Navigation – Plan du site

Mémoire épique et Génie du lieu, études réunies par Caroline Cazanave

Gauthier Grüber
Référence(s) :

Mémoire épique et Génie du lieu, études réunies par Caroline Cazanave, Lille, Centre d’études médiévales et dialectales de Lille 3, Bien Dire et Bien Aprandre, hors série n°2, 2017, 379 p.

ISBN 978-2-90730-118-3

Texte intégral

1« La ‘fleur des histoires épiques’ est d’une espèce qui se révèle immédiatement voyageuse ». Ainsi débute le deuxième hors série de la collection « Bien Dire et Bien Aprandre » du Centre d’études médiévales et dialectales de Lille 3, dédié à Marie-Madeleine Castellani, et dont la thématique est celle de la translatio épique. Plus exactement, le présent volume s’attache à montrer, de manière fort convaincante, à travers une importante étude introductive et une dizaine d’articles réunis par Caroline Cazanave, comment le « travail de mémoire fleurit sous la dépendance de contextes chronologiques et d’influences locales ». On repense, à la lecture de cet ouvrage, à la pensée de P. Zumthor sur le rapport ambigu des poèmes épiques avec le temps, ceux-ci proposant « une adhésion à un passé fictif, résorbé dans l’intensité d’un présent désidéral » (cité p. 221).

2L’introduction, couvrant plus d’une centaine de pages (p. 9 à 135), permet à C. Cazanave de poser les jalons nécessaires à la compréhension de cette translatio des chansons de geste. L’auteure nous propose tout d’abord d’« imager » son propos en analysant la gravure d’Hendrick Goltzius, Fama et Historia (1586). De fait, cette œuvre illustre parfaitement l’ambition de l’ouvrage : rendre compte de la dualité entre un fait, un livre et sa renommée, travaillée par le temps et l’espace.

3La deuxième section de l’introduction revient sur l’importance des lieux de réception et d’émission des chansons de geste, en s’attachant notamment à analyser l’évolution du cycle de Garin de Monglane, dans les différentes versions en vers, puis en prose. Comme l’écrit justement l’auteure : « la mémoire des anciens textes est remontée à la surface [à chaque réécriture] pour être retravaillée et pour mettre au point une autre cohérence, structurelle et thématique ».

4Quittant alors le domaine médiéval proprement dit, C. Cazanave ouvre sa réflexion à la diffusion des textes épiques dans tous leurs avatars, qu’ils soient littéraires, musicaux, filmiques ou folkloriques (ce qui constitue l’apport le plus original du recueil). C’est cette incarnation toujours renouvelée de la chanson de geste qui servira désormais de fil rouge à l’ouvrage. Chaque section de l’introduction permet ainsi à l’auteure d’offrir un large panorama de cette translatio épique bien définie. On découvre ainsi l’intense activité locale de certains sites qui se revendiquent « historiques », avec les inévitables querelles de clochers qui en découlent (c’est le cas par exemple de la bataille de Narbonne). C. Cazanave revient également, de manière critique, sur l’importante production théâtrale s’inspirant avec plus ou moins de succès du Cycle du roi, mais aussi sur des reprises romanesques plus connues, notamment celles de la Bibliothèque Bleue, ou plus modernes et moins célèbres.

5L’auteure met également en lumière trois modes de réécriture trop peu connus des chansons de geste. Tout d’abord, C. Cazanave revient, avec force détails, sur les jeux ritualisés des autos de Floripes, dans la culture lusophone. Puis, à travers un hommage à Jean-Claude Maggi, l’auteure nous présente le travail de l’écrivain et montreur de marionnettes liégeois, qui a déployé la figure traditionnelle de « Tchantchès » dans de nombreuses pièces circulant dans le fonds carolingien. On appréciera d’ailleurs de retrouver en annexe à l’ouvrage deux textes des spectacles de J.-C. Maggi, ce qui permet au lecteur de se familiariser avec la truculence d’une réécriture souvent jubilatoire. Enfin, la huitième section de l’introduction est consacrée à la littérature de cordel, ces fascicules (folhetos) de poésies populaires brésiliens qui voient revivre les exploits des Douze Pairs.

6La deuxième partie de l’ouvrage, elle-même composée de quatre subdivisions, vient illustrer, au travers d’articles variés, le « génie du lieu épique » dans divers types de translation.

  • 1 J. Bédier, « De l’édition princeps de la Chanson de Roland aux éditions les plus récentes ; nouvell (...)

7Christopher Lucken, dans son article « De la Chanson de Roland au manuscrit d’Oxford » (p. 141 à 164), revient tout d’abord sur la « découverte » du Roland. Cette contribution constitue un excellent complément à la série d’articles de Joseph Bédier consacrée au même sujet1, mais dans une approche différente. C. Lucken s’intéresse en effet moins à l’histoire des « découvreurs » de l’œuvre, notamment Francisque Michel, qu’à la pensée qui a guidé cette découverte, notamment au travers de l’histoire du « chant de Taillefer ».

8Sarah Baudelle-Michels illustre quant à elle les tentatives d’« appropriations géographiques » (p. 165 à 176) dont peut être victime une geste, à savoir ici celle des Quatre fils Aymon. La conclusion de son article donne cependant lieu d’espérer que les querelles géographiques puissent être dépassées grâce à une « prise de conscience d’une culture authentiquement européenne », qu’illustre un projet de « Route européenne des Quatre fils Aymon ».

9C’est au bouleversement de sens que peut subir une œuvre dans son passage du vers à la prose que s’attache ensuite Hélène Gallé dans son article « Le Département des enfanz Aymeri ou L’Inévitable loy du tems et du destin textuels » (p. 179 à 205). En s’appuyant sur l’analyse de très nombreuses citations, l’auteure montre, fidèle à l’esprit de l’ouvrage, que même si « l’histoire [s’est] maintenue dans les mémoires, le temps a sur elle exercé son œuvre ». Ainsi, sous la plume d’un auteur qui « n’apprécie rien tant que l’ordre, la mesure et la morale », la chanson de geste s’est assagie au profit d’une vision très hiérarchisée de la société.

10Dans le même esprit, Mari Bacquin s’attache aux « pérégrinations d’un récit : l’exemple de Théseus de Cologne » (p. 207 à 220). L’auteure, après nous avoir brièvement présenté cette chanson de geste du XIVe siècle, nous montre « les traces de sa dérive à travers le temps et l’histoire », tout d’abord dans un miracle contemporain de l’épopée originelle et qui en reprend un épisode précis, puis dans deux réécritures en prose, la première à la gloire des Dammartin, la seconde (composée par Jean Servion) dont il ne reste plus de manuscrit. L’article met en lumière, notamment à travers l’exemple de la première mise en prose de Théseus, l’importance du destinataire dans la compréhension des réécritures épiques.

11Jean-Claude Vallecalle, dans son article « Aquilon de Bavière ou la réinvention de la mémoire » (p. 221 à 232), revient quant à lui sur ce renouvellement épique dans le cadre des réécritures franco-italiennes du XIVe siècle. L’auteur, dans une démonstration convaincante et richement illustrée, s’attache à analyser la dualité entre l’œuvre originale et son adaptation par Raffaele da Verona. L’article se termine par une réflexion sur la mélancolie d’une œuvre qui constitue un « monumentum aere perennius » de la chanson de geste.

12Dans « Le Couronnement du roi Louis de Julius Zeyer » (p. 235 à 247), Miroslva Novotna revient sur la tétralogie tchèque Karolinska epopeja (L’épopée carolingienne), « composition agglomérante » reprenant, entre autres, Berthe au grand pied, Renaut de Montauban, la Chanson de Roland et le Couronnement de Louis. C’est à cette dernière partie que s’intéresse l’auteure, et notamment à ses procédés narratifs (thème du rêve, jeu sur les contrastes, etc.). Au final, l’œuvre de Julius Zeyer, par sa tentative de modernisation des chansons de geste, apparaît comme « un hommage vibrant à la littérature médiévale française ».

13Dans un style différent, les folhetos brésiliens incarnent une autre forme de réinterprétation du Cycle du roi, qu’analyse Martine Kunz dans « La Geste de Charlemagne ou l’histoire métissée d’un texte à plusieurs voix » (p. 249 à 260). On appréciera les propositions de reconstitutions historiques qui ont conduit à ces poésies populaires d’inspiration médiévale, ainsi que la précieuse bibliographie.

14Deux articles s’intéressent finalement au répertoire des marionnettes liégeoises et à leurs rapports avec la matière épique, celui de Marc Le Person, « Fierabras dans le théâtre des marionnettes liégeoises » (p. 263 à 287) et celui de Caroline Cazanave, « Le Milles et Amys de Jean-Claude Maggi. La réception théâtrale à Liège d’une légende incroyablement remaniée » (p. 289 à 316). Le premier article revient de manière très méthodique sur les composantes de la représentation dans le Théâtre de marionnettes de Liège, puis analyse précisément les ressemblances et les divergences entre les réécritures théâtrales et leurs sources épiques. Caroline Cazanave s’intéresse quant à elle plus particulièrement à la translatio de la chanson d’Ami et Amile jusqu’à sa reprise par J.-Cl. Maggi, dont l’auteure nous donne un résumé complet, ainsi qu’une analyse très précise (notamment des trouvailles burlesques).

15Le dernier article du recueil, « Charlemagne en pays malabar. Enjeux locaux » (p. 317 à 328), de Gilles Tarabout, s’intéresse à une autre forme de réécriture théâtrale, propre à l’état indien de Kérala. Le Chavittu Nâtakam est une forme de spectacle héritée de la littérature édifiante populaire venue des jésuites portugais et d’inspiration épique. L’auteur revient avec force détails sur l’histoire de ce théâtre qui a failli disparaître, du fait de son appartenance à un groupe social minoritaire. On appréciera la description précise des différentes composantes du spectacle et le soin apporté dans la présentation de la situation artistique et historique de ces formes inconnues en Europe.

16L’ouvrage s’achève sur trois annexes déjà citées (deux adaptations de Fierabras et une d’Ami et Amile), occasion de goûter « l’humour de récréation » du théâtre de marionnettes liégeoises et de découvrir le personnage de Tchantchés.

  • 2 On appréciera, au-delà de la qualité des réflexions et l’immense répertoire présenté, l’abondance d (...)

17Au final, ce recueil apporte toute satisfaction aux lecteurs curieux des pérégrinations épiques, hors de leurs sentiers traditionnels, et démontre, si besoin en était encore, que « l’importance [des chansons de geste] pour le panorama littéraire mondiale continue à se manifester »2.

Notes

1 J. Bédier, « De l’édition princeps de la Chanson de Roland aux éditions les plus récentes ; nouvelles remarques sur l’art d’établir les anciens textes », premier article, Romania, 63, 1937, p. 433-469 ; deuxième article, Romania, 64, 1938, p. 145-244 ; troisième article, Romania, 64, 1938, p. 489-521.

2 On appréciera, au-delà de la qualité des réflexions et l’immense répertoire présenté, l’abondance des notes de l’ouvrage. On pourra tout au plus regretter l’absence d’un index, qui n’est certes pas obligatoire, mais aurait constitué un utile outil de travail face aux nombreuses références convoquées dans le volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gauthier Grüber, « Mémoire épique et Génie du lieu, études réunies par Caroline Cazanave  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2017, mis en ligne le 24 juin 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/14306

Haut de page

Auteur

Gauthier Grüber

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals