Navigation – Plan du site

Jean de Meun et la culture médiévale. Littérature, art, sciences et droit aux derniers siècles du Moyen Âge, sous la direction de Jean-Patrice Boudet, Philippe Haugeard, Silvère Menegaldo et François Ploton-Nicollet

Françoise Michaud-Fréjaville
Référence(s) :

Jean de Meun et la culture médiévale. Littérature, art, sciences et droit aux derniers siècles du Moyen Âge, sous la direction de Jean-Patrice Boudet, Philippe Haugeard, Silvère Menegaldo et François Ploton-Nicollet, Rennes, Presses Universitaires de Rennes (coll. « Interférences »), 2017, 373 p.

ISBN : 978-2-7535-5896-0

Texte intégral

  • 1 Nathalie Coilly, Marie-Hélène Tesnière, Le Roman de la Rose. L’Art d’aimer au Moyen Âge, Catalogue (...)

1Ce recueil contient l’essentiel des communications présentées par les meilleurs connaisseurs, lors du colloque tenu à Orléans et au château de Meung-sur-Loire en mai 2014, après qu’une exposition sur le Roman de la Rose ait eu lieu à Paris en 20121. Cette rencontre a cherché à envisager l’ensemble de l’œuvre de celui qui est connu sous l’appellation géographique de la ville du bord de Loire et n’est pas seulement l’auteur de tout ou partie du Roman de la Rose, mais aussi de traductions du Latin adressées au roi Philippe le Bel et à Jean de Brienne (et d’autres perdues) et de poèmes qui très tôt furent considérés comme devant accompagner ce Roman, dont il faut rappeler qu’il fut le très grand succès médiéval de la langue française, avec plus de 325 manuscrits encore conservés, des incunables et une vingtaine d’éditions jusqu’en 1538. Une bibliographie, indicative, de près de 110 titres suit les textes.

2Les 15 communications, après l’avant-propos de Philippe Haugeard et Silvère Menegaldo, sont regroupées en trois centres d’intérêt : l’intrigant personnage connu sous deux noms aussi mystérieux l’un que l’autre : Jean Chopinel – ou Clopinel – et Jean de Meun, soit donc tout d’abord « l’auteur et ses avatars » ; puis vient « l’intellectuel et le traducteur » permettant de considérer l’œuvre sous divers aspects : le poète d’un discours sur l’amour (incluant bien d’autres éléments) et du Testament, le traducteur de Boèce, Végèce et des Lettres d’Héloïse et Abélard ; enfin sont abordés les échos chez d’autres auteurs des dernières générations du Moyen Âge et les images qui ont accompagné des versions manuscrites. Les redites et les contradictions semblent inévitables d’une partie et d’un développement à l’autre.

  • 2 Jean Mesqui, « La famille de Meung et ses alliances. Un lignage orléanais du XIe au XIIe siècle », (...)

3Qui était Jean de Meun ? Avec une courageuse minutie et des annexes détaillées, Charles Vulliez déchiffre des traces dans trois lieux distincts. Dans la vallée de la Loire, un clerc Jean de Meun, archidiacre de Beauce (après 1283), qui pourrait être membre d’une famille de la seigneurie éponyme2, a laissé un testament en janvier 1298 (n. st.), distribuant des aumônes en Orléanais et l’obituaire de la cathédrale Sainte-Croix en conservait la mémoire. Ce Jean-là pourrait-il être celui qui était auparavant à Bologne dans les années 1260 et participa à une ambassade Napolitaine en 1269 ? Enfin, un Maître Jean de Meun fut également connu à Paris pour avoir habité, avant 1305, l’hôtel de la Tournelle à l’extrémité sud de la grand’ rue (-Saint-Jacques) et avoir eu une épitaphe aux Jacobins. On ne saurait trancher, sinon qu’il est rappelé plus loin dans cette publication (H. Biu, p. 291), qu’il n’était pas le propriétaire de cet hôtel, contrairement à ce qu’on lit dans un acte de 1499, et que ce n’est pas lui qui le légua en 1305 aux Jacobins, sous réserve d’usufruit. Il n’y aurait, ainsi, pas d’opposition à un seul testament, orléanais. L’affaire n’est pas close, on s’en doute ! Jean Strubel s’attaque à celui qui passe pour l’auteur (ou l’un des auteurs) du Roman : Jean de Meun, Jean Chopinel, certes, mais surtout ce « Je » qui se démultiplie dans les divers discours et dont les copistes ont eu quelques difficultés à permettre de distinguer qui parle et comment les paroles se répondent-elles, entre le rêve, le rêveur et l’écrivain. Sylvie Lefèvre, par l’examen d’une filiation de copies manuscrites (les B…) que rapprochent remaniements, rajouts, interpolations, coupes, rubriques, arrive à suggérer le point de départ d’une fin du XIIIe siècle à cette famille de copies. Dans la multiplicité de parentés, il ne lui semble pas vraiment opérant de rechercher une voie onomastique entre Chopinel et Clopinel (et même Thopinel) pour déterminer le nom véritable ou emprunté de celui qui s’avère être ensuite le non moins énigmatique « Jean de Meun ». Christopher Lucken reprend la question des « auteurs » du Roman : à la suite de D. Gunn et de R. Dragonetti, il propose de considérer l’ensemble comme sortant de la plume – et des idées – d’un unique auteur qui aurait inventé Guillaume de Lorris, sa mort, et la reprise quarante ans après par un autre (Chopinel, Jean de Meun ou un tiers !). La première partie seule ne figure que dans un unique manuscrit, c’est l’ensemble (avec des variantes et des longueurs inégales) qui fut lu et copié, illustré, discuté, contesté jusqu’au milieu du XVIe siècle. Soit ! C’est improuvé mais incite fort à la réflexion. Patricia Stirnemann, afin de mieux cerner le poète, a consacré sa participation au dédicataire de la traduction du Livre de chevalerie de Végèce, offerte en 1284 à Jean II de Brienne († 1294) ; cela lui permet d’examiner l’aire d’expansion des illustrateurs du Roman à la fin du XIIIe siècle, repérés pour d’autres textes en Picardie, Amiénois, Champagne, entre autres autour de Philippe de Beaumanoir († 1296) et de la famille de Mahaut d’Artois. Notons ainsi, un peu perplexe, que cette recherche éloigne plus encore notre Jean de Meun des bords de Loire.

4Dans la seconde partie sont réunis les exposés sur la place de Jean de Meun dans les milieux intellectuels de son temps. Constant J. Mews cherche à le situer dans les querelles universitaires qui agitèrent Paris après 1269 et lui restitue un cheminement d’Orléans à Paris (au fort de la crise des Mendiants), puis le passage à Bologne (où il rédige le Roman), et le retour consacré aux traductions du latin, donc revoilà les trois Jean en un. Ce raisonnement est bâti autour de la critique des ordres mendiants, et de manière plus générale de l’hypocrisie religieuse dénoncée par Jean de Meun, et se fonde également sur la condamnation de 1277 par l’évêque de Paris Étienne Tempier (un Orléanais) de propositions enseignées à la faculté des Arts de la capitale, propositions qui pouvaient peut-être viser aussi, indirectement, l’auteur « orléanais » du Roman. Abandonnant la question biographique et géographique, c’est contre l’affirmation d’un « encyclopédisme » désordonné du Roman de la Rose que, dans son long article, Jean-Marc Mandosio essaie de caractériser les discours présents dans l’œuvre comme un travail véritablement poétique, voire prophétique. Le « Miroir as amoureux » de Jean de Meun veut d’abord laisser derrière lui la partie de Guillaume de Lorris (donc d’un autre que lui-même ?), la dépasser et, tout en continuant la quête de la Rose, exposer en parallèle la science de l’Amour, de tous les amours, l’inassouvi, le feint, l’amical, le parental. L’analyse des discours de Raison, l’Ami et la Vieille (l’érotologie humaine) et ceux de l’Auteur, de Nature et de Genius (l’érotologie mondaine) permettrait ainsi de saisir le pourquoi et le comment de l’utilisation didactique des exempla, des échecs, de l’alchimie, de l’astrologie, des histoires de l’Antiquité pour exposer le projet divin d’une théologie de l’amour, qui n’est autre que la loi naturelle. Antoine Calvet revient, sur les traces de Pierre-Yves Badel, à l’influence que le Roman a pu exercer par ses 84 vers alchimiques dans la littérature postérieure ; son auteur a en effet passé pour un savant, un scientifique talentueux. Revenant sur les personnes, Françoise Vielliard pencherait pour distinguer le Jean de Meun parisien du Jean ligéro-bolognais, mais avoue que rien n’est sûr, on peut la comprendre… Ce qui est avéré est sa notoriété, due à son long poème du Roman qui aurait provoqué la conservation certaine de trois des cinq traductions qu’il a énumérées comme siennes dans le prologue de la Consolation de Boèce, offerte au roi Philippe le Bel. Mais la plupart des manuscrits retrouvés des dites traductions n’annoncent pas qu’il en est l’auteur (pour le Boèce, cinq le citent, sur la vingtaine des plus anciens connus) ou alors des épigones ont recopié le prologue et donné leur propre traduction, se parant d’une renommée flatteuse, parfois d’ailleurs, embellie. Le Livre Vegece de Chevalerie, commandé par Jean II de Brienne en 1284, n’est pas associé à son nom dans les manuscrits conservés mais l’est dans le catalogue de la librairie de Charles V, une référence prestigieuse. Les Epistres d’Héloïse et Abélard traduites, auxquelles le Roman fait allusion à plusieurs reprises, sont partiellement reprises et à lui attribuées dans un manuscrit copié par Gontier Col (v. 1395). Jean-Marie Fritz revient sur ces intrigantes traductions, et tente de leur donner une meilleure place dans la suite des œuvres du poète et d’atténuer le clivage auteur/traducteur, en repartant du début du prologue de la traduction (v. 1303-1305) de la Consolation (bel et bien attribué à notre auteur dans la version la plus diffusée d’une traduction anonyme… qui n’est pas celle de Jean de Meun, comme rappelé plus haut). De fait, le Roman est truffé de passages qui semblent des traductions. Quant aux Épistres d’Héloïse et Abélard, la traduction conservée est loin d’être exemplaire, peut-être en raison d’une copie sur une version défectueuse. À partir de comparaisons lexicales (en particulier autour des termes « réconfort », « confort », « desconfort ») dans la Consolation, les Épistres et le Roman, la parenté du traducteur des deux premières est plausible. Ces mises en parallèle sont inopérantes pour le Roman qui, outre une forme versifiée contraignante, ne donne jamais de traductions mot à mot des textes où il puise pourtant une partie de ses discours. Avouons que nous finissons par parfois perdre la corde que nous devrions tenir pour parvenir à un bon gouvernement de nos idées sur l’œuvre et l’auteur.

5La troisième partie s’intéresse à certaines lectures médiévales du Roman et enfin à ses enluminures. Miren Lacassagne et Thierry Lassabatère, dont on connaît les travaux sur Eustache Deschamps, reprenant eux aussi pour le Roman l’idée d’« un seul auteur en deux », mettent face à face la quête de la rose et Le lay de Franchise (on peut, disons-le, être étonnée de voir comparer 153 vers d’un côté à plus de 21 700 de l’autre), car ils sont tous deux la quête du désir partagé, ce qui est une critique de la « courtoisie ». Néanmoins, il n’y a pas de rêve chez Deschamps, différence majeure nous semble-t-il. En élargissant quand même le corpus de la très abondante œuvre du Me des Eaux et Forêts de Louis Ier d’Orléans, on peut y retrouver les thèmes du regret de l’Âge d’or perverti par les convoiteurs, le désir de propriété et de puissance critiqués dans le Roman. Cependant, si l’intrusion de la hiérarchie tempérée par une légitimité royale issue d’une même source biblique (I Samuel, X, 1-24) ne donne pas chez l’un et l’autre poète une semblable lecture, à partir de sources latines également communes, les deux auteurs ont néanmoins les mêmes propos misogynes. Hélène Biu, dans un texte qui eût pu être plus court, rappelle que si Jean de Meun fit un rêve il devint lui même un revenant, dans L’apparicion Maistre Jehan de Meun (1398). Honorat Bovet († 1409), ici « le Prieur », dans le jardin de la maison des Tournelle du poète, mort depuis des décennies, assiste en songe à la rencontre de l’auteur du Roman et d’un philosophe, d’un juif et d’un sarrasin, figures réprouvées qui vont faire une dure critique de l’état du royaume de France. Ce sont cependant les illustrations, du type « dessins d’encre », de deux manuscrits parisiens (les 17 de l’exemplaire pour Jean de Montaigu et les 11 pour Valentine Visconti) et dues à deux mains différentes qui peuvent permettre de considérer les relations entre l’éveil et le songe, l’imagination et la réflexion, l’auteur, Bovet, et son double exemplaire et magistral, Jean de Meun. On peut, de fait, se demander si ce Jean de Meun-là n’est pas plutôt l’auteur du Testament que celui du Roman, un modèle de vertu et un prétexte à une déploration sur la dégradation des mœurs du temps. Avec Earl Jeffrey Richards, l’on en vient à l’analyse du vocabulaire du Débat sur le Roman de la Rose (1401-1402). Entre les rhodophiles (Jean de Montreuil, Gontier et Pierre Col) et les rhodophobes (Christine de Pizan et Jean Gerson), issus du même milieu des hauts fonctionnaires du début du XIVe siècle, la « proximité stylométrique » des lettres échangées est une preuve de division au sein de la cour royale sur la question des domaines de la Vérité : le « scientifique » et « l’éthique ou religieux », car on ne peut être soi et son contraire. Marie-Hélène Tesnière, en scrutant le manuscrit BnF français 1563, met en valeur un compilateur partisan, « disciple et défenseur » de Jean de Meun. Ce volume contient, outre une version du Roman, le Testament et le Codicille à lui clairement attribués, cinq lettres du Débat, La voie de Povreté et de Richesse de Jacques Bryant (1342) et une ballade sur l’amour loyal ; deux mains plus tardives ont ajouté deux textes. L’ensemble devait être une réponse à Christine de Pizan. Les chapitres du Jaloux et de Raison présentent avec la vulgate (ici citée dans l’édition Lecoy) des remaniements intéressants et subtils : pour le premier, les variantes donnent aux discours et à l’attitude de l’homme moins de brutalité, et présentent la femme comme une mégère coquette ; pour ce qui est de Raison, ces changements lui rendent sa place de fille de Dieu, et les diverses formes d’amour sont simplifiées, voire omises, pour présenter Raison encore plus sage. Ces modifications et interpolations montrent une très fine connaissance du Roman et des lettres du Débat, gauchissements cependant difficiles à attribuer à Pierre Col lui-même dans ce manuscrit précis. La cohérence du texte remanié se montre aussi dans les modestes 58 miniatures, insérées à l’emplacement du texte, celui-ci étant alors décalé en marge, et qui illustrent uniquement l’art d’aimer (liste en annexe). Une autre interprétation du Roman est donnée par Élodie Gidoin avec le ms. Douce 195 de la Bodleian (Oxford), illustré par l’un des maîtres de la fin du XVe siècle, Robinet Testard. Outre le talent incontestable du peintre, l’intérêt par rapport à d’autres illustrations du même ouvrage est le report fréquent des scènes dans un Orient fantasmé, dont la représentation de la castration de Saturne sert à clore l’Âge d’or, un âge que Testard a peint comme policé, idyllique, et non sauvage. Dans la scène du mari jaloux, là bien occidentale, le peintre fait de l’homme un être négligé au faciès brutal, et de la femme une placide fileuse devant l’âtre et quand, ailleurs, l’homme la traine par les cheveux, c’est avec un acharnement indécent, preuve d’une démente jalousie. Testard complète ainsi la critique que faisait le poète.

6En conclusion, Jean-Patrice Boudet, au-delà des discussions et nouvelles interprétations sur les Jean de Meun, l’auteur ou les auteurs du Roman, revient sur les liens de ce long poème, « satirique et mordant », avec les graves tensions de la fin du XIIIe siècle universitaire parisien. Le succès montre néanmoins qu’il a pu conquérir un public non universitaire ou clérical presque fasciné par le foisonnement des discours et des images.

7Ce recueil est certainement une étape importante dans la recherche textuelle, iconographique et même biographique d’un des plus célèbres poèmes français médiéval ; il reste peut-être à chercher combien de femmes, à part l’étonnante Christine de Pizan, ont eu l’audace ou même le droit de le lire avant nos consœurs universitaires du siècle dernier et du nôtre.

Notes

1 Nathalie Coilly, Marie-Hélène Tesnière, Le Roman de la Rose. L’Art d’aimer au Moyen Âge, Catalogue de l’exposition, Paris, BnF/Le Seuil, 2012.

2 Jean Mesqui, « La famille de Meung et ses alliances. Un lignage orléanais du XIe au XIIe siècle », Bulletin de la Société Archéologique et Historique de l’Orléanais, nlle série, t. XXII, n° 171 (2014), p. 5-66.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Michaud-Fréjaville, « Jean de Meun et la culture médiévale. Littérature, art, sciences et droit aux derniers siècles du Moyen Âge, sous la direction de Jean-Patrice Boudet, Philippe Haugeard, Silvère Menegaldo et François Ploton-Nicollet », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2017, mis en ligne le 06 mars 2018, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/14221

Haut de page

Auteur

Françoise Michaud-Fréjaville

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals