d’une science de la Renaissance, Berne, Peter Lang, 2006.

Haut de page

Notes

1 Roland Barthes, Littérature et signification, Essais critiques (1963), Paris, Le Seuil (Coll. Points), 1981, p. 258.

2 Les aspects multiformes de la métaphore du théâtre ont été analysés dans l’ensemble des activités du projet PRIN 2010 (Corpus du théâtre français de la Renaissance), coordonné par Rosanna Gorris Camos ; le projet inclut les universités de Vérone, Bari, Padoue, Venise, Pérouse, Piémont oriental, avec la collaboration de collègues français et étrangers. Dans l’ensemble de ces réflexions, le rapport entre les savoirs et le modèle théâtral ne pouvait pas être négligé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Concetta Cavallini et Bruno Méniel, « Les savoirs et le modèle théâtral à la Renaissance », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 29 | 2015, 265-270.

Référence électronique

Concetta Cavallini et Bruno Méniel, « Les savoirs et le modèle théâtral à la Renaissance », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 29 | 2015, mis en ligne le 30 avril 2018, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/13785 ; DOI : 10.4000/crm.13785

Haut de page

Auteurs

Concetta Cavallini

Université de Bari

Articles du même auteur

Bruno Méniel

Université de Nantes Projet de recherche PRIN 2010 (Corpus du théâtre français de la Renaissance)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals