Navigation – Plan du site

Mythe, histoire et littérature au Moyen Âge, éd. Catherine Croizy-Naquet, Jean-Pierre Bordier et Jean-René Valette

Anh Thy Nguyen
Référence(s) :

Mythe, histoire et littérature au Moyen Âge, éd. Catherine Croizy-Naquet, Jean-Pierre Bordier et Jean-René Valette, Paris, Classiques Garnier, 2017, 194 p.

ISBN 978-2-406-06379-7

Texte intégral

1C’est un sujet vaste – le mythe et la mythologie au Moyen Âge – que se propose d’explorer cet ouvrage collectif issu des actes d’une journée d’études organisée à l’Université Paris-Ouest le 28 mai 2010 et intitulée « La littérature du Moyen Âge et le mythe ».

2Dans une approche résolument interdisciplinaire, les contributions de ce volume examinent la construction, la circulation et la réception du mythe au Moyen Âge. Selon une focale davantage accentuée sur l’un ou l’autre aspect de la mythologie, elles éclairent la genèse d’un mythe, ses éléments constituants, ses invariants, ses fonctions (structurante, symbolique, politique), les modalités d’appropriation des objets et des discours mythiques, ainsi que la fonctionnalité sociohistorique aussi bien des discours mythiques que des discours autour du mythe. D’emblée, il faut signaler que, bien que cet ouvrage ambitionne de parcourir le mythe dans l’Occident médiéval, le propos se concentre essentiellement sur la production littéraire vernaculaire de langue française, balayant néanmoins largement les siècles en parcourant des cas situés en amont et en aval de ce que d’aucuns considèrent comme l’âge d’or de la littérature médiévale, à savoir les XIIe et XIIIe siècles.

3L’ouvrage est muni d’une préface introduisant succinctement la perspective générale du recueil et le propos des différentes contributions (p. 7-12), d’une bibliographie étoffée et actualisée (p. 157-177), d’un index des auteurs et des œuvres anonymes (p. 179-180), d’un index nominum (p. 181-183), d’un index des personnages et des lieux mythiques (p. 185-187), et d’un résumé des contributions (p. 188-191), autant d’instruments facilitant la lecture.

4En préambule, dans « Mythe et fable » (p. 13-24), Jean-Louis Backès offre une étude lexicale et historicisée des termes de « mythe » et de « fable ». Il montre que, tout au long du Moyen Âge, le terme de « fabula » est privilégié par rapport à celui de « muthos », qui est éclipsé jusqu’au XIXe siècle où il réapparaîtra avec les Romantiques et le développement d’un mythe des origines. À l’inverse de la fable qui relève principalement d’un récit imaginaire, le mythe, lui, est toujours perçu comme fondateur, au point que le syntagme « mythe primitif » ne peut être dissocié aux yeux du XIXe siècle. Relevant davantage d’un effet de sens que d’une simple coïncidence, cette résurgence du mot se fit parallèlement à l’intérêt développé à l’égard des lettres médiévales.

5Suite à cette réflexion introductive sur le vocable de « mythe », le deuxième article interroge la construction d’un mythe et illustre celle-ci à travers l’exemple d’Apollonius de Tyr. Dans « "Réalité", imaginaire et raison symbolique. Apollonius de Tyr et la fascination des Lettres médiévales » (p. 25-41), s’appuyant principalement sur les travaux de Claude Lévi-Strauss et d’Ernst Cassirer, Jean-Jacques Vincensini envisage le mythe comme « l’un des "lieux" privilégiés de la rencontre de l’imaginaire le plus débridé et du symbolique le plus riche » (p. 25). Le cas spécifique d’Apollonius de Tyr, examiné dans une version médiévale tardive (ms. Vienne, ÖNB, 3428) au sein de laquelle il est envisagé comme un anti-Œdipe, permet d’éclairer en pratique la pensée mythique sur différents plans tels que l’hérédité dynastique, la capacité à gouverner, la parole limitée et le rapport à la sexualité.

6Les contributions suivantes s’appliquent à mettre à l’épreuve ces outils théoriques d’analyse par des études de cas. Dans « Troie et le mythe » (p. 43-55), Catherine Croizy-Naquet souligne de façon générale la polysémie du terme de « mythe » ainsi que la plasticité du mythe lui-même. En dégageant la potentialité sémantique, symbolique mais aussi historique du mythe de la ville de Troie, la chercheuse montre que c’est autour de la légende troyenne que se cristallise une part importante des récits fondateurs de l’Occident chrétien. En plus de la voie traditionnelle de la translatio, les mythes antiques, dont celui de Troie, passent au Moyen Âge au travers d’un double processus qui relève d’une démythisation en vue d’une remythisation chrétienne (termes repris de H.-R. Jauss). Catherine Croizy-Naquet montre en effet que les mythes antiques persistent mais « n’ont de place que passés au crible de la lecture historisante ou bien de la lecture allégorique par le biais de l’integumentum au XIIe et des moralisations aux XIVe et XVe siècles dont l’Ovide moralisé est l’archétype » (p. 44).

7Après le mythe littéraire de la ville de Troie, c’est ensuite la figure d’Alexandre qui est traitée au cœur de l’article « À propos d’Alexandre. Les captations d’une figure historique » (p. 57-68) de Laurence Harf-Lancner. Cette contribution met en évidence la spécificité de ce mythe politico-héroïque, qui suscite d’abord une réflexion sur le pouvoir et la royauté, progressivement abandonnée au Moyen Âge au profit d’une lecture courtoise et d’une vision moraliste.

  • 1 Le concept est emprunté à Maurice Godelier, « La part idéelle du réel », dans L’idéel et le matérie (...)

8Un mythe typiquement médiéval fait ensuite l’objet d’une enquête historiographique et métacritique menée par Jean-René Valette dans « Le mythe du Graal et la littérature au Moyen Âge. Éléments d’historiographie critique » (p. 69-87). L’article se penche sur les travaux (essentiellement issus de la littérature comparée) ayant permis l’émergence de la notion de mythe littéraire, distinct du mythe ethno-religieux. D’après Jean-René Valette, les études autour du mythe du Graal éclairent moins le mythe lui-même que les présupposés épistémologiques mis en œuvre autour de ce dernier. En effet, après avoir tenté de repérer dans la littérature arthurienne les sept traits constitutifs du mythe ethno-religieux (à partir de la grille élaborée par Claude Lévi-Strauss dans ses Mythologiques) dans une démarche qu’on peut qualifier de quête des origines (celtiques ou indo-européennes), la critique graalienne s’est ensuite orientée vers une mythopoétique, à savoir une conception de la littérature comme lieu d’élaboration privilégié du mythe, pour tendre aujourd’hui vers une démarche socio-historique qui dévoile les rapports idéologiques entre littérature et société, mettant ainsi au jour les « réalités idéelles »1 du Graal.

9Dans sa contribution sur « Le lac Averne, pré-purgatoire sous la plume de Pierre Damien (†1072) » (p. 89-117), Marie Anne Polo de Beaulieu examine les légendes héritées de l’Antiquité autour de la localisation des enfers, et plus particulièrement le réemploi des enfers antiques dans le récit livré par Pierre Damien au XIe siècle. Dans un contexte désormais chrétien, le lac Averne, lieu saturé de réminiscences antiques, est réinvesti au Moyen Âge pour donner lieu à une construction mythique de l’au-delà chrétien.

10Dans une perspective comparable, le mythe de Pygmalion fait également l’objet d’une relecture chrétienne dans l’Ovide moralisé. Dans son article « Le mythe de Pygmalion dans l’Ovide moralisé en vers du début du XIVe siècle » (p. 119-140), Marylène Possamaï-Pérez montre de quelle manière la figure de Pygmalion a été mise à profit dans une perspective moraliste chrétienne par un religieux franciscain pour représenter au Moyen Âge à la fois le symbole du Créateur, l’allégorie d’un Dieu trinitaire et la prophétie de la Révélation.

11Intitulée « Le mythe comme forme et mesure de l’histoire. Les Douze triomphes de Henri VII (1497) » (p. 141-155), la dernière contribution du volume, que l’on doit à Gilles Lecuppre, laisse place à l’étude d’un texte assez peu connu du Moyen Âge tardif. Œuvre versifiée rédigée en langue vernaculaire et conservée dans un seul manuscrit (Londres, British Library, Royal 16 E xvii), les Douze triomphes de Henri VII entreprend de comparer aux douze travaux d’Hercule les actions du fondateur de la dynastie des Tudor durant les douze premières années de son règne. Ces portraits croisés du héros et du roi donnent ainsi lieu à une héroïsation du monarque. Le cas présenté par Gilles Lecuppre rappelle que la figure d’Hercule, grâce à sa valeur exemplaire, a été volontiers mise au service des princes et d’une utilitas politique au XVe siècle, mais permet surtout de dépasser la dialectique fiction/histoire en soulignant combien l’histoire est, à travers les siècles, structurée par le mythe.

12Ce volume collectif a ainsi le mérite de pointer les difficultés inhérentes à la définition de la notion de mythe, et de chercher à dégager ses éléments constituants (narratifs, historiques, symboliques). L’ouvrage doit également sa pertinence à la pluridisciplinarité des contributions ainsi qu’au dépassement de l’opposition binaire entre le réel et l’imaginaire, tous deux mis en œuvre dans et travaillés précisément par le récit mythique.

  • 2 D’ailleurs, ce transfert culturel pourrait lui-même être envisagé comme un mythe médiéval. Concerna (...)

13Cependant l’ensemble de ces contributions donne en réalité davantage accès à la fabrique médiévale du mythe antique qu’à celle du mythe médiéval. En effet, la majorité des lieux et figures mythiques envisagés dans ce volume appartiennent au fonds gréco-latin ; ils constituent des cas exemplaires de la translatio studii2. Les représentations imaginaires médiévales seraient-elles exclusivement alimentées par un fonds mythologique antique ? Le Moyen Âge se limite-t-il au réemploi et à la resémantisation ? N’a-t-il pas produit de nouveaux mythes ?

  • 3 Jacques Chocheyras, Tristan et Iseut : genèse d’un mythe littéraire, Paris, Champion, 1996.
  • 4 Voir Laurence Harf-Lancner et Dominique Boutet (éd.), Pour une mythologie du Moyen Âge, Paris, PENS (...)
  • 5 Voir Françoise Clier-Colombani, La Fée Mélusine au Moyen Âge. Images, Mythes et Symboles, Paris, Le (...)
  • 6 Voir Dominique Boutet, Charlemagne et Arthur ou le roi imaginaire, Paris, Champion, 1992.
  • 7 Françoise Autrand e. a. (éd.), Saint-Denis et la royauté : études offertes à Bernard Guenée, Paris, (...)
  • 8 Véronique Burnod, « Bertrand du Guesclin et le mythe du héros », dans Annales de la Société d’Histo (...)

14Certains motifs, événements, lieux et personnages issus de la période médiévale semblent pourtant dotés d’un fort potentiel mythique, et peuvent peut-être même être érigés comme mythes dès le Moyen Âge. Qu’il suffise de penser à Tristan et Yseult pour le mythe de la féodalité et de l’amour courtois3, à Perceval pour celui de la chevalerie4, à Mélusine pour celui de la fondation du lignage et du château de Lusignan5, à la bataille de Poitiers en 732 avec Charles Martel ou à celle de Roncevaux en 778 avec Roland, aux différentes croisades menées par Godefroid et Bouillon ou Louis IX autour desquelles s’est cristallisée une grande part de l’imaginaire médiéval, ou encore à Arthur, à Leir, à Charlemagne pour le mythe du roi et de la royauté6, au mythe historiographique de Saint-Denis façonné par Hugues de Saint-Victor et Suger7, à des figures conquérantes plus récentes telles que Bertrand du Guesclin8.

  • 9 Philippe Walter, « La mémoire et le grimoire : réflexion sur une lecture mythologique de la littéra (...)

15La prépondérance du matériau mythologique gréco-latin dans les contributions de cet ouvrage et, plus largement, la prégnance de la culture antique au Moyen Âge, incessamment récupérée et remotivée, invitent à nous interroger : a-t-il existé au Moyen Âge une mythologie proprement médiévale ? Philippe Walter, cité d’ailleurs par Jean-René Valette dans sa contribution à ce volume (p. 77), le rappelle : « L’erreur commune de beaucoup de mythologues partis en quête du Graal consiste à oublier que la littérature médiévale sait aussi fabriquer des mythes ; c’est peut-être même sa mission principale que l’on peut qualifier de mythopoïétique »9. Si tel est le cas, pour reprendre un titre fameux de Paul Veyne, les médiévaux ont-ils cru à leurs mythes ? Ce volume collectif pose assurément les premiers jalons pour penser une grammaire de la mythologie médiévale.

Notes

1 Le concept est emprunté à Maurice Godelier, « La part idéelle du réel », dans L’idéel et le matériel. Pensée, économies, sociétés, Paris, Fayard,1984, p. 167-220.

2 D’ailleurs, ce transfert culturel pourrait lui-même être envisagé comme un mythe médiéval. Concernant les legs de cette translatio studii et ses conséquences méthodologiques, voir la première partie de l’ouvrage de Jean-Jacques Vincensini, Pensée mythique et narrations médiévales, Paris, Champion, 1996, en particulier p. 12-54.

3 Jacques Chocheyras, Tristan et Iseut : genèse d’un mythe littéraire, Paris, Champion, 1996.

4 Voir Laurence Harf-Lancner et Dominique Boutet (éd.), Pour une mythologie du Moyen Âge, Paris, PENS, 1988.

5 Voir Françoise Clier-Colombani, La Fée Mélusine au Moyen Âge. Images, Mythes et Symboles, Paris, Le Léopard d’Or, 1991 ; Jean-Jacques Vincensini, Pensée mythique et narrations médiévales, op. cit., en particulier les troisième et quatrième parties de l’ouvrage.

6 Voir Dominique Boutet, Charlemagne et Arthur ou le roi imaginaire, Paris, Champion, 1992.

7 Françoise Autrand e. a. (éd.), Saint-Denis et la royauté : études offertes à Bernard Guenée, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999 ; Bernard Guenée (éd.), Un roi et son historien : vingt études sur le règnes de Charles VI et la Chronique du Religieux de Saint-Denis, Paris, Institut de France, 1999.

8 Véronique Burnod, « Bertrand du Guesclin et le mythe du héros », dans Annales de la Société d’Histoire et d’Archéologie de l’Arrondissement de Saint-Malo, 2001, p. 107-123 ; Thierry Lassabatère, « Bertrand du Guesclin et la guerre juste : traces et motifs d’une construction légendaire », dans Simone Mauzauric (éd.), Écrire la guerre, écrire la paix, Paris, Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques, 2013, p. 18-28 ; Id., « Poétique et politique du genre. Quelques aspects de la construction d’un mythe dans la Chanson de Bertrand du Guesclin de Cuvelier », dans Ludmilla Evdokimova et Victoria Smirnova (éd.), L’œuvre littéraire au Moyen Âge aux yeux de l’historien et du philologue, Paris, Classiques Garnier, 2014, p. 99-116.

9 Philippe Walter, « La mémoire et le grimoire : réflexion sur une lecture mythologique de la littérature médiévale », dans L’Hostellerie de pensée. Études sur l’art littéraire au Moyen Âge offertes à Daniel Poirion, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1995, p. 487-498, p. 494.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anh Thy Nguyen, « Mythe, histoire et littérature au Moyen Âge, éd. Catherine Croizy-Naquet, Jean-Pierre Bordier et Jean-René Valette  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2017, mis en ligne le 24 juin 2018, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/14347

Haut de page

Auteur

Anh Thy Nguyen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals