Navigation – Plan du site
Du meurtre en politique : regards croisés sur l'utilisation de la violence en contexte populaire

Le mythe d’Étienne Marcel

Les interprétations controversées du meurtre d’Étienne Marcel le 31 juillet 1358, de la fin du xviiie siècle au début du xxie siècle
Christian Amalvi
p. 107-125

Résumés

La révolution parisienne de 1356-1358 a de nombreuses analogies entre ses temps forts et ceux de la Révolution française. Elles ont pour conséquence de métamorphoser, tout au long du xixe siècle et encore pendant une bonne partie du xxe siècle dans l’historiographie française, le prévôt des marchands de Paris tantôt en Danton, tantôt en Robespierre du Moyen Âge. L’article analyse les enjeux de la réécriture polémique de cet épisode crucial de l’histoire de Paris.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Les temps forts du mythe, de la révolution à nos jours
Étienne Marcel au pouvoir jusqu’à nos jours
Une vulgarisation historique quasiment hagiographique
Une iconographie héroïque à la gloire d’un précurseur de la révolution et de la république
Un mythe littéraire
La critique du mythe : de la révolution à nos jours
Critique politique
Critique savante

Aperçu du texte

Le 31 juillet 1358, à la porte Saint-Antoine, le prévôt des marchands de Paris, Étienne Marcel est assassiné par ces mêmes Parisiens, qui, pendant plusieurs mois, ont soutenu sa révolte contre le Dauphin Charles, qui exerce le pouvoir au nom de son père, Jean le Bon, prisonnier à Londres à la suite du désastre de Poitiers le 19 septembre 1356. Cette crise du xive siècle fut jugée suffisamment importante pour être considérée comme une des « Trente journées qui ont fait la France », titre d’une collection lancée chez Gallimard à la fin des années cinquante. Cette poussée de fièvre parisienne mérite-t-elle cependant d’être qualifiée de révolution médiévale, voire même d’être assimilée à une étape décisive annonçant juillet 1789 ? Dans son livre sur La Guerre de Cent ans, Jean Favier (1932-2014) analyse de manière pénétrante l’événement et met en garde contre toute forme d’anachronisme : « homme d’affaires prospère, Marcel n’avait rien du révolutionnaire » et, selon lui, ce sont des mot...

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Amalvi, « Le mythe d’Étienne Marcel », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 34 | 2017, 107-125.

Référence électronique

Christian Amalvi, « Le mythe d’Étienne Marcel », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 34 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 22 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/14500 ; DOI : 10.4000/crm.14500

Haut de page

Auteur

Christian Amalvi

Université Paul-Valéry Montpellier 3

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals