Navigation – Plan du site

Raphaëlle Schott, Les Conseillers au service de la reine Marguerite. Étude des Riksråd nordiques (1375-1397)

Corinne Péneau
Référence(s) :

Raphaëlle Schott, Les Conseillers au service de la reine Marguerite. Étude des Riksråd nordiques (1375-1397), Paris, Classiques Garnier (« Bibliothèque d’histoire médiévale » 9), 2014, 528 p.

ISBN 978-2-8124-2094-8

Texte intégral

  • 1 Raphaëlle Schott justifie cette traduction de l’expression « Fullmäktiga fru och rätta husbonde » à (...)

1L’ouvrage de Raphaëlle Schott est issu de sa thèse, soutenue en 2009, qui fut dirigée par Claude Gauvard et Thomas Lindkvist. Il s’agit donc de la version remaniée de ce travail qui se fonde sur une approche prosopographique des Conseils scandinaves au moment de la mise en place et des premières années de l’Union de Kalmar, nom donné à la réunion des trois royaumes de Suède, de Danemark et de Norvège sous un roi commun. L’Union, voulue par un grand nombre de clercs et d’aristocrates scandinaves, devait permettre d’établir une paix durable entre les royaumes et de faire repartir des économies mises à mal par les guerres, la peste et le monopole que la Hanse exerçait dans plusieurs régions. Même la mort d’Olav, le fils du roi de Norvège Håkon Magnusson et de Marguerite, la fille du roi danois Valdemar Atterdag, n’avait pas défait une union dynastique qui, loin d’être la simple conséquence de mariages entre les familles royales scandinaves, fut un processus politique auquel travaillèrent activement les élites et qui fut conduit de main de maître par Marguerite. Olav, que sa mère avait fait élire roi de Danemark après la mort de son grand-père en 1376, était aussi devenu roi de Norvège à la mort de son père, en 1380. Après sa mort en 1387, la reine Marguerite, qui avait obtenu la régence, continua à exercer le pouvoir sous le titre inédit de « Dame toute-puissante et seigneur légitime »1. Comme Håkan Magnusson avait, un temps, été roi de Suède, elle fut appelée à l’aide par des aristocrates suédois qui s’étaient révoltés contre le roi Albert de Mecklembourg. Elle fut reconnue en Suède « Dame toute-puissante et seigneur légitime » le 22 mars 1388, ce qui établissait de fait l’Union entre les trois royaumes. Mais le royaume de Suède était encore à prendre malgré le grand nombre de forteresses qui dépendaient d’elle. Stockholm résista jusqu’en 1398, Gotland jusqu’en 1408. Marguerite s’était engagée à trouver un roi pour cette union : il ne pouvait s’agir que de l’héritier de la Norvège, le seul des trois royaumes à posséder une loi sur hérédité du pouvoir royal. En 1389, Bogilslav de Poméranie, âgé de huit ans, devint roi de Norvège et reçut à l’occasion un nom plus approprié pour son nouveau rôle, Erik. Il fut élu roi de Danemark, puis de Suède en 1396. Le 17 juin 1397, Erik fut couronné et sacré à Kalmar. En ce jour de la Trinité, les trois royaumes scandinaves décidaient d’unir leur destin.

  • 2 Uffe Geer Madsen, « Det danske Rigsråd adelige medlemmer 1375-1457 [Les membres nobles du Conseil d (...)

2Le livre de Raphaëlle Schott s’ouvre sur une analyse des deux actes rédigés à Kalmar après la cérémonie. Ces documents comptent parmi les plus importants de l’histoire scandinave ; ils doivent sans doute leur célébrité aux difficultés d’interprétation qu’ils posent. Le premier, la Charte de Couronnement, présente Erik de Poméranie comme l’élu de Dieu et décrit la manière dont hommes des trois royaumes lui jurèrent fidélité. Copié sur parchemin, le texte fonde l’Union, mais sans lui donner de véritable cadre institutionnel. L’autre document, dont il ne reste qu’une copie sur papier, est au contraire un Traité d’Union : il fait du choix d’un roi unique une norme qui doit se prolonger après le règne d’Erik et règle les relations entre la Suède, le Danemark et la Norvège. La conservation sur papier d’un acte qui scelle le destin des trois royaumes étonne depuis longtemps les historiens : faut-il croire que les six copies annoncées ont été détruites ou qu’elles n’ont jamais été réalisées, de sorte que le document serait resté à l’état de projet jamais approuvé ? Marguerite aurait-elle fait échouer sciemment cet accord entre le roi et l’aristocratie des Conseils pour empêcher une limitation de ses pouvoirs et de ceux du roi ? Le Traité mettait en place officiellement une union entre des royaumes qui restaient indépendants et réglait leur collaboration, en particulier dans les domaines militaire et judicaire. Les membres des Conseils – Riksråd ou Rigsråd – étaient les auteurs de l’acte, mais ceux qui apposèrent leur sceau au bas du document étaient aussi les plus proches conseillers de Marguerite. C’est cette question, soulevée par l’historien danois Uffe Geer Madsen, qui constitue le point de départ des recherches de Raphaëlle Schott2.

3Analyser le rôle et la composition des trois Riksråd nordiques contribue pleinement à la compréhension du projet politique de Marguerite, de sa mise en place jusqu’à sa réussite, en 1397. La première partie s’attache ainsi à mieux définir « Le Riksråd, une assemblée politique ». La deuxième, intitulée « Le Riksråd, une assemblée aristocratique », étudie l’origine et le profil social des membres des Conseils et la troisième, « Le Riksråd, une assemblée monarchique », présente les liens qui unissent les conseillers au pouvoir central, celui de Marguerite et du roi, et met en relief les carrières et les réseaux des conseillers.

4Les problèmes méthodologiques que pose une telle approche sont nombreux. L’identification des conseillers, mentionnés seulement par leur prénom et leur patronyme, peut s’avérer délicate et suppose une approche fine des sources. La méthode prosopographique se révèle pourtant particulièrement fructueuse et il faut souligner qu’en dehors des travaux d’Élisabeth Mornet sur les chanoines danois et d’Olle Ferm sur les étudiants suédois, elle avait jusque-là été assez peu utilisée dans le domaine des études nordiques.

5I – Les contours vagues des Conseils.

6Les trois Conseils avaient des contours différents dans les trois royaumes. En Norvège, le « Conseil du royaume » se réunissait fréquemment et fonctionnait comme un véritable organe de gouvernement. Le Conseil danois jouait aussi un rôle important, en particulier en relation avec les puissances extérieures, et il était un véritable conseil de guerre. Il était formé d’hommes liés personnellement au roi ou à la régente. En Suède, il semble que le Conseil, dont l’institutionnalisation est tardive, ait été le plus indépendant des trois conseils scandinaves. La loi stipulait la présence obligatoire de l’archevêque (d’Uppsala) et des évêques, mais le roi pouvait faire entrer au Conseil autant de laïcs qu’il le souhaitait, même si la loi en limitait théoriquement le nombre à douze.

7Déterminer qui sont les conseillers est une entreprise difficile, dans la mesure où « conseiller » n’est pas un titre que les membres des conseils portent, sauf exception, en dehors des réunions. Pour la période située entre 1375 et 1397, cent quarante-quatre conseillers ont été identifiés, dont trente-sept ecclésiastiques (seize Danois, onze Suédois et dix Norvégiens). Pour les laïcs, il faut compter les officiers de la Couronne, les chevaliers et écuyers, en tout un groupe plus fourni, aux contours moins nets. Raphaëlle Schott identifie soixante conseillers avérés, mais rappelle qu’il y en a aussi quarante-sept autres probables. Certains, pourtant assidus aux réunions, restent mal identifiés, parce qu’ils appartenaient sans doute à de petits lignages. De plus, le contour de ces groupes reste quelque peu brouillé par l’existence des « hommes du royaume ». Les grandes réunions des « conseillers et hommes du royaume » étaient des occasions de recrutement de nouveaux conseillers et, parmi les recommandations données par Marguerite à Erik, figurait l’idée qu’il fallait « convoquer tantôt les uns, tantôt les autres » (p. 136).

8Les conseillers ecclésiastiques étaient membres de droit du Conseil, mais le choix des autres conseillers pouvait relever de plusieurs facteurs, choix du roi ou du Conseil, pression de l’aristocratie, recherche d’un expert ou, au contraire, mise de côté d’un opposant notoire sur un sujet donné. Aucune lettre de nomination officielle n’a été conservée pour la période étudiée. Pour une bonne part, les conseillers de Marguerite étaient, dans les trois royaumes, déjà membres du Conseil sous ses prédécesseurs. Un peu plus d’une moitié de nouveaux conseillers furent recrutés après son accession au pouvoir. En Suède, le Conseil était déjà en majorité opposé au roi Albert de Mecklembourg, ce qui explique malgré tout la conservation d’une grande partie d’entre eux. Certains conseillers apparaissent dans plusieurs royaumes à la fois, en particulier vers la fin de la période étudiée, lorsque se mit en place un mode de gouvernement plus centralisé.

9Le Conseil norvégien était le plus stable des trois Conseils scandinaves. Composé en majorité de prélats instruits, 75 % de ses membres y furent convoqués pendant plus de dix ans. Le Conseil danois apparaît en revanche comme le moins stable : les laïcs y jouaient un rôle plus important et 40 % d’entre eux eurent des carrières brèves. Il semble que Marguerite ait été plus libre de faire entrer, ou sortir, autour d’un petit noyau de conseillers fidèles et d’officiers de la Couronne, de nouvelles recrues en plus grand nombre. Cette marge de manœuvre était moins possible en Suède, où il semble que les conseillers étaient nommés à vie. Dans ce royaume, les conseillers qui avaient été les exécuteurs testamentaires de Bo Jonsson (Grip) et les électeurs de Marguerite conservèrent leur influence jusqu’à la mise en place officielle de l’Union de Kalmar.

10II – Des assemblées aristocratiques.

11La deuxième partie de l’étude propose une sociographie des conseillers. Les trois royaumes scandinaves, malgré, comme le souligne Raphaëlle Schott, « des épisodes d’histoire commune » (p. 187), présentent des différences très marquées en ce qui concerne les rapports entre le roi et l’aristocratie. En Suède, le Conseil était presque exclusivement composé d’aristocrates qui étaient de très grands propriétaires fonciers – ils transformèrent le Conseil en véritable organe de défense de leurs intérêts. Il faut attendre la fin de la période pour que les sources montrent l’entrée d’hommes nouveaux et plus modestes, mais ils ne réussirent ni à faire carrière, ni à changer le profil sociologique du Conseil suédois. En Norvège, la haute aristocratie des « barons » exerçait une grande influence au Conseil, tout comme celle des « meliores regni » au Danemark, mais des conseillers appartenant à des lignages modestes furent aussi recrutés : certains lignages intégrèrent en quelques générations le cercle des plus puissantes familles, comme les Thot et les Rozenkrantz au Danemark.

12Déterminer l’origine géographique des membres des Conseils est plus ardu : le domaine principal des membres de l’aristocratie n’est pas toujours facile à préciser. Souvent propriétaires de terres situées dans des régions variées d’un même royaume, voire dans plusieurs royaumes scandinaves, ils avaient un mode de vie marqué par une grande mobilité. Pour plus de la moitié des conseillers, a été simplement retenue comme région d’origine celle dans laquelle ils possédaient leurs plus grands domaines. Il apparaît clairement, dans les trois royaumes, que les régions périphériques étaient rarement représentées. En Norvège, les conseillers venaient de régions variées et le Conseil pouvait ainsi aspirer à être un véritable organe représentatif. Au Danemark, les conseillers étaient principalement originaires des îles. En Suède, bien que le recrutement fût équilibré entre les grandes régions du Svealand et du Götaland, soit le centre et le Sud du royaume, les conseillers venaient principalement de l’Est, en particulier de l’Uppland et du Södermanland.

13Parmi les nouveaux conseillers recrutés, on peut noter toutefois la présence accrue d’aristocrates originaires de régions plus éloignées des centres du pouvoir, comme le Jutland, la Scanie et la Finlande, sauf en Norvège, où les nouveaux recrutements eurent surtout lieu dans l’aristocratie originaire du Sud-Est du royaume, plus proche du Danemark où Marguerite et Erik résidaient le plus souvent. Il faut enfin souligner le recrutement d’aristocrates implantés de part et d’autre des frontières des royaumes, dont la mobilité même correspondait parfaitement au projet politique de l’Union.

14III – Des assemblées monarchiques.

15La dernière partie de l’ouvrage s’attache à mettre en relief les liens entre le roi et les conseillers. C’est dans cette partie que Raphaëlle Schott utilise au mieux les méthodes de la prosopographie pour retracer des carrières et montrer l’émergence de « serviteurs de l’État ». Cette partie, sans aucun doute la plus novatrice, éclaire de façon particulièrement nette les stratégies politiques de Marguerite et d’Erik de Poméranie, au-delà de la réforme de 1388, par laquelle, au Danemark, les officiers du royaume furent remplacés par des officiers de Cour. Ces derniers, plus attachés au pouvoir central, étaient appelés à agir au-delà du cadre du seul Danemark, dans l’ensemble de ce qui constituait déjà une union des trois royaumes.

16Raphaëlle Schott montre combien Marguerite et Erik surent créer autour d’eux un groupe d’officiers fidèles, aux compétences clairement définies. Un petit noyau cumula les offices et fit de longues carrières. Souvent originaires du Sjælland, ils étaient favorables au programme centralisateur mis en place par Marguerite. Une manière de lutter contre les forces centrifuges fut de choisir dans le corps des officiers et des conseillers les créditeurs de la Couronne, auxquels était confié un pantlän (un fief-en-gage, sur lequel le créditeur se remboursait du prêt octroyé en administrant directement la région). Marguerite les choisissait de préférence dans le clergé, pour éviter tout risque de privatisation par un lignage. Quant aux fiefs eux-mêmes, il s’agissait de terres de la Couronne, dépourvues de forteresses et situées parfois dans des régions périphériques, que l’administration de ces officiers contribuait à relier plus étroitement au pouvoir central. Comme le montre l’exemple du Jämtland, province norvégienne confiée à l’archevêque d’Uppsala Henrik Karlsson, la méthode permettait aussi de mieux construire l’Union.

17Parmi les conseillers plus récents, il faut mentionner la forte présence des hommes d’armes ou des marins, voire des corsaires. Ils permirent à Marguerite de renforcer sa position en Suède et dans la Baltique, en particulier pendant les temps troublés de la lutte contre Albert de Mecklembourg et ses alliés allemands, notamment les fameux Vitalienbrüder. Plusieurs exemples montrent que Marguerite sut récompenser généreusement ceux qui l’avaient aidée à triompher de ses ennemis. Les ambassadeurs qui agissaient au nom de la reine furent aussi choisis parmi les conseillers. Ainsi, l’ambassade qui, en 1406, fut envoyée en Angleterre pour négocier le contrat de mariage entre Erik et Philippa d’Angleterre, était composée de membres des trois Conseils scandinaves qui étaient tous très proches de la reine. Il était toutefois plus fréquent que Marguerite accordât sa confiance à son entourage danois.

18Marguerite et Erik firent entrer plusieurs lignages nouveaux dans les Conseils. La greffe prit, sauf en Suède, où la vieille aristocratie était jalouse de ses prérogatives. Le Conseil suédois se distinguait aussi des deux autres Conseils nordiques en étant formé autour d’un parti clairement défini, celui des opposants au roi Albert de Mecklembourg. Raphaëlle Schott montre qu’en Norvège et au Danemark, les souverains de l’Union jouèrent un rôle actif dans la constitution des réseaux au sein de l’aristocratie, encourageant – ou décourageant – certaines unions et permettant l’intégration de nouvelles familles au sein des vieux lignages. Dans ces deux royaumes, le service du prince était, en effet, devenu la source principale des revenus de l’aristocratie. Le Conseil suédois résistait à ce schéma, selon Raphaëlle Schott en raison de « pesanteurs sociales et géographiques » (p. 424), mais qui peuvent aussi être le signe d’une plus grande indépendance politique vis-à-vis du souverain. Dans ce royaume, on peut toutefois aussi observer, comme dans les deux autres royaumes scandinaves, la constitution d’alliances au-delà des frontières, ce qui correspondait parfaitement au projet des souverains de l’Union.

19La conclusion reprend la liste de ceux qui scellèrent le Traité d’Union. Les dix-sept conseillers, cinq clercs et douze laïcs, étaient originaires des trois royaumes et ils étaient, pour la plupart, des officiers et des conseillers appartenant à haute aristocratie. Leur fidélité à Marguerite ne fait aucun doute et ils semblaient tous favorables à une organisation centralisée de l’Union. Il est probable que ces hommes aient formé le premier Conseil internordique. Longtemps vu comme une tentative pour limiter le pouvoir royal, le Traité d’Union faisait probablement partie d’une simple mise en scène cherchant à rallier les élites inquiètes à cause des transformations politiques. Cette proposition originale permet de résoudre de manière convaincante les contradictions de cet étrange document.

20Les annexes sont particulièrement fournies : outre les tableaux qui présentent les résultats des enquêtes prosopographiques, les index ont été conçus avec une grande clarté et se révèlent très utiles. Enfin, les traductions de la charte de couronnement d’Erik de Poméranie et de l’Acte d’Union de 1397 sont proposées en intégralité.

21L’ouvrage constitue donc une thèse solide et bien structurée, qui fournit aux chercheurs francophones un éclairage particulièrement vif sur l’action politique de Marguerite et de son entourage. Raphaëlle Schott montre, s’il le fallait encore, que la Scandinavie médiévale connut, à un rythme propre, des changements politiques qui ne peuvent se comprendre qu’à l’aune des grandes évolutions qui touchèrent le reste de l’Occident médiéval. La parfaite connaissance des travaux concernant le pouvoir français a permis à Raphaëlle Schott de mettre au point des questionnements pertinents et d’offrir un travail constamment enrichi par une approche comparatiste.

Notes

1 Raphaëlle Schott justifie cette traduction de l’expression « Fullmäktiga fru och rätta husbonde » à la page 35.

2 Uffe Geer Madsen, « Det danske Rigsråd adelige medlemmer 1375-1457 [Les membres nobles du Conseil danois 1375-1457] », Dansk Historisk Tidskrift, 1989, p. 1-35.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Péneau, « Raphaëlle Schott, Les Conseillers au service de la reine Marguerite. Étude des Riksråd nordiques (1375-1397) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2014, mis en ligne le 05 janvier 2018, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/14196

Haut de page

Auteur

Corinne Péneau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals