Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30L’Ovide moralisé illustréCréation du monde et poétique de ...

L’Ovide moralisé illustré

Création du monde et poétique de l’œuvre

L’imagerie hexamérale dans les manuscrits de l’Ovide moralisé
Sébastien Douchet
p. 49-74

Résumés

La tradition iconographique des six jours de la Création est exploitée dans les quatre manuscrits étudiés ici : elle fournit un commentaire sur le fonctionnement textuel de l’Ovide moralisé. De manuscrit en manuscrit, on observe l’évolution de la réception de l’œuvre, d’une lecture religieuse à une lecture poétique, Prométhée et Orphée supplantant la figure du Logos créateur. C’est un complet renversement épistémologique des modèles permettant de penser la création dans l’Ovide moralisé.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur les liens entre l’illustration de l’hexaméron et cette bible, on consultera J. J. Tikkanen, « D (...)
  • 2 I Mosaici di San Marco. Iconografia dell’Antico e del Nuovo Testamento, éd. B. Bertoli, Milan, Elec (...)

1Dans les années 1220, les coupoles du narthex de la basilique Saint-Marc de Venise sont ornées d’un vaste programme iconographique. Ce narthex comporte en effet, aujourd’hui encore, un vaste cycle de mosaïques inspiré d’une bible byzantine du ve siècle, la Bible Cotton1. Ce cycle relate les événements majeurs du livre de la Genèse. Il débute donc par la création et la fondation du monde en six jours, récit que l’on appelle également hexaméron. À l’époque de la décoration de ce narthex – soit peu de temps après la prise de Constantinople, en 1204 – les Vénitiens ont fait main basse sur une grande partie du territoire byzantin, et choisir d’utiliser une bible grecque comme modèle pour décorer la basilique de la République de Venise constitue une façon de s’approprier symboliquement le patrimoine culturel byzantin et son prestige. On ne s’étonnera donc pas que la coupole hexamérale soit dotée d’un message politique. Ainsi, s’il n’est pas étonnant de trouver, aux pieds du Démiurge, un couple de lions – le roi des animaux – dans la scène de création des bêtes terrestres, il faut y voir aussi une allusion à l’animal qui emblématise Venise, le lion de saint Marc, et à travers lui l’allégeance de Venise à Dieu2. On lit dans cette image la volonté de démontrer que, dès la création du monde, dès l’Origine, Venise a été l’élue de Dieu, destinée par Lui à régner en maître sur la Méditerranée.

2Cet exemple démontre qu’au Moyen Âge les images de l’hexaméron n’ont pas simplement été utilisées pour illustrer le texte de l’Ancien Testament : elles l’ont également été pour produire un discours non théologique. Présenter un événement comme contemporain de l’In principio lui confère une extraordinaire puissance symbolique puisqu’il l’enracine au moment même de la fondation du monde par le Logos créateur, et en fait une émanation directe de la volonté divine.

  • 3 Sur cette question, nous renvoyons à S. Douchet, « La Genèse entre création et mutacion. Remarques (...)

3Or l’hexaméron biblique est très largement exploité par quatre manuscrits de l’Ovide moralisé en vers. Les manuscrits de Paris (BnF, manuscrits français 871 et français 872), de Rouen (Bibliothèque Municipale, manuscrit O. 4) et de Lyon (Bibliothèque Municipale, manuscrit 742) s’ouvrent sur des illustrations qui exploitent l’imagerie hexamérale de leur époque et dont le sens sacré aussi bien que la valeur symbolique sont mis à contribution. On pourra trouver que ce choix iconographique en position liminaire des manuscrits de l’Ovide moralisé est peu audacieux, voire banal, dans la mesure où le premier livre de cette œuvre commence, dans la plupart de ses versions, par une création ovidienne du monde qui est ensuite expliquée à la lumière d’un hexaméron biblique3. Toutefois, à l’instar des mosaïques vénitiennes, ces images n’ont pas pour fonction d’illustrer le récit biblique. Au seuil du livre, c’est-à-dire au moment où s’initie et se fonde le discours poétique, l’iconographie hexamérale sert à élaborer un discours sur les usages littéraires de l’Ovide moralisé et les modes de la création poétique.

L’image hexamérale comme indice discursif et générique décalé (Paris, BNF, manuscrit Français 872)

  • 4 Voir Ovide moralisé, BnF, français 872, 3e quart du xive siècle, fol. 1r.
  • 5 Voir la Bible historiale du BnF, français 155, fol. 2r (fig. 16), 2v et 3v (xive siècle, consultabl (...)

4Si un manuscrit de l’Ovide moralisé exploite l’imagerie hexamérale de la façon la plus discrète qui soit, c’est bien le BnF français 872. On trouve en tête de ce manuscrit, occupant les treize premières lignes de la première colonne, deux scènes inscrites dans l’initiale historiée, le « S » de l’incipit : « Se l’escripture ne me ment ». La partie horizontale de la lettrine sépare l’espace de l’image en deux registres4 (fig. 12). Dans le registre supérieur, Dieu crée les luminaires. Dans le registre inférieur, Dieu crée Ève : celle-ci, à droite, sort du flanc d’Adam allongé et endormi, sous le regard des animaux placés à gauche et derrière Dieu. Ces deux épisodes synthétisent l’hexaméron et illustrent le récit de la genèse biblique que fait l’auteur de l’Ovide moralisé pour expliquer (« espondre ») le sens caché du récit ovidien de la création. Mais on ne trouve ici aucune référence visuelle à ce dernier récit : l’initiale, dont les illustrations se conforment au stéréotype hexaméral de son époque, aurait finalement très bien pu illustrer une bible, un ouvrage de théologie, d’histoire ou une encyclopédie5. L’imagerie hexamérale employée est stéréotypée et n’a aucune fonction typologique de nature à corréler le récit biblique et le récit ovidien comme s’y emploie le texte de l’Ovide moralisé.

  • 6 Voir, par exemple, le ms. Bodleian Library, Misc. Laud. 752 (bible latine, fin xiie-début xiiie siè (...)
  • 7 Voir les bibles historiales de la Bibliothèque nationale de France, manuscrits français 152 (xive s (...)
  • 8 Comme dans les bibles historiales de la Bibliothèque nationale de France, manuscrit français 6 (ver (...)
  • 9 Comme dans la bible historiale de la Bibliothèque nationale de France, manuscrit français 164 (fol. (...)
  • 10 Comme dans la Grande bible illustrée par Herman Scheere et conservée à la British Library, manuscri (...)
  • 11 Comme dans la bible de Worms, British Library, manuscrit Harley 2803 (vers 1150, fol. 6v, consultab (...)
  • 12 Comme dans un fragment de graduel italien du 1er quart du xve siècle de la British Library, Add. 37 (...)
  • 13 Nous renvoyons, pour une étude approfondie et l’établissement du corpus iconographique hexaméral, à (...)

5Cependant, malgré son caractère apparemment anodin, notre enluminure diffère subtilement des illustrations habituelles de la création du monde. En effet, dans les textes sacrés, la typologie des images hexamérales fait apparaître une morphologie iconographique différente de ce que l’on trouve dans le manuscrit français 872. Par exemple, dans de nombreuses bibles illustrées, on observe des cycles sous forme de séries de médaillons verticaux lovés dans le corps de l’initiale « I » de l’In principio (fig. 14 et 15)6, des tableaux à compartiments (fig. 16, 17 et 18)7, des cadres autonomes (fig. 19, 20 et 21)8 ou des séries d’initiales historiées ne comportant qu’un seul tableau et réparties au fil du texte9. Dans le cas des initiales historiées, le corps de la lettre peut servir à séparer, et non à inclure, deux scènes qui sont alors réparties à droite et à gauche du « I10 », et parfois au dessus et au dessous11. Les exemples d’initiale « I » dont le corps enserre les images alors juxtaposées, comme dans notre manuscrit, sont relativement rares et imposent à l’ensemble une verticalité qui est absente de ce que l’on observe dans notre « S ». L’aspect de celui-ci impose, par sa forme torse et la taille des registres formés par ses panses, un écart par rapport aux habitudes et à la culture visuelles du lecteur12. Le « S » initial de notre texte présente donc une structuration différente et inattendue des scènes hexamérales telles qu’on les trouve habituellement dans les bibles, que celles-ci soient françaises ou latines. L’horizon d’attente du lecteur médiéval nous semble ici subtilement déjoué, et cette organisation de l’image crée intentionnellement un effet de discordance entre le sujet et son traitement traditionnel13.

6Si, pour illustrer l’Ovide moralisé, le choix liminaire d’une scène de creatio mundi indique au lecteur que le texte du manuscrit qu’il a entre les mains se place, en son seuil, sous les auspices de la création divine et de la parole biblique, son organisation visuelle décalée suggère que son discours de nature chrétienne ne sera pas organisé selon les procédures narratives auxquelles le lecteur est habitué. Ni récit biblique ou historique, ni commentaire théologique ou encyclopédique, ce manuscrit de l’Ovide moralisé possède une singularité discursive et générique que signale cette modeste vignette. Cependant, il ne s’agit tout au plus que d’un signal qui renvoie à la spécificité textuelle de l’Ovide moralisé et non d’un mode d’emploi métatextuel (il faudrait dire « métavisuel ») de son fonctionnement typologique. Les procédures herméneutiques de l’Ovide moralisé, qui se fonde sur un commentaire analogique, ne sont en effet pas relayées par cette image, contrairement à ce que nous trouvons dans les autres manuscrits de l’Ovide moralisé.

Détournement des cycles hexaméraux (Rouen, bibliothèque municipale, manuscrit O. 4)

  • 14 Voir Ovide moralisé, Bibliothèque municipale de Rouen, manuscrit O.4, vers 1315, fol. 16r.
  • 15 Voir D. Arasse, On n’y voit rien. Descriptions, Paris, Denoël, 2000.

7Le manuscrit O. 4 de Rouen, le plus ancien et le plus célèbre des manuscrits illustrés de l’Ovide moralisé, ne propose pas d’ouverture iconographique hexamérale. L’image frontispice, bien connue, représente des créatures hybrides, se métamorphosant ou métamorphosées, dont le lecteur va découvrir les péripéties14 (fig. 1). Ce sont les fables ovidiennes qui sont introduites, et dans ce frontispice il n’y a visiblement pas d’allusion aux commentaires chrétiens présents dans l’œuvre. Toutefois, je voudrais montrer que, contre toute attente, il y a bien une allusion visible à l’hexaméron. Car si dans un premier temps, comme l’aurait dit Daniel Arasse, on n’y voit rien15, rien qui soit en rapport avec une création du monde, en réalité la topique iconographique hexamérale se trouve bien là, en creux.

8Commençons par noter que le thème et l’imagerie de la creatio mundi ne sont pas absents de ce manuscrit. Les pages qui suivent le frontispice proposent une Création sous la forme d’un petit cycle de 6 images : création du monde par un Dieu architecte, compas en main, au fol. 16v (fig. 2) ; création des quatre éléments aux fol. 17r (fig. 3) et fol. 17v ; création de la végétation au fol. 17v (fig. 22) ; création des luminaires, des animaux des airs et des animaux terrestres au fol. 18r (fig. 23) ; création d’Adam au fol. 18r (fig. 24). Toutefois on sera surpris de constater que ce petit cycle hexaméral s’insère dans la partie du livre I de l’Ovide moralisé qui fait le récit de la création ovidienne du monde et non dans le texte où l’auteur expose la vérité chrétienne de la fable par le récit de la genèse biblique en six jours.

  • 16 Sur l’œuf d’Ovide, voir C. Connochie-Bourgne, « Comment li element sont assis. L’image de l’œuf cos (...)
  • 17 Passons sur les très nombreuses représentations de saint Jean à qui Dieu inspire l’Apocalypse, ou d (...)
  • 18 Voir M.-R. Jung, « L’Ovide moralisé : de l’expérience de mes lectures à quelques propositions actue (...)

9Ce décalage entre image et propos est inattendu et s’accompagne d’un autre décalage puisque dans ce cycle sont insérées deux images qui n’ont rien à voir avec l’hexaméron : une image qui figure Ovide écrivant (fol. 16v, fig. 2) et une autre où l’on voit Ovide expliquer à une assistance la structure du monde à partir de la métaphore de l’œuf (dont le nom latin, ovum, est associé à son nom, Ovide, fol. 17r, fig. 4)16. La première de ces deux images se trouve immédiatement après le frontispice des métamorphoses, à son verso, et établit un parallèle très net entre le Dieu créateur et Ovide au travail. Divisée en deux registres de même taille, l’image est construite en chiasme et met en miroir Dieu et Ovide, assis face à face dans la même position et penchés sur leur travail respectif de création, compas à la main traçant le monde pour l’un, calame et grattoir à la main copiant un manuscrit pour l’autre. La présence, dans une même image, de Dieu et d’un personnage écrivant est attestée dans l’iconographie médiévale. Cependant il s’agit d’un type d’images où Dieu, depuis la sphère céleste, inspire un prophète ou un saint17. Or l’Ovide moralisé n’est pas un texte inspiré et je ne connais pas d’autres exemples de parallèle si net entre le Dieu créateur et un auteur écrivant. Marc-René Jung analyse cette image comme une illustration de la théorie de la création divine et de la création humaine18. À gauche, Dieu façonne l’univers « sans ayde de nulle rien/sans point de prejacent mairien » comme nous le lisons dans les deux vers du manuscrit de Rouen qui se trouvent immédiatement au-dessus de l’image (fol. 16v). À droite, dans un codex à la page encore blanche, Ovide copie un livre ouvert devant lui dont les deux pages sont couvertes de texte : Dieu crée à partir de rien tandis que l’homme ne crée qu’à partir de ce qui existe déjà.

  • 19 Parmi une foule d’autres exemples, le plus célèbre Logos au compas est celui de la bible moralisée (...)

10Il est possible de pousser un peu plus loin l’analyse de Marc-René Jung : cette vignette ne fait pas qu’illustrer la théorie d’une création humaine en tant que création par la copie et la reprise. Elle la met également en pratique dans la mesure où elle est elle-même une reprise de deux types iconographiques très courants qui existent séparément dans les manuscrits et qu’elle conjoint ici de façon créatrice : le créateur au compas et le scribe à son pupitre19 (fig. 18 pour le Logos au compas et fig. 25 pour le scribe). Si l’on peut dire de cette vignette qu’elle est créative et innovante, c’est parce qu’elle recycle un matériau iconographique préexistant, un prejacent mairien, et qu’elle l’insère dans un contexte livresque inhabituel en vue de lui donner une fonction nouvelle, à savoir tenir un discours de type métapoétique. Cette image n’illustre ni la création du monde, ni l’écriture des Métamorphoses mais bien un principe de création littéraire en général. Et ce principe est parfaitement en accord avec la dialectique qui régit la méthode herméneutique de l’Ovide moralisé : créer un texte nouveau en associant deux matériaux textuels préexistants, les fables d’Ovide et la littérature chrétienne, selon un rapport dialectique fondé sur l’allégorie et l’analogie.

  • 20 Voir, par exemple, le manuscrit BnF, nouvelles acquisitions françaises 15939 (Vincent de Beauvais, (...)

11Les deux images suivantes fonctionnent selon le même principe : au recto du fol. 17, on trouve dans la colonne de gauche une image qui, dans un hexaméron, représenterait l’organisation du chaos en quatre strates élémentaires (fig. 3)20. On y voit Dieu devant une sphère figurée par quatre anneaux concentriques : la terre au centre (disque marron-gris avec des traits figurant des monticules), puis, en allant vers la périphérie, l’eau (anneau bleu avec des traits ondulés blancs), l’air (cercle blanc) et le feu (cercle rouge). Dans la colonne de droite l’enlumineur a représenté le passage de l’Ovide moralisé dans lequel le personnage d’Ovide compare les quatre strates du cosmos (terre, mer, air et ciel) à un œuf :

Pour manifester clerement
Et pour donner entendement
Comment vait li ordenemens
Et l’aissise des elemens,
A ce veoir nous avisa
Ovides qui l’oeuf devisa.
Si vault similitude faire
Tel qui le nous moustre et desclaire
Apertement, si come je cuit :
C’est par l’oeuf en quoque cuit.
En l’oeuf, ce me samble, a. iii. choses
Qui sont dedens la quoque encloses :
Le moieuf, l’aubun, la pelete
Qi plus est pres de la quoquete.
Li moieus nous note la terre,
Qu’einsi com li aubuns l’enserre Par cui nous devons la mer prendre.
Tout ensement doit l’en entendre
Que la terre est avironnee
De mer. Aprez est ordenee
La pelete tenvre et deugie
Qui sor ces. ii. est assegie.
Tout ensement vault Dieux former
L’air moiste sor terre et sor mer.
Aprez vient par ordement
La quoque qui l ’estendement
Dou ciel nous represente et note.
Ovide moralisé, Bibliothèque municipale de Rouen, manuscrit O. 4,
fol. 17r col. b – 17v col. a (nous soulignons).

12La première image est insérée juste avant l’extrait ci-dessous afin d’illustrer le passage qui décrit la séparation des éléments selon le récit ovidien. La seconde est insérée à la fin de cet extrait :

Ceste discordable jointure
Desjoint Dieux naturans nature
Qui tout ordene a son voloir.
De la terre dessevra l’air,
Et mer de terre et l’air de feu.
Si mist chascun en certain leu
Et lia par pais accordable.
Or est lor ordenance estable.
Le celestaux feus sailli
Ou plus haut siege, et enpres li
Li airs, qui de leu le resamble
Et de legiereté ensamble,
Plus que la terre et mer ne font.
La terre est assise en parfont
Qui plus est espesse et pesenz
Pour les choses qui sont enz.
La mer l’açaint a la reonde
Qui les bras estent par le monde.
Ovide moralisé, Bibliothèque municipale de Rouen, manuscrit O. 4,
fol. 17 col. b (nous soulignons).

13D’un point de vue strictement visuel, la première image illustre la création des éléments de la cosmogonie ovidienne mais sert également de support à la comparaison, à la « similitude », entre l’œuf et le cosmos élémentaire. Autrement dit, l’image de gauche est le pivot d’un réseau sémantique qui se déploie aussi bien en direction du texte qu’en direction de l’image d’Ovide tenant l’œuf, ce qui lui confère une force polysémique qui brouille sa signification hexamérale première. Ainsi l’enlumineur détourne l’image biblique de création du monde en jouant sur ses potentialités et sa plasticité sémantiques. Ce détournement se double d’une rupture de la continuité narrative du cycle hexaméral que créent les images d’Ovide qui s’y intercalent. Si bien que l’enlumineur surimpose à la fonction narrative des images de la création du monde une fonction discursive (elles commentent le texte et l’image) et métapoétique (elles expliquent le fonctionnement littéraire de l’Ovide moralisé).

  • 21 Voir Bible historiale, BnF, français 155, fol. 2r (fig. 16).

14En guise d’hypothèse et de conclusion sur le manuscrit rouennais, on peut suggérer que ce recyclage d’un stéréotype iconographique se lit dès la première page à travers l’exploitation qui est faite d’un cadre à huit médaillons. En effet, ce type de structure visuelle est commun et sert fréquemment de frontispice aux bibles pour illustrer l’hexaméron (comparer les fig. 16 et 17 à la fig. 1)21. Tout se passe donc comme si l’enlumineur avait évidé le cadre d’un frontispice hexaméral pour l’orner de sujets ovidiens, détournant ainsi un code iconographique biblique. Si tel est le cas, alors on peut avancer que l’ouverture de ce manuscrit fonctionne comme un pastiche sérieux dans lequel le style iconographique biblique de l’hexaméron est imité en vue d’illustrer le procédé de paraphrase des fables par le commentateur chrétien qui se fonde sur le concept de similitude.

15Finalement, même si le manuscrit de Rouen possède une iconographie bien plus élaborée que celle du manuscrit BnF français 872, un principe commun gouverne l’usage qu’ils font de l’imagerie hexamérale : dans les deux cas la reprise des codes visuels de l’iconographie biblique hexamérale instaure un horizon d’attente qui est rompu par des effets de discordance qui resémantisent les images dans la perspective typologique de l’Ovide moralisé.

L’hexaméron au sens littéral (Lyon, bibliothèque municipale, manuscrit 742)

  • 22 Voir Fables d’Ovide, Bibliothèque municipale de Lyon, manuscrit 742, vers 1385, fol. 4r (fig. 10).
  • 23 Voir R. Steiner, Prometheus. Ikonologische und anthropologische Aspekte der bildenden Kunst vom 14. (...)

16Si l’on tient pour acquise l’idée selon laquelle l’imagerie hexamérale dans les manuscrits de l’Ovide moralisé n’est pas investie d’une fonction d’illustration de la création du monde par le Dieu chrétien, mais sert de support à un discours sur les modes de création du sens dans le texte qui les contient, alors il est possible de réévaluer la célèbre image frontispice du manuscrit 742 de Lyon22 (fig. 10). Celle-ci a été étudiée et commentée à de multiples reprises, et fort bien, notamment par Reinhard Steiner et Julia Drobinsky23. Mais il me semble que deux points importants n’ont pas été vus à propos des figures de Prométhée et du dieu créateur.

  • 24 Il faut donc rectifier le propos de L. Marino lorsqu’elle déclare : « Prior to Boccaccio’s Genealog (...)
  • 25 La singularité de cette première image médiévale de Prométhée a été relevée par R. Steiner : « Die (...)

17Il n’est pas surprenant de trouver un Prométhée dans l’image frontispice puisque celui-ci est le premier personnage mythologique qui se rencontre dans l’Ovide moralisé. Pourtant, représenter Prométhée n’allait pas de soi car, sauf erreur de ma part, il s’agit de la première représentation de Prométhée dans l’iconographie médiévale24. L’intérêt de cette observation, c’est que l’enlumineur, qui ne s’appuie pas sur des représentations tardo-antiques pour inventer sa figure, a dû inventer de toutes pièces son Prométhée en image25. Pour cela il puise dans une double tradition iconographique et littéraire.

  • 26 Sur le vol du feu par Prométhée, voir Steiner, Prometheus, p. 33 sqq.

18Sur le versant littéraire, il exploite les données de l’Ovide moralisé lui-même, dont dérivent d’une part le flambeau que Prométhée tient dans sa main droite et d’autre part la statue allongée sur le sol qu’il tient de son autre main (fig. 10). Selon la traduction d’Ovide, Prométhée forme l’homme à l’image des dieux, créant une statue à partir de terre et d’eau, et selon la glose citée par l’auteur de l’Ovide moralisé, Prométhée a volé au char du soleil un flambeau ardent grâce auquel il donne « esperit de vie » à sa statue26 :

Li fils Japeti, sans doubtance,
Promotheus, qui moult savoit,
De terre et d’eve faicte avoit
Une ymage a la semblance
Des dieux qui tout ont la puissance
De toutes choses ordenner.
La flabe dit que pour donner
A l’ymage esperit de vie
Ot du char du soleil ravie
Une luisant faille enflammee
Dont il ot l’ymage enimee.
Et tout aient les autres bestes
Vers terre enclinees les testes.
Haut visaige a homme donna :
Tel le fist et l ’ordena
Que le ciel voie a son vouloir,
S’aille a deux piez dreciez vers l’air.
Ovide moralisé, Bibliothèque municipale de Lyon, manuscrit 742,
fol. 5v, col b (nous soulignons).

19Cependant deux éléments remarquables sont inventés et ajoutés par l’enlumineur : le turban et les trois astres au-dessus de Prométhée.

  • 27 Voir A. van Buren, Illuminating Fashion. Dress in the Art of Medieval France and the Netherlands, 1 (...)
  • 28 On trouve toutefois, mais à la Renaissance, des représentations gravées de la création du monde où (...)

20Le choix d’un turban, attribut traditionnel du païen27, pose clairement Prométhée en personnage de la fable païenne, l’intention étant de fixer le personnage dans une époque antérieure à l’avènement du Christ. Quant aux trois astres, ils posent un problème d’identification. Françoise Clier-Colombani propose de voir dans le choix du chiffre trois l’illustration de la nature trinitaire du Dieu de gloire préexistant à sa création. Cette remarque permet d’insérer la fable païenne de Prométhée dans le projet divin de la création, mais sans que l’on comprenne très bien quels rapports entretiennent l’allusion trinitaire au Dieu chrétien et la figure de Prométhée. Par ailleurs, je ne connais pas, iconographiquement, de représentation de la Trinité sous forme de trois astres et accorder à ces derniers une signification chrétienne me semble douteux28.

  • 29 Voir, par exemple, le manuscrit 40 de la Bibliothèque Mazarine (Bible latine, entre 1220 et 1234, f (...)

21Pour réduire la difficulté, on peut formuler au sujet de ces trois astres deux hypothèses complémentaires. Tout d’abord, dans l’iconographie de l’époque, un cercle jaune, orange ou doré pourvu de courbes émanant de son centre est en général un code pour signifier le soleil29 (fig. 12, 15, 16, 17, 18 et 23). Ce choix de la part du manuscrit de Lyon me paraît pouvoir faire référence d’une part à l’Ovide moralisé lui-même qui mentionne le « char du soleil » auquel Prométhée a volé le flambeau qui insuffle la vie à la statue de Prométhée, et d’autre part à l’épisode du vol du feu dans le ciel divin tel qu’on le trouve chez les mythographes :

Et dum videret caelestia animata et vigore vegetata phoebaicis rotis applicans faculam, ignem consequitur, quem hominis applicans pectori, animatum reddidit. Deuxième mythographe, Scriptores rerum Mythicarum latini tres, éd. G.-H. Bode, Schulze, 1834, § 63 (nous soulignons).

22Dans l’expression rota phoebica, le mot rota semble avoir été compris non dans le sens de « roue » ou de « char » mais dans celui de « cercle », de « disque » du soleil, sens admis en latin. Ce qui explique la forme circulaire qu’ont ces astres dans l’image du manuscrit lyonnais. Mais pourquoi trois soleils et non un seul ? Il pourrait s’agir d’une traduction visuelle du pluriel rotis que l’on trouve chez le deuxième mythographe. Cette triplication visuelle crée une emphase dont l’effet est de souligner le rôle central que joue le soleil dans la fable de Prométhée. Plus qu’un simple élément de décor, il devient ici une pièce signifiante du dispositif iconographique. Par cette référence appuyée au vol du feu solaire, l’enlumineur aurait eu le souci d’étoffer le contenu mythologique de l’histoire de Prométhée et d’inscrire ainsi le personnage dans une tradition littéraire plus vaste, celle des mythographes.

  • 30 Voir Drobinsky, « La narration iconographique ».
  • 31 Voir, par exemple, les manuscrits BnF, français 159 (Bible historiale, xive-xve siècle, fol. 5r), B (...)
  • 32 Nous rejoignons ici F. Clier-Colombani, mais nous préférons parler d’hybridation concertée plutôt q (...)

23Par ailleurs, l’hypothèse de Julia Drobinsky selon laquelle ces astres sont ceux créés par Dieu au 4e jour (soleil, étoile et lune) me paraît à la fois erronée et pertinente30. Erronée parce que dans l’iconographie de la création des luminaires il est rare que soleil, lune et étoiles ne soient pas distingués formellement ou stylistiquement31. Mais cette remarque de Julia Drobinsky est pertinente car elle souligne le fait que l’illustrateur, pour représenter ce Prométhée conforme aux connaissances mythographiques de son temps, exploite les codes iconographiques de l’hexaméron et a représenté les soleils selon une technique que nous retrouvons dans de nombreuses images de la création de luminaires. En plus de ces trois astres qui rappellent visuellement ceux créés par Dieu lors du 4e jour, l’enlumineur a placé Prométhée dans un environnement où se retrouvent la végétation, créée le 3e jour, et les animaux, créés le 5e jour, complétant ainsi l’hybridation de l’image32.

  • 33 Ainsi, J. Drobinsky écrit que ce « frontispice liminaire représent [e] la création du monde » et qu (...)
  • 34 « La disposition symétrique de Dieu et de Prométhée, tous deux courbés, mais chacun dos à l’autre, (...)

24Venons-en au second personnage de la scène, celui situé à gauche (fig. 10). Ce dernier est toujours décrit par la critique comme le Dieu chrétien qui créa le monde en six jours. Cette identification s’appuie sur deux séries d’indices. D’une part des motifs iconiques : en effet, le nimbe crucifère, le chaos en masse en train d’être organisé ainsi que la posture du personnage font bien signe en direction du créateur biblique33. D’autre part la composition symétrique de l’image met en Création du monde et poétique de L’œuvre 63 parallèle le créateur et Prométhée : elle suggère ainsi d’autant plus une lecture allégorique que Prométhée est dans une position qui ressemble à celle de Dieu créant Adam34.

  • 35 Nous renvoyons à notre introduction, ainsi qu’à quelques exemples venus de la Bibliothèque Sainte-G (...)
  • 36 En effet, dans la tradition antique, il s’agit d’Épiméthée.

25Cependant de nombreux éléments contredisent les grandes tendances que l’on observe dans l’imagerie hexamérale, et nous proposons de nuancer et préciser l’identification de ce créateur. Dans la topique hexamérale, les animaux de la création, et plus précisément les mammifères, regardent presque toujours le créateur (fig. 17, 18, 27), et lorsque ce n’est pas le cas, le lion, le premier des animaux, lui, le regarde35 (fig. 21). Or, ici le lion regarde Prométhée et rappelle que ce dernier, dans la tradition médiévale36, a attribué leurs qualités aux animaux, et en premier lieu au lion :

Prometheus quum hominem fingeret, jussu deorum ex omnibus animalibus particulas, prout erat eorum natura, e apponebat. Unde vim leonis stomacho dicitur aposuisse idcirco, quod iracundia magis accendamur ; timorem a lepore, astutiam a vulpe, a serpente prudentiam, a columba simplicitatem.
Deuxième mythographe, Scriptores rerum Mythicarum latini tres, éd. Bode, §63 (nous soulignons).

  • 37 Voir les manuscrits 1181 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève (Bible latine, 3e quart du xiiie siècl (...)
  • 38 Voir le manuscrit 20 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève (Bible historiale, 1320-1337, f. 4v, fig. (...)
  • 39 Voir Jung « L’Ovide moralisé : de l’expérience de mes lectures ».

26Par ailleurs, dans la très grande majorité des cas, le Dieu de la Genèse forme le monde tourné vers la droite du lecteur. Or il est ici tourné vers la gauche. De plus, l’image du Dieu créateur modelant une masse informe qui figure le chaos primordial n’est pas très fréquente pour représenter l’organisation du chaos, et les exemples de ce genre ne sont pas légion37 (fig. 14 et 27). La solution la plus fréquemment adoptée au Moyen Âge pour résoudre en image le problème de la mise en ordre du chaos consiste à figurer les quatre éléments disposés en strates ou en cercles concentriques38 (fig. 18, 19 et 26). Pour terminer, il faut rappeler que le texte de l’Ovide moralisé du manuscrit de Lyon ne comporte pas de commentaires allégoriques. Conséquence importante : le récit de la genèse biblique en est absent (suppression des vers 341-453 dans l’édition De Boer). Comme le dit Marc-René Jung, ce manuscrit contient non pas un Ovide moralisé, mais des Fables d’Ovide avec des commentaires physiques, historiques ou moraux, mais pas chrétiens39. Il n’y a donc aucune raison pour que l’enlumineur ait eu l’intention de représenter le Dieu de la genèse biblique dans son image.

27Quelles conclusions tirer de ces remarques ? En réalité, nous avons ici bel et bien une illustration de la création ovidienne telle que le manuscrit la narre dans ces Fables d’Ovide :

Avant la mer, avant la terre,
Et le ciel qui tout cueuvre et serre
Estoit un seul vulz de nature
En tout le mond si comme y dure.
Tout yere enveloppez en tasse
Le monde en une obscure masse.
Chaos avoit non li mencieulx
Dont fu fait la terre et li cieulx.
Ce n’ert fors. i. moncel de forme
Ou tout estoit en descordance
Jointe des choses la semence. […]
Si n’avoient li élément
Nul certain establissement.
Tuit iere ensemble confus,
Et mer et terre et airs et feus.
[…]
Ceste descordable jointure
Desjoint Dieux naturans nature
Qui tout ordene a son vouloir.
Fables d’Ovide, Bibliothèque municipale de Lyon, manuscrit 742, fol. 4v col. b et fol. 5r col. a (nous soulignons).

28La scène d’organisation du chaos que nous avons sous les yeux dans l’image frontispice du manuscrit lyonnais est celle de la fable ovidienne. Mais cette création ovidienne n’ayant pas de précédent iconographique médiéval pour représenter le dieu sans visage d’Ovide, l’enlumineur a choisi pour modèle le seul créateur possible pour un médiéval, le dieu chrétien. Si aujourd’hui, lorsque nous lisons le texte latin d’une édition des Métamorphoses d’Ovide, nous comprenons qu’un dieu indéfini et païen, nommé simplement deus au v. 21 des Métamorphoses, a créé le monde, en revanche, ce que lit un lecteur médiéval dans un manuscrit latin d’Ovide, chaussé de ses lunettes culturelles, c’est que Dieu (deus avec ou sans majuscule dans la scripta manuscrite) a créé le monde. Autrement dit, l’intention qui préside à cette image est bien de représenter le deus de la fable ovidienne en regard de Prométhée, mais sous l’aspect du seul créateur ex nihilo possible, le Dieu chrétien. Nous ne sommes donc pas ici en présence d’une image à caractère typologique, mais d’une image illustrative qui reprend, une fois encore, l’imagerie hexamérale pour se construire. Elle intègre ainsi Dieu à la fiction ovidienne et l’identifie au deus de l’épisode de la cosmogonie ovidienne au lieu d’en faire une figure typologique historique de l’In principio.

29Cette image est donc innovante car elle illustre pour la première fois au Moyen Âge le deus créateur d’Ovide et le personnage Prométhée. Ce qui est trompeur pour le lecteur moderne, c’est que l’enlumineur a travaillé à partir de ce qu’il connaissait, à savoir les codes iconographiques bibliques. Cependant il a pris soin d’introduire des éléments discordants par rapport à la topique hexamérale pour souligner le fait qu’il illustre non pas le livre de la Genèse mais un Ovide fabuleux enrichi de connaissances mythographiques.

  • 40 Drobinsky, « La narration iconographique », p. 237.

30Je rejoins donc partiellement les conclusions de Julia Drobinsky à propos du manuscrit lyonnais : il y a bien dans cette image un procédé de « surimpression », mais pas de « juxtaposition » qui « mime[rait] le discours herméneutique » de l’Ovide moralisé, car cette image est une illustration littérale de la fable40. En revanche, ce procédé de juxtaposition à visée allégorique apparaît dans le manuscrit BnF, français 871, dont l’image frontispice dérive du manuscrit lyonnais.

Prométhée et orphée, savants créateurs (Paris, BNF, manuscrit Français 871)

  • 41 Voir Ovide moralisé, manuscrit BnF, fr. 871 (vers 1380, fol. 1r, fig. 11). On conserve à Londres un (...)

31Ce qui frappe immédiatement, dans le manuscrit français 871, c’est que l’enlumineur recompose la scène lyonnaise et la compartimente en quatre cartouches, moyennant l’ajout de la scène de création d’Adam et Ève par Dieu41 (fig. 11). On y retrouve en effet en haut à gauche le créateur qui de sa main droite organise le chaos (le mot est inscrit en haut à droite de cette image), en bas à gauche Prométhée (Prometheus, lit-on) animant sa statue de son flambeau, en haut à droite les trois types d’animaux de la création (animaux terrestres, marins et aériens) et en bas à droite Dieu tirant Ève d’Adam. L’enlumineur crée ainsi un dispositif qui juxtapose fable ovidienne et imagerie hexamérale, et met en place un mode de lecture allégorique qui transpose visuellement le fonctionnement herméneutique textuel de l’Ovide moralisé.

  • 42 Ce point est essentiel, car jusqu’à présent cette image a toujours été interprétée comme la représe (...)

32En effet, ce compartimentage permet d’organiser les images verticalement et horizontalement. Les inscriptions qui se trouvent au-dessus de chacun des deux registres verticaux sont éloquentes : la « fabularis historia », histoire selon la fable, est représentée par la scène de mise en ordre du chaos par le dieu d’Ovide et par la création de l’homme par Prométhée (ce qui d’ailleurs indique que l’enlumineur parisien a compris que l’enlumineur lyonnais avait représenté non pas le Dieu de la Bible mais bien le dieu de la fable d’Ovide42). L’« allegorica historia » est représentée par la création des animaux et celle d’Adam et Ève. L’enlumineur dévoile ainsi le sens chrétien de la fable ovidienne en pratiquant en images la technique de l’integumentum.

  • 43 Voir, par exemple, le manuscrit 20 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève (Bible historiale, 1320-1337 (...)

33Pour adapter l’image lyonnaise à ce dispositif typologique, l’enlumineur a procédé à une innovation et à des retouches. L’innovation, c’est l’intégration à l’iconographie de l’Ovide moralisé d’une création d’Adam et Ève, tout à fait conforme aux canons de l’iconographie biblique43 (fig. 16, 17, 18 et surtout 20). En ce qui concerne les retouches, on relève trois points : la scène de création des animaux, inspirée du manuscrit lyonnais, montre des mammifères qui sont cette fois-ci tous tournés dans la même direction. L’enlumineur replace cette scène dans le champ iconographique biblique en reprenant le motif conventionnel des animaux regardant leur Créateur. Par ailleurs, le chaos n’est plus figuré par une masse informe au bout du bras du démiurge. Il est inscrit dans le paysage et figuré par des roches nues aux formes chaotiques (comme l’indique l’inscription chaos au-dessus). La forme qui se trouve au bout du bras est une nuée qui semble signifier la puissance formatrice du dieu. Ceci ne correspond à aucun modèle hexaméral, ce qui renforce l’identification de ce personnage avec le deus ovidien. Enfin, le turban de Prométhée a été remplacé par un bonnet. Ce changement d’attribut vestimentaire n’est pas indifférent car il induit une modification du sens de la figure de Prométhée.

  • 44 C’est le couvre-chef des philosophes, comme on le voit dans la représentation d’Aristote dans un ma (...)
  • 45 Ovide moralisé, poème du commencement du quatorzième siècle, publié d’après tous les manuscrits con (...)
  • 46 Et ce depuis Lactance, De Divinae institutiones, livre II, chapitre 11, De animantibus, homine, Pro (...)
  • 47 Saint Augustin, Cité de Dieu, XVIII, 8.
  • 48 On retrouve chez Vincent de Beauvais la conception d’un Prométhée détenteur de la science de la sta (...)
  • 49 Voir E. Marguin-Hamon, « Exemples comparés de traitement du mythe et d’écriture mythographique à l’(...)

34En effet, pour comprendre la signification de cette sorte de bonnet phrygien à la calotte rabattue en avant, nous pouvons formuler une hypothèse : il s’agit du bonnet du savant et du philosophe44. Si tel est le cas, il s’agit d’une mise en image d’un commentaire que l’on ne trouve pas chez Ovide mais sous la plume de son traducteur français : « Prometheus qui moult savoit45 ». D’où provient cette incidente dans le texte de l’Ovide moralisé ? Dans la tradition littéraire évhémériste tardo-antique et médiévale, Prométhée est une figure de savant qui transmet son savoir aux hommes46. Chez Augustin, dans la Cité de Dieu, Prométhée est qualifié d’optimus sapientiae47 et cette conception se retrouve entre autres chez Isidore de Séville, Vincent de Beauvais ou Pierre le Mangeur, auteurs selon qui Prométhée a inventé la science de la statuaire et a instruit les hommes incultes : « de rudibus doctos fecit48 ». Dans les Integumenta Ovidii de Jean de Garlande, Prométhée enseigne l’art aux hommes et élève leurs esprits aux espaces célestes49. Chez les mythographes, à la suite de Servius et de ses commentaires de Virgile, Prométhée est un astronome qui connaît le cours des corps célestes et qui enseigne la science des astres aux Assyriens.

  • 50 La frise astronomique s’arrête cependant à l’image qui représente Prométhée et ne se poursuit pas d (...)

35L’enlumineur met en valeur la conception médiévale d’un Prométhée savant et astronome en représentant une frise parsemée d’étoiles qui traverse les images depuis la création ovidienne du monde jusqu’à Prométhée, et aboutit aux trois astres que nous trouvions déjà dans le manuscrit lyonnais50. Ces trois astres sont toutefois figurés différemment ici : ils ne sont stylistiquement pas topiques des représentations hexamérales et prennent un autre sens. Ils sont dessinés au moyen de deux cercles concentriques dont le cercle extérieur est plus grand que les autres astres du ciel. Autrement dit, ces trois astres évoquent le propos du Troisième mythographe, qui raconte comment Prométhée montrait aux Assyriens les plus grands astres du ciel en leur apprenant leur position :

Hic primus astrologiam Assyriis indicavit, quam residens in Caucaso altissimo nimia cura et sollicitudine perviderat. Hic autem mons est positus circa Assyrios, vicinus paene sideribus ; unde etiam majora astra demonstrat, et diligenter eorum ortus occasusque significat.
Troisième mythographe, Scriptores rerum Mythicarum latini tres, éd. Bode, § 11 (nous soulignons).

36Cette reconfiguration de l’image de Prométhée en fait donc un personnage de la connaissance et de sa transmission, ce qui s’accorde avec le projet didactique de l’Ovide moralisé.

  • 51 M.-R. Jung, « Les éditions manuscrites de l’Ovide moralisé », Cahiers d’histoire des littératures r (...)

37Mais les implications de cette reconfiguration iconographique du manuscrit lyonnais dépassent le cadre de l’image frontispice et se déploient au-delà de la première page. En effet, l’enlumineur a construit un système élaboré d’échos visuels et culturels entre la première image du manuscrit et les autres. On trouve d’abord une peinture du mont Hélicon avec Apollon, les Muses, les Piérides transformées en pies, Pallas et Pégase (fol. 116v, fig. 29). Plus loin, trois scènes occupant un même folio racontent l’histoire d’Orphée et d’Eurydice (fol. 196r, fig. 30), qui s’achève avec la vision d’Orphée séduisant les animaux, les arbres et les fleuves au son de sa harpe (fol. 196v, fig. 31). Marc-René Jung écrit que leur « message poétique […] semble évident, mais il n’y a rien dans le texte de ce manuscrit qui aurait privilégié une telle “lecture”51 ». Si en effet Apollon, les Muses et Orphée renvoient de façon inattendue à la sphère du poétique, on peut toutefois préciser la spécificité et les enjeux de ce choix en analysant les liens nombreux tissés entre les miniatures du codex.

38La frise astronomique du frontispice se retrouve dans toutes ces images : elle instaure un continuum visuel entre les illustrations initiales et celles du cycle d’Orphée, et entre celles du cycle elles-mêmes. Cette continuité est renforcée par le motif de la source et de la rivière. En effet, dans la scène de création des animaux, l’enlumineur a ajouté une source qui n’existait pas dans le modèle lyonnais. Dans l’image des Muses, nous retrouvons une source et son ruisseau : celle qu’ouvre Pégase de son sabot, sur le mont Hélicon, séjour des neuf sœurs, et dont le cours nous invite à relier les deux images. Au livre IV, la source est décrite comme la fontaine de toutes les sciences :

Et du sanc [de la Gorgone Méduse] nasqui sans arreste
Pegasus un cheval volant.
Cilz [Persée] s’enfui par l’air volant,
Par orgueil et par fierté.
Le cheval a du pié hurté,
Par grant ire et par grant engaigne,
Enelichone la montaigne :
Soubz son pié nasqui la fontaine
Belle et clere, serree et saine
Ou les Muses s ’estudierent
Qui les sciences controuverent.
Ovide moralisé, manuscrit Paris BnF français 871, fol. 89 col. a.

39Au livre V, Pallas rend visite aux Muses sur le mont Hélicon pour voir de ses yeux cette « fontaine de Clergie » à laquelle elles puisent leur inspiration. Autrement dit, à l’instar de Prométhée, les Muses sont représentées comme des figures de la création savante. La présence de Pallas, déesse de la sagesse, est intéressante car selon les mythographes, c’est Pallas qui a élevé Prométhée au ciel pour l’aider à voler le feu du soleil, feu qui symbolise la connaissance des astres :

Prometheus hominem ex luto fecit, eumque inanimatum atque insensibilem finxit. Cujus opus Minerva mirata, spopondit ei quicquid vellet de donis caelestibus haberentur ; sed si fieri posset, ut se usque ad superos elevaret, petiit, ut quid suo operi congrueret, ipse cerneret et eligeret. Illa ergo eum clypeo suo impositum in caelum detulit. Illic quum videret corpora caelestia flammatis animata vegetari vaporibus, clanculum ferulam rotae Phoebi applicans, ignem furatus est.
Troisième mythographe, Scriptores rerum Mythicarum latini tres, éd. Bode, §11.

  • 52 Voir P. Demats, Fabula. Trois études de mythographie antique et médiévale, Genève, Droz, 1973, p. 1 (...)

40La présence de Pallas établit donc un lien avec Prométhée. En élevant Prométhée au ciel, la déesse de la sagesse fait accéder ce dernier à un savoir quasi-divin, ce que les commentateurs médiévaux ont traduit par une glose étymologique sur le nom de Prométhée : « primus et theos quod est quasi primus deus52 ». Tels sont les liens qui unissent ce cycle avec l’image liminaire de Prométhée, et dont la thématique commune est la connaissance savante. Mais l’image frontispice tisse aussi des liens du côté d’Orphée.

  • 53 Arnoul d’Orléans écrit dans ses Allegoriae fabularum Ovidii : Orpheus Apollinis et Caliopes muse fi (...)
  • 54 Apollo, lyra accepta, Orpheum, Oaegri fluminis et Calliopes musae filium, dicitur docuisse, et post (...)

41Toujours au livre VI, Uranie raconte à Pallas comment les neuf filles de Piéros sont venues les défier dans un concours d’éloquence afin d’accaparer cette fontaine. Mais ayant perdu ce concours, elles ont été transformées en pies. La Muse qui a vaincu les Piérides est Calliopée, Muse de la rhétorique et mère d’Orphée, ce qui crée cette fois-ci un lien entre le cycle d’Orphée et l’image des Muses. Par ailleurs, la présence de Pallas dans l’image continue de rappeler Prométhée en sous-main. Quant à Apollon, il n’apparaît pas dans les récits de la fontaine de Clergie de l’Ovide moralisé. Mais l’enlumineur l’adjoint quand même à son illustration, sans doute en tant que musagète, et aussi parce qu’il est le père d’Orphée53 à qui il a fait don de sa lyre54. Or, dans les illustrations, la lyre que tient Apollon est la même que celle que tient Orphée. Le cycle iconographique du manuscrit 871 relie ainsi Prométhée à Pallas, Pallas à Apollon et aux Muses puis Apollon et les Muses à Orphée.

  • 55 Unde et bestias quaslibet, volucres et fluvios, saxa et arbores dicitur movisse (Troisième mythogra (...)
  • 56 Per Orfeum adducentem arbores cantu lire habemus homines stultos. Per liram loquelam qua illos docu (...)
  • 57 Ovide moralisé, éd. De Boer, vol. IV, livre XI, v. 3, 8, 19.
  • 58 Sur Orphée astronome, voir Steiner, Prometheus et J. Block Friedman, Orphée au Moyen Âge, Paris, Ce (...)

42Je passe sur les deux premières images du cycle narratif d’Orphée pour arriver à l’image finale. Nous y retrouvons, de l’image frontispice, la frise astronomique, l’élément aquatique, les animaux et les arbres que séduit Orphée par son chant. C’est chez les mythographes médiévaux que l’auteur trouve l’idée qu’Orphée a détourné le cours des fleuves et séduit les arbres55. Un glossateur des Integumenta Ovidii de Jean de Garlande explique même que les arbres émus par le chant symbolisent les hommes incultes qui se penchent sur le savoir et apprennent grâce à la lyre orphique56. Dans l’Ovide moralisé ce sont les saints qui peuplent la terre, et le chant d’Orphée est « melodieuz et delitable » et plein de « doctrine57 ». Nous retrouvons là un trait qu’Orphée partage avec Prométhée : c’est une figure d’artiste-savant qui éduque les hommes. J’ajoute pour terminer, que dans la culture médiévale, Orphée est, comme Prométhée, un astronome58. Unifié par la frise astronomique qui l’orne, le cycle iconographique relie le frontispice de Prométhée et les images finales d’Orphée à la lyre – tous deux figures de savants –, création du monde, création de l’homme et création poétique : la boucle est bouclée.

  • 59 Voir J. Cerquiglini, « Polyphème et Prométhée. Deux voies de la “création” au xive siècle », Auctor (...)
  • 60 Ovide moralisé, éd. De Boer, livre I, v. 2.

43La réélaboration de l’image du manuscrit lyonnais par le manuscrit parisien me semble donc en modifier profondément le sens. Abandonnant le principe d’une imagerie à vocation littérale, l’enlumineur a créé un cycle iconographique dont les pierres angulaires sont les personnages de Prométhée et d’Orphée. Le centrage de la fin du programme iconographique sur un personnage de poète lyrique pourrait surprendre de prime abord dans un texte comme l’Ovide moralisé. Mais ce cycle iconographique représente – de façon elle-même savante – des personnages qui sont avant tout et qui ont en commun d’être des créateurs savants. Dieu, Prométhée, Orphée créateurs de la main ou de la parole59, sont mis en regard par le tableau typologique du frontispice qui articule fables et moralisations chrétiennes, et par le tissage de motifs récurrents, ressemblants et analogues. Les procédés employés renvoient au mode de fonctionnement de l’Ovide moralisé (herméneutique typologique et analogie poétique), œuvre elle aussi savante et à vocation didactique qui pratique une poésie qui est « pour nostre enseignement60 ».

Conclusion

44L’imagerie hexamérale telle que les enlumineurs la réélaborent est donc investie de rôles sensiblement différents selon les manuscrits.

45Dans le manuscrit BnF français 872, elle indique discrètement la nature d’un projet littéraire qui coule un propos religieux dans le moule poétique singulier de l’Ovide moralisé et de son herméneutique. Dans le manuscrit de Rouen, manuscrit sans gloses chrétiennes, cette imagerie est amplifiée mais détournée de son sens premier pour être recyclée par la fable qu’elle encadre et qu’elle illustre par sa plasticité sémantique. Dans le manuscrit de Lyon, elle est encore un peu plus vidée de sa substance puisque ce n’est plus que par évocations et par fragments qu’elle est employée. Elle illustre alors des sujets neufs – Prométhée et le dieu de la création ovidienne – avec lesquels elle n’entretient plus qu’un rapport d’ordre littéral qui privilégie la fiction à l’Histoire. Enfin, dans le manuscrit BnF français 871, l’imagerie hexamérale n’apparaît plus que comme une simple pièce insérée dans un dispositif plus vaste. Le cycle iconographique réévalue la portée créatrice de l’Ovide moralisé qui se définit moins par son rapport au discours religieux (hexaméral en son seuil et théologique en général) que par sa tonalité savante et didactique qui se déploie à travers une herméneutique de la typologie et une poétique de l’analogie, laquelle se reconnaît davantage dans le modèle antique d’Orphée que dans l’image chrétienne du Logos créateur.

46Entre le premier et le dernier des manuscrits étudiés, nous assistons donc à un total renversement épistémologique des modèles permettant de penser la création dans l’Ovide moralisé. Dans tous les cas, l’étude de l’imagerie hexamérale de ses manuscrits permet de mieux comprendre la réception médiévale de ce texte et la façon dont a été pensée sa poétique.

Haut de page

Notes

1 Sur les liens entre l’illustration de l’hexaméron et cette bible, on consultera J. J. Tikkanen, « Die Genesis Mosaiken von San Marco in Venedig und ihr Verhältnis zu den Miniaturen der Cottonbibel nebst einer Untersuchung über den Ursprung der mittelalterlichen Genesisdarstellung besonders in der byzantinischen und italienischen Kunst », Acta Societatis Scientiarum Fennicae, 17, 1889, p. 205-357 ; H. Omont, « Fragments du manuscrit de la Genèse de Robert Cotton conservés parmi les papiers de Peiresc », Mémoires de la Société des Antiquaires de France, 53, 1895, p. 163 sqq. ; K. Weitzmann, « Observation on the Cotton Genesis fragments », Late Classical and Medieval Studies in Honor of Albert Mathias Friend Jr, Princeton, 1955, p. 122 sqq. ; M. V. Marini-Clarelli, « I giorni della creazione nel Genesi Cotton », Orientalia Christiana Periodica, 50, 1984, p. 65-93 ; K. Weitzmann, « The Genesis mosaics of San Marco in Venice and the Cotton Genesis miniatures », The Mosaics of San Marco in Venice, éd. O. Demus, Chicago, 1984, vol. II, p. 105-142 ; K. Weitzmann et H. Kessler, « The Cotton Genesis, British Library Codex Cotton Otho B. VI », The Illustrations in the Manuscrits of the Septuagint, Princeton, 1986, p. 8-29 ; J. Lowden, « Concerning the Cotton Genesis and other illustrated manuscripts of Genesis », Gesta, 31-1, 1992, p. 40-53.

2 I Mosaici di San Marco. Iconografia dell’Antico e del Nuovo Testamento, éd. B. Bertoli, Milan, Electa, 1991, p. 66. L’image est consultable sur la banque de données de Banca Dati Mosaico.

3 Sur cette question, nous renvoyons à S. Douchet, « La Genèse entre création et mutacion. Remarques sur l’Ovide moralisé et la pensée de saint Bonaventure », Nouvelles Études sur l’Ovide moralisé, éd. M. Possamaï-Pérez, Paris, Champion, 2009, p. 49-68 ; B. Ribémont, « La “cosmogonie” de l’Ovide moralisé ou l’art du commentaire », Ovide métamorphosé. Les lecteurs médiévaux d’Ovide, éd. L. Harf-Lancner, L. Mathey-Maille et M. Szkilnik, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2009, p. 223-244, p. 163-180.

4 Voir Ovide moralisé, BnF, français 872, 3e quart du xive siècle, fol. 1r.

5 Voir la Bible historiale du BnF, français 155, fol. 2r (fig. 16), 2v et 3v (xive siècle, consultable sur le site Mandragore de la BnF), qui offre des exemples frappants de proximité visuelle avec les deux scènes du manuscrit BnF, français 872. Il ne s’agit toutefois là que d’un cas parmi de nombreux autres où l’on voit le Logos créateur mains levées vers le haut et formant une nuée adjacente au cadre supérieur de l’image (troisième médaillon supérieur). Cette nuée figure la lumière ou bien le firmament. L’image qui se trouve dans le médaillon juste en dessous représente la création d’Ève selon un modèle très courant : Dieu à gauche, Ève en prière émergeant du flanc d’Adam endormi et allongé sur le sol. La lettrine de l’Ovide moralisé du manuscrit fr. 872 propose donc des images qui la rapprochent de modèles hexaméraux topiques de bibles de la même époque.

6 Voir, par exemple, le ms. Bodleian Library, Misc. Laud. 752 (bible latine, fin xiie-début xiiie siècle, fol. 5v, consultable sur le site de la Bodleian Library), le ms. Bibliothèque Mazarine, 40 (bible latine, 1er quart du xiiie siècle, fol. 1r, consultable sur le site Liber Floridus) et le ms. Bibliothèque Mazarine, 34 (bible latine, début xive siècle, fol. 5r), le ms. Bibliothèque Sainte-Geneviève, 1181 (bible latine, 3e quart du xiiie siècle, fol. 3v, consultable sur le site Liber Floridus), le ms. Bibliothèque municipale d’Orléans, 7 (bible latine, 2e tiers du xiiie siècle, fol. 5r, consultable sur la base de données Enluminures), le ms. Bibliothèque municipale d’Angers, 16 (bible latine, 3e quart du xiiie siècle, fol. 5v, consultable sur la base de données Enluminures), le ms. Paris, BnF, français 152 (bible historiale en français, xive siècle, fol. 11r, consultable sur le site Mandragore). Pour les notes suivantes, nous ne renvoyons plus aux sites des bibliothèques lorsqu’ils ont déjà été mentionnés.

7 Voir les bibles historiales de la Bibliothèque nationale de France, manuscrits français 152 (xive siècle, fol. 11r), français 155 (xive siècle, fol. 2r, fig. 16), de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, manuscrit 20 (entre 1320 et 1337, fol. 1r, fig. 18) et de la Bibliothèque Mazarine, manuscrit 312 (vers 1440, fol. 1r, fig. 17).

8 Comme dans les bibles historiales de la Bibliothèque nationale de France, manuscrit français 6 (vers 1320-1330, fol. 3r à 6r), de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, manuscrit 20 (entre 1320 et 1337, fol. 4v à 8r, fig. 19 et 20) ou de la Bibliothèque Mazarine, manuscrit 313 (vers 1415, fol. 4r à 7v, fig. 21).

9 Comme dans la bible historiale de la Bibliothèque nationale de France, manuscrit français 164 (fol. 2r à 5r, 4e quart du xive siècle).

10 Comme dans la Grande bible illustrée par Herman Scheere et conservée à la British Library, manuscrit Royal 1 E IX, (1er quart du xve siècle, fol. 3v, consultable sur le site de la British Library Catalogue of Illuminated Manuscripts).

11 Comme dans la bible de Worms, British Library, manuscrit Harley 2803 (vers 1150, fol. 6v, consultable sur le site de la British Library Catalogue of Illuminated Manuscripts).

12 Comme dans un fragment de graduel italien du 1er quart du xve siècle de la British Library, Add. 37472 (fol. 2r, consultable sur le site de la British Library Catalogue of Illuminated Manuscripts).

13 Nous renvoyons, pour une étude approfondie et l’établissement du corpus iconographique hexaméral, à la thèse magistrale de J. Zahlten, Creatio Mundi. Darstellungen der sechs Schöpfungstage und naturwissenschaftliches Weltbild im Mittelalter, Stuttgart, Klett-Cotta, 1979.

14 Voir Ovide moralisé, Bibliothèque municipale de Rouen, manuscrit O.4, vers 1315, fol. 16r.

15 Voir D. Arasse, On n’y voit rien. Descriptions, Paris, Denoël, 2000.

16 Sur l’œuf d’Ovide, voir C. Connochie-Bourgne, « Comment li element sont assis. L’image de l’œuf cosmique dans quelques encyclopédies en langue vulgaire du xiiie siècle », Les Quatre Éléments dans la culture médiévale, Amiens, Université de Picardie, 1983, p. 37-48.

17 Passons sur les très nombreuses représentations de saint Jean à qui Dieu inspire l’Apocalypse, ou de saint Jérôme traduisant la Bible, pour ne donner comme exemple que celui de David à qui Dieu inspire les Psaumes dans le Bréviaire à l’usage de Saint-Lô conservé à la Bibliothèque Sainte-Geneviève, manuscrit 1265, début xvie siècle, fol. 202v), ou bien celui de saint Catherine de Sienne dictant à un laïc son Liber divinae doctrinae que lui inspire Dieu que l’on voit au ciel au-dessus d’eux (Liber divinae doctrinae, Oxford, Bodleian Library, manuscrit Canon. Misc. 182, fol. 6r).

18 Voir M.-R. Jung, « L’Ovide moralisé : de l’expérience de mes lectures à quelques propositions actuelles », Ovide métamorphosé, éd. Harf-Lancner et al., p. 107-122.

19 Parmi une foule d’autres exemples, le plus célèbre Logos au compas est celui de la bible moralisée de la Bodleian Library, manuscrit Bodl. 270b (mi-xiiie siècle, fol. 1r). Nous renvoyons aussi, conservé dans la même bibliothèque, au manuscrit Douce 211 (1er quart du xive siècle, fol. 3r) ou à la Bible historiale de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, manuscrit 20 (entre 1320 et 1337, fol. 1r, fig. 18). Pour un exemple de prophète à son pupitre, voir Isaïe écrivant ses prophéties à son pupitre dans la Bible historiale de la BnF, manuscrit français 8 (entre 1320 et 1330, fol. 272v, fig. 25). On relèvera cependant que l’association du Dieu créateur et de l’écrivain dans la même image se rencontre dans d’autres manuscrits, comme dans le frontispice de la rédaction en prose de l’Image du monde de Gossuin de Metz, BnF, français 574 (vers 1320-1325, fol. 1r).

20 Voir, par exemple, le manuscrit BnF, nouvelles acquisitions françaises 15939 (Vincent de Beauvais, Speculum historiale, vers 1370-1380, fol. 10v, par le Maître du Livre du sacre de Charles V), celui de la Bibliothèque municipale de Troyes, 59 (bible historiale, 1er quart du xive siècle, fol. 3r, disponible sur la base de données Enluminures) ou celui de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, 20 (Bible historiale, vers 1320-1337, fol. 1r et 4v, fig. 18 et 19).

21 Voir Bible historiale, BnF, français 155, fol. 2r (fig. 16).

22 Voir Fables d’Ovide, Bibliothèque municipale de Lyon, manuscrit 742, vers 1385, fol. 4r (fig. 10).

23 Voir R. Steiner, Prometheus. Ikonologische und anthropologische Aspekte der bildenden Kunst vom 14. bis zum 17. Jahrhundert, Munich, Boer, 1991 ; J. Drobinsky, « La narration iconographique dans l’Ovide moralisé de Lyon (BM Ms. 742) », Ovide métamorphosé, éd. Harf-Lancner et al., p. 223-244, ici p. 223-238.

24 Il faut donc rectifier le propos de L. Marino lorsqu’elle déclare : « Prior to Boccaccio’s Genealogie, the myth of Prometheus did not appear in elaborated form in any medieval Latin or vernacular work. The Middle Ages could not accomodate the classical myth of Prometheus because that myth is essentially opposed to the spirit of Christianity. […] Whenever Prometheus is mentionned in the Middle Ages, almost invariably he is belittled and reduced to an inventor of statuary. Before Boccaccio, Fulgentius alone accords Prometheus any significant space, but he neutralizes him into an allegory for the Divine Providence who imparted the spark of life to man. It is still some thousand years before Michelangelo will paint his awesome Creation of Man ; and between Fulgentius and Boccaccio, the myth of Prometheus virtually slips out of sight » (L. Marino, « Prometheus, or the mythographer’s self image in Boccaccio’s Genealogie », Studi sul Boccaccio, 12, 1980, p. 263-273, ici p. 266-267).

25 La singularité de cette première image médiévale de Prométhée a été relevée par R. Steiner : « Die ersten nachantiken Darstellungen des Prometheus in der bildenden Kunst zeichnen sich durch einen gänzlich unantiken Charakter aus. Es handelt sich dabei um die Illustrationen zweier illuminierter Ovide moralisé-Handschriften des 14. Jahrhundert » (Steiner, Prometheus, p. 111).

26 Sur le vol du feu par Prométhée, voir Steiner, Prometheus, p. 33 sqq.

27 Voir A. van Buren, Illuminating Fashion. Dress in the Art of Medieval France and the Netherlands, 1325-1515, New York, The Morgan Library and Museum, 2011.

28 On trouve toutefois, mais à la Renaissance, des représentations gravées de la création du monde où sont présentes, parmi les luminaires, trois étoiles placées au-dessus du Logos, ce qui peut leur assigner un sens trinitaire. Voir les éditions des Métamorphoses d’Ovide par Giorgio Rusconi (Venise, 1509) et Étienne Gueynard (Lyon, 1510) ; voir aussi F. Saby, « L’illustration des Métamorphoses d’Ovide à Lyon (1510-1512) : la circulation des images entre France et Italie à la Renaissance », Bibliothèque de l’École des Chartes, 158, 2000, p. 11-26.

29 Voir, par exemple, le manuscrit 40 de la Bibliothèque Mazarine (Bible latine, entre 1220 et 1234, fol. 1r, fig. 15) et le manuscrit 20 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève (Bible historiale, entre 1320 et 1337, fol. 1r, fig. 18).

30 Voir Drobinsky, « La narration iconographique ».

31 Voir, par exemple, les manuscrits BnF, français 159 (Bible historiale, xive-xve siècle, fol. 5r), BnF, français 160 (Bible historiale, 1er quart du xive siècle, fol. 5r), Bibliothèque Sainte-Geneviève, 22 (Bible historiale, vers 1330, fol. 5r) et 1181 (Bible latine, 3e quart du xiiie siècle, fol. 3v, fig. 14).

32 Nous rejoignons ici F. Clier-Colombani, mais nous préférons parler d’hybridation concertée plutôt que de « confusion […] entre les représentations bibliques et mythologiques » (F. Clier-Colombani, « Prologues en images dans l’Ovide moralisé », Bien dire et bien aprandre, 19, 2001, p. 57-76, ici p. 71).

33 Ainsi, J. Drobinsky écrit que ce « frontispice liminaire représent [e] la création du monde » et que l’on y voit « à gauche Dieu le Père, auréolé d’un nimbe crucifère » (Drobinsky, « La narration iconographique », p. 234).

34 « La disposition symétrique de Dieu et de Prométhée, tous deux courbés, mais chacun dos à l’autre, a pour effet de renforcer les liens qui les unissent tout en faisant ressortir leurs divergences. Apparemment interchangeables par leurs gestes et leurs attitudes, ils sont pourtant soumis à une discrète mais efficace hiérarchie. D’abord parce que Dieu le Père apparaît en premier, à gauche de la frise, ensuite parce qu’il est d’une tête plus grand que Prométhée, placé légèrement en retrait, donc au second plan, enfin parce que seul le Seigneur crée à partir du néant. Tout concourt à suggérer la supériorité du Dieu chrétien sur le dieu païen, et partant, à orienter la lecture du mythe vers sa signification dans la vraie foi. D’emblée le frontispice prend ainsi une dimension programmatique : il met en place le procédé de correspondance des fables et de leur interprétation, annonçant la méthode de composition et d’écriture de l’Ovide. Comme le souligne Renate Blumenfeld-Kosinski, ce “folio fonctionne comme une alerte pour le lecteur qui doit s’attendre à une juxtaposition des mondes antique et biblique, et illustre donc l’idéologie sous-jacente à ce texte compliqué” » (Drobinsky, « La narration iconographique », p. 235).

35 Nous renvoyons à notre introduction, ainsi qu’à quelques exemples venus de la Bibliothèque Sainte-Geneviève (manuscrit 20, Bible historiale, 1320-1337, fol. 1r, fig. 18) et de la Bibliothèque Mazarine (manuscrit 313, Bible historiale, vers 1415, fol. 6r, fig. 21, et manuscrit 312, Bible historiale, vers 1440, fol. 1r, fig. 17).

36 En effet, dans la tradition antique, il s’agit d’Épiméthée.

37 Voir les manuscrits 1181 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève (Bible latine, 3e quart du xiiie siècle, fol. 3v, fig. 14) et Harley 616 de la British Library (Bible en français, 4e quart du xiiie siècle, fol. 1r, fig. 27).

38 Voir le manuscrit 20 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève (Bible historiale, 1320-1337, f. 4v, fig. 19), le manuscrit 399 de la Bibliothèque municipale d’Amiens (Barthélémy l’Anglais, Livre des proprietes des choses, 1447, fol. 1r, fig. 26) et le manuscrit 59 de la Bibliothèque municipale de Troyes (Bible historiale, 1er quart du xive siècle, fol. 3r).

39 Voir Jung « L’Ovide moralisé : de l’expérience de mes lectures ».

40 Drobinsky, « La narration iconographique », p. 237.

41 Voir Ovide moralisé, manuscrit BnF, fr. 871 (vers 1380, fol. 1r, fig. 11). On conserve à Londres un manuscrit de l’Ovide moralisé qui contient une image frontispice jumelle et plus tardive (Londres, British Library, manuscrit Add. 10324, vers 1400, fol. 1, fig. 28). Cependant, le manuscrit ne comporte pas de cycle d’Orphée comme le BnF, fr. 871.

42 Ce point est essentiel, car jusqu’à présent cette image a toujours été interprétée comme la représentation du Dieu créateur de la Bible, si bien que les commentateurs ont toujours eu du mal à comprendre la logique qui préside à la répartition des sujets à partir des indications « fabularis historia » et « allegorica historia » laissées par le copiste au-dessus des deux colonnes de son tableau. Si l’on accepte l’idée, comme je le démontre, qu’il s’agit ici du deus ovidien, toutes les difficultés herméneutiques sont levées, l’image et ses inscriptions deviennent cohérentes entre elles. Nous allons donc contre l’avis de R. Steiner qui voit, dans l’image frontispice du manuscrit fr. 871 de Paris, une interversion entre histoire et allégorie qui brouille la typologie, ce qui lui fait écrire : « Weder der zugrundeliegende Text des Ovide moralisé noch die Illustration zur Pariser Handschrift (BN, ms. 871 fol. 1) lassen eine solche typologische Deutung zu » (Steiner, Prometheus, p. 114). Voir aussi en particulier Steiner, Prometheus, chap. « Das literarische und bildkünstlerische Auftreten des Menschenbildners Prometheus bis zum 15. Jahrhundert », p. 104 sqq.

43 Voir, par exemple, le manuscrit 20 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève (Bible historiale, 1320-1337, fol. 8r, fig. 20), le manuscrit 313 de la Bibliothèque Mazarine (Bible historiale, vers 1415, fol. 6r, fig. 21) ou le manuscrit 59 de la Bibliothèque municipale de Troyes (Bible latine, 1er quart du xive siècle, fol. 8r).

44 C’est le couvre-chef des philosophes, comme on le voit dans la représentation d’Aristote dans un manuscrit de la Physique d’Aristote de la British Library de Londres (Royal 12 G V, 3e quart du xiiie siècle, fol. 133r) ou, toujours à la British Library, dans la représentation d’un philosophe (“A philosopher” lit-on sur l’image de ce manuscrit en moyen anglais de Jean de Mandeville, Voyage d’Outre mer, vers 1415, Royal 17 c XXXVIII, fol. 44). On se reportera encore à R. Steiner pour la tradition médiévale de Prométhée comme figure du savant ; voir Steiner, Prometheus, premier chapitre « Die geistesgeschichtlichen Voraussetzungen des Prometheus-Topos im. 14. Jahrhundert », p. 18 sqq. Sur l’iconographie de Prométhée, on consultera également O. Raggio, « The myth of Prometheus. Its survival and metamorphoses up to the eighteenth century », Journal of the Wartburg and Courtauld Institute, 21, 1958, p. 44-62.

45 Ovide moralisé, poème du commencement du quatorzième siècle, publié d’après tous les manuscrits connus, éd. C. De Boer, Amsterdam, Müller, 1915, vol. I, livre I, v. 325.

46 Et ce depuis Lactance, De Divinae institutiones, livre II, chapitre 11, De animantibus, homine, Prometheo, Deucalione, Parcis, et chapitre 25, De aureo saeculo, de simulacris ac Prometheo, qui primus hominem effigiavit.

47 Saint Augustin, Cité de Dieu, XVIII, 8.

48 On retrouve chez Vincent de Beauvais la conception d’un Prométhée détenteur de la science de la statuaire qui a fait des hommes frustes des savants (Speculum historiale, I, CXVI, S. 42). Cette notation se retrouve dans Pierre le Mangeur, Histoire ecclésiastique, chapitre 86 : Eo tempore Prometheus, frater Athlantis, primus dictus est fecisse homines, tum quia de rudibus doctos fecit, tum quia legitur fecisse imagines hominum, quas arte quadam ambulare fecit. Voir Steiner, Prometheus, fin de la première partie ; Raggio, « The Myth of Prometheus », p. 52.

49 Voir E. Marguin-Hamon, « Exemples comparés de traitement du mythe et d’écriture mythographique à l’aetas ovidiana (xiie-xive siècle) », Camenae, 8, 2010, p. 1-37, ici p. 2 : Fabula clave patet, tua nam doctrina, Prometheu,/Informasse prius fertur in arte rudes. /Celitus affirmas lucem rationis oriri/Celestesque plagas a ratione peti (« La fable, c’est en parole seulement qu’elle revêt à tes yeux un voile, mais la vérité factuelle de son enseignement, enclose, à tes yeux s’y cache. La fable s’ouvre par une clef, car ton enseignement, Prométhée, a le premier formé de rudes hommes, rapporte-t-on, à l’art. Tu affirmes que point du ciel la lumière de la raison et que sont gagnés par la raison les espaces célestes »).

50 La frise astronomique s’arrête cependant à l’image qui représente Prométhée et ne se poursuit pas dans celle consacrée à la création d’Ève, comme pour indiquer qu’elle concerne le personnage de Prométhée et sert à en illustrer la qualité de savant.

51 M.-R. Jung, « Les éditions manuscrites de l’Ovide moralisé », Cahiers d’histoire des littératures romanes, 20, 1996, p. 251-274.

52 Voir P. Demats, Fabula. Trois études de mythographie antique et médiévale, Genève, Droz, 1973, p. 166 et remarque p. 258.

53 Arnoul d’Orléans écrit dans ses Allegoriae fabularum Ovidii : Orpheus Apollinis et Caliopes muse filius (Fausto Ghisalberti, Arnolfo d’Orléans. Un cultore di Ovidio nel secolo XII, Milan, Hoepli, 1932, p. 222). Et on lit chez le premier mythographe : Orpheus, Oaegri et Calliopae filius, ut quidam putant, Apollinis (Premier mythographe, Scriptores rerum Mythicarum latini tres, éd. Bode, §76).

54 Apollo, lyra accepta, Orpheum, Oaegri fluminis et Calliopes musae filium, dicitur docuisse, et postquam ipse citharam invenit, lyram illi concecisse (Deuxième mythographe, Scriptores rerum Mythicarum latini tres, éd. Bode, §44). Le texte de l’Ovide moralisé insiste sur ce point en nommant la lyre d’Orphée « harpe apoline » (livre X, v. 406 sqq.).

55 Unde et bestias quaslibet, volucres et fluvios, saxa et arbores dicitur movisse (Troisième mythographe, Scriptores rerum Mythicarum latini tres, éd. Bode, §8-20).

56 Per Orfeum adducentem arbores cantu lire habemus homines stultos. Per liram loquelam qua illos docuit (Giovanni di Garlandia, Integumenta Ovidii. Poemetto inedito del secolo XIII, éd. F. Ghisalberti, Messine, Principato, 1933, p. 67, remarque aux v. 407-408).

57 Ovide moralisé, éd. De Boer, vol. IV, livre XI, v. 3, 8, 19.

58 Sur Orphée astronome, voir Steiner, Prometheus et J. Block Friedman, Orphée au Moyen Âge, Paris, Cerf, 1999, dans lequel il cite p. 182, n. 3, un poème lyrique latin tiré du manuscrit Auxerre 24 édité par P. Dronke. Ce poème parle d’« Orphée, dont l’habitude était de rechercher dans les esprits du soleil l’orbite mensuelle de la lune, le cours numériquement établi des étoiles dans le ciel » (P. Dronke Medieval Latin and the Rise of the European Love Lyric, Oxford, 1966-1967, vol. II, p. 404). Déjà, Lucien de Samosate, au iie siècle, dans son traité De l’astrologie, indiquait que les Grecs avaient appris la science des astres d’Orphée. En sus d’être astronome dans la tradition médiévale, on lit aussi chez le Deuxième mythographe qu’Orphée « theologus fuit » (Deuxième mythographe, Scriptores rerum Mythicarum latini tres, éd. Bode, §44).

59 Voir J. Cerquiglini, « Polyphème et Prométhée. Deux voies de la “création” au xive siècle », Auctor et auctoritas. Invention et conformisme dans l’écriture médiévale, éd. M. Zimmermann, Paris, École des Chartes, 2001, p. 401-410.

60 Ovide moralisé, éd. De Boer, livre I, v. 2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Douchet, « Création du monde et poétique de l’œuvre »Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 30 | 2015, 49-74.

Référence électronique

Sébastien Douchet, « Création du monde et poétique de l’œuvre »Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 30 | 2015, mis en ligne le 24 février 2019, consulté le 24 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/crm/13884 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crm.13884

Haut de page

Auteur

Sébastien Douchet

Sébastien Douchet est maître de conférences en langue et littérature du Moyen Âge à l’université d’Aix-Marseille. Également spécialiste d’iconographie médiévale, il travaille sur trois domaines principaux : les représentations médiévales de la création du monde, la représentation de l’espace dans la littérature médiévale et la réception des textes et manuscrits médiévaux à l’époque classique. Université d’Aix-Marseille. CIELAM (EA 4235)/CUERMA
Sébastien Douchet is a lecturer in medieval language and literature at Aix-Marseille University. Also a specialist in medieval iconography, he works on three principal areas: medieval representations of the creation of the world; representations of space in medieval literature; and the reception of medieval texts and manuscripts in the classical era.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search