Navigation – Plan du site

Les images dans l’Occident médiéval, sous la direction de Jérôme Baschet et de Pierre-Olivier Dittmar, introduction de Jean-Claude Schmitt

Anna Caiozzo
Référence(s) :

Les images dans l’Occident médiéval, sous la direction de Jérôme Baschet et de Pierre-Olivier Dittmar, introduction de Jean-Claude Schmitt, Turnhout, Brepols, « L’Atelier du médiéviste, 14 », 2015, 507 p.

ISBN : 978-2-503-55158-6

Texte intégral

1Cet ouvrage d’hommage à Jean-Claude Schmitt et aux travaux importants qu’il a initiés sur le rôle des images en Occident médiéval comporte 35 contributions offertes par des universitaires dont beaucoup spécialistes des images et par un grand nombre d’anciens élèves, passent en revue les grandes problématiques propres à l’étude des images que le médiéviste ou l’étudiant en histoire du Moyen Âge peut rencontrer.

2Aux côtés de l’histoire de l’art, l’histoire des images a progressivement acquis ses lettres de noblesse grâce aux travaux fondateurs de Jean-Claude Schmitt, Michel Pastoureau, Jérôme Baschet, une discipline qui ne peut s’exempter d’une méthodologie créée progressivement ces vingt dernières années grâce à la grande variété de travaux et d’approches et dont témoigne la bibliographie conséquente proposée au lecteur. Les travaux fondateurs de l’ex-GAHOM a changé le mode d’appréhension des représentations chez les médiévistes qui aujourd’hui sont beaucoup plus attentifs à ce medium dans les études qu’ils peuvent mener dans les différents champs. La source visuelle est sans conteste reconnue dans la médiévistique occidentaliste comme une source de l’histoire, elle a trouvé ses marques et sa place, et les travaux de Jean-Claude Schmitt l’ont grandement promue à cette place qu’elle ne doit pas quitter. L’abondance des contributions, leur diversité d’approche en fonction des matériaux et des thèmes, montrent combien ce domaine s’est développé dans l’hexagone avec des perspectives importantes de recherche et un enthousiasme sans réserve que l’on sent chez la plupart des contributeurs dont tous ne sont pas cependant spécialisés dans les sources visuelles.

3La contribution de J.-C. Schmitt rappelle la genèse et le sens médiéval du mot « image », ce concept qui établit une relation entre le domaine du visible et du fait représenté avec la réalité, en somme ce principe d’imitation défini selon la sémiologie chrétienne et paulinienne. La part matérielle de l’image est définie par le concept d’image-objet que J.-C. Schmitt a bien analysé dans le corps des images, évaluant son impact sur le public. Il rappelle également le rôle important de l’ornemental et s’attache à définir la pensée figurative, le sens de ces formes, leur ekphrasis, et par-delà la fonction didactique qui leur est assignée comme « puissance d’expression », trouvant d’autres applications cognitives, politiques, morales, symboliques, ludiques, et comme le dit justement J.-C. Schmitt, « rendant visible l’invisible », « donnant à voir » même l’inexistant. C’est ce rôle, ce pouvoir des images qui est mis en scène dans ce volume d’hommage.

4Les trois parties proposées rappellent le fonctionnement de l’image-objet en situation, détaillent la pensée figurative et l’analyse des images, et explicitent enfin, le rôle les images dans le monde social.

5Les onze contributions de la première partie, très méthodologique et précieuse à la fois pour les étudiants et le novice qui ne comprendrait pas ce que lire une image implique, présentent successivement les différents supports de l’image et les méthodologies particulières qui permettent d’en appréhender le sens. Dans « L’enluminure : l’image dans le livre », Claudia Rabel propose l’analyse de l’arbre de Jessé dans la Bible des Capucins, une contribution courte mais efficace sur la lecture d’une image et son interprétation que tout novice appréciera. Cécile Voyer et Simona Boscani Leoni, dans « La peinture murale : l’image et le lieu rituel », rappellent que l’Église est à la fois lieu et symbole de la Jérusalem céleste et analysent la symbolique de la dynamique axiale du bâtiment mettant en lien l’espace de circulation et la présence des images ; elles prennent comme exemple Saint-Eutrope des Salles-Lavauguyon, où un décor peint du XIIe siècle fut découvert en 1980 sur le revers de la façade, ainsi que l’église de Waltensburg/Vuorz. Le rôle des saints dans les programmes iconographiques est analysé, ainsi que l’interaction avec l’espace de monstration des peintures, de façon très claire et convaincante. Un autre type de support (« La sculpture monumentale : l’image dans le monastère ») présenté par Maria Cristina C. L. Pereira, évoque l’espace du cloître de Moissac et l’agencement particulier de ses chapiteaux et piliers intégrant des décors apostoliques et un abbé historique. L’analyse d’un autre support, le vitrail, développé par Colette Deremble (« Le vitrail : l’image dans la cathédrale »), permet de comprendre comment chaque fenêtre offre un récit apostolique, social, mais compose aussi un parcours avec le reste des vitraux. Les méthodologies mises en œuvre démontrent la complexité de fonctionnement de ce support de lecture ; on découvre ainsi les effets qu’il produit par l’action conjuguée des couleurs et de la lumière sur l’imagination du spectateur. « Iconographie architecturale et architecture en image », d’Élisabeth Ruchaud, s’attarde sur la lecture des monuments sur tous supports ; les plus symboliques, comme le tombeau du Christ et la Résurrection dans la pièce en ivoire de Dole, appuient sa démonstration. Quant aux « Objets, images et trésors d’église » de Philippe Cordez, ils enracinent le débat dans l’objet en trois dimensions autour du concept d’objets-image dans le champ de la mémoire, comme l’atteste l’histoire du cor dit de Roland conservé à l’abbaye de Saint-Denis. Autres matériaux, « Les tapisseries : images et cérémonial laïque », que Laura Weigert présente comme des objets mobiles particulièrement usités dans la vie quotidienne mais aussi lors de démarches diplomatiques ; elle analyse un panneau de tenture de la guerre de Troie du XVe siècle conservé au Victoria & Albert Museum à Londres dans son contexte historique où elle sert d’intertexte. Les implications sociales des thèmes représentés se retrouvent dans « Liturgies et images processionnelles », où Pascal Collomb et Pascale Rihouet décrivent comment les images participent aux liturgies lors des processions, en évoquant en particulier le Christ de Pérouse articulé et désarticulé qui participe d’une dramaturgie médiévale de la Passion et interpelle sur le rôle de l’objet-image. Cette classification des œuvres selon les supports et usages est fort précieuse car elle s’accompagne de petits encarts de définition des concepts à chaque contribution.

6Toutefois, étudier une œuvre nécessite une bonne datation, ce que rappelle Jean Wirth dans « La datation des œuvres », où il effectue une démonstration magistrale d’une re-datation, celle de la Vierge de la collégiale de Villeneuve-lès-Avignon. Un autre élément essentiel pour le chercheur reste bien sûr le rôle du texte, mis en évidence par Jean-Marie Sansterre ; dans « Quand les textes parlent des images : croyances et pratiques », il s’attarde particulièrement sur le Dialogus miraculorum de Césaire de Heisterbach, évoquant le rapport complexe des Cisterciens aux images. Pour conclure, cette partie introductive et particulièrement pédagogique, Thomas Golsenne, dans « Les images qui marchent : performance et anthropologie figurative », rappelle le pouvoir performatif des images, leur « efficacité fonctionnelle », et il analyse notamment le dispositif visuel de la Madone d’Orsanmichele protectrice de Florence.

7La seconde partie entre directement dans l’objet image pour en analyser les composantes majeures et là encore les modalités d’études. Jean-Claude Bonne, dans « Ornementation et représentation », rappelle à juste titre que les historiens des images ont parfois tendance à négliger le décor et il s’attache à montrer le lien étroit entre sens et ornements en prenant pour exemple la plaque d’ivoire de Saint Rémi du musée d’Amiens. Ici, le motif du cadre répond à ceux qui ponctuent les scènes, notamment en insistant sur le rapport du végétal (l’acanthe) avec la scène d’onction de Clovis. Un autre aspect qui est souvent oublié est l’arithmologie symbolique et la spatialisation géométrique que définit Isabelle Marchesin, dans « Proportions et géométrie signifiante », en présentant des initiales ornées du Psautier de Saint-Alban d’Hildesheim, une très belle démonstration qui rappelle la nécessité d’acquérir la méthode mise en œuvre par la chercheuse. Bien sûr, un autre élément clef de l’image est la couleur qu’en maître indiscuté, Michel Pastoureau présente, en démontrant toute la difficulté d’appréhender les couleurs initiales par l’exemple de la broderie de Bayeux. C’est l’espace lui-même qu’analyse Oleg Voskoboinikov, ainsi que les concepts de lieux/plan/épaisseur, en proposant comme élément de réflexion Liuthard face à l’apothéose d’Otton. « Les rapports dans l’image », développés par Didier Méhu, complètent l’approche sur l’axialité et les rapports gauche-droite, d’échelles et les sens de lecture, qu’il définit en détaillant l’iconographie des fonds baptismaux de Freckenhorst et en évoquant le problème de l’ambiguïté du sens. Une autre dimension proposée par Martine Clouzot est la « Temporalité et narration » via le Livre d’heures de Charles d’Angoulême. Parmi les autres éléments à prendre en compte dans l’analyse, les « Gestes et postures corporelles », qu’Eduardo Aubert présente au travers du Tropaire-prosaire prosulaire de Saint-Cyr de Nevers (IXe siècle, BnF, ms lat. 9449). Un aspect plus attendu est l’évocation des « Relations texte / image », par Maud Pérez-Simon et Hye Min Lee. Enfin, les images en série ou en relation les unes avec les autres sont ensuite évoquées par trois contributions complémentaires : Élisa Brilli, « Comment les images se pensent les unes les autres » ; Jérôme Baschet, « Corpus d’images et analyse sérielle », et Séverine Lepape, « Formalisation et analyse statistique d’un corpus d’images ».

8La troisième partie concerne le rapport des images au monde social, des entrées thématiques par catégories ayant trait à la mise en scène du fait religieux, urbain, politique, folklorique encyclopédique, etc. Des quatre grandes thématiques qui sont ici développées, le domaine religieux reprend les méthodologies proposées plus haut : avec « Images et théologie », Philippe Faure rappelle d’ailleurs que le goût des images ne se développe qu’en opposition à la Bible hébraïque, et c’est par le biais de la Bible de Lothian (1220) réalisée en Angleterre (Oxford) vers 1220 (New York, Pierpont Morgan Library, ms. 791) qu’il analyse chacun des registres, à la fois par thème et en fonction de la décoration et de la compartimentation de l’espace. Babette Hellemans complète l’approche avec « Images de l’exégèse et exégèse en images » par le biais des Bibles moralisées, notamment celles de Vienne du XIIIe siècle, quand, dans « Images et prédication », Marie-Anne Polo de Beaulieu et Jacques Berlioz rappellent le rôle des images dans les exempla, via la prédication de Bernardin de Sienne. Les images jouent un rôle bien différent dans le domaine des savoirs vulgarisés, par exemple celles des encyclopédies comme le montre Brigitte Buettner dans « Images diagrammes et savoirs encyclopédiques », en prenant comme exemple L’arbre d’amour de Matfre Ermengaud. Gil Bartholeyns, dans « Images et culture matérielle », s’attarde lui sur la réalité telle qu’elle est représentée dans les codex Manesse, en en montrant les limites. Chloé Maillet, dans « Image et genre », s’attarde sur l’image de la parenté et évoque d’une part l’image du féminin par le biais du Roman de la Rose et d’autre part, la place des peintres femmes que l’on observe par exemple dans une marge de ce manuscrit. Elle souligne, entre autres, la difficulté d’étudier le genre dans l’image. D’autres caractères marginaux sont les animaux que présente Pierre-Olivier Dittmar dans « L’animal, l’humain et les images », insistant sur la complexité des bestiaires où souvent les animaux sont indéterminés ; son exercice sur le bestiaire d’Aberdeen est d’ailleurs une belle leçon de méthodologie. Les images peuvent également illustrer des éléments de la culture des laïcs en dehors de l’aspect religieux très prégnant dans les manuscrits médiévaux. C’est ce que montre Nathalie Le Luel dans « Images profanes et culture folklorique », où certaines de ses remarques rejoignent celles de P.-O. Dittmar et de Chloé Maillet ; elle s’attarde sur le décor profane du portail de Saint-Ursin de Bourges. Dans ce sillage, Marion Poupin développe les liens entre « Images et idéologie politique », montrant comment une gravure sur bois dont l’original est conservé à la BnF dans un livre imprimé de 1490-1500, met en scène l’entrée triomphale de Louis XII à Milan en 1509 : ici l’image offre une fonction d’identification honorifique par le protocole mis en scène, de glorification du roi par ses attributs et sa position de cavalier piétinant l’ennemi, et de diffusion d’une idéologie conquérante. Les cultures urbaines sont étudiées par Pierre Monnet dans « Images et culture urbaine », qui offre un précieux encart sur images et pratiques de la justice. Son évocation des grands retables, dont le polyptyque de Herrenberg de Jerg Ratgeb, permet de comprendre comment l’image s’adresse aux urbains et à leurs codes dans un monde désormais saturé d’images au début du XVIe siècle. Pour achever ce panorama détaillé restait le portrait, que présente Dominic Olariu avec un focus sur les sceaux et le tombeau de Juan d’Aragon y Anjou et son gisant à Tarragone. L’excursus final de Christine Lapostelle, « Dimanche à Tronoën », interpelle le public contemporain sur la présence toujours actuelle des images du passé.

9De nombreux manuels sur les images ont certes été écrits ces vingt dernières années. Toutefois, le présent volume, par la richesse des contributions, les apports méthodologiques et le renouvellement de la recherche qui a prospéré autour de Jean-Claude Schmitt, apparaît comme le plus adapté aux chercheurs comme aux étudiants soucieux de découvrir le matériau qu’est l’image.

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Caiozzo, « Les images dans l’Occident médiéval, sous la direction de Jérôme Baschet et de Pierre-Olivier Dittmar, introduction de Jean-Claude Schmitt », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2015, mis en ligne le 25 septembre 2017, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/14169

Haut de page

Auteur

Anna Caiozzo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals