Navigation – Plan du site

AccueilPublications en ligneRecensions par année de publication2018Obscène Moyen Âge ? Sous la direc...

2018

Obscène Moyen Âge ? Sous la direction de Nelly Labère

Katell Lavéant
Référence(s) :

Obscène Moyen Âge ? Sous la direction de Nelly Labère, Paris, Champion, 2015, 396 p.

ISBN 978-2-7453-2853-3

Texte intégral

1Cet ouvrage se veut non pas un recueil d’articles, mais une œuvre collective, dont les différentes sections furent prises en charge par une ou deux personnes dans le réseau de recherche décrit en fin de volume. On indiquera donc ici, pour la discussion de chapitres spécifiques, les noms des spécialistes les ayant dirigés, tout en gardant à l’esprit que les différentes parties de ce livre ont fait le fruit d’une intense collaboration.

2« Je suis un essai », affirme-t-il en ouverture dans un stimulant « Avis aux vilains » (p. 7). Essai, cet ouvrage l’est autant par la forme d’écriture revendiquée que par l’approche de son objet, cette obscénité médiévale si difficile à saisir et à comprendre, malgré sa présence explosive dans nombre de textes. De fait, il ne s’agit pas tant de proposer une étude exhaustive d’un corpus obscène dont on serait bien en peine de poser les limites que d’envisager, à travers différents champs d’expression littéraire, le « dispositif obscène » (p. 27-30) s’offrant aux lecteurs, auditeurs et spectateurs d’alors comme aux chercheurs d’aujourd’hui. La recherche formelle proposée par l’équipe dirigée par Nelly Labère dans cette entreprise d’écriture collective reflète ce souci de se libérer d’un format trop contraignant. Cette liberté d’écriture bienvenue – et même nécessaire, nous disent ces auteurs – offre ainsi un parcours au fil d’œuvres et de genres dans lesquelles l’obscénité n’est nullement un accident ou une intrusion, mais plutôt un mode d’expression parallèle de préoccupations qui jouxtent, au cœur des œuvres envisagées, d’autres discours considérés comme plus recevables.

3C’est autour de la double étymologie (d’ailleurs débattue) du terme, rappelée dans les différentes sections du livre, que s’articule cette réflexion : entre les scaevus et caenum impurs et infâmes d’une part, et le non-montrable qui se doit de rester hors scène, ob scaena, d’autre part. Un enjeu majeur de l’ouvrage est alors de revenir aux emplois du terme « obscène » et de ses synonymes dans les sources étudiées, tout en s’ouvrant à des réflexions théoriques modernes sur l’obscénité. Il s’agit également de mettre à l’honneur, à côté de textes connus, des œuvres plus marginales, pour dépasser les réflexions déjà existantes sur les classiques constamment mises en avant sur le sujet, Roman de la Rose en tête (p. 23-25). Le dénominateur commun du corpus ainsi abordé, ou au moins son point de convergence le plus immédiat, est la dimension performative potentielle ou avérée des textes étudiés, dont l’oralité, la théâtralité ou la possibilité de mise en scène répond à l’évidence à une modalité essentielle de l’obscénité.

4Pour ce faire, des outils transdisciplinaires sont convoqués (p. 24). Il ne faut cependant pas attendre une étude qui intègrerait explicitement des données d’histoire culturelle ou d’histoire de l’art, et des analyses iconographiques, politiques ou sociales. La transdisciplinarité passe ici par la mise en perspective de l’analyse littéraire via l’anthropologie, le droit (Section I), la psychanalyse (Section III.2), la codicologie (Introduction et section III.1), l’analyse performative (Section II.1 et Section IV), voire des pistes en histoire du livre (Section V.2). L’ancrage reste donc solidement littéraire, puisqu’à l’exception de la Section I sur le statut juridique de l’obscénité au Moyen Âge, les auteurs se concentrent sur l’analyse de textes littéraires. Loin d’être une faiblesse, cette focalisation se fait avec raison : il s’agit d’abord de mettre en regard des textes et des genres dont l’obscénité est bien, mais aussi mal connue, tels les fabliaux et les farces, et d’autres, poétiques en particulier, qu’il était urgent de (re)découvrir.

5Le chapitre « Obscénité et droit au Moyen Âge » (Aurelle Levasseur) passe en revue les différentes situations de surgissement de l’obscénité dans l’espace public, d’abord au regard de la justice populaire : traditions telles que le charivari, expressions de la vindicte collective ou accomplissement de la justice devant la foule dans le cas des exécutions et des punitions publiques. L’analyse du droit canonique et du droit romain met également en évidence des situations pouvant être ou devenir obscènes pendant les différentes phases d’une procédure d’enquête (par exemple l’obtention d’aveux sous la torture) et de procès, telle la lecture d’injures et de mots obscènes devant la cour ou leur enregistrement dans les minutes de la procédure.

6Dans la Section II, « Chanter l’obscène », le chapitre de Katy Bernard (« Les dés du duc ») propose une analyse fine des points de contact entre obscénité, grivoiserie et érotisme dans la poésie de Guillaume IX d’Aquitaine. Dans ce cas précis, la question est d’autant plus pertinente que les poèmes licencieux de ce dernier ont souvent été taxés d’anti-courtoisie, posant la question de leur statut dans l’œuvre du premier représentant identifié de la lyrique occitane et de la fin’amor. K. Bernard démontre que, bien que déconcertants, ces poèmes ne sont en rien en opposition avec le reste du corpus du prince poète. Ils en représentent une variation célébrant la liberté sexuelle, qui explore d’autres modalités du champ poétique amoureux, en jouant sur des images courtoises comme sur d’autres plus crues. C’est bien ici un cas de poésie grivoise plutôt qu’obscène qui est mis au jour, dans la mesure où ces textes n’ont pas tant pour but de choquer le lecteur que de renforcer la communauté des compagnons du poète en jouant sur l’érotisme et le rire. K. Bernard montre aussi, par une analyse de la mise en scène que le poète fait des situations piquantes et de lui-même, que ces textes ne sont pas des véhicules de la misogynie et de l’antiféminisme : la connivence y est de mise entre amants et amantes.

7La bigarrure des registres courtois et obscène au sein d’un même corpus est également au centre du chapitre suivant, « Dire ou ne pas dire » (Madeleine Jeay). L’attention portée aux recueils poétiques de la fin du Moyen Âge complète le tour d’horizon amorcé avec la poésie en occitan, notamment en ce qui concerne la place de la misogynie et le travail sur les champs lexicaux et métaphoriques de l’obscène. M. Jeay y souligne l’importance d’étudier à la fois des recueils qui se veulent divers dans le florilège poétique qu’ils offrent, tels le Jardin de Plaisance et d’autres recueils anonymes, et la poésie obscène d’auteurs de premier plan, tels Charles d’Orléans et son entourage, ou Jean Molinet.

8La section III, « Obscénité et fabliaux », s’ouvre de nouveau par une mise en perspective hors du champ proprement littéraire, avec une courte étude codicologique de Tania van Hemelryck, à lire en parallèle avec celle qu’elle offre dans l’introduction sur un griffonnage de ce qui semble être un Christ ithyphallique dans un manuscrit du IXe siècle. Ces deux études, très brèves, amorcent cependant des pistes de réflexion intéressantes pour l’application des méthodes d’analyse codicologique à d’autres manuscrits qui donnent à voir l’obscénité là où ne l’attendait pas, ou la cachent justement là où on pourrait l’attendre. Nelly Labère propose ensuite, dans le chapitre « Corps-ne-ment », une réflexion d’ampleur sur des fabliaux ayant déjà largement attiré l’attention de la critique pour leur contenu obscène. L’auteur propose de revoir les critères d’évaluation de l’obscène par rapport aux études précédentes en les remplaçant par de nouvelles grilles d’interprétation autour des lieux, des termes, des objets obscènes, notamment à l’aide d’une étude systématique des catégories lexicales. La question de la fragmentation des corps y est évidemment centrale. Celle de la violence, notamment faite aux femmes par le viol, est évoquée plus rapidement, et l’on pourra regretter que ce champ d’étude ne donne pas lieu ici à une analyse du rapport complexe entre corps et vouloir féminin, ni à une enquête sur la vision du corps féminin soumis à la domination masculine. Une telle approche aurait complété celle proposée par K. Bernard, mais N. Labère évoque dans une note une future poursuite de cette piste via la perception des gender studies.

9La section IV est consacrée à l’obscénité dans les arts dramatiques (1450-1550). Estelle Doudet et Jelle Koopmans y proposent une étude qui couvre le répertoire dramatique en français, après avoir cerné l’objet « théâtre médiéval » par des lignes d’analyse désormais acquises pour les spécialistes, mais qui forment une synthèse utile pour qui connaîtrait moins ce domaine. L’analyse des personnages et scènes obscènes dans les pièces religieuses montre que « la dissonance obscène s’avère une harmonique essentielle à l’architecture du mystère » (p. 238). Leur utilisation dans les jeux moraux, selon une définition formulée ailleurs par E. Doudet, permet de mettre en scène des débats religieux, en particulier dans les premiers temps de la Réforme protestante. Dans les pièces joyeuses, c’est autant le langage (latin comme vernaculaire) que le geste que l’obscénité permet d’interroger. Enjeu majeur d’un art spectaculaire, cette dernière pose la question de ce qu’on peut montrer, non pas tant pour interroger les limites de la décence que celles de l’intérêt de la dramaturgie. Le mot sur scène, qui dit ce qui est absent (cet ob-scène/hors scène que l’on ne montre pas), n’est-il pas en effet une manière plus efficace de jouer avec l’intelligence du public et sa connaissance des ressorts dramatiques, qu’un dévoilement total des gestes et de l’acte sexuels, finalement pauvres en signification ?

10La cinquième et dernière section propose « deux regards renaissants sur l’obscène médiéval ». Roland Béhar analyse le cas d’un recueil de poèmes obscènes composé par un humaniste italien, Antonio Beccadelli. L’Hermaphrodite (« publié » sans doute en 1425-26) pose la question de l’héritage antique. Faut-il, pour les auteurs s’inscrivant dans le grand mouvement d’imitation des auteurs antiques dans l’Italie de la Renaissance, imiter aussi les vers obscènes des poètes romains les plus célèbres ? Si l’on peut s’étonner de la présence de cette étude dans un volume consacré pour le reste au domaine en français, son objet a l’intérêt d’aider à cerner la circulation et la re-création d’un vocabulaire de l’obscénité en latin qui prolonge de manière utile celles mises en avant dans le chapitre précédent (notamment par l’analyse de pièces utilisant du latin macaronique pour souligner la grivoiserie des interactions entre les personnages). De même, les deux chapitres se répondent utilement sur l’importance de l’obscénité comme élément structurel et architectural d’une œuvre, qu’elle soit théâtrale ou poétique. 

11Le travail de R. Béhar permet également de saisir une charnière essentielle, celle par laquelle s’articule la réflexion des humanistes sur l’obscène non seulement antique, mais aussi médiéval. En cela, elle fonctionne en parallèle avec la dernière contribution du volume, celle de Peter Frei sur « Le Moyen Âge obscène de la Renaissance » dépeint dans l’œuvre de Rabelais et de ses imitateurs. P. Frei s’interroge sur les sources médiévales, déjà considérées comme obscènes au XVIe siècle, dont Rabelais s’est inspiré pour y inscrire le monde des géants de ses romans, en s’arrêtant en partie sur les Chroniques gargantuines. Il rapproche ainsi les reproches adressés par les moralistes contemporains de Rabelais de ceux faits plus tôt à Jean de Meun et sa continuation du Roman de la Rose, mais aussi de la critique d’une littérature de plus en plus souvent jugée comme scandaleuse, quoiqu’encore très populaire au XVIe siècle, celle des romans de chevalerie. Selon P. Frei, c’est d’ailleurs cette popularité qui expliquerait qu’une « anthologie d’un Moyen Âge obscène » se retrouve proposée dans les Chroniques, pour des motifs d’abord commerciaux. Mais au-delà des motivations mercantiles, l’auteur souligne que ce travail sur les sources médiévales du monde rabelaisien se présente aussi bien comme une œuvre de déconstruction de ses modèles.

12En somme, c’est un ouvrage riche et qui renouvelle l’analyse de l’obscénité dans des œuvres connues ou moins connues de la littérature médiévale, notamment tardive. Il n’épuise pas les pistes d’interprétation ni les groupements de textes, dont de nombreux restent encore à explorer, en particulier parmi ceux qui naissent au XVIe siècle dans l’ensemble large de la littérature joyeuse imprimée, qui s’inspire largement des thématiques médiévales. Mais les nouvelles grilles de lecture proposées pourront heureusement inspirer les chercheurs et chercheuses s’intéressant à ces textes encore peu explorés, comme ceux et celles qui souhaitent prolonger ce renouvellement des approches de textes mieux balisés. Il appelle également une suite, qui approfondirait le versant de la réception de ces œuvres et figures obscènes par leurs publics, contemporain comme postérieur. On ne peut que souhaiter que les auteurs de cet ouvrage poursuivent en ce sens leur réflexion, rigoureuse et stimulante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Katell Lavéant, « Obscène Moyen Âge ? Sous la direction de Nelly Labère  »Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], Recensions par année de publication, mis en ligne le 24 juin 2018, consulté le 04 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/crm/14282 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crm.14282

Haut de page

Auteur

Katell Lavéant

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search