Navigation – Plan du site

Arthur, la mer et la guerre, sous la direction d’Alban Gautier, Marc Rolland et Michelle Szkilnik

Lise Fuertes
Référence(s) :

Arthur, la mer et la guerre, sous la direction d’Alban Gautier, Marc Rolland et Michelle Szkilnik, Paris, Classiques Garnier, 2017, 345 p.

ISBN 978-2-406-06103-8

Texte intégral

1Les éditeurs scientifiques de ce volume d’actes du colloque organisé par l’Université du Littoral Côte d’Opale à Boulogne-sur-Mer du 22 au 24 mai 2014 affirment à juste titre l’intérêt de faire « tenir ensemble » « la mer et la guerre […] quand on parle des univers arthuriens. » D’un point de vue historique, le statut insulaire de la Grande-Bretagne et le déclenchement de conflits durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge par des peuples venus par voie maritime justifient déjà à eux seuls le croisement de ces thématiques. D’un point de vue littéraire, chez Geoffroy de Monmouth comme chez Wace, Arthur est un souverain expansionniste, dont l’empire doit inclure, selon une prophétie de Merlin, non seulement la Bretagne insulaire, mais aussi une bonne partie du continent, ce qui implique bien sûr des expéditions maritimes. Rien d’étonnant alors à ce que l’étude des combats navals entre Bretagne et continent, sous l’égide de la figure emblématique d’Arthur, se situe au carrefour de disciplines diverses.

2L’ouvrage adopte une double perspective intéressante. D’abord, son propos transdisciplinaire lui permet d’étudier les modalités narratives et esthétiques selon lesquelles les trois thématiques se rencontrent dans les productions « arthuriennes », au sens le plus large du terme. Il s’inscrit également dans une perspective diachronique, déroulant l’évolution de la dimension « maritime » d’un roi à l’origine plutôt « terrien » jusque dans les réécritures les plus récentes de la matière arthurienne.

3La première partie, intitulée « La mer et la guerre à ‘l’âge d’Arthur’ (IVe-VIIe siècle) », constitue une très utile mise en contexte historiographique et archéologique sur les différents types de navigation dans l’archipel britannique, à l’époque où le roi Arthur (ou son modèle) est censé avoir existé.

4Malgré la maigreur des sources archéologiques et en émettant les réserves d’usage sur les sources écrites, Simon Esmonde-Cleary définit les zones maritimes environnant la Bretagne, particulièrement la mer celtique, c’est-à-dire la mer mouillant la côte ouest de la Bretagne, du Pays de Galles aux îles Hébrides, comme des lieux propices à différentes pratiques de navigation et, sans doute, de conflits.

5Par une mise en perspective des sources latines écrites entre les IVe et VIe siècle, Stéphane Lebecq détaille la terminologie employée pour désigner les différents peuples opposés aux Romains, souvent regroupés sous le terme de « barbares » (Pictes, Scots et Saxons), et explique très clairement la variété des navires employés pour leurs raids et invasions, expéditions guerrières qui déboucheront sur la transformation progressive des antiques Britannia et Caledonia en « terre des Anglo-Saxons » et « terre des Scots ». Seule la partie ouest de la Bretagne reste fidèle à une culture brittonique qui donnera naissance à la légende arthurienne. Se constitue alors la physionomie de la Bretagne arthurienne telle que nous la connaissons dans les premiers écrits mentionnant le roi Arthur.

6L’article suivant se focalise sur l’adventus Saxonum, débarquement en Bretagne des ennemis héréditaires du roi Arthur, les Saxons. Sans prétendre en reconstituer exactement le déroulement, Alban Gautier compare les récits qu’en font différentes chroniques, qui s’échelonnent de la première moitié du VIe siècle (le De excidio Britanniae de Gildas) au XIIe siècle (l’Historia regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth). Il insiste sur le caractère topique du récit de l’adventus, dont les constantes narratives – l’arrivée en bateaux, le caractère guerrier et le nombre de navires – sont complexifiées et amplifiées par les auteurs successifs, dans des objectifs de propagande politique attachés à des dynasties du sud-est et de l’ouest de l’Angleterre. Le chercheur revient aussi sur la question récurrente du nom des bateaux utilisés par les Saxons (naves, puppes ou cyulae), signe du statut essentiellement maritime de ce peuple durant le haut Moyen Âge. Quant aux tres cyulae, les trois premiers navires à l’origine de l’adventus Saxonum, leur nombre possède surtout un caractère symbolique qui se retrouve dans différents récits d’origines de peuples ou de dynasties.

7La contribution de Krista R. L. Kapphahn se centre sur un autre aspect d’Arthur, celui du roi surnaturel confronté à l’Autre Monde décrit dans le poème en moyen gallois Preiddeu Annwn (ou The spoils of Annwn). Accompagné de ses guerriers et du barde Taliesin, Arthur prend pied sur l’île d’Annwn, dotée d’une forteresse de verre, pour accomplir trois missions : délivrer un otage et ramener deux prises, un chaudron magique et le bœuf ych brych. En se fondant sur les travaux de spécialistes, la chercheuse rapproche ces motifs de ceux, relativement similaires, présents dans les triades irlandaises, le conte gallois Culhwch ac Olwen et les branches du Mabinogi. Se dresse ainsi le portrait d’Arthur comme un envahisseur venu de la mer, bravant les dangers de ce milieu mouvant et inconstant et neutralisant les forces surnaturelles de l’île où il débarque. Mais le motif du « chaudron de renaissance » l’apparente aussi à un guerrier courageux protecteur de son île de Bretagne. Arthur s’inscrit donc dans la lignée de la royauté guerrière celte dont il accomplit quelques uns des rites mythiques.

8La deuxième partie de l’ouvrage, intitulée « La mer et la guerre dans la littérature arthurienne du Moyen Âge (XIe-XVe siècle) », prend pour objet d’étude des récits qui constituent le cœur chronologique et topique de la légende arthurienne. Une telle analyse ne pouvait bien sûr laisser de côté l’Historia regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth, horizon d’attente des articles de la première partie.

9Charlotte A.T. Wulf détaille ainsi les traversées de la Manche mentionnées dans la chronique de Geoffroy et les compare avec les récits qu’en fait le Roman de Brut de Wace, ainsi que le Brut de Layamon. Elle met notamment en évidence les variations dans les lieux de départs ou de débarquements choisis par les chroniqueurs pour les traversées effectuées par Arthur dans ses conflits contre les Romains et lors de son ultime retour en Angleterre, pour combattre le traître Mordret. Dans cet épisode, les différents ports choisis par les trois auteurs successifs sont des lieux d’importance économique majeure au XIIe siècle. De même, le choix de Totnes par un seul scribe du Roman de Brut éclaire son influence sur le Brut de Layamon, puisque celui-ci mentionne la même destination. Malgré ces explications, les raisons poétiques de ces choix géographiques restent floues. Mais l’idée que la dernière traversée d’Arthur emblématise les choix poétiques des trois auteurs est convaincante. La propagande pro-bretonne marque le récit de Geoffroy, qui néglige les détails des traversées et des batailles, tandis que Wace et Layamon cherchent à rendre leurs récits agréables et instructifs.

10Bien qu’inspirés par Wace, dont la fine connaissance des techniques de navigation est rappelée par Charlotte A.T. Wulf, les romans arthuriens des XIIe et XIIIe siècles se montrent timides dans la représentation des expéditions guerrières ultramarines d’Arthur. C’est ce que démontre Michelle Szkilnik en élargissant la perspective à la fois géographiquement (la Méditerranée) et dans la littérature arthurienne continentale, plus précisément les romans en vers. La raison pour laquelle le roi Arthur mène rarement des expéditions maritimes est que l’idéal héroïque du combat à cheval s’accorde mal avec les conditions inhérentes au combat naval, idée valable aussi pour les romans étudiés par les contributeurs suivants. Toutefois, la chercheuse isole un corpus de trois textes qui comportent des descriptions d’expéditions amphibies : Cligès de Chrétien de Troyes, Méraugis de Portlesguez de Raoul de Houdenc et Floriant et Florete. Celles-ci demeurent néanmoins statiques et elliptiques, malgré la richesse du vocabulaire employé pour qualifier les navires, phénomène que l’on trouvait déjà dans les textes médio-latins analysés par Alban Gautier. Seul Floriant et Florete mentionne un combat naval lors d’un débarquement. Encore cet épisode est-il conçu comme le résultat des manigances d’un traître et l’armement sur mer considéré comme incongru. Finalement, le combat héroïque reste intrinsèquement terrestre, comme en témoigne la rime de « guerre » avec « terre » dans Floriant et Florete.

11La dimension « maritime » d’Arthur apparaît peut-être plus nettement lorsque Frédérique Laget évoque la récupération de la geste arthurienne comme instrument de propagande et de légitimation de la conquête du Pays de Galles à la fin du XIIIe siècle par Edouard Ier. A priori peu utiles stratégiquement, les forteresses côtières érigées par celui-ci au Pays de Galles trouvent leur raison d’être dans les références arthuriennes qu’elles véhiculent, à travers leur localisation et des codes architecturaux qui font référence à la geste arthurienne des récits gallois. Ces châteaux côtiers rendent visible le « programme idéologique » d’Edouard, puisqu’ils sont reliés de près ou de loin à la généalogie arthurienne et rappellent le motif du château au bord de l’eau, qui apparaît dans la littérature arthurienne continentale. Ils permettent à Edouard de se présenter, en Angleterre comme en Galles, comme un nouvel Arthur. Cette propagande n’est toutefois perceptible que par les élites, qui connaissaient les écrits de Geoffroy de Monmouth et pouvaient percevoir cette annexion de l’espoir breton à la tutelle anglaise.

12Autre art visuel médiéval étudié ici : l’enluminure, examinée par Irène Fabry-Tehranchi dans les traversées maritimes des rois de Bretagne relatées dans le Merlin et sa Suite dite « Vulgate », branches du cycle en prose du Lancelot-Graal. Bien que les voyages maritimes à vocation guerrière soient le plus souvent utilitaires ou stéréotypés, l’iconographie qui les accompagne possède des intérêts idéologique, narratif et esthétique. La chercheuse examine ainsi les illustrations de trois épisodes à la fonction éminemment politique : le retour des héritiers légitimes Uter et Pandragon spoliés de leur trône par Vertigier, les traversées qui permettent de sceller les alliances entre Arthur et les rois de Petite Bretagne Ban de Bénoïc et Bohort de Gaunes, et enfin les voyages maritimes de Sagremor, chevalier continental se rendant à la cour d’Arthur pour sa renommée. Qu’ils insistent sur différents aspects de ces expéditions (simple trajet d’un bateau chargé d’hommes et de chevaux, apparition de l’ennemi à l’arrivée ou succession de la traversée et de la chevauchée), les enlumineurs mettent donc en valeur l’interdépendance de l’île et du continent dans les conflits. Comme Irène Fabry-Tehranchi le suggère, l’intérêt des miniatures représentant des traversées dans la Suite Vulgate réside aussi dans le fait d’insister sur les deux figures d’autorité qui s’y côtoient et s’y succèdent à la fois : Merlin et Arthur, très nettement distingués des autres personnages. D’un point de vue narratif, les miniatures illustrant les épisodes maritimes occupent une place essentielle dans les manuscrits. Elles se caractérisent comme des points de repère dans la multiplicité des épisodes qui définissent le roman en prose du XIIIe siècle. Elles matérialisent le célèbre procédé narratif de l’entrelacement et y participent. Enfin, d’un point de vue esthétique, l’analyse d’Irène Fabry-Tehranchi a le mérite de montrer que l’acquisition de la perspective par les enlumineurs du XVe siècle dramatise les représentations des expéditions guerrières maritimes. Il est néanmoins tentant de nuancer un peu la conclusion de l’article : « la Suite Vulgate ne développe guère le potentiel poétique, dramatique ou symbolique des voyages maritimes ». En effet, la représentation fluctuante de l’héraldique arthurienne sur les navires possède sans doute une fonction politique, puisqu’elle souligne la légitimité dynastique du roi, mais aussi, peut-être, une dimension emblématique mise au service d’une poétique : la construction de son identité de souverain dans ce récit d’« enfances ». De même, la place analeptique ou proleptique des miniatures par rapport au texte s’inscrit nettement dans le contrat poétique de la Suite Vulgate qui établit des ponts, non seulement géographiques entre continents, mais aussi littéraires entre deux branches du cycle, le Merlin et le Lancelot.

13Anne-Cécile Le Ribeuz Koenig évoque enfin les nombreuses traversées entre la Bretagne insulaire et le continent qui émaillent le roman arthurien tardif Ysaïe le Triste conservé dans deux manuscrits des XVe et XVIe siècles. Dans la droite ligne de la matière tristanienne, plus encline que les récits proprement arthuriens à mentionner la mer et les voyages maritimes, les deux protagonistes, Ysaïe, fils de Tristan et Yseut, et Marc, son propre fils, se livrent à de nombreuses expéditions maritimes. Elles se caractérisent à la fois comme des faits d’armes et d’amour et des affrontements épiques contre les invasions sarrasines. L’espace maritime arthurien et l’espace épique des chansons de geste tardives se croisent donc dans ce roman. Plus original, la narration relaie clairement l’histoire du XIVe siècle, par le biais de l’onomastique et de la toponymie et grâce à des allusions à trois épisodes majeurs de la guerre de Cent Ans. Le roman se fait ainsi le reflet de l’importance stratégique du conflit naval au début de cette guerre, et pour la première fois dans le roman médiéval, la mer devient un véritable champ de bataille.

14Toujours en filigrane, les déplacements maritimes arthuriens en contexte guerrier revêtent toutefois un caractère signifiant. Ces contributions soulignent aussi peut-être qu’en tant que lieu de passage, la mer matérialise le mieux la porosité entre l’histoire et la littérature au Moyen Âge.

15La troisième partie, intitulée « La mer et la guerre dans la production arthurienne contemporaine (XIXe-XXIe siècle) », envisage la place des expéditions maritimes d’Arthur dans la variété de la production littéraire moderne et contemporaine (la fiction historique, la fantasy, le roman pour la jeunesse et la bande dessinée, entre autres). Elle permet d’envisager à la fois la réception des romans médiévaux par les écrivains modernes, mais aussi les emprunts ou les réécritures qui en découlent.

16La contribution de Howard M. Wiseman constitue par bien des aspects le compte-rendu du retour aux expéditions guerrières ultramarines de l’Arthur « historique » effectué par les auteurs de vingt-neuf « arthurian historical fiction » (c’est-à-dire des œuvres établissant un rapport constant entre la fiction et les événements historiques avérés du VIe siècle et relatant l’essentiel de la carrière littéraire du personnage), de la fin du XIXe siècle au début du XXIe siècle. Dans ce corpus, le chercheur décèle l’importance de plus en plus grande au fil du temps du motif de l’expédition guerrière ultramarine d’Arthur vers la Gaule, bien qu’aucun roman ne mette en scène une bataille navale. L’influence de l’historien Geoffrey Ashe, initiateur de la « théorie Riothamus », qui assimile Arthur au roi breton Riothamus venu en Gaule vers 469 pour aider l’empereur romain Anthemius à vaincre les Visigoths, s’accroit aussi dans les productions les plus récentes. La principale motivation d’Arthur pour entreprendre ses expéditions ultramarines est en effet la loyauté envers l’empire romain. Le chercheur, lui-même auteur d’une « quasi-histoire » arthurienne, plaide enfin pour un alliage harmonieux dans le roman arthurien contemporain entre invention et emprunts aux légendes d’une part, entre références à des faits historiques avérés et réinterprétation avertie de l’œuvre de Geoffroy de Monmouth d’autre part.

17Bien qu’elle ne la suive pas dans le recueil, la contribution de Marc Rolland sur l’Arthuriad de Frederick Lees, paru en 1996, complète celle de Howard Wiseman. En effet, Lees fait lui aussi partie des écrivains de langue anglaise auteurs de romans historiques. Il s’en distingue cependant en se démarquant de l’influence de Geoffrey Ashe. L’originalité de Lees (comme le titre de son œuvre l’indique assez, nous semble-t-il) consiste aussi à faire évoluer Arthur dans l’espace-temps de l’Antiquité tardive et de ses complications politiques. Enfin, le roi est décrit comme un guerrier qui n’est vraiment lui-même que lorsqu’il préside au départ de sa flotte vers le continent. La mer ou le milieu maritime sont également liés au destin des personnages secondaires, qu’ils soient empruntés aux romans arthuriens médiévaux ou aux récits celtiques (Lancelot, Guenièvre) ou qu’ils soient inventés (le narrateur, Cadfan, est le fils d’Arthur et il représente l’empire romain). En comparant Arthur à Achille embarquant pour Troie, l’auteur rappelle leurs destins funestes communs et fait de la mer le vecteur central de la chute d’Arthur. Le roi surestime ainsi sa puissance maritime, erreur qui se solde par un naufrage de sa flotte sur les côtes armoricaines, provoquant la prise de pouvoir de Medraut. Finalement, la fin même d’Arthur est « baignée » par l’élément aquatique, puisque son fils et Galaved, avatar de Galaad, sont tous deux témoins de son transport en Avalon, sur une nef.

18L’œuvre de Michel Rio a déjà intéressé les médiévistes, qui se sont faits l’écho, comme ici la comparatiste Véronique Favéro, de la réinvention de la légende arthurienne par l’écrivain, sur un mode intellectualisé. Dans le deuxième volume sa trilogie arthurienne, intitulé Morgane et paru en 1999, la sœur d’Arthur est présentée comme une révoltée, qui s’acharne à détruire ce que son maître Merlin a construit. Pourtant, elle est maîtresse de l’île d’Avalon, qu’elle modèle et gouverne à son gré, d’un point de vue temporel et spirituel. Pour la défense de cet espace maritime à la fois place forte naturelle et rempart sacré, elle mène une bataille navale contre Claudas de la Terre Déserte. Sans avoir recours au surnaturel et grâce à un style « mathématique » qui structure le chaos de la guerre et rationalise la violence des éléments naturels, Rio suggère l’étendue de la puissance d’une Morgane au savoir scientifique presque magique, ce qui lui permet de triompher des forces guerrières de Claudas. L’île redevient donc un sanctuaire, un refuge inviolable idéal pour Merlin et, le moment venu, pour Arthur. Malgré son caractère original, cette bataille navale renoue donc avec la tradition arthurienne la plus pure concernant le refuge maritime ultime du roi Arthur.

19Dans la littérature de jeunesse d’inspiration arthurienne, le roi Arthur est aussi associé à la mer, voire à la guerre maritime, dans un objectif sans doute plus pédagogique. Isabelle Olivier établit une excellente comparaison entre deux romans, Excalibur, de Claudine Glot et Marc Nagels et Le roi Arthur de Michael Morpurgo. Elle montre comment les deux récits font le choix de donner une lecture totalisante de la geste arthurienne et utilisent la mer pour caractériser le roi Arthur sur deux registres différents : l’épique et le merveilleux. Dans Excalibur, souhaitant renouer avec la narration de la jeunesse guerrière du roi Arthur, les auteurs présentent ses combats successifs contre les guerriers maritimes saxons. Ils empruntent deux des affrontements guerriers aux Premiers faits du roi Arthur (une des versions de la Suite Vulgate), roman où Arthur apparaît vraiment comme un dux bellorum. Toutefois, le combat d’Arthur contre le Chevalier Poisson, personnage surnaturel et marin, repris au Chevalier du Papegau, roman arthurien tardif, fait basculer le roman vers le merveilleux et redonne finalement à Arthur sa dimension de roi civilisateur. Chez Morpurgo le jeune Arthur guerrier laisse la place à un Arthur vieilli. Égaré en mer, un jeune garçon vient à sa rencontre dans la grotte qui lui sert de refuge sur l’île engloutie de Lyonesse. S’assimilant à Merlin en tant que mémoire de sa propre légende, le roi raconte alors à son jeune interlocuteur toute sa vie et ses exploits, avant de le renvoyer chez lui sur une nef magique. Dépourvue de tout lien avec la guerre, la mer (re)devient alors un espace intermédiaire entre le monde réel et celui du mythe, puisque Morpurgo veut faire réfléchir ses jeunes lecteurs à l’importance de la transmission d’une légende arthurienne à valeur intemporelle.

20On s’éloigne un peu du roi Arthur lui-même dans le « neuvième art » étudié par Juan Miguel Zarandona : la bande dessinée Prince Valiant in the Days of King Arthur, vaste cycle illustré composé en partie par Harold Foster à partir de 1937. Dans cette œuvre, exemple clé du médiévalisme en bande dessinée, la mer et la guerre tiennent une place prépondérante. Le héros et les protagonistes entreprennent de longs voyages maritimes, depuis les fleuves européens jusqu’à l’Océan Atlantique. La mer est donc perçue comme un véritable moyen de communication. Personnage à part entière, elle offre également une grande palette de péripéties aux personnages, parfois positives, parfois négatives. Elle permet enfin un éloge constant de la nature retranscrit par les couleurs du dessin, véritable marque de fabrique de la série. Les leitmotivs de la « mer en temps de guerre » ou de la « mer en temps de paix » donnent naissance à une construction rigoureuse. Celle-ci produit une composition harmonieuse, ou symphonique, à laquelle le succès constant de la série Prince Valiant doit sans doute beaucoup.

21L’ouvrage se clôt sur de belles conclusions de Martin Aurell, que nous ne résumerons pas ici, au risque de les trahir. A noter aussi qu’une bibliographie complète et remarquablement classée complète cet ouvrage, qui tire la substantifique moelle du motif de la guerre maritime arthurienne et dont les analyses des romans contemporains enrichissent indubitablement les études médiévales.

Pour citer cet article

Référence électronique

Lise Fuertes, « Arthur, la mer et la guerre, sous la direction d’Alban Gautier, Marc Rolland et Michelle Szkilnik  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2017, mis en ligne le 24 juin 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/14312

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals