Navigation – Plan du site

Thalia Brero, Rituels dynastiques et mises en scène du pouvoir. Le cérémonial princier à la cour de Savoie (1450-1550)

Murielle Gaude-Ferragu
Référence(s) :

Thalia Brero, Rituels dynastiques et mises en scène du pouvoir. Le cérémonial princier à la cour de Savoie (1450-1550), Florence, Sismel-Edizioni del Galluzzo, « Micrologus’ Library, 84 », 2017, 701 p.

ISBN : 978-88-8450-806-5

Texte intégral

1Ce très beau livre vient remplir un vide historiographique sur les cérémonies au sein du duché de Savoie, à une époque charnière, entre Moyen Âge et première modernité, où les cours européennes se livrent à une surenchère rituelle à laquelle participent les ducs de la principauté savoyarde. Les cérémonies princières sont au cœur des recherches actuelles sur le pouvoir et ses représentations, au sein du palais comme de l’espace public. Si Nadia Pollini s’était déjà intéressée aux funérailles des comtes de Savoie au XIVe siècle, il manquait un ouvrage regroupant l’ensemble des rituels qui, étudiés dans leur ensemble, font sens. Quatre types de célébrations sont ainsi tour à tour analysés : les mariages, les entrées, les baptêmes et les funérailles. L’intérêt de Thalia Brero pour le cérémonial débuta par le récit d’un baptême du troisième fils du duc de Savoie, Emmanuel-Philibert, en octobre 1528. Le héraut d’armes, Bonnes Nouvelles, donnait une série d’informations sur les usages de la cour, l’étiquette, la culture matérielle et la « mise en théâtre » du pouvoir. Les cérémonies étaient en effet conçues comme un véritable spectacle, qui se déployait devant la cour et les sujets du duché, donnant à voir la souveraineté du prince. Au sein de cette mise en scène, chaque membre de la maison ducale avait un rôle à jouer. Les célébrations mettaient ainsi en œuvre les stratégies dynastiques entourant la famille princière. Elles étaient d’autant plus importantes que le comte (puis duc) de Savoie cherchait à s’affirmer comme interlocuteur privilégié dans le concert des grandes puissances européennes. La Savoie fut au XIVe siècle l’une des premières cours d’Europe à se doter d’un ordre de chevalerie, l’ordre du Collier, et à utiliser l’emblématique princière comme support au déploiement du pouvoir. Au même moment, les funérailles des princes innovèrent en matière de rituel, avec l’introduction de l’offrande chevaleresque et la célébration de doubles obsèques. Le comte Amédée VI était à l’origine de ces innovations. Son petit-fils, Amédée VIII, poursuivit son œuvre : il développa les Joyeuses Entrées et introduisit un certain nombre d’insignes de pouvoir au sein des rituels tels le dais et le chapeau ducal. Le cérémonial acquit une nouvelle importance sous le principat de Charles II au début du XVIe siècle. Le prince se servit des moyens traditionnels d’expression de la souveraineté pour se présenter comme le restaurateur de la dignité ducale. Il organisa des festivités particulièrement soignées pour son mariage et le baptême de ses enfants et créa de nouveaux rituels comme celui de l’investiture (1521). Le prince essayait sans doute de compenser sa faiblesse militaire par le prestige de sa dynastie. Les plus éclatantes manifestations de la souveraineté survenaient en effet pour affirmer une autorité menacée. Or la fin du Moyen Âge vit la disparition de maintes principautés, comme la Bourgogne ou la Bretagne. La Savoie se devait de tenir son rang.

2Passionnant et remarquablement documenté, l’ouvrage comprend aussi une série d’annexes fort intéressantes, adjoignant à une excellente bibliographie, un très utile répertoire biographique, ainsi que des cartes et des généalogies.

Pour citer cet article

Référence électronique

Murielle Gaude-Ferragu, « Thalia Brero, Rituels dynastiques et mises en scène du pouvoir. Le cérémonial princier à la cour de Savoie (1450-1550) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2017, mis en ligne le 25 juin 2018, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/14392

Haut de page

Auteur

Murielle Gaude-Ferragu

Articles du même auteur

  • « Le corps du roi » [Texte intégral disponible en août 2019]
    Autour des travaux d’Elizabeth Brown sur la mort et les funérailles royales (France, XIVe-XVe siècle)
    Paru dans Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 31 | 2016
Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals