Navigation – Plan du site

Chiara Frugoni, Vivre en famille au Moyen Âge

Françoise Michaud-Fréjaville
Référence(s) :

Chiara Frugoni, Vivre en famille au Moyen Âge (traduit de l’italien par Jérôme Savereux), Paris, Les Belles Lettres, 2017, 211 fig., 352 p.

ISBN : 978-2-251-44733-9

Texte intégral

1Cet ouvrage a paru la même année en Italie, sous le titre original Vivere nel medioevo, qui convenait beaucoup mieux à cette succession de huit chapitres. Le propos annonce une réflexion sur la vie de famille à la double lumière des textes et des images, les deux derniers chapitres, non sans valeur intrinsèque, ne répondent guère à ce projet précis, et les cinq premiers, très partiellement. On doit néanmoins se réjouir d’emblée d’une remarquable qualité technique de l’iconographie, cela permet une fort bonne lecture des ensembles et des détails, avec des couleurs très généralement justes et fines des détails bien choisis. L’auteur, on le sait, est depuis des décennies une spécialiste de l’histoire religieuse italienne et de la lecture dialoguée des textes et des images et l’on retrouve ici son talent d’exposition : personnel, vif et parfois amusé.

2Le propos commence par la chambre « Bonheur domestique, le lit, ses usages », la pièce « chambre » est ici considérée comme le cœur de toute résidence, le lieu des conceptions d’enfants, des naissances, des rencontres, des papotages et aussi celui, chez les – très – grands, de la Justice (les « lits » de justice), le meuble lit étant lui-même de diverses nature et fabrication. On en vient (chapitre 2) au début de la vie : ce sont « Les périls du berceau » avec le supplice des langes, les risques de la mise en nourrice, les chutes depuis le berceau et, plus tard, les accidents divers et les mauvaises rencontres ; le corollaire en sont les talismans contre les divers dangers, et même le petit Jésus porte au cou le fragment de corail protecteur. L’importante mortalité infantile amène à s’interroger sur l’amour parental, dont le couple Marie et Joseph est évidemment un modèle particulier : « Survivre » est effectivement difficile, si l’on suit le chapitre 3. Les mauvaises nourrices, les étouffements accidentels (disait-on), mais aussi les hécatombes dues à la peste et les œuvres du Diable sont confrontés aux visions idylliques de familles aimantes, telles celles de la parenté de la Vierge avec les gentils petits cousins du Christ, ou aux représentations de la protection de saints envers les hôpitaux qui accueillent les enfants orphelins. Sortis des langes contraignants, les petits (ici pas de petites), en chemise, font leurs « Premiers pas » (chapitre 4) et l’on reconnaît les déambulateurs des bébés des Quatre Âges de la vie ; puis marcher amène à se pencher trop aux fenêtres ou à se trouver face aux diaboliques pièges de la rue, cette violence serait peut-être conjurée par la multiplication des tendres représentations de Madones à l’enfant. Grandir demande un encadrement : « Qui apprenait à lire et à écrire ? » interroge-t-on au chapitre 5. Les petits cousins du Christ sont ici encore choisis comme exemples : aux côtés de mères aimantes, on les voit, pour les aînés, penchés sur des livres, mémoriser des passages et pour l’un des plus jeunes, entouré d’images, lire un feuillet de travers ; les imagiers montrent les tablettes, où se pratiquait l’écriture, mais rappellent aussi la férule du maître ; d’autres enfants sont apprentis ou servantes, voire esclaves, soumis à des ordres parfois dangereux, mais il faut passer vite, les fort nombreux orphelins sont liquidés en… huit lignes (p. 161). Les enfants, quelle chance, jouent aussi, c’est ce que décrit le chapitre 6, en posant comme principe « beaucoup de jeu, peu de jouets » ; les petites filles ont-elles toutes des poupées, comme les présentent quelques portraits de princesses ou de fillettes que Charité élève ou qui viennent au Christ laissant venir les petits enfants vers lui ? Visiblement, elles n’auraient rien d’autre, sinon de rares dinettes de terre cuite… Les garçons (et aussi des adultes) ont des jeux d’extérieur selon les saisons : la chasse aux papillons, les boules de neige, et tous les divertissements peints par Peter Brueghel vers 1560. Une bonne partie des quatre-vingts jeux de la centaine d’enfants – bien davantage encore de garçons que de filles – du tableau sont, si l’on ose dire, scrutés avec empathie, avant que tout le monde ne rentre à la maison.

3Et puis, la vie de famille s’arrêterait-elle-là ? Le chapitre 7 « Une chambre à soi », n’aborde qu’un type de « famille » très particulier : les femmes au couvent, seule façon de s’accomplir pour les filles qui ne veulent, ou ne peuvent, se marier. Ces femmes, outre leurs devoirs de prières, et pour certaines d’administration et d’accueil, auront des activités intellectuelles et artistiques que leur donne, parfois, le modèle marial fantasmé. On évoque ainsi l’illustratrice de l’Apocalypse de Beatus de Liebana, les brodeuses d’Altemberg an der Lahn, et, surtout les auteures de l’Hortus deliciarum sous la crosse de Herrade de Landsberg, ou Humilité de Faenza dont la vie peinte la montre en permanence un livre à la main. De la clôture des nonnes, on passe à l’évocation des déplacements des hommes : « En chemin et en voyage », car au Moyen Âge le trafic des hommes est intense (chapitre 8). On va en ville, où les rues sont étroites et sales, vides et muettes la nuit et sonores le jour du vacarme des métiers des piaillements d’enfants et du son des cloches. On va de ville en village au long des routes difficiles, en pèlerinage personnel et pour autrui, les lieux en sont décrits par des guides, Rome en particulier dont les Antiques sont davantage prisés que les basiliques.

4On a essayé d’être honnête, mais il faut avouer que la perplexité grandit au fur et à mesure que l’on avance dans cet ensemble fort incohérent qui se termine abruptement, sans conclusion aucune, et est, néanmoins, tout à fait prenant, ne serait-ce que par les surprises, les remarques, les objections, les divergences qui surgissent aux yeux et dans la tête de la lectrice que je suis, presque à chaque fois que je tourne une page. La science n’est pas ici en cause : les 278 notes, l’index nominum, l’abondance des images sont effectivement la marque d’une grande culture de l’écrit et des images. Mais l’on ne peut s’empêcher de trouver l’ensemble finalement bien peu représentatif de la réalité médiévale, à l’exception du commentaire de Breughel issu, disons-le car non cités, des travaux plus que centenaires d’Alfons de Cock et Isidor Teirlinck (Kinderspel en Kinderslust in Zuid-Nederland, Gand, 1902-1908). Que dire pour ne pas faire un stupide procès en règle qui serait mal venu, surtout inutile. C’est une description très mondaine et aristocratique, essentiellement de l’Italie urbaine des XIVe-XVIe siècles, que de très grands auteurs et artistes, bien sûr aux services stipendiés des puissants, ont proposée à leurs distinguées lectrices et lecteurs disposant de temps pour lire et pour méditer les images : soit moins de 10% de la population… Pour n’aborder que le premier chapitre, dans un occident où l’essentiel de la population habite en famille parfois à plus de trois générations dans une ou deux pièces, que ce soit derrière l’atelier villageois ou dans la ferme rurale (ce qui est finalement constaté en six mots, p. 188, à propos des jeux), la pièce retirée et confortable où l’ange vient trouver Marie est un rêve, les riches couches à rideaux et baldaquins sont des fantasmes inaccessibles (p. 32-33), le lit n’est certes pas la pièce maitresse du mas, du chesal ou de la « locature ». Et, oui, chère collègue, une princesse, dans la littérature du monde entier, sentira toujours le fameux petit pois fut-ce sous dix ou douze matelas et couettes (p. 42-43). De son côté, le voyageur racontera toujours avoir dû coucher avec ses hôtes ou ses compagnons de voyage, souvent avec les deux, et je préfère m’arrêter là.

5Sur le fond, on ne reviendra que sur un point, surprenant quand même : comment faire entrer dans « une chambre à soi » (ainsi qu’avait traduit Clara Malraux le titre de A Room of Ones’ Own de Virginia Woolf, 1928) une civilisation dans laquelle, justement, la femme (et fort peu d’hommes) n’avait pas de chambre où se retirer toute seule ? Le chapitre 6, consacré en grande partie sous ce titre aux religieuses, me semble entretenir une étrange ambiguïté : les moniales intellectuelles qui copient et illustrent des ouvrages ne le font pas dans leurs cellules (quand elles ne sont pas en dortoir avec des rideaux), mais dans des scriptoria disposant de matériel et d’un minimum de confort (cheminées ou brasero) et elles n’ont sûrement pas le droit d’écrire dans leur lit, comme les Héroïdes revues par Robinet Testard pour les princes flamands. Celle qui a du talent est aidée des petites mains, pour toujours oubliées, qui écrasent les couleurs, préparent les liants, cousent et parfois réparent les peaux, lavent les récipients, font le ménage de l’atelier… Les merveilleuses broderies, qui ne viennent pas toutes d’orient, on le sait, sont un travail collectif, tout comme faire des confitures…

6Enfin, et je termine par là, ce livre pose d’évidents problèmes de traduction et de relecture. Les âges du petit Mattheus Schwarz sont approximatifs dans le texte alors qu’il les a lui-même inscrits sous les images (3 ans 6 mois, fig. 26 ; et 2 ans 9 mois, fig. 28) ; p. 96, parmi les personnages de « l’idyllique » retable de sainte Gertrude de Nivelles, dans la parentèle de sainte Anne, le frère de Jacques le majeur et fils de Marie Salomé n’est certainement pas Jean-Baptiste, mais bien l’évangéliste ; (p. 166) des « esclaves » existaient dans le monde méditerranéen urbain, la Vierge, néanmoins, ne peut se dire « esclave » mais bien ancilla domini (Lc, 1, 38) « servante » du seigneur, car elle était accordée en justes fiançailles à un homme de la lignée de David ! Guibert de Nogent fut d’abord bénédictin avant de devenir historien et théologien (p. 159). Les fillettes (p. 241), qui chez Broeghel tournent telles des derviches n’étalent pas leurs italianisantes « soutanes » mais leurs jupes (ou leurs jupons) ; p. 200, c’est une rambarde plutôt qu’une corniche qui est escaladée ; p. 203 : au simulacre de baptême, est-ce un « fagot (?) » invisible ou un fardeau empaqueté qui est porté en procession ? ; p. 241, dans le commentaire de l’échelle vers le ciel, entre le moine et l’ermite, nous avons un « reclus/inclusus » et non un « détenu » qui n’aurait rien à faire parmi les mauvais religieux dénoncés dans l’Hortus ; Humilité de Faenza n’était pas abbesse de Vallombreuse mais d’une abbaye vallombrosienne (p. 242) ; p. 258, ce sont des « consoles » et non des « contrevents » qui soutiennent les balcons ; p. 273, les voyageurs font-ils l’aumône ou bien plutôt la demandent-ils ? ; p. 289, l’usage français appelle Phocas (et non Foca) l’empereur qui céda le Panthéon de Rome au pape Boniface IV. On ne relèvera ici, gentiment, que deux des fautes d’impression : p. 159, n. 152, rendons son nom à Edmond-René Labande (ici devenu Lalande) ; et p. 217, c’est bien sûr au temps de la mortalité et non de la moralité que Boccace a situé son Decameron.

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Michaud-Fréjaville, « Chiara Frugoni, Vivre en famille au Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2017, mis en ligne le 13 avril 2018, consulté le 19 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/14230

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals