Navigation – Plan du site

Ambedeus. Une forme de la relation à l’autre au Moyen Âge, dir. C. Becchia, M. Chaigne-Legouy et L. Tabard

Pierre-Anne Forcadet
Référence(s) :

Ambedeus. Une forme de la relation à l’autre au Moyen Âge, dir. C. Becchia, M. Chaigne-Legouy et L. Tabard, Paris, PUPS, 2016, 250 p.

ISBN 979-10-231-0535-3

Texte intégral

1Quoiqu’assez étrangement il n’en soit jamais fait mention, cet ouvrage résulte de journées d’études organisées en 2011 par Questes, un groupe des jeunes chercheurs médiévistes créé à la Sorbonne en 2001. La plupart des articles mettent donc en lumière les thèses de doctorat des auteurs, qui ont souvent été soutenues depuis lors, soit en reprenant leurs conclusions, soit en étendant les recherches.

2La notion qui rassemble ces travaux et donne son titre à l’ouvrage – ambedeus – paraît tout à fait neuve et intéressante, reposant sur une observation terminologique selon laquelle il n’existe plus en français moderne de mot pour désigner ce rapport de dualité, « unité formée par deux entités », comme tel était le cas au Moyen Âge et comme il existe encore dans plusieurs langues étrangères. Malheureusement, le lecteur risque d’être ensuite un peu déçu car les avant-propos, introduction et conclusion ne développent guère la réflexion sur la notion et surtout parce que les articles jouent trop rarement le jeu de faire rentrer leur sujet dans le thème précis de l’ouvrage. Il en découle le sentiment diffus qu’absolument toute « relation à l’autre » aurait pu avoir vocation à y être traitée et le vaste catalogue détaillé plus bas en témoigne un peu. En dehors peut-être de la première (« Normes, crises et transgressions du couple conjugal »), le découpage en trois parties ne permet guère d’étayer une structure beaucoup plus rigoureuse : ainsi, l’article sur les étrangers à la commune en Italie aurait tout aussi bien pu appartenir à la deuxième partie intitulée « Former un duo : le lien social et politique » qu’à la dernière, « Du couple au double : entre ambivalence et pensée de la différence ».

3Mais qu’importe finalement, car cette remarque sur la cohésion des articles entre eux, essentiellement formelle, n’enlève rien à la très grande qualité de la plupart des études considérées individuellement.

4Le premier article, de Sarah Vandamme, prend l’exemple angevin du XIVe siècle pour illustrer la place centrale du couple royal et reconsidérer la place de la reine au détriment de « l’image traditionnelle de la reine médiévale comme pion stratégique et comme ventre reproducteur » (p. 31). Mais en constatant toujours évidemment une asymétrie en faveur de l’homme, surtout quand la reine est héritière du trône et qu’elle doit trouver un roi « consors », comme Jeanne Ière à la mort de Robert le Sage en 1343.

5L’article de Chloé Chalumeau porte ensuite sur l’histoire passionnante de Tristan et Blanchandine que met en scène la chanson de Tristan de Nanteuil, qui voit les protagonistes se désirer et s’aimer même après un changement de sexe magique de l’un d’eux. L’étude propose une analyse subtile de cette « œuvre qui fait du héros épique non pas un donné mais une construction » (p. 39), ce qui est typique de la littérature d’origine orale où la représentation sociale compte plus que l’individualité. Mais alors, dans les tentations homosexuelles résultant des péripéties de genre, il faut peut-être voir l’aspiration chrétienne à l’unité (una caro), la neutralité sexuelle ou l’androgynie de l’ange plutôt que la subversion (la quatrième de couverture évoque la transgression) des modèles sexuels dominants, perçue précisément dans une conception identitaire.

6Emilie Deschellette analyse ensuite dans la littérature l’ambigüité de la relation de couple sous l’angle du mystère de la procréation, qui peut faire intervenir des forces surnaturelles, en particulier pour la naissance de héros comme Alexandre. Procréation qui par ailleurs introduit un tiers.

7Magali Cheynet, à propos de deux chansons de geste, Ami et Amile et Anseïs de Carthage, reconstitue un savant dialogue entre plusieurs versions autour d’un même thème, celui de la femme de Putiphar qui accuse Joseph après avoir tenté sans succès de le séduire et des conséquences terribles qui en découlent. Et puis plus généralement le thème des doubles qui troublent les couples.

8Pierre Levron entame la seconde partie de l’ouvrage par une étude dans certains romans, comme par exemple Jehan et Blonde de Philippe de Rémi, sur la « médiation » exercée par le médecin ou celui qui s’essaie à tirer de sa mélancolie un personnage atrabilaire. Restaurer par cette relation le lien rompu avec l’ensemble de la société en raison de troubles de l’humeur, voilà qui n’est pas sans faire penser à la psychanalyse moderne.

9Isabelle Coumert de son côté se penche sur la relation entre le maître et l’élève au travers notamment de l’histoire de Lancelot, orphelin qui trouve ainsi plusieurs relations paternelles de substitution. Il s’agit d’ailleurs plutôt de maïeutique que d’un rapport d’autorité magistrale, pour révéler le « bon instinct de sa naissance ».

10Diane Chamboduc de Saint Pulgent traite ensuite des relations commerciales et financières dans la ville de Lucques, toute entière consacrée à la soierie, notamment à partir des archives de Causes civiles de la Cour des marchands, en particulier pour l’année 1372. Des rapports de pouvoir complexes s’articulent surtout autour de la pratique de l’avance sur paiement.

  • 1 R. Feenstra, « Jean de Blanot et la formule rex franciae in regno suo princeps est », Études d’hist (...)

11L’étude du Songe du Vergier était un passage obligé tant l’œuvre repose sur un et même plusieurs dialogues bilatéraux, entre le clerc et le chevalier, et dans l’analyse de Sophie Serra aussi entre le roi et son conseiller. Une imprécision dommageable toutefois dans cet article (p. 131) : issue de la bulle Per venerabilem, la célèbre formule pour affirmer l’indépendance politique des États est « rex nullum recognoscat superiorem in terris » et non pas comme il est suggéré « le roi est empereur en son royaume », qui apparaît plus tardivement dans le siècle. Jacques Krynen, qui est cité, a dû être lu trop rapidement et d’autres références pouvaient être apportées1.

12Morwenna Coquelin traite de la riche et complexe relation entre un seigneur et sa ville, en l’occurrence Erfurt à la fin du Moyen Âge, où l’on voit en outre que l’empereur peut également intervenir. Quelques photos en couleur illustrent le propos.

13En s’appuyant sur la peinture hollandaise du XVe siècle (ce qui permet d’agrémenter l’étude de pas moins de huit superbes reproductions de tableaux), l’article de Delphine Rabier livre une réflexion sur le lien entre le dévot, souvent commanditaire d’une œuvre, et le saint patron qui y est représenté. De subtils jeux de miroirs notamment manifestent l’intercession divine du saint rendue ainsi accessible ici-bas.

  • 2 L’individu au Moyen Âge. Individuation et individualisation avant la modernité, dir. B. Bedos-Rezak (...)

14Aude-Marie Certin met ensuite en évidence une évolution passionnante du lien père-fils à la fin du Moyen Âge en le confrontant (elle aussi, pourrait-on dire) à la notion d’individuation2. Alors en effet que « la paternité divine est au cœur de l’anthropologie chrétienne médiévale et en constitue l’horizon ultime », par la suite « la relation au père devient en elle-même une métaphore de l’ordre divin, où l’homme se construit en se pensant à l’image du père, consacrant ce faisant la dignité de l’homme chère aux hommes de la Renaissance » (p. 198-199).

15Camille Rouxpetel évoque l’altérité, notamment théologique, au travers des livres de Riccoldo da Monte, missionnaire auprès des chrétiens d’Orient au moment crucial de la chute d’Acre. Nestoriens et jacobites sont en effet considérés comme hérétiques à la fin du XIIIe siècle.

16Enfin Cédric Quertier pense une autre altérité, celle de l’étranger par rapport au citoyen dans les communes du nord de l’Italie entre le XIIe et le XVe siècle. Les statuts juridiques sont variés et souvent sévères pour les migrants et au-delà du droit les frontières sont incertaines. Il s’agit surtout de « définir les normes de comportement respectueuses du Bon gouvernement par rapport à un antimonde extérieur » (p. 226).

Notes

1 R. Feenstra, « Jean de Blanot et la formule rex franciae in regno suo princeps est », Études d’histoire du droit canonique dédiées à Gabriel Le Bras, Paris, 1965, t. 2, p. 885-895 ; F. Calasso, « Origini italiane della formula Rex in regno suo imperator est », Rivista di storia del diritto italiano, III, 1930, p. 213-259.

2 L’individu au Moyen Âge. Individuation et individualisation avant la modernité, dir. B. Bedos-Rezak et D. Iogna-Prat, Paris, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Anne Forcadet, « Ambedeus. Une forme de la relation à l’autre au Moyen Âge, dir. C. Becchia, M. Chaigne-Legouy et L. Tabard  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2016, mis en ligne le 05 janvier 2018, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/14202

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals